Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Midi-Pyrénées : une région diversifiée mais des départements spécialisés

De
6 pages
La diversité des activités économiques en Midi-Pyrénées repose sur des spécificités départementales marquées. Du fait de sa faible spécialisation, de la présence de grands établissements et de l'agglomération de ses activités, la Haute-Garonne est assez atypique par rapport au reste de la région. Elle est plus proche des départements français ayant une grande métropole régionale.
Voir plus Voir moins

Numéro 60 : février 2003
Midi-Pyrénées : une région diversifiée
mais des départements spécialisés
Spécificité sectorielle des départements
Indice de spécificité (en %)
22 à 34
20 à 22
18 à 20
16 à 18
13 à 16
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2003
9 à 13
Note de lecture : Plus l'indice de spécificité est élevé, plus la structure d'activités du département est différente de celle du reste du territoire.
Source : Insee - recensement de la population 1999
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUELa diversité des activités économiques
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION REGIONALE
DE MIDI-PYRENEESen Midi-Pyrénées repose sur des spécificités
Téléphone : 05 61 36 61 36
Télécopie : 05 61 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Pontsdépartementales marquées. Du fait de sa faible 31054 TOULOUSE CEDEX 4
Directeur de la publication : Benjamin Camus
Rédacteur en chef : Bruno Muraspécialisation, de la présence de grands établissements
Maquettiste : Isabelle Darles
www.insee.fr/mp
et de l'agglomération de ses activités, la Haute-Garonne Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770 Colomiers
Dépôt légal : février 2003
ISSN : 1262-442X
est assez atypique par rapport au reste de la région. CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG6076
Prix : 2,2 €Elle est plus proche des départements français
Abonnement à l'ensemble des publications
pour l'année 2003.
- France : 70 €ayant une grande métropole régionale.
- Etranger : 87 €
1Midi-Pyrénées : une région diversifiée
mais des départements spécialisés
vec 980 000 actifs occupés au La région Midi-Pyrénées est la particulièrement forte. Mais la cause de
recensement de 1999, la région deuxième région la moins spécialisée de cet écart varie : pour la Corse, ce sont lesA Midi-Pyrénées représente 4,3 % France après Rhône-Alpes, à un niveau services administrés (éducation, santé,
de l’emploi national. Région la plus proche de celui des régions Aquitaine et administration), pour la Franche-
étendue du territoire métropolitain, elle Centre. Les régions les plus spécialisées sont Comté, c’est la part des industries qui
eoccupe ainsi la 8 place pour le nombre la Corse, l’Ile-de-France, et la Franche-Comté. diffère sensiblement, et en Ile-de-France
d’emplois, à un niveau comparable à Les régions plus rurales de la France la part des services est largement plus
l’Aquitaine, la Bretagne et le Centre (Limousin Auvergne et Champagne- importante.
mais largement derrière l’Ile-de-France, Ardenne) le sont également. La variété des
Rhône-Alpes ou encore Provence-Alpes- activités en Midi-Pyrénées s’explique en ... des départements
Côte d’Azur. partie par la taille de la région. plutôt spécialisés
Midi-Pyrénées : Les départements de Midi-PyrénéesLa structure des activités économiques
une région diversifiée... de Midi-Pyrénées ressemble à celle des présentent des profils très contrastés. La part
régions voisines : Aquitaine, Poitou- de l’agriculture dans l’emploi total en
La région Midi-Pyrénées est Charentes, Languedoc-Roussillon, 1999 est largement supérieure à la
moins industrielle et plus agricole que Auvergne et Limousin. Cependant la moyenne régionale dans les départements
la moyenne nationale : 7,2 % des Bretagne et la Basse-Normandie ou la de l’Aveyron, du Gers, du Lot et de Tarn-
actifs travaillent dans l’agriculture, Bourgogne, bien que plus éloignées et-Garonne avec plus d’un actif sur
alors qu’ils représentent 4,2 % des géographiquement, ont également une huit occupé dans ce secteur. A l’opposé
actifs pour l’ensemble de la France structure sectorielle assez proche. Les se trouve la Haute-Garonne avec très
et 5,2 % pour la métropole sans régions du nord et de l’est de la France, peu d’agriculture, mais une activité
l’Ile-de-France. De même, les secteurs comme Champagne-Ardenne, Picardie, tertiaire considérable. Dans une moindre
non marchands, c'est-à-dire les servi- Nord-Pas-de-Calais ou Haute-Nor- mesure, les Hautes-Pyrénées possèdent
ces administrés (éducation, santé, mandie d’une part et, d’autre part, également une part relativement
administration), occupent une pro- Lorraine ou Alsace sont encore plus importante de services au détriment
portion d’actifs légèrement plus élevée éloignées sectoriellement. de l’industrie, principalement du fait des
que dans l’ensemble de la métropole sans services aux particuliers et des activités
l’Ile-de-France. Cela est compensé par La différence de structure sectorielle touristiques. Dans les autres départe-
une moins grande part d’actifs dans de Midi-Pyrénées avec la Franche- ments, les services se situent en dessous
l’industrie. Comté, la Corse et l’Ile-de-France est d’un cinquième de l’emploi total.
Dans la région, environ un actifUne agriculture plus présente en Midi-Pyrénées
au détriment de l'industrie sur trois travaille dans les services
Répartition des emplois par secteur d'activité (en %) administrés. Ces services occupent une
Construction Commerce Services marchandsAgriculture Industrie Services administrés* part plus importante en Hautes-Pyrénées
%
40 et en Ariège, alors que le Gers et l’Aveyron
connaissent un léger déficit dans ce secteur.
32,3 31,2 30,4
30 Enfin, l’Ariège et le Tarn se caractérisent28,3
par une activité industrielle plus24,8 24,6
importante que la moyenne régionale.19,620
18,2 Cependant, dans ces départements, l'in-16,0
13,5 13,3 13,2 dustrie n’emploie qu’un actif sur cinq
10 et se situe ainsi dans la moyenne fran-7,2 6,3 6,1 5,85,2 4,2 çaise (hors Ile-de-France).
0
Midi-Pyrénées France hors Ile-de-France France La diversité des activités en Midi-
* Education, santé et administration
Pyrénées repose donc sur des spécificitésSource : Insee - recensement de la population 1999
2Midi-Pyrénées, une structure proche Des écarts sectoriels plus marqués
des régions voisines dans l'agriculture et les services
Indice de ressemblance (en %) Les écarts des départements avec la structure sectorielle
20 à 24 des emplois de la région
15 à 20 Unité : %
12 à 15 16,5
10 à 12
16,40 à 10 17,8
11,8 15,7
22,9 14,1
17,011,0 Ariège 0,2 0,1 - 1,7 3,1 - 5,2 3,5
13,1 12,7 Aveyron 7,4 0,8 - 0,3 0,8 - 6,0 - 2,820,0
0,1
Haute-Garonne - 5,1 - 0,4 0,2 - 0,5 6,1 - 0,4
10,6
Gers 11,6 0,6 1,0 - 4,6 - 6,8 - 1,811,6
11,3 13,8
Lot 5,4 1,0 - 0,8 - 0,2 - 4,6 - 0,9
6,9 Hautes-Pyrénées - 1,2 - 0,1 - 1,1 - 1,8 0,4 3,9
13,9
Tarn 0,6 - 0,3 0,0 4,3 - 5,7 1,1
10,7
21,5 Tarn-et-Garonne 5,3 0,2 1,2 - 1,2 - 5,5 - 0,1
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2003 Répartition de l'emploi
en Midi-Pyrénées 7,2 6,3 13,5 16,0 24,8 32,2Note de lecture : Plus l'indice de ressemblance est élevé, plus la région a une structure
d'activités éloignée de celle de Midi-Pyrénées * Education, santé, administration
Source : Insee - recensement de la population 1999Source : Insee - recensement de la population 1999
départementales assez marquées. Six les moins spécifiques, ceux qui Les départements les plus semblables
des huit départements de Midi-Pyrénées possèdent en général une grande à ceux de Midi-Pyrénées leur sont
se situent dans la première moitié du métropole régionale. généralement contigus. Par exemple,
classement des départements français l’Ariège est sectoriellement proche de
triés par spécificité décroissante. Le Pour comparer ces métropoles, il l’Aude et du Tarn, l’Aveyron est
Gers, l’Ariège et l’Aveyron se démar- est plus pertinent de raisonner sur semblable au Cantal, au Lot et au Gers.
quent nettement : il faudrait que plus le contour des aires urbaines associées. Cependant, la Haute-Garonne a plus
d’un actif sur cinq change de secteur Ainsi la spécialisation de l’aire urbaine de points communs avec les dépar-
d’activité pour que la structure secto- de Toulouse se situe dans la moyenne tements du sud où est située une
rielle de ces départements ressemble à des grandes aires urbaines, comparable capitale régionale tels que la Gironde
celle de la France. Les départements à celles de Marseille ou de Lille, avec Bordeaux, les Bouches-du-Rhône
de Tarn-et-Garonne, du Lot et des mais est supérieure à celles d’autres avec Marseille ou encore l’Hérault avec
Hautes-Pyrénées possèdent une grandes métropoles régionales comme Montpellier. Quelques ressemblances
moindre spécificité, toutefois au-dessus Nantes, Bordeaux, Lyon, Strasbourg s’affranchissent des contiguïtés
de la moyenne nationale de 17,6 %. ou Rennes. A l’opposé, elle possède une géographiques : l’Ariège est proche de
Le Tarn se place en milieu du classe- palette d’activités plus diversifiée la Charente-Maritime, le Lot des
ment. Enfin, seule la Haute-Garonne que les aires urbaines de Nice, Côtes-d’Armor, les Hautes-Pyrénées
se trouve dans les départements Montpellier ou Grenoble. des Alpes-de-Haute-Provence, ou
Excepté la Haute-Garonne, plusieurs Des départements souvent proches
départements parmi les plus spécialisés en France de leurs voisins
Départements possédant l'indice de ressemblance le plus proche
Position du Département Emploi Part de l'emploi Indice de
département total (%) spécificité (%) ère e e1 place 2 place 3 place
7 Gers 63 286 6,5 23,6
Ariège Aude Charente-Maritime Tarn
15 Ariège 47 280 4,8 21,7
Aveyron Cantal Gers Lot
17 Aveyron 103 466 10,6 21,5
Haute-Garonne Gironde Bouches-du-Rhône Hérault
30 Tarn-et-Garonne 72 657 7,4 19,4
Gers Cantal Aveyron Lot-et-Garonne
32 Lot 59 572 6,1 19,3
Lot Côtes-d'Armor Dordogne Corrèze
40 Hautes-Pyrénées 83 849 8,5 18,4
Hautes-Pyrénées Alpes-de-Haute- Pyrénées- Pyrénées-
53 Tarn 119 141 12,1 17,0 Provence Atlantiques Orientales
84 Haute-Garonne 430 828 44,0 12,5 Tarn Allier Dordogne Corrèze
Tarn-et-Garonne Lot-et-Garonne Aveyron LotMidi-Pyrénées 980 079 100,0 ///
Source : Insee - recensement de la population 1999Source : Insee - recensement de la population 1999
3
Agriculture
Construction
Commerce
Industrie
Services
marchands
Services
administrés*encore le Tarn de l’Allier, la Dordogne
Croissance de l'emploi et spécialisation
et la Corrèze. ne vont pas toujours de pair
Unité : %
Taux de croissance Coefficient
Dans la région, deux groupes de de l'emploi 1991-2000 de spécialisation
départements émergent. Le premier est VariationTotal Annuel moyen 1991 2000
1991-2000constitué de ceux situés au nord et à
Tarn - 1,7 -0,2 37,2 29,0 - 8,3l’ouest (Aveyron, Gers, Tarn-et-Garonne
Hautes-Pyrénées 12,2 1,3 30,3 25,0 - 5,3et Lot) caractérisés par une forte
Ariège 7,9 0,8 40,1 38,4 - 1,7activité agricole et relativement peu de
Aveyron 16,2 1,7 29,7 28,6 - 1,1
services marchands. Le second est
Tarn-et-Garonne 11,7 1,2 26,7 26,7 - 0,1
constitué des départements plus indus-
Gers 18,2 1,9 32,0 32,0 0,0
triels (Hautes-Pyrénées, Ariège et Tarn).
Haute-Garonne 21,0 2,1 24,0 24,1 0,1
Le Lot a une position intermédiaire car Lot 18,6 1,9 30,9 31,9 1,0
il conjugue les caractéristiques du Midi-Pyrénées 15,4 1,6 31,4 29,5 - 1,9
premier groupe avec certaines activités Bouches-du-Rhône 11,2 1,2 21,7 17,3 - 4,5
Alpes-Maritimes 6,6 0,7 29,5 25,8 - 3,8industrielles du second. Enfin la Haute-
Nord 6,3 0,7 18,9 15,4 - 3,6Garonne a une palette d’activités assez
Hérault 20,2 2,1 25,8 23,3 - 2,5atypique par rapport aux autres
Rhône 6,0 0,6 16,5 15,2 - 1,4départements de la région, fondée sur
Gironde 15,5 1,6 17,2 16,4 - 0,8
les industries aéronautique et électronique
Loire-Atlantique 20,5 2,1 14,1 14,9 0,8
et les services aux entreprises en raison
Bas-Rhin 10,0 1,1 11,9 13,6 1,7
de la présence de la grande métropole
France (moyenne) 8,9 1,0 28,6 27,8 - 0,8
régionale. Au sein de Midi-Pyrénées, le
Source : Insee - ASSÉDIC
département le plus proche de la
Haute-Garonne est celui des Hautes- Hautes-Pyrénées ou encore l’Ariège. a cependant une ressemblance entre
Pyrénées par sa plus forte spécialisation A l’inverse, les départements où l’emploi la Haute-Garonne et la Loire-
industrielle dans des secteurs semblables progresse le plus rapidement voient une Atlantique avec une forte croissance
(grâce à la présence du pôle de la stabilité (Haute-Garonne, Gers) ou une de l’emploi et une très faible augmen-
construction aéronautique, des industries légère augmentation (Lot) de leur tation de la spécialisation. A l’opposé
mécaniques, électroniques et électriques spécialisation. Cela est dû certainement on trouve des départements tels que
autour de Tarbes notamment). à un renforcement des activités déjà les Bouches-du-Rhône, les Alpes-
fortement implantées localement. Le Maritimes, le Nord, l’Hérault ou
Une spécialisation lien entre croissance de l’emploi et évolution même le Rhône dont la croissance
en baisse depuis 1991 de la spécialisation n’est ni mécanique plus ou moins forte de l’emploi n’est
ni immédiat : si la forte croissance de pas allée de pair avec une baisse
Au cours de la période 1991-2000, l’emploi dans l’Aveyron diminue la assez sensible de leur spécialisation
période de forte croissance de l’emploi spécialisation de ses activités, la crois- au cours de la dernière décennie. L’ac-
pour Midi-Pyrénées, la région a sance plus faible en Tarn-et-Garonne se croissement plus sensible de l’emploi
davantage diversifié ses activités que le conjugue avec une stabilité de la dans l’ouest de la France s’accompagne
reste de la France. Cette diminution de spécialisation. Dans le Tarn, la diversi- généralement d’une stabilité ou
la spécialisation est plus sensible dans fication des activités est allée de pair d’une augmentation de la spécia-
le Tarn (- 8,3 %) et les Hautes- avec une réduction de l’emploi salarié, lisation, alors que l’inverse se remarque
Pyrénées (- 5,3 %) que dans l’Ariège en raison de la fragilisation de la filière pour les départements du sud.
et l’Aveyron. A l’opposé le Lot s’est textile, tandis que dans le Lot, la crois-
légèrement spécialisé sur la période. Les sance de l’emploi s’est accompagnée d’un Des établissements
autres d épartements (Haute- renforcement d’activités déjà présentes. de petite taille, sauf
Garonne, Gers et Tarn-et-Garonne) en Haute-Garonne
sont restés stables. La comparaison de la Haute-
Garonne avec des départements possédant Le développement économique
Cette réduction de la spécialisation une grande métropole régionale local et l’emploi sont très sensibles à la
est liée à l’abandon d’activités montre de nouveau l’absence de présence de quelques établissements
traditionnelles au profit d’autres régularité entre croissance de l’emploi importants dans une zone. Dans le
activités économiques dans le Tarn, les et évolution de la spécialisation. Il y secteur marchand non-agricole, presque
495 % des établissements de Midi-
Davantage de grands établissements en Haute-GaronnePyrénées ont moins de 20 salariés et
Répartition des établissements par tranche d'effectifs salariés (en %) même 78 % d’entre eux atteignent au
Franceplus 5 salariés. Peu nombreux, les
grands établissements concentrent une Midi-Pyrénées
part importante de l’emploi : ainsi les
Gers
Tarnétablissements de plus de 100 salariés
Aveyron
(0,7 % du total) concentrent 29 % de Tarn-et-Garonne
Ariège
l’emploi salarié total. Lot
Hautes-Pyrénées
Haute-Garonne
La structure par taille des établisse-
Hérault
Alpes-Maritimesments de la région cache de nouveau
Gironde
une opposition très nette entre la Bouches-du-Rhône
RhôneHaute-Garonne, dont la répartition des Loire-Atlantique
Bas-Rhinsalariés selon la taille des établissements %Nord
0 20 40 60 80 100est très proche de celle de l’ensemble
de la France, et les autres départements
Moins de 5 salariés De 6 à 20 salariés De 21 à 100 salariés Plus de 100 salariés
où la taille des établissements est plus
Source : Insee - DADS 2000faible : il y a en moyenne 5,6 salariés
par établissement dans ces sept dépar- dans le Tarn et 11 % dans le Gers. En Pyrénées. Les départements de l’Ariège,
tements, contre 8,4 en Haute-Garonne contrepartie les établissements de taille de l’Aveyron, de Tarn-et-Garonne et des
et dans l’ensemble de la France. moyenne (entre 21 et 100 salariés) Hautes-Pyrénées ont une répartition de
représentent une part plus grande de l’emploi par taille d’établissement
Si 37 % des salariés de la Haute- l’emploi dans ces deux départements. assez semblable. La proportion des
Garonne travaillent dans un établissement Seul le Lot se caractérise par un nombre salariés dans des très petits établisse-
de plus de 100 salariés, ils ne sont plus assez faible des établissements de taille ments (ayant au plus 5 salariés) est
que 19 % pour l’ensemble des autres moyenne avec 23 % de l’ensemble des particulièrement importante dans le Lot
départements, et même seulement 17 % salariés, contre 27 % pour Midi- et le Gers (27 %), pour une moyenne
Méthodologie
Les indicateurs
La structure économique est mesurée par la part de l’emploi de chaque secteur dans l’emploi total. Cette structure
économique est analysée à partir de la nomenclature économique de synthèse (NES) des secteurs d’activité en 114
postes. Cette approche ne prend pas en compte les relations développées entre secteurs d’activités dans des filières de
production. Elle sous-estime sans doute la spécialisation des activités dans le cas de secteurs très dépendants comme, par
exemple, ceux qui sont liés en Midi-Pyrénées à la construction aéronautique.
L’indice de ressemblanceessemblance compare la str ucture des activités économiques d’une zone avec une autre zone en indi-
quant la proportion de l’emploi total qui se trouve dans des secteurs d’activités différents entre les deux zones. Alors que
l'indice de spécificité indice de spécificité indice de spécificité indice de spécificité indice de spécificité (indice de Krugman) compare de la même manière la structure des activités d’une zone à celle
du reste du territoire. Ces indices sont compris entre 0 et 1. On peut les interpréter comme le pourcentage de réallocation
sectorielle des effectifs qu’il devrait y avoir dans la zone pour qu’elle ressemble parfaitement au reste du territoire en
coefficient de spécialisationterme de structure productive. Le est un indice de concentration (GINI) sur les emplois
par secteur d'activités.
Les sources
Les données proviennent pour partie du recensement de la population de 1999. La variable retenue est le nombre
d’actifs, comptabilisés à leur lieu de travail, pour l’ensemble des activités économiques. Les autres données reposent sur
l’exploitation des Déclarations Annuelles de Données Sociales pour l’année 2000 (DADS 2000), qui ne prend en
compte que les salariés. Pour des raisons de qualité de l’information, l’agriculture, les secteurs de la santé et de l’éduca-
tion, et les administrations publiques ont été exclus du champ de l’étude. On ne retient ainsi que les secteurs principa-
lement marchands, hors agriculture. La variable retenue porte sur le nombre de postes de travail à la fin de l’année
2000 dans chacun des établissements d’une entreprise (soit 474 000 postes de travail pour l’ensemble de la région
Midi-Pyrénées). Enfin l'évolution de la spécialisation est analysée à partir des statistiques d'emploi ASSÉDIC, seules
disponibles à un niveau sectoriel fin de 1991 à 2000.
5nombre restreint d’établissements. IlUne forte agglomération des établissements
sont donc, par définition, plusen Haute-Garonne
agglomérés. Dans l’analyse, on neutralise
Coefficient ces différences sectorielles. Le coefficient
d'agglomération (en %)
d’agglomération des établissements se
1 à 12
0 à 1 mesure par différence avec la moyenne
- 2 à 0 nationale, pondérée par l’importance de
- 4 à - 2
l’emploi dans chaque département.- 11 à - 4
Des établissements
dispersés...
En général, les établissements de
Midi-Pyrénées sont très peu agglomérés,
particulièrement dans six des huit
départements de la région. Cela veut
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2003
dire que leur production est largement
Note de lecture : A structure sectorielle comparable, le coefficient d'agglomération des établissements indique la concentration dispersée sur le territoire départemental
géographique autour d'un pôle d'activité. Il est présenté ici en écart à la moyenne nationale par définition nulle.
comme dans les départements du
Source : Insee - DADS 2000
Massif Central, ou les zones plus
régionale de 20 %, et seulement 16 % départements comparables, alors que montagneuses du Jura ou des Alpes.
en Haute-Garonne. L’emploi est donc l’emploi dans des établissements de très Les Hautes-Pyrénées se situent
plus concentré dans les grands établisse- petite taille en Haute-Garonne est dans également en dessous de la moyenne
ments de Haute-Garonne, alors que le la moyenne de ces autres départements. nationale d’agglomération, mais avec
D’ailleurs, la concentration d’emploitissu économique des autres départements une intensité moindre.
repose davantage sur des petites entreprises. dans les établissements de l’aire urbaine
de Toulouse est la plus élevée des ... mais une forte
La Haute-Garonne se situe au grandes aires urbaines. agglomération autour
niveau de la Loire-Atlantique pour de Toulouse
Une dernière mesure des caractéris-l’importante proportion d’emplois dans
les grands établissements, laquelle est tiques productives de la région concerne En revanche, la Haute-Garonne se
inférieure à celle observée dans les l’agglomération ou la dispersion des démarque de nouveau des autres
départements du Nord ou du Bas-Rhin. activités dans chacun des départements. départements de Midi-Pyrénées avec
Cette concentration d’emplois est cepen- Pour comparer l’agglomération avec des une concentration géographique des
palettes d’activités différentes entre lesdant plus élevée que dans les autres établissements légèrement plus impor-
départements comparables du sud de départements, il faut tenir compte d’un tante que la moyenne nationale, mais
la France. La Haute-Garonne compte effet sectoriel. En effet, certains très nettement supérieure à celle du reste
moins d’entreprises de taille moyenne secteurs sont constitués, du fait de leur de la région Midi-Pyrénées. Alors que
(entre 6 et 100 salariés) que des nature ou de leur technologie, d’un l’agglomération des activités en Haute-
Garonne est comparable à celle des dépar-
tements comme la Loire-Atlantique,Pour en savoir plus
l’Ille-et-Vilaine ou le Bas-Rhin, elle est
« La concentration géographique des industries françaises ». Economie et Prévision, plus élevée que dans les autres départe-
1997-5, n° 131. ments comparables du sud de la France
« Concentration géographique des activités et spécialisation des départements français ». (Rhône, Bouches-du-Rhône, Hérault ou
Economie et Statistique, 1999-6/7, n° 326-327. Gironde). En effet, la répartition des
« Le tissu productif régional : diversité et concentration ». Insee Première n° 630, janvier activités sur le territoire de la Haute-
1999. Garonne se concentre particulièrement
« La diversité industrielle des territoires ». Insee Première n° 650, juin 1999. autour de l’agglomération toulousaine,
« L’appareil productif en Picardie : des structures très proches entre les trois départements ». alors que la moitié sud du département
Insee Picardie, Relais n° 108, 2002. est économiquement moins dense.
« L’industrie en Provence-Alpes-Côte d’Azur : fortement spécialisée pour une grande région ».
Insee Provence Alpes-Côte d'Azur, Sud INSEE, L’essentiel n° 53, novembre 2002.
Benoît MULKAY
6