Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les créations d'entreprises poursuivent leur hausse en 2006

De
4 pages
En 2006, les créations d'entreprises entièrement nouvelles ont crû de 4 %, après deux ans de forte hausse en 2003 et 2004 et une année de stabilité en 2005. En revanche, pour la seconde année consécutive, les reprises sont en baisse (– 5 %), de même que les réactivations (– 1 %). Globalement, le nombre de créations d'entreprises est une nouvelle fois en hausse (+ 2 % par rapport à 2005). Les créations dans les services aux entreprises, la construction et l'immobilier sont toujours très dynamiques, alors qu'elles sont en baisse, en 2006, dans la majorité des autres secteurs d'activité. Les régions les moins attractives les années précédentes ont attiré cette année un plus grand nombre de créateurs d'entreprises. Le nombre de créations de sociétés croît rapidement (+ 5 %) alors que celui des entreprises individuelles décroît légèrement. Cette tendance a débuté en 2003, si bien que le poids des créations d'entreprises individuelles dans l'ensemble des créations ne cesse de diminuer. 86,5 % des nouvelles entreprises se créent sans salarié. La création d'entreprises sans salarié est aussi un moyen de générer son propre emploi. Le nombre de chômeurs créateurs bénéficiaires de l'ACCRE ne cesse de croître (+ 13 % sur les onze premiers mois de 2006) ; il a été multiplié par 2,5 depuis 2002. Création d'entreprises : + 2 % en 2006 Plus d'un million de nouvelles entreprises ces cinq dernières années De moins en moins de reprises d'entreprises Les créations dans l'immobilier ne cessent d'augmenter Les secteurs de l'innovation technologique Renouvellement du tissu productif : des inégalités sectorielles et des disparités régionales Les créateurs privilégient la forme juridique de société 86,5 % des entreprises se créent sans salarié
Voir plus Voir moins

N° 1120 - JANVIER 2007
PRIX : 2,30€
Les créations d'entreprises
poursuivent leur hausse en 2006
Virginie Fabre,
division Administration du répertoire Sirene et démographie des entreprises, Insee
ern 2006, les créations d'entreprises loi pour l'initiative économique du 1 août 2003,
ce qui permet d'ouvrir plus largement l'accès àentièrement nouvelles ont crû de
la création d'entreprises et semble donnerE4 %, après deux ans de forte
naissance à une nouvelle population de créa-
hausse en 2003 et 2004 et une année de
teurs. Ces derniers s'efforcent d'exploiter les
stabilité en 2005. En revanche, pour la se- avantages qui leur sont offerts : aides publi-
conde année consécutive, les reprises ques permettant de financer le démarrage de
sont en baisse (– 5 %), de même que les l'activité, simplifications administratives, nou-
velles facilités liées au statut de l'entreprise.réactivations (– 1 %). Globalement, le
Ces créateurs, qui veulent avant tout assurernombre de créations d'entreprises est
leur propre emploi, choisissent en majorité les
une nouvelle fois en hausse (+ 2 % par
secteurs les plus dynamiques au moment de la
rapport à 2005). création.
Les créations dans les services aux entre- Parmi les entreprises créées en 2006, 72 %
prises, la construction et l'immobilier sont entièrement nouvelles, 12 % sont des
reprises et 16 % des réactivations (définitions).sont toujours très dynamiques, alors
Depuis 2004, seules les créations pures pour-qu'elles sont en baisse, en 2006, dans la
suivent leur croissance (graphique 2).
majorité des autres secteurs d'activité.
Les régions les moins attractives les années
Nombre de créations d'entreprisesprécédentes ont attiré cette année un plus
par année
grand nombre de créateurs d'entreprises. 350 000
330 000Le nombre de créations de sociétés croît
310 000rapidement (+ 5 %) alors que celui des en-
290 000
treprises individuelles décroît légère- 270 000
250 000ment. Cette tendance a débuté en 2003, si
230 000bien que le poids des créations d'entre-
210 000
prises individuelles dans l'ensemble des 190 000
créations ne cesse de diminuer. 170 000
150 00086,5 % des nouvelles entreprises se
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Source : répertoire des entreprises et des établissements (Sirene),créent sans salarié. La création d'entre-
Insee.
prises sans salarié est aussi un moyen de
générer son propre emploi. Le nombre de
chômeurs créateurs bénéficiaires de Nombre de créations pures
l'ACCRE ne cesse de croître (+ 13 % sur d'entreprises par année
240 000les onze premiers mois de 2006) ; il a été
230 000
multiplié par 2,5 depuis 2002.
220 000
210 000
200 000
190 000
Le nombre de créations d'entreprises dans
180 000
l'industrie, la construction et le tertiaire (sources) 170 000
repart à la hausse en 2006 (+ 2 %) après une 160 000
année de légère baisse (graphique 1). Cette 150 000
140 000hausse conforte la bonne santé de la création
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
d'entreprises depuis 2003. Les conditions de la Source : répertoire des entreprises et des établissements (Sirene),
création ont été assouplies notamment par la Insee.
INSEE
PREMIEREParmi les entrepreneurs individuels qui vite : le nombre de nouvelles entreprisesPlus d'un million
cessent leur activité pour prendre leur dans ce secteur a augmenté de 50 %de nouvelles entreprises
retraite, seuls 45 % cherchent un repre- depuis 2002. Au final, ces trois secteurs
ces cinq dernières années
neur. Parmi eux, 80 % parviendront à en sont à l'origine de 70 % de l'accroissement
er trouver un. du nombre de créations d'entreprises entreEntrele1 janvier et le 31 décembre 2006,
2002 et 2006.1 050 000 nouvelles entreprises se sont
Les entreprises créées dans l'immobiliercréées.
Les créations dans l'immobilier sont pour 52 % d'entre elles des agen-Les créations pures augmentent de 4 %
ces immobilières et pour 26 % des entre-en 2006. Le record atteint en 2005 de ne cessent d'augmenter
prises exerçant des activités de225 000 nouvelles entreprises est
La forte augmentation des créations promotion immobilière ou de transac-dépassé avec 233 000 créations en
dans les trois secteurs des services tions sur biens immobiliers propres. Le2006 ; ce nombre était constant autour
aux entreprises, de la construction et nombre de créations dans ces deuxde 170 000 par an de 1993 à 2002.
de l'immobilier en 2006 (graphique 4) catégories a augmenté respectivementLes secteurs d'activité qui comptent le
compense la baisse dans les sept autresplus de créations nouvelles sont le com-
secteurs suivis et conduit cette année àmerce (263 000 entreprises créées en Lestroissériesdecréations
une hausse de 2 % du total des créa-cinq ans) et les services aux entreprises d'entreprises depuis 2001
tions. Les baisses dans les autres sec-(254 000 entreprises). Entre 2002 et
230 000teurs sont toutefois assez limitées ; la2006, 175 000 entreprises ont été créées
Créations puresplus forte, dans l'hôtellerie-restauration,dans la construction et 48 000 dans
n'est que de 3 %.l'hôtellerie-restauration. 180 000
Les trois secteurs cités sont très dynami-Enfin, sur les cinq dernières années,
ques ces quatre dernières années : l'im-275 000 créateurs d'entreprises se sont
130 000mobilier est largement en tête (agencesimplantés en Île-de-France, soit plus
immobilières, promotion et transactionsd'une entreprise sur quatre.
immobilières) ; il est suivi des services 80 000
Reprisesaux entreprises et de la construction. Réactivations
De moins en moins Entre 2003 et 2005, autour de 35 % de
30 000créations supplémentaires étaient enre-de reprises d'entreprises 2001 2002 2003 2004 2005 2006
gistrées dans chacun de ces secteurs Source : répertoire des entreprises et des établissements
(Sirene), Insee.(graphique 5). Mais l'immobilier croît plusLe nombre de reprises – non compris
celles qui correspondent à des cessions de
parts sociales (définitions) –, et de réactiva-
tions est en diminution ; il est même Évolution des créations d'entreprises par secteur entre 2005 et 2006
descendu en dessous de son niveau de Services aux entreprises
2002 (graphique 3), avant le début de la Construction
Immobilierhausse des créations. De ce fait, en 2006,
Éducation, santé, action sociale
28 % des créations sont des reprises ou Ensemble
Services aux particuliersdes réactivations contre 35 % en 2002.
