Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les échanges extérieurs de la France - Un excédent record de 256 milliards de francs

De
4 pages
En 1997, l'ensemble des échanges extérieurs de la France a enregistré un excédent record de 256 milliards de francs. Le niveau élevé de la demande mondiale et la compétitivité des produits français ont contribué à la forte augmentation du solde des échanges de biens, qui a atteint 150 milliards. Hors tourisme, les échanges de services ont également progressé vivement, dégageant un excédent supérieur à 100 milliards. L'excédent touristique (66 milliards) a recommencé à croître après deux années de repli. L'amélioration du solde des intérêts et des dividendes a permis de réduire de 27 milliards le déficit des opérations de répartition.
Voir plus Voir moins

N°589 Juin 1998
Prix : 15 F
LES ÉCHANGES EXTÉRIEURS
DE LA FRANCE EN 1997
Un excédent record de 256 milliards de francs
Micheline Vincent et Henri Tyrman, division Échanges extérieurs, Insee
sion générale de toutes les composantes dun 1997, l’ensemble des échanges
solde extérieur : échanges de biens (+ 84
extérieurs de la France a enregis milliards par rapport à 1996), échanges deEtré un excédent record de 256 services (+ 19 milliards), solde touristique
(+ 12 milliards) et opérations de répartitionmilliards de francs. Le niveau élevé de la
(+ 27 milliards, toujours par rapport à 1996).
demande mondiale et la compétitivité La progression des exportations a été un
des produits français ont contribué facteur essentiel de la reprise de la crois
sance en France en 1997, alors qu’on ob à la forte augmentation du solde des
serve une accélération des importations en
échanges de biens, qui a atteint 150 mil fin d’année tirée par la demande intérieure
liards. Hors tourisme, les échanges de (consommation et investissement).
services ont également progressé vive
Excédent record
ment, dégageant un excédent supérieur à
de la balance commerciale
100 milliards. L’excédent touristique
L’excédent du commerce extérieur de biens(66 milliards) a recommencé à croître
de la France a de nouveau vivement pro
après deux années de repli. L’améliora gressé en 1997. Le solde a atteint le niveau
tion du solde des intérêts et des dividen record de 149,7 milliards de francs en don
nées CAF/FAB après 65,7 milliards en 1996,des a permis de réduire de 27 milliards le
au sens des comptes nationaux (encadré).
déficit des opérations de répartition. La progression du solde est allée de pair
avec une croissance rapide des flux, nos ex
portations augmentant beaucoup plus rapi
En 1997, le solde des échanges de la dement (+ 14,5 %) que les importations
France avec l’étranger – sa capacité de fi (+ 9,3 %). En volume (mesuré aux prix de
nancement – a atteint 255,6 milliards de l’année précédente) le taux de croissance de
francs, soit 3,2 % du Produit intérieur brut nos exportations (+ 13,4 %) est le plus élevé
(PIB). Ce résultat est en forte progression depuis 1973. Le dynamisme de la demande
(+ 142 milliards) par rapport au record de mondiale et l’accroissement de la compétiti
l’année précédente (graphique et tableau 1). vité des produits français dans un contexte de
Cette amélioration s’explique par la progres change favorable expliquent cette évolution.
Soldes des opérations non financières entre la France métropolitaine et l’extérieur
En milliards de francs courants
Soldes extérieurs
1994 1995 1996 1997
Biens CAF FAB 26,5 45,6 65,7 149,7
Tourisme 59,4 55,5 54,0 66,2
Services (hors tourisme) 75,1 80,5 85,8 104,7
Opérations de répartition 119,9 -75,4 -91,8 -65,0
Capacité de financement 41,1 106,1 113,7 255,6
Source : comptes de la nation 1997, Insee
?
INSEE
PREMIERENos principaux partenaires ont connu que des évolutions contrastées selon Prix moyens des biens échangés
une croissance forte (+ 2,9 % pour lesla destination des produits : les prix en
Évolution en % par rapport à l’année précédente
pays de l’OCDE en 1997, après francs de nos produits ont surtout aug
Export Import
+ 2,6 % en 1996). Le commerce mon menté à destination du Royaume Uni
Agriculture -0,7 5,7dial a lui aussi progressé à un rythmeet des États Unis, alors qu’ils étaient
IAA 1,4 2,7très élevé (+ 9,5 % en volume selon orientés à la baisse vers nos partenai
Énergie 3,5 8,5
l’estimation de l’Organisation mon res d’Europe continentale. L’apprécia
Biens intermédiaires 0,7 0,1
diale du commerce, ce qui constitue lation du dollar et de la livre a eu
Biens d’équipement profes 1,1 0,9
deuxième performance depuis vingt également un impact au second se
sionnel
ans). Nos exportations ont augmenté mestre sur le prix des produits impor ent ménager 1,3 3,4
encore plus vite que la demande mon tés, en particulier pour les produits Véhicules de transport terrestre 0,9 -1,6
diale, grâce à une amélioration subs manufacturés et les produits agrico Biens de consommation courante 1,4 0,6
tantielle de la compétitivité des les. La hausse du prix des importa- Ensemble 1,0 1,1
produits français. La hausse du dollar tions en 1997 est ainsi plus nette en Source : comptes de la nation 1997, Insee
(+ 14 % en moyenne annuelle), de la glissement (+ 3,8 %) qu’en moyenne
livre (+ 20 %) et de la lire (+ 3 %) s’estannuelle (+ 1,1 %). Les termes de 1997, avec une vive progression des
traduite par une baisse du taux de l’échange (prix d’export/ prix d’import) ventes de la viticulture, d’oléagineux
change effectif du franc. Les entrepri sont restés stables en moyenne an et de viande fraîche.
ses françaises ont tenu compte de nuelle (tableau 2). Le solde énergétique a enregistré une
l’évolution des taux de change pour Tous les secteurs ont contribué à nouvelle dégradation de 8 milliards de
déterminer leurs prix sur les marchés l’amélioration du solde, à l’exception francs. Les prix de l’énergie importée
extérieurs. La hausse modérée des de l’énergie (tableau 3). ont augmenté, la hausse du dollar
prix à l’exportation (+ 1 % en moyenneL’excédent agro alimentaire s’est l’emportant sur la baisse des cours
annuelle, + 2,8 % en glissement) mas amélioré de 12,3 milliards de francs endes produits pétroliers. Les exporta
tions d’énergie électrique ont stagné.
L’excédent des produits manufacturés
Les échanges extérieurs en 1996 et 1997 s’est fortement accru (+ 79,8 milliards
En milliards de francs courants de francs). La progression la plus vive
Exportations Importations concerne l’automobile, du fait de la vi
Solde 1996 Solde 1997 (ou crédits) (ou débits) gueur de la demande étrangère (pri
1997 1997 mes gouvernementales en Italie et en
Biens CAF FAB 65,7 149,7 1713,3 1563,6 Espagne) et du recul du marché fran
Agriculture 24,9 29,0 87,9 58,9 çais après la fin des primes à la casse.
IAA 31,7 39,9 156,0 116,1 Les ventes de biens d’équipement pro
Énergie - 77,8 -85,9 43,8 129,7
fessionnel ont également été en forte
Produits manufacturés 86,9 166,7 1425,6 1258,9
croissance, grâce aux performances
dont : Biens intermédiaires - 1,9 2,1 390,0 387,9
des secteurs de la construction aéro
Biens d’équipement professionnel 66,1 97,0 516,7 419,7
nautique et du matériel professionnelBiens d’équipement ménager 6,1 5,3 28,8 34,1
électronique. Les échanges extérieursMatériel de transport terrestre 30,1 68,5 229,2 160,7
de téléphones cellulaires ont plus queBiens de consommation courante - 1,3 4,4 260,9 256,5
Tourisme 54,0 66,2 162,4 96,2 doublé par rapport à 1996, dégageant
Services hors tourisme 85,8 104,7 292,9 188,2 à eux seuls un excédent de 4,5 mil
Récupération 2,9 2,6 7,8 5,2 liards. Le solde des biens de consom
Transports 26,0 27,6 64,1 36,5 mation a poursuivi son redressement
Télécommunications 0,9 - 0,2 3,7 3,9 et est devenu excédentaire pour la
Services rendus aux entreprises 51,1 61,1 138,5 77,4
première fois depuis 1978 : les expor
Enseignement et recherche 6,7 6,4 13,9 7,5
tations ont eu une croissance plus ra
Services d’assurances 4,1 - 2,7 3,0 5,7
pide (+ 13,3 %) que les importations
Organismes financiers 2,4 9,9 61,9 52,0
(+ 10,8 %), en particulier pour les pro Opérations de répartition - 91,8 - 65,0 /// ///
duits pharmaceutiques.dont : Rémunération des salariés 4,6 10,1 23,2 13,1
Impôts sur la production et les
importations (dont TVA communautaire) - 55,1 - 56,4 /// 56,4 Forte progression du solde
Subventions 53,5 52,9 52,9 /// commercial avec les pays
Coopération internationale courante
de l’Union européennee(dont 4 ressource) - 65,6 - 70,6 30,7 101,3
Revenus de la propriété 33,2 3,8 431,6 427,8 L’Union européenne reste de loin notre
Primes nettes d’assurance - 3,4 - 4,9 2,7 7,6
premier partenaire et la principale source
Indemnités d’assurance 12,1 11,4 14,5 3,1
de notre excédent. Cependant, les échan
Transferts courants 14,3 9,2 47,1 37,9
ges se sont développés à un rythme plus
Autres transferts en capital -1,2 0,2 0,8 0,6
rapide avec les pays tiers tableau 4( ).
Capacité de financement 113,7 255,6 /// ///
L’excédent avec les pays de l’Union
Source : comptes de la nation 1997, Insee
¸?européenne s’est amélioré de 60,4 Les principaux partenaires commerciaux de la France en 1997
milliards de francs. La consolidation
En milliards de francs courants
de la croissance dans les pays de
Exportations Importations
l’Union et le taux de change favorable Soldes 1996 Soldes 1997
de biens (FAB) de biens (CAF)
(hausse de la lire et de la livre) ont dy
Union européenne 28,9 89,3 1048,6 959,3
namisé les exportations, en particulier
dont : Union monétaire 2,2 39,7 822,0 782,3
dans les secteurs de l’automobile et
OCDE (1) hors Union européenne 22,9 -21,2 261,0 282,2
de l’équipement professionnel. La pro
Reste du monde 59,7 81,6 403,7 322,1
gression des exportations a été vive Allemagne 3,4 4,5 263,7 259,2
vers le Royaume Uni (+ 21 %) et l’Es Belgique et Luxembourg 3,6 8,2 133,7 125,5
pagne (+ 14 %), pays avec lesquels la Espagne 17,3 29,4 133,1 103,7
France a enregistré ses plus gros ex Italie 10,8 1,3 153,8 152,5
Pays Bas -7,5 -0,4 77,8 78,2cédents. L’évolution est plus modérée
Royaume Uni 19,237,5167,5130,0avec la Belgique et surtout l’Allema
Suisse 21,621,258,136,9gne (+ 4 %). À l’exception des biens
États Unis 26,8-26,0110,3136,3d’équipement professionnel, les im
Japon 18,8-23,628,552,1
portations d’origine communautaire
Chine -18,7-18,720,038,7
ont progressé modérement (+ 6,7 %),
1. Organisation de coopération et de développement économiques
l’automobile étant en net recul ( 6 %). Source : Douanes, comptes de la nation 1997, Insee
Le déficit avec les autres pays de
l’OCDE est resté stable, avec des flux Américains et des Anglais, ainsi que laque de 2,5 % (de + 11,4 % pour les
d’échange en vive croissance. Malgré reprise de l’activité économique dans abonnements et la publicité à 7 %
la progression de nos exportations certains pays du Nord de l’Europe, ontpour la location de biens) alors que les
(+ 25 %), les État Unis restent notre contribué à la forte progression des re dépenses croissaient fortement, d’où
premier déficit bilatéral. Le déficit aveccettes en 1997. Celle ci permet à la une dégradation du solde. Les échan
le Japon s’est aggravé, l’augmentation France de se placer en troisième posi ges des services techniques qui com
de nos exportations (+ 4 %) étant limi tion du palmarès des pays d’accueil prennent les services d’assistance de
tée par la stagnation de la demande des touristes étrangers derrière les coopération industrielle et de conseil
intérieure de ce pays. États Unis et l’Italie, l’Espagne occu se sont maintenus à un niveau élevé.
Le solde avec les pays de l’Est est de pant cette année la quatrième place. Le déficit des services d’assurance
venu excédentaire, grâce à la forte s’est réduit ( 2,7 milliards de francs
croissance des exportations (+ 30 %) après 4,1 milliards en 1996) : l’amé ... et des autres services
stimulées par les ventes de biens lioration du solde de la réassurance,
d’équipement professionnel et d’auto Les échanges de services hors tou qui passe de -2,5 à 0,4 milliard de
mobiles. risme ont fortement augmenté en 1997francs, a plus que compensé la dété
Nos échanges avec les pays en déve par rapport à l’an dernier ; l’excédent rioration du déficit des services d’as
loppement rapide d’Asie représentent a dépassé 104 milliards de francs con surances dommage et transport. Ces
environ 6% de notre commerce, à l’im tre 86 milliards de francs en 1996, derniers ont enregistré une forte crois
portation comme à l’exportation. Le l’évolution des recettes étant nette sance des dépenses (+ 10 %) et une
solde avec ces pays est redevenu ex ment supérieure à celle des dépenses baisse des recettes ( 4 %).
cédentaire en 1997, avec là aussi des (+ 14 % contre + 10 %). Enfin, le solde positif des services des
exportations très dynamiques (+ 36 %). L’excédent de l’ensemble des servi- organismes financiers (commissions
L’amélioration a été concentrée sur ces de transport s’est amélioré, retrou et frais bancaires ou financiers) s’est
les biens d’équipement professionnel, vant son niveau de 1995, malgré la largement amélioré et a atteint 9,9 mil
en particulier l’aéronautique. Les effets faible croissance des recettes de liards de francs (2,4 milliards de francs
de la crise monétaire et boursière transport maritime (+ 1,7 %). en 1996) grâce à une forte croissance
asiatique n’étaient pas encore percep Pour la deuxième année consécutive, des recettes (+ 17,7 %).
tibles fin 1997 (cf. Insee première n° 583). les services rendus aux entreprises
dégagent un excédent en forte crois Réduction importante du déficit
sance : 61 milliards de francs après 51Sensible remontée de des opérations de répartition
milliards de francs en 1996. Parmi cesl’excédent du tourisme...
Après une dégradation en 1996, le dé services, les recettes du négoce inter
Après deux années consécutives de ficit des opérations de répartition s’estnational progressent fortement en
repli, l’excédent touristique s’établit à réduit, passant de 92 milliards de1997 (+ 38,8 %) alors qu’elles avaient
66 milliards de francs, soit 12 milliards francs à 65 milliards de francs. L’es stagné en 1996 : les entreprises de
de plus qu’en 1996. En effet, le rythme sentiel de ce mouvement s’expliquenégoces de matières premières ont
de croissance des recettes (+ 12,6 %) par l’évolution des revenus de la pro profité de l’appréciation du dollar pour
a été beaucoup plus soutenu que celui priété (intérêts, dividendes, revenusréduire leurs stocks de produits éner
des dépenses (+ 6,6 %). des actifs incorporels) dont le solde de gétiques et de céréales. À l’inverse,
L’appréciation du dollar et de la livre vient excédentaire (3,8 milliards deles recettes des autres services ren
sterling favorisant les séjours des francs) après plusieurs années de déficit.dus aux entreprises n’ont augmenté
˝LA BALANCE COMMERCIALE DES DOUANES, de la « quatrième ressource » (fixée
LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LES COMPTES NATIONAUX en fonction du produit national brut)
versée aux institutions européennes,
Les échanges extérieurs de la France sont ici présentés dans le cadre du compte du
tandis que la hausse de la TVA com Reste du monde. Cette présentation diffère de celle de la balance commerciale (Douanes)
munautaire (+ 1,2 milliard de francs)et de la balance des paiements (Banque de France).
est compensée en partie par uneLe compte du Reste du monde de la comptabilité nationale (base 1980) prend en compte
les transactions entre la métropole et le reste du monde (y compris les DOM TOM). Labaisse de la cotisation sur les sucres
balance commerciale élaborée par la Direction générale des douanes et des droits (-0,8 milliard de francs) reversée à
indirects a intégré les DOM dans le territoire de référence depuis janvier 1997, ce quil’Union européenne. L’ensemble des
était déjà le cas de la balance des paiements publiée par la Banque de France. La subventions versées par le Fonds eu
prochaine base de comptabilité nationale, publiée à partir de l’an prochain, intègrera ropéen d’orientation et de garantie à
également les DOM dans le territoire économique de référence.
l’agriculture (FEOGA) est resté prati
Les échanges de biens du compte du Reste du monde et la ligne « importations et
quement stable et sans disparité im
exportations » de la balance des paiements sont fondés sur les statistiques douanières,
portante d’un secteur à l’autre. Le
mais leur estimation nécessite des ajustements.
financement par le FEOGA au titre des
Soldes 1997 en milliards de francs dépréciations sur stocks s’est réduit.
Balance commerciale FAB FAB + 173,5 Balance commerciale FAB FAB + 173,5
(Douanes) (Douanes) Pour comprendre ces résultats
+ Échanges sans paiement 20,0 Correction CAF/FAB + 51,3
+ Corrections (écart fabisation, etc.) - 0,4 = Balance commerciale CAF/FAB + 122,2
On parle de capacité de financement de la Nation+ Échanges entre la Métropole + 31,7
et les DOM-TOM lorsque le solde des opérations non financières
Échanges entre les DOM-TOM et le 16,0 entre la métropole et l’extérieur est positif, de
reste du monde (hors métropole) besoin de financement lorsqu’il est négatif.
+ Corrections (avitaillement, 20,2 Les flux de commerce extérieur sur les mar
petits opérateurs,etc.)
chandises et les services liés (transport, assu
= Solde des échanges de marchandises 153,1 = Solde des échanges + 149,7 rance) sont mesurés : importations CAF (coût,
FAB FAB (balance des paiements, de marchandises CAF FAB assurance et fret) et exportations FAB ( franco
Banque de France) (comptabilité nationale, Insee)
à bord). Les opérations sur marchandises
comprennent donc les frais de transport et
Trois raisons supplémentaires expliquent les écarts entre la balance des paiements et le d’assurance jusqu’à la frontière française, qui
compte du Reste du monde sur les autres soldes : ne sont pas affectés aux rubriques transport et
- la comptabilisation FAB FAB des marchandises en balance des paiements entraîne une assurance des échanges de services.
évaluation des services de transport et d’assurance qui diffère de celle effectuée CAF L’évolution des prix des importations et des
FAB dans le compte du Reste du monde ;
exportations est estimée par les indices de
le traitement de certaines opérations est différent. En balance des paiements, les
valeur unitaire, calculés par l’Insee à partir
échanges de produits de la récupération sont assimilés aux marchandises alors qu’ils
des données en valeur et en quantité four
sont inclus dans les services dans le compte du Reste du monde ;
nies par l’administration des douanes. Les
l’utilisation pour certains postes des services et des opérations de répartition du compte
termes de l’échange sont mesurés par ledu Reste du monde d’informations non mobilisées par la balance des paiements peut
rapport de l’indice du prix des exportationsconduire à des estimations différentes.
à l’indice du prix des importations.
En comptabilité nationale, en base 1980,
les intérêts sont enregistrés à terme échu,
L’amélioration depuis plusieurs an- ment et des travaux publics ont encore ce qui peut entraîner certaines divergences
nées de la position extérieure a pous bénéficié du développement des andsgr avec la balance des paiements, qui prend
sé les résidents à investir à l’étranger, chantiers et l’excédent s’est donc ain m en compte les coupons courus.
d’où une forte croissance des revenus tenu à plus de 12 milliards de francs. La position extérieure de la France est me
d’investissement reçus par les rési- Le déficit de la coopération internatio surée par le solde des créances et des
dents (+ 25 %). nale courante s’est creusé de 5 milliardsengagements des résidents vis à vis des
Les entreprises françaises du bâti de francs, en raison de l’augmentation non résidents.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
75675 Paris cedex 14A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
Directeur de la publication :
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1998
Paul Champsaur
1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde) Rédacteur en chef :
Baudouin Seys
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________
Rédacteurs : J W Angel,
Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani
___________________________________ Tél : _____________________________ Maquette : Mireille Brunet
ISSN 0997 3192Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
© INSEE 1998Date : _______________________________ Sgnaturei
qqq

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin