Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les faits marquants en 2001 : crise du transport et loi d'orientation

De
2 pages
La défaillance de deux compagnies aériennes a gravement perturbé le trafic en milieu d'année. Les attentats du 11 septembre ont prolongé la crise dans ce secteur. La mise en application progressive de la loi d'orientation sur l'Outre-mer a au contraire eu une influence positive, notamment sur la création d'entreprises. La flambée des prix sur le tabac et les produits frais a été temporaire et le rythme de l'inflation est resté modéré.
Voir plus Voir moins

éco nomie
Les faits mar quants de 2001
Crise du trans port aé rien
La défail lance de deux com pa gnies aérien nes a gra ve ment
per tur bé le tra fic aérien en milieu d’année. Les atten tats du 11
sep tembre ont pro lon gé la crise dans ce sec teur. La mise en
appli ca tion pro gres sive de la loi d’orien ta tion sur l’Outre-mer a au
con traire eu une influence posi tive, notam ment sur la créa tion
d’entre pri ses. La flambée des prix sur le tabac et les pro duits
frais a été tem po raire et le rythme de l’infla tion est res té modé ré.
vec deux évè ne ments majeurs le le prix des trans ports en rai son de l’ins -Un bilan com mun pour 2001 trans port aérien est le sec teur tau ra tion d’une sur prime de sûre té miseApour lequel l’année a été la plus en place par les com pa gnies d’assu rance.Cet article et le sui vant cons ti tuent le mou ve mentée. Les dif fi cul tés ren con -
bilan éco no mique de l’année 2001. Ils Au total, on observe un repli de 1,8 %trées par le pôle AOM/Air-Lib à par tir
ont été réa li sés en col la bo ra tion entre les du tra fic pas sa ger en 2001. Il n’en estde la fin de l’année 2000 ont connu leurser vi ces d’étu des de l’Iedom et de pas de même pour le fret aérien qui asom met au mois de juin. Les deux com -l’Insee. Les auteurs sont :
pro gres sé de 1,7 %. Ceci tra duit en faitpa gnies ont alors dépo sé leur bilan, après
g Jean-Bap tiste HERBET, chef du ser vice une hausse de 3,8 % des impor ta tionsl’échec d’un plan de res truc tu ra tion misétude et dif fu sion à la direc tion mais une baisse de 1,4 % des expor ta -en place en mai 2001 qui avait entraî nérégio nale de l’Insee. tions. Mal gré les dif fi cul tés d’Air-Lib,des mou ve ments de grève. On observe
g Sté phane MARTIN, responsable du on explique cet écart par le rem pla ce- un tas se ment du tra fic pas sa ger total dès
service études de l’agence de ment des anciens DC10 de cette com -le mois de mars, en rai son de la baisse
Saint-Denis de l’Iedom. -pagnie par des A340, pré sen tant des capa de l’offre sur la des serte Réu nion-métro -
-ci tés supé rieu res de fret, et la pleine uti
g Fré dé ric SIEGEMUND, volon taire civil à pole qui accentue la hausse sai son nière
li sa tion de ces capa ci tés sup plé men tai res des prix. Ain si, l’indice des prix du mois l’aide tech nique à la direc tion régio nale
en fin d’année avec un tra fic pas sa gerde l’Insee. de juil let voit une spec ta cu laire hausse
dépri mé dans le sens Paris/Réu nion.du prix du trans port (+ 17,8 % sur un
mois). Il fau dra attendre le mois de sep -
-tembre pour obser ver un retour à la nor Appli ca tion pro gres sive
male du prix du trans port. de la Loom
Les atten tats du 11 sep tembre ont pro -
Après la publi ca tion, le 13 décembrelon gé la crise du trans port aérien sur la
2000, de la loi d’orien ta tion pour l’Outre- fin de l’année 2001. Alors que Air-Lib
avait repris nor ma le ment sa rota tion sur mer (Loom), l’année 2001 voit son
entrée en vigueur pro gres sive avec lala des serte métro pole/Réu nion, le tra fic
-n’avait tou jours pas retrou vé sa ten dance signa ture de plu sieurs décrets d’appli ca
tion. Il s’agit d’un évé ne ment majeur,-posi tive. Les évè ne ments du 11 sep
tant du point de vue éco no mique quetembre ont eu aus si un impact direct sur
social, qui mar que ra les années 2001-
2005. L’exo né ra tion des coti sa tions
Tra fic pas sa gers à Roland Gar ros -patro na les de sécu ri té sociale et l’apu re (arri vées + départs)
ment des det tes socia les et fis ca les (arti -
cles 2 et 5) sont entrés en appli ca tion le
2 avril. Plus de 200 mil lions d’euros
d’exo né ra tions de char ges p atro na les
seront repris par l’Etat pour l’année
2001. On en retrouve la trace dans la
baisse du prix des ser vi ces domes ti ques
(- 0,36 % en août), essen tiel le ment due à
l’allè ge ment des char ges patro na les de
coti sa tions socia les. Plus de 14 000
plans d’apu re ment des det tes socia les et
fis ca les ont été dépo sés, soit près d’un
plan pour deux entre pri ses. Seuls 1 841
Au deuxième se mestre le tra fic aé - plans ont pu être mis en œuvre en 2001,
rien a net te ment di mi nué par rap - les autres dos siers seront trai tés en 2002.
port à l’année pré cé dente.
2économie
et loi d’orien ta tion
Evo lu tion men suelle de l’indice des prix
(y.c. tabac) La Loom dy na mise la créa tion d’en tre pri ses
-Ela borée pour favo ri ser le déve lop pe Comme les années pré cé den tes, les
ment éco no mique des dépar te ments entre pri ses créées sont à 90 % des
0 d’Outre-mer, la Loom loi d’orien ta- indi vi duel les et à 99 % des
0tion pour l’Outre-mer est entrée en de moins de 10 sala riés. La
appli ca tion en 2001 ; ses mesu res rela - Réu nion conso lide ain si son parc de
ti ves à l’appa reil pro duc tif, tel les que peti tes entre pri ses : au 1er jan vier
-l’exo né ra tion des coti sa tions et con tri 2002, sur plus de 26 000 entre pri ses,
bu tions, ne s’appli quent qu’aux entre- 95 % ont moins de dix sala riés. C’est
pri ses indi vi duel les ou employant dix encore dans le bâti ment que le taux de
sala riés au plus. créa tion est le plus fort : il dépasse les
22 % cette année, avec un pic dans la
L’effet Loom se res sent en 2001 dans région Est.
l’accrois se ment notable du nombre
d’entre pri ses : si plus de 4 500 entre pri- Le sec teur des trans ports continue de
Mal gré des va ria tions sai son niè res ses furent créées, moins de 2 900 ont sta gner à l’échelle de l’île avec un
plus mar quées, l’in dice des prix dis pa ru. Le taux brut de créa tion atteint nombre de créa tions simi laire à celui de réu nion nais s’éloigne peu de ce lui
18 %, alors qu’il s’était sta bi li sé à l’année 2000, soit un taux brut de créa -de la France en tière.
16,5 % les années pré cé den tes. Le tion infé rieur à 7 %. Le sec teur du com -
taux brut de ces sa tion est de 11,6 % et merce pour suit sa pro gres sion, mais la
infé rieur au taux déjà excep tion nel le- région Nord est en retrait avec un tauxNéan moins, cela repré sente 0,45 mil -
ment bas de 1999 (12,1 %). de créa tion de 16,2 % contre envi ronlions d’euros d’éta le ment des det tes
20 % pour les autres. La pro gres sion
socia les et fis ca les. du sec teur des ser vi ces est glo ba le-
Nombre et taux brut de ces sa tion ment simi laire avec 18,7 % d’entre pri- Les mesu res s’adres sant à la per sonne,
et créa tion d’entre pri ses ses sup plé men tai res, et ce sont lesappa rues plus tard, n’ont pas encore régions Ouest et Sud qui enre gis trent
atteint leur régime de croi sière : 430 les plus forts taux. Glo ba le ment, c’est
plans-ini tia tive-jeu nes (PIJ) de créa tion dans la région Sud que la pro gres sion
d’entreprises, 700 PIJ pour la mobi li té et est la plus forte : le taux approche les
20 %, avec une impor tance par ti cu lière100 allo ca tions de retour à l’emploi ont
de l’industrie rela ti ve ment aux autresété signés. En revanche, le reve nu de
régions. n
soli da ri té (RSO), qui per met aux béné fi -
Fré dé ric SIEGEMUNDciai res du RMI depuis au moins deux
ans et âgés de plus de cin quante ans de
sor tir du dis po si tif en quit tant défi ni ti ve -
ment le mar ché du tra vail, a ren con tré
un grands suc cès puisque 95 % des
ayant-droits ont fait une demande. Ain si l’année 2001 a com men cé avec frais a com men cé à croître en jan vier
une flambée des prix sur le tabac et lesEnfin, la réduc tion de l’écart du prix des (+ 7,8 %), mais c’est sur tout au mois de
pro duits frais. Le 18 décembre 2000, lebiens cul tu rels (article 22) a ren con tré la février que les effets se sont fait sen tir
Con seil Géné ral prend la déci sion d’aug --grogne des librai res de l’île, en par ti cu avec une hausse de 17,8 % du prix des
men ter, à par tir du 1er jan vier 2001, la -pro duits frais. Cette hausse était cepen lier lors de la visite du Pre mier ministre
fis ca li té sur le tabac. Si quel ques dis tri - dant sans aucune mesure avec l’évo lu -fin jan vier. L’année 2001 n’a pas vu
bu teurs ont anti ci pé la hausse en décembre tion des prix cons tatée en 2002, suitel’ali gne ment pré co ni sé et il fau dra
afin d’évi ter des com por te ments de stoc - aux cyclones Dina et Har ry. En effet,attendre le mois d’avril 2002 pour que
-kage des consom m a teurs, c’est prin ci pa entre jan vier et mars 2002, le prix descet ali gne ment se res sente dans l’indice
le ment sur le mois de jan vier que le choc pro duits frais a aug men té de 127 %.des prix, avec une baisse de 1,2 % pour
est enre gis tré. Avec une hausse dele poste « édi tion, presse, pape terie ». Enfin, der nier évé ne ment mar quant56,6 % du prix du tabac pour ce seul
l’année 2001, mais non des moin dres,Au total, le niveau des prix hors tabac mois (76,3 % par rap port à jan vier
La Réu nion a été la pre mière régionn’aura pro gres sé, pour l’année 2001, que 2000), le prix du paquet de ciga ret tes
euro péenne à pas ser le cap de l’euro- connaît la plus forte aug men ta tionde 1,2 %, ce qui reste tout à fait com pa
fidu ciaire. Piè ces et bil lets ont été mis en rable à l’évo lu tion en métro pole qui est depuis qu’il est enre gis tré dans l’indice
cir cu la tion au 31 décembre 2001 àdes prix. de 1,3 %. Il semble que l’évo lu tion des
minuit heure locale, soit trois heu resprix à La Réu nion se soit dura ble ment
Le mois de jan vier a aus si été mar qué avant la France métro po li taine. nancrée dans celle de la métro pole mal gré par le pas sage du cyclone Ando, entre le
des varia tions sai son niè res impor tan tes. Jean-Bap tiste HERBET5 et le 8 jan vier. Le prix des pro duits
et Sté phane MARTIN
3