Transports
La baisse des créations par reprise Commerce et réparations automobiles
Commerce de détail, réparationsamorcée en 2005 s'est poursuivie tout
Commerce de gros
au long de l'année 2006. Les créateurs Industrie hors IAA
Industries agroalimentairesqui choisissent de reprendre une entre-
Hôtellerie-restauration
prise investissent souvent plus que ceux
–4 –2 0 2 4 6
qui créent une entreprise entièrement en %
Source : répertoire des entreprises et des établissements (Sirene), Insee.nouvelle : 43 % des repreneurs d'entre-
prises investissent plus de
100 000 euros à la création contre 24 % Évolution des créations dans les secteurs les plus dynamiques
des créateurs de nouvelles entreprises.
et dans l'ensemble de l'économie depuis 2001
Reprendre une entreprise existante indice 2001 : 100
170n'est sans doute pas à la portée finan-
160cière de tous. Immobilier
150
La loi en faveur des petites et moyennes
140 Constructionentreprises est entrée en vigueur au mois
130
d'août 2005. Elle vise à favoriser la trans-
120
mission d'entreprises, par le biais d'exo- Ensemble
110
Services aux entreprisesnérations et plus largement par la baisse
100
des coûts de transmission. Ses effets ne
90
sont pas encore perceptibles, du moins 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Source : répertoire des entreprises et des établissements (Sirene), Insee.dans le champ défini plus haut.
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREde 35 % et de 55 % entre 2002 et 2006. Taux de création d'entreprises par région en 2006
La vente de biens immobiliers, qu'elle
soit pour un compte propre ou pour celui
d'un tiers, est devenue très lucrative en
raison de la forte hausse des prix.
Les secteurs de l'innovation
technologique
de 12,0 % à 14,5 %
Le nombre de créations de nouvelles de 11,5 % à 12,0 %
entreprises dites « innovantes » (défini- de 9,5 % à 11,5 %
tions) stagne alors que les créations de
nouvelles entreprises augmentent globa-
lement. Ainsi, en 2006, 5,0 % des nouvel-
les créations d'entreprises sont des
Source : répertoire des entreprises et des établissements (Sirene), Insee.
créations dites « innovantes », contre
5,1 % en 2005. Seul le secteur des servi-
ces informatiques (développement et réa-
la Franche-Comté (– 2,3 % par rapport comptait 60 % de créations d'entrepri-lisation de nouveaux logiciels, études de
à 2005) et de la Provence - Alpes - Côte ses individuelles et 40 % de sociétés.configurations informatiques) a progressé
d'Azur (– 0,4 %). Comme en 2005, les créations de socié-en 2006 : + 2,2 %. Les autres secteurs,
Quatre régions (Île-de-France, Rhône - tés augmentent (+ 5,1 % par rapport àcomposés des secteurs producteurs et
Alpes, Provence - Alpes - Côte d'Azur, 2005) alors que les créations d'entreprisesapprovisionneurs de technologie, sont en
Languedoc-Roussillon) concentrent à individuelles sont en baisse (– 1,1 %). Lesbaisse. Pourtant, en 2006 de nouvelles
elles seules plus de la moitié des créa- récents dispositifs pour favoriser la créa-aides étaient proposées aux créateurs qui
tions d'entreprises en France métropoli- tion de sociétés ont sans doute contribuélançaient leur activité dans un secteur de
taine. Cette proportion diminue toutefois à ce changement. La création de sociétél'innovation technologique, secteur faisant
légèrement en 2006 : elle est de 49 % sous forme de société d'exercice libéral àpartie de l'un des quinze secteurs identi-
contre 51 % les années précédentes. responsabilité limitée (SELARL) et defiés comme stratégiques par l'État.
Les disparités régionales tendent à se SARL unipersonnelle (définitions), le pen-
réduire. Les régions dont le taux de créa- dant de la création d'entreprise indivi-
Renouvellement tions est le plus faible en 2006 sont celles duelle, offre des avantages en termes de
où l'évolution annuelle est la plus forte : fiscalitéetdeprotectiondupatrimoinededu tissu productif :
Limousin, Auvergne, Bourgogne, Cham- l'entrepreneur.des inégalités sectorielles …
pagne-Ardenne et Basse-Normandie En 2006, 36 % des entreprises indivi-
(carte). duelles ont été créées par des femmes.Plus d'une entreprise sur quatre se crée
Des aides sont prévues pour les entre- Le nombre d'entreprises individuellesdans le commerce, dont 70 % dans le
prises implantées dans l'une des zones créées par des femmes est en augmen-commerce de détail (alimentation, habille-
dites zones franches urbaines (ZFU). tation (+ 0,7 % par rapport à 2005), alorsment, bricolage). En 2006, les créations
Dans ces zones classées ZFU, les micros que le nombre d'entreprises créées parbaissent dans tous les secteurs du com-
et petites entreprises nouvellement créées des hommes diminue (– 2,4 %). Depuismerce. Pourtant, le nombre d'entreprises
erou implantées depuis le 1 janvier 2006 août 2006, les aides accordées auxcréées en 2006 atteint un niveau qui reste
peuvent bénéficier d'exonérations des demandeurs d'emplois pour créer unefavorable au renouvellement du tissu pro-
charges sociales patronales, des impôts entreprise ont été étendues aux femmesductif dans ce secteur. En effet, le taux de
sur les bénéfices, de la taxe profession- qui avaient cessé leur activité pour élevercréations (définitions) dans le commerce
nelle et de la taxe foncière. Ces aides leurs enfants.est de 12,5 %, ce qui le situe, en 2006,
pourraient à l'avenir avoir une influence Les femmes et les hommes créent enau-dessus de la moyenne de l'ensemble
sur la répartition géographique des proportion autant d'entreprises indivi-des secteurs de l'économie (12 %).
entreprises créées. duelles dans le commerce et l'immobi-L'industrie perd elle aussi un peu de
lier. En revanche, 2 % seulement desvitesse en termes de créations (indus-
femmes créent une entreprise dans latries hors agroalimentaires : – 2,7 % et
Les créateurs privilégient construction contre 24 % des hom-industries : – 2,4 % par
mes, mais elles sont 28 % dans lesrapport à 2005). la forme juridique de société
services aux particuliers contre 15 %
La proportion de sociétés est en constante d'hommes.… et des disparités régionales
progression depuis 2003. En 2006, 53 % Les femmes créent leur entreprise
des créations d'entreprises se font sous moins jeunes que les hommes : parmiEn 2006, le nombre de créations d'entre-
forme d'entreprises individuelles, et 47 % les créateurs de moins de 30 ans, seule-prises augmente dans toutes les régions
sous forme de sociétés. En 2002, on ment 33 % sont des femmes.de France métropolitaine, à l'exception de
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREpermanent d'observation d'une génération Taux de création : rapport entre le nombre86,5 % des entreprises
de nouvelles entreprises tous les quatre de créations observées une année et le
se créent sans salarié ans. Les entreprises créées en 1998 ont été nombre d'entreprises au premier janvier de
enquêtées en 2001, puis 2003. Elles appar- cette même année.
tiennent au champ ICS. Secteurs innovants : ces secteurs sontEn 2006, 86,5 % des créations de nou-
ceux des technologies de l'information etvelles entreprises ne génèrent qu'un
de la communication, des produits pharma-
seul emploi, celui de l'entrepreneur. Définitions
ceutiques, de la biotechnologie et des nou-
Quelques mois après la création, les veaux matériaux. Ils regroupent une
entreprises toujours en activité emploient proportion importante des entreprises qui
Créations d'entreprises :
produisent des innovations technologi-en moyenne 1,9 personne (en comptant Les créations sont classées
ques. Ils comprennent les codes NAF sui-l'emploi du créateur). Trois ans plus tard, en trois catégories : créations pures, créa-
vants :
tions par reprise et réactivation.les entreprises qui perdurent emploient
– 241A, 241E, 241G, 241L, 244 A : chimie
– Toute entreprise personne morale ou per-en moyenne 2,5 personnes. Au total, et biotechnologie ;
sonne physique n'ayant pas eu antérieure-
plus de 87 % de l'emploi créé initialement – 30, 313Z, 32, 332, 333 : fabrication de
ment d'activité non salariée est inscrite au
matériel de technologie de l'information ;subsiste trois ans plus tard. répertoire lors de sa déclaration de démar-
– 518G,518H:commercedegrosdematé-Durant les onze premiers mois de rage d'activité et reçoit alors un numéro d'i-
riel de technologie de l'information ;
dentification. Elle est comptabilisée dans lal'année 2006, 74 144 créateurs d'entre-
– 642, 713E, 72, 921, 922, 924, 925A : ser-
statistique de créations, à partir de sa dateprises ont bénéficié de l'aide aux vices de de l'information.
de début d'activité économique :
chômeurs créateurs et repreneurs ACCRE : aide aux chômeurs créateurs ou
-encréationpuresil'activitéexercée ne
repreneurs d' entreprise.d'entreprises (ACCRE, définitions). constitue pas la poursuite d'une activité de
L'ACCRE est accessible aux demandeursCette aide a été accordée à 2,5 fois plus même type exercée antérieurement au
d'emploi, indemnisés ou non indemnisés, endroit par une autre entreprise. Onde créateurs qu'en 2002. Depuis 2006,
et inscrits depuis plus de six mois à l'ANPE,
parle aussi de création « ex nihilo » ;elle a également été étendue à tous les aux bénéficiaires du RMI, aux salariés re-
- en création par reprise dans les cas con-
entrepreneurs dont le revenu, avant la preneurs de leur entreprise en redresse-
traires(reprisedetoutoupartiedes
ment ou en liquidation judiciaire, ainsicréation, était inférieur au Smic. moyens de production d'une autre entre-
qu'aux jeunes de moins de 26 ans éligibles
prise, rachat d'un fonds de commerce...).
aux « emplois-jeunes ». Par application de
En revanche les reprises liées à une nou-
l'article 37 de la loi pour l'initiative écono-
velle répartition du capital de l'entrepriseSources er
miquedu1 août 2003, l'ACCRE est égale-
suite à des rachats de parts sociales ne
ment ouverte aux bénéficiaires d'un contrat
sont pas prises en compte, par exemple en
d'appui au projet d'entreprise depuis sep-
Créations d'entreprises : les statistiques cas de transmission.
tembre 2004.
proviennent du répertoire des entreprises – Une personne physique, ayant eu par le
et des établissements (Sirene) géré par passé une activité non salariée quelle
l'Insee. Il enregistre les mouvements éco- qu'elle soit et reprenant une activité non sa-
nomiques et légaux affectant ces unités, en lariée, retrouve le numéro d'identification
particulier les créations. qui lui avait été précédemment attribué. Bibliographie
Les statistiques concernant le sexe du L'opération est alors comptabilisée, dans
créateur ne sont connues que pour les tous les cas, en création par réactivation.
créateurs d'entreprises individuelles. SARL : société groupant des associés dont « Nouvelles entreprises, cinq ans après »,
Champ : cette étude porte sur les créa- la responsabilité est limitée à leur apport Insee Première n° 1064, janvier 2006.
tions du champ ICS personnel. « En 2005, les créations d'entreprises se
(industrie, commerce, services) construc- SARL unipersonnelle (ou EURL) : SARL maintiennent à un haut niveau », Insee Pre-
tion comprise hors agriculture et activités constituée d'une seule personne qui en dé- mière n° 1063, janvier 2006.
financières. Elle ne comporte aucune tient donc toutes les parts. « Étude sur les causes de la reprise ou de la
donnée sur les créations d'établissements SELARL : société d'exercice libéral à res- non-reprise des entreprises individuelles
d'entreprises déjà existantes. ponsabilité limitée. Elle permet aux mem- suite au départ à la retraite de leur
Enquête Sine (système d'information bres des professions libérales d'exercer leur dirigeant », étude TMO-DCASPL-Insee,
sur les nouvelles entreprises) : système activité sous forme de sociétés de capitaux. sur www.pme.gouv.fr.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2007 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel : 74€ (France) 92€ (Étranger)
Rédacteurs : C. Benveniste,
C. Dulon, A.-C. MorinNom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
T. Méot
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : É. Houël
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP071120
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2007
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin