Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Nouveaux établissements, nouveaux emplois : Provence-Alpes-Côte d'Azur dans le trio de tête

De
4 pages
La région Provence-Alpes-Côte d'Azur se situe en deuxième position pour le taux de création d'emplois, après l'Île-de-France et devant le Languedoc-Roussillon. Elle occupe la troisième place pour le taux de création d'établissements, devancée par ces deux régions. La construction, les services opérationnels, le conseil et assistance et les activités immobilières concourent particulièrement à la création d'emplois, comme d'établissements. Trois zones d'emploi du Var se distinguent. Sept facteurs démographiques, économiques et géographiques ont été identifiés qui vont de pair avec le dynamisme.
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
N° 125 - septembre 2008 l'essentiel
Nouveaux établissements,
nouveaux emplois :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
dans le trio de tête
taux de création d’emplois de la régionLa région Provence-Alpes-Côte
Paca atteint 18,9 % : elle se place ainsi
d’Azur se situe en deuxième po-
en seconde position derrière l’Île-de-
sition pour le taux de création France(19,3 %).Cestauxsontdestaux
de création bruts qui illustrent le dyna-d’emplois, après l’Île-de-France et
misme économique des régions : ils ne
devant le Languedoc-Roussillon. tiennent pas compte des suppressions
d’établissements et d’emplois durantElle occupe la troisième place pour
cette période, et ne correspondent donc
le taux de création d’établisse-
pas nécessairement à une augmentation
ments, devancée par ces deux ré- du nombre d’établissements ou d’em-
plois.gions. La construction, les services
Cestauxsontdescomposantesdudyna-
opérationnels, le conseil et assis- misme économique des régions. À eux
seuls, ils ne décrivent pas l'attractivitétance et les activités immobilières
ou la compétitivité des territoires. Leur
concourent particulièrement à la
niveau positionne favorablement la ré-
création d’emplois, comme d’éta- gion et ses zones d'emploi. Cependant,
lesemploiscrééspeuventêtredenatureblissements. Trois zones d’emploi
très variable, tant du point de vue des
du Var se distinguent. Sept facteurs qualifications que de leur pérennité.
démographiques, économiques et
géographiques ont été identifiés Excepté l’Île-de-France,
les régions les plusquivontdepairavecledyna-
dynamiques sont au Sud
misme.
Le taux annuel de création d’établisse-
ments mesure, pour une année donnée,
La région Provence-Alpes-Côte d’Azur le rapport entre le nombre de nouveaux
figure parmi les régions de France dans établissements qui s’installent sur un
lesquelles les créations d’établissements territoire et le nombre d’établissements
etd’emploisontétélesplusnombreuses présentsendébutd'année.Enmoyenne,
en moyenne en 2005 et 2006. En effet, enFrance,surlesannées2005-2006,ila
avec un taux de création d’établisse- étéde13,6%.Letauxdecréationd'em-
mentsde15,1%,elleoccupeletroisième plois est le rapport entre le nombre
rang après le Languedoc-Roussillon d'emplois supplémentaires dans les éta-
(15,9%)etl’Île-de-France(15,2%).Par blissements dont l'effectif augmente ou
ailleurs, grâce aux nouveaux établisse- dans les nouveaux établissements et le
ments qui se créent ou aux établisse- nombre moyen d'emplois en 2005-
ments qui augmentent leurs effectifs, le 2006.IlestenFrancede16,4 %.Peude
© Insee - Préfecture de Région 2008SUD INSEE
N° 125 - septembre 2008
l'essentiel
régions se situent au-dessus des Les différences les plus marquées Brignoles, Draguignan,
moyennes nationales : quatre en ma apparaissent, pour les créations d’em- - Fréjus-Saint-Raphaël :
tière de taux de création d’établisse- plois,danslamétallurgieetlatransfor- en tête des zones d’emploi
ments ; cinq en matière de taux de mation des métaux (21 % en Paca et
création d’emplois. Île-de-France ex- 10 % en France), les équipements mé- EnFrance,lescréationsd’établissements
ceptée, elles se situent toutes dans le caniques (16 % et 11 %), le commerce et d’emplois sont plus fréquentes dans
Sud.Lestauxlesplusfaiblessontenre- de détail (20 % et 17 %), et la R&D lesgrandscentresurbainsetsurl’arcmé-
gistrésdanslecentredelaFranceetau (19 % et 17 %).- diterranéen. Les 22 zones d’emploi de
tour de la région parisienne. Pacasontbienplacées.Leurdynamisme
Les secteurs moins dynamiques en lesclassedanslepremiertiersdeszones
(2)Paca qu’en France sont notamment d’emploi françaises si l’on considèreDes secteurs d’activité lapharmacieetlaparfumerie, lesac- les taux d’emplois créés. Et toutes, àplus dynamiques en tivitésimmobilières,lespostesetté- l’exception d’Orange, créent plus d’em-
Provence-Alpes-Côte d'Azur lécommunications et les services plois que la moyenne des zones de
opérationnels. France.Ellessontpresqueaussidynami-
Globalement, ce sont les mêmes sec-
ques quant aux taux d’établissementsteurs qui participent fortement aux
créés: seules les zones de Gap, MentonProvence-Alpes-Côtecréations d’établissements et d’em-
et Briançon ne sont pas dans le premierplois dans la région et en France. Il d’Azur : troisième région
tiers.
s’agit notamment de la construction, la plus dynamique
des activités immobilières, du conseil
Leszonesdu moyen paysetlamajorité
etassistanceauxentreprisesetdesser- Sil’onretientunindicateursynthétique
(1) de celles du littoral ont les plus fortsvices opérationnels .Ledynamisme de dynamisme (cf.encadré "Méthodo-
taux de création d’établissements. Ain-de Paca s'explique par le poids élevé logie") tenant compte simultanément
si, les zones de Fréjus-Saint-Raphaël,danssonéconomiededeuxdesessec- des créations d’établissements et d’em-
Fos-sur-Mer, Aix-en-Provence, Dra-
teurs : la construction et les services plois,Pacaestlatroisièmerégionlaplus
guignanetBrignolesontdestauxallant
opérationnels. L’hôtellerie-restauration dynamique de France métropolitaine,
de 15,8% à 18,2%. Le dynamisme en
contribue également fortement à la juste derrière le Languedoc-Roussillon
matière d’établissements est moindre àcréation d’emplois dans la région, et l’Île-de-France. Suivent Midi-Pyré-
Orange, dans certaines zones alpinesmême si elle génère relativement peu nées, la Corse, l’Aquitaine et Rhône-
(Digne, Gap, Briançon) et dans deuxde nouveaux établissements. Alpes, autant de régions qui se situent
zones littorales (Menton et Arles).
nettement derrière les trois régions do-
En outre, la forte dynamique de créa- minantes. En fin de classement on
Les zones de Draguignan, Fréjus-
tion d’établissements et d’emplois en trouve la Bourgogne, la Franche-
Saint-RaphaëletBrignolesdansleVarPaca se retrouve dans la plupart des Comté, le Limousin et l’Auvergne.
restent toujours les mieux placéessecteurs d’activité, plus des deux tiers Defaçongénéralelesrégionslesplus
quant aux taux d’emplois créés (entred’entre eux ayant des taux de création dynamiques en termes de créations
21,4 % et 22,1 %) et celle de Briançon
supérieurs à la moyenne nationale. d’établissements le sont également
fait une percée remarquable (19,5 %).
en termes de créations d’emplois.
Plus généralement, la création d’em-
(1) Les services opérationnels comprennent : la loca-
tion sans opérateur, les services liés à la recherche de plois dans les zones du moyen pays
personnel,lasécuritéetlenettoyage,l’assainissement,
la voirie et gestion des déchets. (2) La France compte 348 zones d'emploi.
© Insee - Préfecture de Région 2008SUD INSEE
N° 125 - septembre 2008
l'essentiel
accompagne l’essor démographique. de moins de 30 ans va de pair avec un
Troiszonesseulementsituéesàl’ouest dynamisme plus fort.
de Paca manquent de dynamisme par
rapportauxautreszonesdelarégion.Il Pour ce qui est de la structure du sys-
s’agit de Châteaurenard, Avignon et tème productif, on constate que les zo-
Orange. nesoùl’industrieestimportantevoient
moins d’établissements s’installer ou
Selon l’indice synthétique de dyna- secréer,alorsquecellesoùlesservices
misme,lestroiszonesd’emploidelaré- aux entreprises sont très présents ont
gion les mieux placées sont Brignoles, un dynamisme plutôt plus élevé. Para-
Draguignan et Fréjus-Saint-Raphaël. doxalement, un fort taux de chômage
Elles figurent dans les cinq premières va également de pair avec un meilleur
zones d’emploi françaises. La moins dynamisme : une partie des deman-
bienpositionnéeestOrangequioccupe deurs d’emploi peuvent s’orienter vers
ele 85 rang national à égalité avec 38 la création d’entreprise, et il est aussi
autres zones d’emploi de France. possible que la présence d’une main-
d’œuvre disponible favorise une déci-
Dans la quasi-totalité des zones d’em- sion d’installation. chômageassezfort.SapositionauSud
ploi,commeenmoyennerégionale,les luiapporteégalementunepartiedeson
plusfortstauxdecréationd’emploisse La densité routière d’une zone d’em- dynamisme. En revanche, la part des
trouventdanslesecteurdelaconstruc- ploi, qui caractérise à la fois son équi- jeunes, parmi les moins élevés de
tion. Viennent ensuite les services, le pement et son accessibilité, apparaît France, et sa densité routière sont ses
commerce et l’industrie. également comme un élément favo- points faibles.
rable aux créations d’établissements.
Enfin la latitude est manifestement un
Dynamismes Quels facteurscritère de dynamisme : plus une zone
démographique et d’emploi est située au sud du pays et dynamisent nos zones
plus, toutes choses égales par ailleurs,économique vont de pair d'emploi ?
elle voit s’installer de nouveaux éta-
Il n’est pas aisé d’expliquer les diffé- blissements. À l’exception de la part Les combinaisons, très variables, de
rences territoriales de dynamisme éco- des jeunes dans la population, ces mê- ces facteurs expliquent en partie les
nomique.Cependant,quandonanalyse mes caractéristiques accompagnent différencesdedynamismeentreleszo-
également les créations d’emplois,les caractéristiques économiques, dé- nes d’emploi de Paca.
mographiques et géographiques des l’effet négatif lié au poids du secteur
zones d’emploi du pays, on constate industriel étant renforcé. Lesdeuxzonesd’emploilesplusdyna-
quelescréationsd’établissementssont miques-BrignolesetDraguignan-ont
plus nombreuses quand certaines Compte tenu de l’ensemble de ces vu leur population évoluer fortement
conditions sont réunies. En terme dé- facteurs, le dynamisme de la région entre 1999 et 2005, respectivement de
semble pouvoir être relié à trois carac-mographique d’abord, il y a plus de 16,8 %et13,5 %,alorsquel’évolution
créations là où la population augmente téristiques principales : un poids élevé régionaleétaitde5,2 %.Lapopulation
significativement. On constate aussi, des services aux entreprises et du de la zone d’emploi de Fréjus-Saint-
même si la corrélation est moins forte, tertiaire en général, une croissance dé- Raphaël, troisième zone d’emploi la
qu’une part importante de population mographique marquée et un taux de plus dynamique de la région, connaît
une croissance de la population infé-
rieure de moitié aux deux premières
zones mais qui reste plus élevée que la
moyenne régionale. Ces trois zones
d’emploionttoutesunpoidsdusecteur
industrielinférieuràlamoyennerégio-
nale,etbieninférieurà lamoyennena-
tionale. Le secteur tertiaire y est très
présent.
Leur taux de chômage est également
voisinousupérieuràlamoyennerégio-
nale. La densité des routes aurait plus
d’effet sur la zone d’emploi de Fréjus-
© Insee - Préfecture de Région 2008SUD INSEE
N° 125 - septembre 2008
l'essentiel
Dynamisme des zones d'emploi : les six facteurs démographiques et économiques
Zones d'emploi Dynamisme Nombre de créations Nombre de Évolution Part des Part des Part des Taux de Densité
économique ou de transferts créations* de la moins de salariés salariés chômage du
e
(Rang d'établissements d'emplois population 30 ans Industrie Services aux 4 trimestre réseau
national) (moyenne (moyenne 1999-2005 1999 2006 entreprises 2007 routier
2005-2006) 2005-2006) (%) (%) (%) 2006 (%) (%) (km/km²)
Brignoles 1 1 040 2 580 16,8 33,7 9,1 5,1 10,1 0,111
Draguignan 4 1 190 2 920 13,5 33,8 4,5 5,7 9,1 0,093
Fréjus-Saint-Raphaël 5 2 520 7 000 6,9 31,7 8,3 8,4 9,7 0,215
Aix-en-Provence 8 2 900 13 550 5,1 40,2 12,2 20,9 7,6 0,208
Manosque 17 700 2 040 9,6 32,0 12,9 8,8 8,9 0,128
Cannes-Antibes 17 5 080 17 020 7,9 32,2 11,9 16,0 7,9 0,165
Fos-sur-Mer 17 1 250 7 380 4,6 38,2 27,6 8,2 8,8 0,236
Nice 21 6 860 21 940 4,2 33,1 7,3 10,4 7,3 0,059
L'Étang-de-Berre 21 1 050 8 050 1,3 41,4 25,1 13,6 9,1 0,495
Salon-de-Provence 21 540 2 030 9,2 37,3 7,1 8,1 9,8 0,343
Toulon 21 4 990 15 630 4,3 34,0 8,1 8,9 9,4 0,211
Marseille-Aubagne 33 9 510 36 030 2,8 36,8 7,8 11,0 11,8 0,403
Carpentras 33 860 2 480 6,2 36,4 15,5 6,8 8,8 0,082
Menton 43 620 1 420 0,0 30,7 4,4 5,5 5,7 0,281
Apt 43 690 1 610 4,2 34,7 14,3 6,0 8,4 0,063
Avignon 43 2 410 9 860 5,7 37,9 9,3 9,1 9,9 0,280
Gap 56 820 2 800 8,3 33,8 5,4 5,7 6,7 0,094
Arles 56 660 2 280 5,3 35,1 12,2 5,2 10,9 0,108
Châteaurenard 56 670 2 120 6,9 35,8 15,6 5,9 7,8 0,282
Digne 68 670 2 130 8,7 33,5 10,7 4,1 8,4 0,085
Briançon 68 470 1 510 6,6 36,7 4,3 3,4 6,7 0,044
Orange 85 800 2 880 3,6 37,4 17,7 9,1 9,1 0,191
Provence-Alpes-Côte d'Azur 46 300 165 260 5,2 35,4 10,3 10,8 9,2 0,130
e e e e e eRang de la région 7 16 3 3 3 12
France métropolitaine 398 610 2 058 310 3,9 38,1 16,7 11,3 7,5 0,133
* Il s'agit du nombre d'emplois supplémentaires dans les établissements dont l'effectif augmente ou les emplois apparus dans les nouveaux établissements.
Champ : Industrie, commerce, services
Source : Insee - Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 - Recensement de la population de 1999 - Clap 2006 - Taux de chômage localisés par zone d'emploi, en
moyenne trimestrielle (données CVS) et IGN
Saint-Raphaël que sur celles de Bri- vanche, son taux de chômage est bien blement en termes de création d'établis-
gnoles ou Draguignan. En revanche, inférieur à celui de la région. sements et d'emplois au regard des au-
elles ne peuvent pas s'appuyer sur une Dans la zone d’emploi d’Orange, le tresterritoiresdeFrancemétropolitaine.
populationjeunenisurlesservicesaux faible dynamisme va de pair avec une Même si cette capacité créatrice n'est
entreprises. faibleévolutiondelapopulation,etune pas,àelleseule,garanted'undéveloppe-
partimportantedel’industrie.Cellesde ment économique durable, elle traduit
La zone d’emploi d’Aix-en-Provence, DigneetBriançonmanquentdesalariés une caractéristique positive du dyna-
qui fait partie des zones d’emploi les dans les services aux entreprises et pâ- mismedesacteurséconomiquesdePaca.
plus dynamiques de Paca et de France, tissent d’une accessibilité réduite.
bénéficie d’une population jeune et de
Junel Bernard
services aux entreprises bien représen- Au-delà des différences entre les zones
Nicole Céranités. L’évolution de sa population se d'emploi, c'est bien l'ensemble du terri-
situedanslamoyennerégionale.Enre- toire de Paca qui est positionné favora- Daniel Martinelli
Méthodologie
Les données mobilisées
Les mobilisées sur les établissements proviennent du fichier Sirene, champ Industrie, Commerce, Services (champ ICS). Les données concer-
nant l’emploi sont issues du dispositif Connaissance Locale de l’Appareil Productif (Clap). Il s'agit de l'emploi salarié.
Les données concernent les années 2005 et 2006 en France métropolitaine. Le taux de création d’établissements est le rapport du nombre de créations
pures d’établissements et de transferts observés en 2005 et 2006 au nombre d’établissements en stock au 01/01/05. Les créations d’emplois correspon-
dentauxemploissupplémentairesdanslesnouveauxétablissementsetauxnouveauxemploisapparusdanslesétablissementsexistantsdontleseffec-
tifs augmentent. Le taux de création d'emplois est le rapport entre ces créations d'emplois et le nombre d’emplois moyen des années 2005 et 2006.
Construction de l’indice de dynamisme des régions et des zones d'emploi
Les taux de création d’établissements et les taux de création d’emplois ont été convertis en indices. Pour les régions, l’indice des taux de création
d’établissementsaprislesvaleursde1,00à1,62etl’indicedestauxdecréationd’emploisde1,00à1,56.Ilsontétérecalculéspourobtenirdanslesdeux
casdesvaleursde1,00à1,62.L’indicededynamismedesrégionsestensuitelasommedesdeuxsériesd’indices.Pourleszonesd'emploi,l'indice1cor-
respond au premier décile de chaque distribution.
Modèle de recherche des facteurs influant sur le dynamisme
Pourrechercherlesfacteursquiinfluentsurledynamismedesterritoires,onutiliseunmodèleéconométriquequiexpliquelestauxdecréationd’établisse-
ments et d’emplois et l’indice de dynamisme par plusieurs variables simultanément. Les variables retenues comme les plus explicatives sont les
suivantes :partdessalariésdel’industrieenmoyenneen2005-2006,partdessalariésdesservicesauxentreprisesenmoyenne2005-2006,partdesper-
e
sonnesdemoinsde30ansen1999,évolutiondelapopulationentre1999et2005,tauxdechômageau4 trimestre2007,densitéroutièreen1998etlati-
tude. Le modèle a été appliqué aux 348 zones d’emploi de France.
Pour en savoir plus
Rapport d'étude "Nouveaux établissements, nouveaux emplois : Provence-Alpes-Côte d'Azur dans le trio de tête", septembre 2008.
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
© Insee - Préfecture de Région 2008 Provence-Alpes-Côte d'Azur
Dépôt légal : septembre 2008 17, rue MenpentiDirecteur de la publication : François Clanché
N° ISSN : 1287-292X 13387 Marseille Cedex 10Chef du service Etudes et Diffusion : Valérie Roux
Téléphone : 04 91 17 57 57Code Sage : SIE812532 Rédacteur en chef : David Levy
Fax:0491175960
SUD INSEE l’essentiel figure dès sa parution sur le site Internet de l’Insee : www.insee.fr onglet régions (rubrique “Les publications”)
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information électronique : www onglet régions “À votre service”)

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin