Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Méthode de conception d'un tableau des échanges intermédiaires (TEI) pour le département de la Martinique sur l'année 2000

De
51 pages
Les comptes économiques des Antilles-Guyane constituent aujourd’hui un des points forts de l’offre de l’Insee dans ces régions. Ils ont atteint un degré de robustesse et de pérennité via l’utilisation d’un logiciel adapté. Cependant, ces comptes, bien que détaillés, demeurent des comptes définitifs avec le décalage dans le temps que cela implique : les comptes de l’année n paraissent en n+3. Ils ne permettent donc pas d’éclairer le débat public sur le court terme. Partant de ce constat, la Direction Interrégionale Antilles-Guyane de l’Insee a mis en place en juin 2002, un séminaire de modélisation macroéconomique regroupant les principaux acteurs dans ce domaine. Ce projet inter-organisme, animé par l’INSEE, l’Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) et l’Agence française de développement (AFD), a pour but l’implantation de modèles économiques adaptés auprès des représentations locales de l’INSEE, de l’IEDOM, et de l’AFD, dans les DOM puis dans les TOM. Ces modèles répondront à des attentes nouvelles : comptes économiques provisoires et études d’impact (impact du tourisme, de la base spatiale de Kourou en Guyane). Le choix s’est porté sur une modélisation de l’économie qui respecte les concepts de la comptabilité nationale. Le pré-requis étant l’existence d’un tableau entrées-sorties (TES) dont le seul élément manquant est actuellement le tableau des échanges intermédiaires (TEI).
Voir plus Voir moins
             
                 
Les documents de travail de CERO n° 3
  
Par DORA VANOUKIA, Octobre 2005
 
Sommaire
 Introduction générale  1. La construction du TEI Martinique ...................................................................7 1.1 Q UELQUES RAPPELS DE COMPTABILITE NATIONALE ................................................................ 7 1.1.1 Le point de départ : le Tableau des Entrées-Sorties (TES) 1.1.2 Le cœur du TES : Le Tableau des échanges intermédiaires (TEI) Définition  Les consommations intermédiaires à l'intérieur du TEI Une nomenclature spécifique aux départements français d’Amérique Le partage des consommations intermédiaires locales et importées  ’ ’ 1.2 V UE D ENSEMBLE DE LA DEMARCHE D ELABORATION DU TEI M ARTINIQUE ............................. 10 1.2.1 Remplissage de la matrice des consommations intermédiaires de la Martinique 1.2.2 Le partage local-importé 1.2.3 Application de la méthode RAS  2. Investigations sur les branches du TEI ..........................................................16 2.1 L A BRANCHE AGRICOLE « DOM 1 A , DOM 1 B ET DOM 2 » ....................................................... 17 2.1.1 Le contour de la branche 2.1.2 Investigations 2.1.3 Les résultats  2.2 L A BRANCHE SUCRE , RHUM ET AUTRES ALCOOLS « DOM 5 » ................................................. 22 2.2.1 Le contour de la branche 2.2.2 Investigations 2.2.3 Les résultats  2.3 L A BRANCHE AUTRES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES « DOM 7 »......................................... 25 2.3.1 Le contour de la branche 2.3.2 Investigations 2.3.3 Les résultats  2.4 L A BRANCHE EAU ET ELECTRICITE « DOM 13 »...................................................................... 27 2.4.1 Le contour de la branche 2.4.2 Investigations 2.4.3 Les résultats 2.5 L A BRANCHE CONSTRUCTION « DOM 14 »............................................................................. 29 2.5.1 Le contour de la branche
 
2
2.5.2 Investigations 2.5.3 Les résultats   2.6 L ES BRANCHES TRANSPORTS « DOM 17 » ET AUTRES SERVICES AUX ENTREPRISES « DOM 21 ».................................................................................................................................... 31  2.6.1 Le contour de la branche 2.6.2 Investigations 2.6.3 Les résultats  2.7 L A BRANCHE HOTELS ET RESTAURANTS « DOM 22 » ........................................................... 333 2.7.1 Le contour de la branche 2.7.2 Investigations 2.7.3 Les résultats  2.8 L ES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES (APU) « DOM 24 ET DOM 25 »......................................... 35 2.8.1 Le contour de la branche 2.8.2 Investigations 2.8.3 Les résultats  3. Le partage des consommations intermédiaires locales et importées .........39   4. La méthode RAS (Racking-Ratio ou IPF) .......................................................42  Les annexes  Annexe 1 : - Le TEI Martinique de l'année 2000 calé sur les totaux des colonnes - Le TEI Guadeloupe de l'année 2000 calé sur les totaux des colonnes (base 1995) - Le TEI France entière de l'année 2000 en nomenclature DOM 25 (base 2000) Annexe 2 : Nomenclature de passage de la NES 114 à la DOM 25  Annexe 3 : La méthode RAS   Acronymes Définitions des termes utilisés  Glossaire comptable       
 
3
Introduction générale
  Les comptes économiques des Antilles-Guyane constituent aujourd’hui un des points forts de l’offre de l’Insee dans ces régions. Ils ont atteint un degré de robustesse et de pérennité via l’utilisation d’un logiciel adapté. Cependant, ces comptes, bien que détaillés, demeurent des comptes définitifs avec le décalage dans le temps que cela implique : les comptes de l’année n paraissent en n+3. Ils ne permettent donc pas d’éclairer le débat public sur le court terme.  Partant de ce constat, la Direction Interrégionale Antilles-Guyane de l’Insee a mis en place en juin 2002, un séminaire de modélisation macroéconomique regroupant les principaux acteurs dans ce domaine. Ce projet inter-organisme, animé par l’INSEE, l’Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) et l’Agence française de développement (AFD), a pour but l’implantation de modèles économiques adaptés auprès des représentations locales de l’INSEE, de l’IEDOM, et de l’AFD, dans les DOM puis dans les TOM. Ces modèles répondront à des attentes nouvelles : comptes économiques provisoires et études d’impact (impact du tourisme, de la base spatiale de Kourou en Guyane).  Le choix s’est porté sur une modélisation de l’économie qui respecte les concepts de la comptabilité nationale. Le pré-requis étant l’existence d’un tableau entrées-sorties (TES) dont le seul élément manquant est actuellement le tableau des échanges intermédiaires (TEI).    La construction d un TEI dans les DFA  La conception d’un TEI dans les départements français d’Amérique a été plusieurs fois expérimentée avec des fortunes diverses.  Au sein du Service Régional (SR) de l’Insee Martinique, un TEI Martinique a été mis au point en 1996, sur la base des données des comptes économiques pour certaines branches. Mais la majeure partie des éléments individuels composant le TEI Martinique sont extrapolés de la matrice des échanges intermédiaires de la France. La raison essentielle tient simplement à l’absence d’information. Ne disposant que de peu de données, la répartition des consommations intermédiaires en branche du TEI métropolitain a été pondérée par la production martiniquaise pour obtenir ainsi un TEI martiniquais.  En Guyane, un TEI a été estimé pour établir une étude d’impact du spatial. Une seconde version a ensuite été élaborée sur la base des données de la comptabilité nationale de l’année 1997, dans le cadre de l’élaboration du modèle TABLO en 2002.  
 
4
Dès 1969, la Guadeloupe disposait d’un TEI construit à la Direction Générale de l’Insee. Mais ce n’est qu’en 2003 que le SR Guadeloupe a réalisé un TES complet de l’économie guadeloupéenne d’aujourd’hui 1 .  Or, durant toutes ces années, ces TEI ne furent jamais utilisés ni à des fins d’études, ni dans la synthèse générale des comptes sauf dans le cas du TEI Guyane qui fut exploité pour une étude d’impact de l’activité spatiale en Guyane. Les principaux obstacles mis en avant pour justifier cette situation étaient ceux d’une collecte de données locales insuffisante en quantité et en qualité, se traduisant par un apport relativement peu « fiable » en terme d’informations sur l’économie.  Face à un tel constat, on prend conscience de l’importance des sources d’origine administrative collectées par l’administration fiscale et des sources statistiques (les Enquêtes Annuelles d’Entreprises). Ces dernières sont réalisées par la DIRAG de façon régulière depuis maintenant plus d'une décennie et permettront, entre autre, d’améliorer les prochains TEI.  Objectifs  La construction d’un TEI dans les DFA fait l’objet d’une demande récurrente formulée par divers acteurs socio-économiques, notamment du secrétariat général aux affaires économiques régionales, des conseils régionaux et aussi de l’Union Européenne. Le but de ce rapport est donc de fournir une méthode, utilisable et facilement assimilable, basée sur des raisonnements simples.  C’est un chantier ouvert qui concerne les quatre Dom, (la Guyane, la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion) en base 95. Le département de la Martinique a été choisi pour initier ces travaux qui seront menés en parallèle dans le département de la Réunion. Cet exercice sera par la suite étendu à la Guyane puis aux TOM. Pour la Guadeloupe, une mise à jour sera établie.  Ce rapport se divise en quatre parties :  La première partie  est consacrée à un rappel des fondamentaux de la comptabilité nationale. On y trouve la définition du tableau des échanges intermédiaires, la description de la méthode d’évaluation des consommations par branches et par produits ainsi que les sources statistiques utilisées pour estimer le TEI. Au terme de cette première partie, deux tableaux récapitulatifs sont élaborés : l’un fait la synthèse de la démarche menant au TEI, l’autre présente une liste exhaustive de l’information collectée par branche.  La seconde partie développe les investigations qui ont conduit à fixer certaines colonnes du TEI Martinique.                                                      1 « Méthode de conception d’un tableau des échanges intermédiaires (TEI) pour le département de la Guadeloupe sur l’année 1999 » Olivier Simon, SR de Guadeloupe, Insee 2003.
 
5