Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les comptes économiques de la Guyane en 2006 : L investissement spatial propulse la croissance

De
4 pages
En 2006, la croissance de l’économie guyanaise est estimée à 6,4 % en volume, selon les premières estimations des comptes économiques rapides, après +3,6 % en 2005. Ce résultat peut être considéré comme exceptionnel, puisqu’il situe 2006 à 2,5 points au-dessus de la croissance moyenne de ces 10 dernières années (+3,9 %), et 4,4 points au-dessus de la croissance nationale (+2,0 %). Le PIB par habitant, de 13 800 euros, progresse de 2,8 % en volume, malgré la vitalité de la démographie régionale (+3,8 % par an). Cette croissance est essentiellement due au niveau exceptionnel de l’investissement spatial, multiplié par trois dans le cadre des travaux d’infrastructures du projet Soyouz. La reprise de la commande publique et la bonne orientation de l’investissement privé, contribuent à amplifier cette dynamique : au total, l’investissement progresse de 27,7 % en volume, et contribue pour 5,7 points à la hausse du PIB. Les dépenses des administrations, qui continuent de croître au rythme élevé de 5,5 %, soutiennent également la demande, et constituent le second levier de la croissance. Les dépenses de consommation des ménages restent par contre mesurées en 2006, en raison d’une progression limitée des revenus, et d’une tension sur les prix devenue plus vive. Le secteur de la construction profite de la hausse soutenue des investissements : il est de loin le plus dynamique, avec une valeur ajoutée en progression de 27 %. L’industrie, et en particulier l’extraction aurifère, enregistrent de bons résultats. Il en est de même pour les services privés, qui bénéficient d’une demande accrue des entreprises.
Voir plus Voir moins
N° 7  septembre 2007 Les comptes économiques de la Guyane en 2006 :premiers résultats L’ investissement spatial propulse la croissance Éric MORIAME et Claude JOEGER, INSEE  AntillesGuyane En 2006, la croissance de l’économie guyanaise estEn 2006, le PIB augmente de 6,4 %Évolution des principales opérations sur biens et services, en %estimée à 6,4% en volume, selon les premières estimations des comptes économiques rapides, après Valeurs 2006 +3,6 %en 2005. Ce résultat peut être considéré (2)comme exceptionnel, puisqu’il situe 2006 à 2,5 points audessus de la croissance moyenne de ces 10 dernières années (+3,9 %), et 4,4 points audessus de la croissance nationale (+2,0 %). Le PIB par habitant, de 13800 euros, progresse de 2,8 % en volume, malgré la vitalité de la démographie régionale (+3,8 % par an). Cette croissance est essentiellement due au niveau exceptionnel de l’investissement spatial, multiplié par trois dans le cadre des travaux d’infrastructures du projet Soyouz. La reprise de la commande publique et la bonne orientation de l’investissement privé, contribuent à amplifier cette dynamique: au total, l’investissement progresse de 27,7% en volume, et (1): Résultats intermédiaires ; (2): Premiers résultatscontribue pour 5,7 points à la hausse du PIB. Une croissance heurtée, en progrès depuis 2004 Les dépenses des administrations, qui continuent de Évolution comparée en % des PIB guyanais rénové et français, croître au rythme élevé de 5,5%, soutiennent en volumeégalement la demande, et constituent le second levier de la croissance. Les dépenses de consommation des Guyane 8% ménages restent par contre mesurées en 2006, en 7% raison d’une progression limitée des revenus, et d’uneFrance entière tension sur les prix devenue plus vive.6% 5% Le secteur de la construction profite de la hausse 4% soutenue des investissements: il est de loin le plus 3% dynamique, avec une valeur ajoutée en progression de 27 %.L’industrie, et en particulier l’extraction 2% aurifère, enregistrent de bons résultats. Il en est de 1% même pour les services privés, qui bénéficient d’une 0% demande accrue des entreprises.1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 1% Les comptes économiques rapides 2006 Lescomptes économiques rapides pour l’outremer (CEROM)sont produits en partenariat par l’INSEE, l’IEDOM et l’AFD. Ils visent à mettre à disposition du public une estimation provisoire des principaux agrégats économiques de l’année précédente. En Guyane, ces comptes sont diffusés pour la première fois cette année. Ils reposent sur une modélisation macroéconomique alimentée par les premières informations disponibles de l’année écoulée : il ne s’agit donc pas de comptes définitifs. Les estimations présentées feront l’objet de révisions successives, en fonction de l’avancement de la collecte des données portant sur 2006.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin