Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La plasturgie en Lorraine : investir dans les qualifications et les technologies

De
4 pages
En Lorraine, en 2005, un peu plus de 6 000 salariés travaillent dans l'industrie de transformation des matières plastiques. La croissance des effectifs, plus que décennale, s'interrompt dès 2003. La plasturgie reste néanmoins un des secteurs industriels les plus dynamiques de la région en termes de création d'entreprises. Sa structure d'activité est différente de la structure nationale. La fabrication de pièces techniques, de demi-produits et d'éléments pour la construction domine et l'emballage est moins développé. À l'instar de la plasturgie nationale, la plasturgie lorraine est composée essentiellement de petites unités. Les effectifs y sont concentrés dans les zones d'emploi de Saint-Dié, de Remiremont-Gérardmer et du Bassin-Houiller. La part des jeunes et des femmes est plus importante que dans l'ensemble de l'industrie. La main-d'oeuvre est très ouvrière et peu qualifiée. Cette faible qualification pèse sur la valeur ajoutée qui est aujourd'hui moins soutenue par l'investissement, facteur de progrès technologique. Une entreprise sur trois dépend d'un groupe, caractéristique qui associée à la situation frontalière de la région, facilite les exportations.
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°
79N La plasturgie en Lorraine :
En Lorraine, en 2005, un peu plus de 6 000 salariés travaillent
dans l’industrie de transformation des matières plastiques. La croissance
des effectifs, plus que décennale, s'interrompt dès 2003. La plasturgie
reste néanmoins un des secteurs industriels les plus dynamiques
de la région en termes de création d’entreprises. Sa structure d’activité est
La présente contribution
constitue la première différente de la structure nationale. La fabrication de pièces techniques,
analyse des forces et des
de demi-produits et d’éléments pour la construction domine et l’emballagefaiblesses de la Lorraine
dans le secteur de la est moins développé. À l’instar de la plasturgie nationale, la plasturgie
plasturgie. Elle sera com-
plétée à l’automne 2007 lorraine est composée essentiellement de petites unités. Les effectifs y sont
d’un diagnostic plus dé-
concentrés dans les zones d’emploi de Saint-Dié, de Remiremont-Gérardmertaillé qui associera l’en-
semble des partenaires et du Bassin-Houiller. La part des jeunes et des femmes est plus
(entreprises, organisa-
tions professionnelles, importante que dans l’ensemble de l’industrie. La main-d’œuvre est très
centres techniques, …)
ouvrière et peu qualifiée. Cette faible qualification pèse sur la valeur ajoutéeet qui servira de fonde-
ment à une réflexion col- qui est aujourd'hui moins soutenue par l'investissement, facteur de progrès
lective sur les moyens à
mettre en œuvre pour as- technologique. Une entreprise sur trois dépend d’un groupe, caractéristique
surer le développement
qui associée à la situation frontalière de la région, facilite les exportations.de la filière.
L’industrie de transformation des ma- reconversion face au déclin des activités
tières plastiques, ou plasturgie, conçoit et fa- industrielles traditionnelles de la région (tex-
brique une large gamme de produits à partir de tile-habillement, métallurgie). Jusqu’au début des
matières plastiques. Elle alimente en produits années 2000, le secteur a connu une crois-
intermédiaires tous les secteurs industriels (au- sance importante, avec un pic de 6 700 sala-
tomobile, bâtiment, aéronautique...) et plus directe- riés en 2003. Depuis, la plasturgie a perdu
ment les marchés de consommation en Lorraine une dizaine d’établissements et
(ameublement, articles ménagers, santé...). Sa 700 salariés. Les fermetures d’établisse-
croissance a été très forte ces vingt dernières ments se sont concentrées en Moselle. Mais
années, grâce à l’apparition et l’amélioration lesVosgesaccusent lesplusfortespertes
des procédés de transformation (injection, extru- d’emploi, avec 500 salariés de moins entre
sion, thermoformage, soufflage...). 2003 et 2005.
En Lorraine, environ 6 000 salariés, répartis
Baisse des effectifs depuis 2003
dans un peu plus de 170 établissements, tra-
Lors des quinze dernières années, grâce à l’u- vaillent dans une des cinq activités de l’in-
tilisation croissante des matières plastiques, dustrie des matières plastiques. Le secteur
la plasturgie a représenté un gisement d’em- emploie 3,9% des effectifs industriels (hors
plois potentiels. Elle a offert des possibilités de énergie) contre 4,4% en France.
VLa plasturgie a des effectifs plus Les établissements de la plas- La répartition des activités dans
réduits que l’industrie automobile turgie sont localisés essentielle- les départements révèle une spé-
(21 500 salariés)oulamétallurgie ment dans les Vosges, en cialisation. Dans les Vosges, plus
(13 000 salariés). Moselle et en Meurthe-et-Mo- de la moitié des salariés de la
selle. Dans les Vosges, où sont plasturgie fabriquent des pièces
implantés plusieurs établisse- techniques. En Moselle et enUne structure d’activité
mentsdegrandetaille,les éta- Meurthe-et-Moselle, c’est la fabri-différente de celle
blissements comptent en cation de demi-produits qui do-
de la France
moyenne 44 salariés (33 pour la mine, avec respectivement 44%
La structure de la plasturgie lor- Lorraine). À l’inverse, en et 38% des effectifs.
raine est sensiblement différente Meurthe-et-Moselle, les établisse-
de la plasturgie nationale, avec des ments n’en comptent que 25. La création d'entreprise
effectifs concentrés sur trois activi-
En termes d’effectifs, plusieurs conforte l'assise
tés. Comme en France, la fabrica-
zones se distinguent. Dans l’est du secteurtion de pièces techniques occupe
des Vosges, les zones d’emploi
la première place et emploie 31%
de Saint-Dié et de Remiremont L’activité de plasturgiste est rela-
des salariés en 2005. Activité de
concentrent 35% des salariés de tivement récente, mais les entre-
sous-traitance, ses produits sont
la plasturgie. Le Bassin Houiller prises sont plutôt anciennes par
destinés essentiellement au sec-
en regroupe 22%. La zone d’em- rapport au reste de l’industrie.
teur automobile. La fabrication de
ploi de Nancy, qui regroupe 16% Près de 80% des établissements
plaques, feuilles, tubes et profilés
des établissements, ne repré- de la plasturgie sont implantés en
(demi-produits) et la fabrication d’élé-
sente que 9% de l’emploi. Lorrainedepuisplusdecinqans,
ments pour la construction sont
les deux autres activités dominan-
tes. Avec respectivement 28% et Près du tiers des salariés fabriquent des pièces techniques
25% des effectifs, elles sont plus
Répartition des salariés de la plasturgie lorraine par activité
représentées en Lorraine qu'en
28%France (respectivement 11% et
31% Demi-produits (25.2A)
15%). Lesétablissementsdefabri-
Emballages (25.2C)cation d’emballages et d’articles di-
vers emploient peu de personnes Éléments pour la construction (25.2E)
en Lorraine (16%), alors qu'ils re-
Articles divers (25.2G)
groupent 35% des salariés de la 3%
13% Pièces techniques (25.2H)
plasturgie au niveau national.
25% Source : Insee, URSSAF
Des établissements
de petite taille L'emploi concentré à l'est des Vosges
et dans le Bassin-Houiller
Plus de quatre établissements
Établissements par activité et nombre de salariés
sur cinq comptent moins de 50
ERGOM
salariés et un sur deux moins de
10 salariés. L’effectif moyen est
SOCIÉTÉ
DES COLLIERS NORMAde 33 salariés (29 en France).
ATOGLAS SA
FERMOBAComme pour l’ensemble de la
France, la fabrication d’articles di-
CEBAL SASvers se fait dans des entreprises
de petite taille. Au contraire, les
SOC. INDUSTRIELLE
établissements qui fabriquent des DU HARAS
SOC USINAGE
demi-produits en matières plasti- TUBES ÉLECTRICITÉ REHAU
ques sont en moyenne presque
FERMOLOR 2000
deux fois plus grands en Lorraine
qu’en France (63 salariés contre Effectifs
650
34). Cette activité compte en ef-
VISKASEfet deux des plus grandes entre- 50
SOC DE RECYCLAGE MARK IV
SYSTÈMESprises de plasturgie en Lorraine, DES MATIÈRES PLASTIQUES FAURECIA
MOTEURS
PLASTIJORehau Industrie SARL à Morhange
Activité
et la Société des Colliers NORMA à LES ZELLES
Demi-produits (25.2A) BERICAP
Briey. Emballages (25.2C)
Construction (25.2E)Moins d’une entreprise sur
CIE INDUSTRIELLEArticles divers (25.2G)
SOC DES PLASTIQUESquatre possède plusieurs établis- DES MOULAGES DE L'EST
Pièces techniques (25.2H) ET INDUSTRIES LORRAINE
sements, ce qui renforce l’atomi-
Source : Insee, Sirenecité du secteur.
2
© IGN - Insee 2007contre 70% pour l’ensemble de celle de l’ensemble de l’industrie Un personnel assez jeune
l’industrie. La majorité des em- lorraine. Le taux de qualification
En Lorraine, 62% des salariés de la
plois sont localisés dans les en- ouvrière n’est ainsi que de
plasturgie ont moins de 40 ans
treprises pérennes : 81% des 56,7% pour la plasturgie contre
contre 59% au niveau national et
salariés travaillent dans des 73,3% pour l’ensemble du sec-
50% pour l’ensemble de l’industrie
structures de plus de dix ans. teur industriel. Les ouvriers non
lorraine. Comme pour les autres
qualifiés sont proportionnelle-Le tissu productif se renouvelle secteurs, ces effectifs ont tendance
ment plus nombreux en Lorrainepar petites touches. Sur les 260 à vieillir. Ainsi, en 1999, les salariés
(+5 points) qu’en France.établissements de la plasturgie de moins de 25 ans et les s
créés en moyenne chaque année, La répartition par catégorie so- de plus de 50 ans constituaient cha-
une dizaine le sont en Lorraine. cioprofessionnelle est sensible- cun 11,5% des effectifs de la plas-
Le taux de création pure annuel ment différente de la moyenne turgie. En 2004, ils en constituent
moyen sur la période 1995-2004 française. Les emplois d’enca- respectivement 10% et 14%.
estprochede6%, soit un point drement (cadres et chefs d’entre-
Les femmes représentent 30%
de plus que la moyenne française. prise) sont proportionnellement
des salariés en 2004, contre 23%
Dans un contexte difficile pour l’in- moins nombreux (6,7%)qu’en
en 1998. La part des femmes
dustrie lorraine, le secteur de la France (11,3%).
dans la plasturgie lorraine est su-
plasturgie a été relativement dy- Àl’inverse,laplasturgieemploie
périeure à celle de l’industrie, mais
namique au cours des dix derniè- plus d’ouvriers non qualifiés en
inférieure à celle observée en
res années. Le taux de création Lorraine (30,6% contre 25,6% en
France dans le même secteur. Le
pure sur cette période est ainsi France).
recours au temps partiel est peu
supérieur à celui de l’industrie
courant. En Lorraine, plus de 90%Cependant, depuis 1999, la(5,9% contre 5,5%), à l’inverse de
des salariés occupent un poste àqualification des salariés pro-la France (4,9% contre 6,2%).
temps complet.gresse régulièrement. La part
des ouvriers non qualifiés a Le salaire des employés et desUne main-d’œuvre
baissé de 11 points, au profit ouvriers lorrains de la plasturgie
peu qualifiée des emplois d’encadrement est plus élevé qu’en moyenne na-
(+1,4 point), des professions in-La plasturgie emploie une tionale. À l’inverse, les salariés
termédiaires (+4,7 points)etmain-d’œuvre très ouvrière et chefs d’entreprises, cadres et oc-
des ouvriers qualifiés (+5,8peu qualifiée. La part des ou- cupant une profession intermé-
points). La part des employés avriers non qualifiés y est supé- diaire sont moins bien rémunérés
diminuéde0,8 point.rieure de près de 15 points à en Lorraine. L’écart de salaire
moyen entre la Lorraine et la
France s’explique principalementPlasturgie et automobile atténuent le déclin de l'industrie
par les différences de structure
Évolution des effectifs salariés lorrains (base 100 en 1995)
des catégories socioprofession-
160
nelles. En effet, à structure iden-
140 tiqueàla France,lesalaire
120 moyen mensuel brut lorrain serait
de 2 156 euros (comme en100
France) alors qu’il n’est que d’un80
peu plusde2 000 eurosavecla
60
structure actuelle.
40
1997 2001 2003 20051995 1999 Les salariés des entreprises d’em-
textileplasturgie papier-carton ballages plastiques perçoivent un
métallurgie automobile industrie hors énergie salaire horaire brut moyen (15,46
Source : Insee, Sirene
euros) nettement supérieur à ceux
Les ouvriers plasturgistes mieux rémunérés en Lorraine
Salaires moyens mensuels bruts (euros)
Catégorie socioprofessionnelle Lorraine France
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
Chefs d’entreprises, cadres supérieurs 4 826 3 556 4 658 4 898 3 877 4 719
Professions intermédiaires 2 430 2 112 2 365 2 549 2 214 2 457
Employés 2 067 1 709 1 768 1 922 1 671 1 713
Ouvriers qualifiés 1 850 1 517 1 797 1 836 1 525 1 776
Ouvriers non qualifiés 1 620 1 441 1 537 1 576 1 406 1 496
Salaire moyen 2 158 1 643 2 005 2 339 1 761 2 158
Source : Insee, DADS 2004
3des autres activités de la plas- En Lorraine, en 2004, 24% duSavoir plus :
turgie. Le salaire horaire brut chiffre d’affaires est réalisé à l’ex-
moyen s’établit ainsi en Lorraine à port (22,5% en France). Ce taux
13,49 euros. À catégorie socio- est stable depuis la fin des an-
Site Internet : www.insee.fr
professionnelle identique, l’industrie nées 90 tandis que le taux natio-
(hors énergie) dans son ensemble nal progresse légèrement. Mais
rémunère mieux ses salariés que la Lorraine, grâce notamment à
la plasturgie. une situation géographique privi-
légiée, conserve un avantage
dans ce domaine. Ainsi, deux en-Une entreprise sur trois
treprises régionales du secteurappartient à un groupe
sur trois exportent une partie de
En Lorraine, neuf entreprises de
leurs produits. Au niveau national,
plasturgie sur dix ont leur siège
cette proportion n’est que d’une
dans la région. Cependant, elles
sur deux. C’est dans l’activité des
appartiennent de plus en plus àChamp demi-produits que les taux d’ex-
des groupes. Si elles perdent enLe secteur de la “transformation portation sont les plus élevés. À
autonomie, elles s'inscrivent dansdes matières plastiques” au sens
l’inverse, l’activité de fabrication
strict regroupe cinq activités de la des réseaux qui manifestent l'at-
d’éléments pour la constructionNomenclature d’Activités Française tractivité de la région. En 2004,
est la moins exportatrice.(25.2A, 25.2C, 25.2E, 25.2G
une entreprise sur trois appar-
25.2H ).
En 2004, les frais de personneltient à un groupe (français ou
Définitions (salaires et charges sociales)repré-étranger). Cette part est beau-
Technicité et qualification : les em- sentent 72% de la valeur ajoutée.coup plus faible dans le reste de
plois de production matérielle re- Par ailleurs, ces dépenses comp-l’industrie. En 2004, les groupes
groupent les ingénieurs et cadres
tent pour 15% du chiffre d’affai-réalisent ainsi les trois quarts dutechniques, les techniciens, les con-
res et varient selon la taille detremaîtres et agents de maîtrise, et chiffre d’affaires total de la plas-
les ouvriers. l'entreprise : un cinquième duturgie contre 59% en 2000.
Le taux de technicité représente la chiffre d’affaires total lorsque l’en-
Sur la période 1996-2001, lespart des ingénieurs et techniciens treprise a au moins vingt salariés
parmi les emplois de production ma- entreprises de plasturgie en Lor-
et près du quart lorsqu’elle en a
térielle. raine ont fait des efforts d’inves-
moins de vingt.Le taux de qualification représente tissement pour se développer et
la part des ouvriers qualifiés parmi En Lorraine, la valeur ajoutée parse moderniser. Elles ont consa-
les ouvriers.
salarié est inférieure de 8% à lacré en moyenne 19,6% de leur
moyenne nationale et s’établit àvaleur ajoutée à l’investissement,
44 700 euros en 2004. Ce ren-qui incorpore, au fil des généra-
Ministère de l’Économie,
dement inférieur des salariés detions du capital, les technologiesdes Finances et de l’Industrie
la plasturgie lorraine s’explique enInsee nouvelles et innovantes (contre
Institut National de la Statistique partie par leur plus faible niveau17,4% au niveau national). Depuis
et des Études Économiques de qualification.2001, elles sont un peu plus fri-
Direction Régionale de Lorraine
leuses et leur taux d’investisse-15, rue du Général Hulot
CS 54229 ment moyen est descendu, pour Benjamin MÉREAU
54042 NANCY CEDEX la période 2002-2004, à 13,4%
Tél :03 83 91 85 85 Pascal SERVRANCKX(14,6% au niveau national).
Fax :03 83 40 45 61
www.insee.fr/lorraine
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Pyramide des âges des salariés lorrains
Jean-Paul FRANÇOIS
âge
Hommes plasturgie Hommes industrieDirecteur régional de l’Insee
Femmes Femmes
61COORDINATION RÉDACTIONNELLE
Christian CALZADA 56
Gérard MOREAU
51
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
46
RELATIONS MÉDIAS
41Jacqueline FINEL
36RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN 31
SECRÉTARIAT DE FABRICATION 26
MISE EN PAGE - COMPOSITION
21
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
Population en %
Marie-Odile LAFONTAINE 0
4 3 2 1 00 1 2 3 4
ISSN : 0293-9657
© INSEE 2007 Source : Insee, DADS 2004
4

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin