Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

www.insee.fr/lorraine
°
81N Pays de Sarrebourg :
L’économie sociale et solidaire, c’est un tissu de 445 coopératives,
mutuelles, associations ou fondations réparties sur le territoire du Pays
de Sarrebourg. Particularité du Pays, les coopératives y sont bien
représentées, dans le domaine agricole et celui du crédit. À l’inverse,
le tissu associatif, comme dans toute la Moselle, y est moins dense :
cinq associations pour mille habitants contre six au niveau régional.
Avec près de 2 000 postes de travail sur l’année, l’économie sociale
assure près d’un emploi sur dix dans le Pays. L’action sociale est
le domaine le plus porteur en volume d’emplois. Mais c’est dans le secteur
financier que l’économie sociale est la plus présente, avec près de sept
emplois sur dix. Essentiellement tertiaire, l’économie sociale est très
fortement féminisée. La masse salariale distribuée sur l’année, 18 millions
d’euros, donne également une idée de la contribution de l’économie sociale
à la vie économique du Pays.
Acteur de la solidarité sociale de par sa place dans l’aide à domicile,
l’accueil des personnes âgées ou encore la vie culturelle et sportive,
l’économie sociale joue également un rôle dans la cohésion du territoire,
en fournissant du travail à des actifs résidant en zone rurale.
Regroupant 102 communes sur une Ces quatre familles, aux contours bien diffé-
2
superficie de 993 km pour une population de rents, se rassemblent sur des valeurs com-
62 098 habitants, le Pays de Sarrebourg af- munes que traduit la charte de l’économie
ficheune densitédepopulationde63habi- sociale (cf. encadré page 7). Spécificité de l’é-
tants, bien plus faible que la moyenne conomie sociale, et surtout de la famille des
mosellane de 165 habitants. associations, seuls six établissements sur
dix exercent une activité “marchande”,
Sur ce territoire, près de 5 800 établisse- c’est-à-dire assurent leurs ressources avec
ments sont implantés en 2006, tous sec- la vente de leurs produits ou services.
teurs d’activités confondus. Parmi eux, 445
appartiennent au champ de l’économie so- Lesunitésdel’économiesociale ontun
ciale et solidaire. L’économie sociale et soli- champ d’action presque toujours limité au
daire (appelée économie sociale par la suite) Pays. Neuf fois sur dix en effet, les établisse-
rassemble quatre grandes familles : les coo- ments appartiennent à des structures juridi-
pératives, les mutuelles, les associations et ques dont le siège est localisé dans le Pays.
les fondations. Et surtout, près de huit fois sur dix, il s’agit
Vd’entreprises ou d’organismes qui sent, seules 16 n’hébergent au- ves ne représentent que 18%
n’ont qu’un seul établissement. cun établissement de l’économie des établissements de l’économie
sociale, et 63 communes en hé- sociale, et 19,2% en Lorraine.
bergent au moins deux.Forte présence des La densité des coopératives du
coopératives dans le Pays secteur agricole est ainsi de 1,4
Cinq associations établissement pour mille habi-En moyenne,lePaysdeSarre-
pour mille habitants tants (0,6 en Moselle) et celle dubourg accueille sept établisse-
secteur du crédit de 0,8 pourments de l’économie sociale pour Avec 304 associations immatri-
mille habitants (0,5 en Moselle).mille habitants, soit plus qu’en culées au répertoire SIRENE (1),
Moselle (six pour mille) mais moins le Pays de Sarrebourg offre globa-
Un emploi sur deuxque la Lorraine dans son en- lement cinq associations pour
semble (huit pour mille). Si les as- mille habitants, comme au niveau dans le domaine social
sociations l’emportent en départemental. La densité du tis- Parmi les 445 unités relevant de
nombre, les coopératives agrico- su associatif y est ainsi plus faible l’économie sociale, un tiers, soit
lesetdecréditsontparticulière- qu’au niveau régional (6,2)etbien 136 établissements, sont em-
ment bien représentées dans le inférieure à celle d’autres pays, ployeurs. Ils regroupent 1 418
Pays. comme le Pays Barrois (9,2)ou postes de travail salariés au 31
Lunévillois (6,9). Cette situationL’implantation des établissements décembre 2004, soit 4% du total
trouve en partie son origine dansde l’économie sociale varie bien des emplois fournis par l’éco-
la plus grande difficulté poursûr en fonction de la taille des nomie sociale dans le départe-
créer une association en Moselle,communes, mais pas unique- ment mosellan. À titre de
régie par la loi de 1908, plusment. La commune de Sarre- comparaison, la population du
contraignante que la loi de 1901bourg en détient à elle seule 139, Pays représente 6,1% de la po-
(2). Les associations ne couvrentet 41 sont localisés à Phals- pulation mosellane.
pas tout le territoire : 44 commu-bourg. Mais c’est la petite com- Sur l’ensemble de l’année 2004,nes n’en sont pas pourvues.mune de Rhodes qui possède la ce sont près de 2 000 postes
densité d’établissements la plus L’importance du tissu coopératif de travail que l’économie sociale
forte : six établissements, dont constitue la spécificité du Pays de a offert dans le Pays. En équiva-
quatre associations, pour une Sarrebourg, dans le domaine lent temps plein, cela repré-
population de 72 habitants. agricole comme dans celui du sente plus de 1 300 emplois, et
Ainsi l’économie sociale as- crédit : 136 coopératives présen- près de deux millions d’heures
sure-t-elle un maillage relative- tes sur le territoire, soit 30,6% de travail.
ment complet du Pays : sur les des établissements de l’économie Au sein de l’économie sociale, les
102 communes qui le compo- sociale. En Moselle, les coopérati- trois quarts des emplois offerts
relèvent du domaine associatif.
Cette proportion, moins élevéeLes coopératives bien représentées dans l’économie
qu’en Moselle (81,1%), reflète lasociale et solidaire du Pays de Sarrebourg
moindre présence des associa-
Pays de Répartition tions dans le Pays. Toutefois, si
L’économie sociale et solidaire en 2006 en LorraineNombre Répartition l’emploi dans le domaine associa-
(%)d’établissements (%) tif est relativement moins impor-
Associations 304 68,3 78,7 tant qu’ailleurs, il faut y noter le
Éducation 16 3,6 5,1 poids particulièrement élevé des
Santé 10 2,2 1,3 associations du secteur social :
Action sociale 31 7,0 10,0 avec 767 postes de travail, il re-
Sport, culture, loisirs 124 27,9 28,9 présente à lui seul plus de la moi-
Accueil, hébergement, restauration 15 3,4 2,2 tié des emplois de toute
Services aux entreprises 6 1,3 3,3 l’économie sociale. En Moselle, le
Associations de personnes 81 18,2 24,7 secteur social ne représente que
Autres associations 21 4,7 3,2
38,4% des emplois et 40,9% en
Coopératives 136 30,6 19,2
Coopératives agricoles (CUMA, SICA, GAEC ...) 86 19,3 13,6
(1) Sont immatriculées dans le réper-Coopératives de crédit 47 10,6 4,8
toire SIRENE toutes les associations
Coopératives de production 0 0,0 0,2
employant des salariés et/ou perce-
Autres coopératives 3 0,7 0,6
vant des subventions publiques. Des
Mutuelles 3 0,7 1,9 associations ne répondant à aucun de
Mutuelles régies par le code des assurances 3 0,7 0,7 ces deux critères peuvent donc ne pas
être comptabilisées.Mutuelles régies par le code de la mutualité 0 0,0 1,2
(2) La loi de 1908 impose un nombreFondations 2 0,4 0,2
supérieur de membres fondateurs et
ENSEMBLE 445 100,0 100,0
l’obligation de déclarer l’association au
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements (SIRENE) au 01/01/2006 tribunal d’instance.
2Lorraine. Seul le Pays Lunévillois tatée en Lorraine (11,2%)ou sur dix. On retrouve cette position
affiche un pourcentage plus élevé dans d’autres pays comme le en Moselle et en Lorraine, mais
(57,2%). Pays Barrois (10,4%) et surtout de façonbienmoins marquée
Lunévillois (14,1%). (respectivement 59,2% et 46,5%).C’est l’aide à domicile (12,8% des
emplois) et surtout l’accueil des Si le secteur social est le “poids Pris dans son ensemble, le sec-
personnes âgées (21,6% contre lourd” en termes d’emplois, c’est teur de l’éducation, de la santé et
6,8% en Moselle et 3,9% en Lor- dans le secteur financier que l’é- de l’action sociale est le deuxième
raine) qui expliquent cette impor- conomie sociale imprime le plus secteur d’activité où l’économie
tance du secteur social. sa présence au sein de l’éco- sociale s’affirme dans l’économie
nomie du Pays. Avec 186 emplois du Pays : près de 28% des em-Des associations comme le Trem-
fin 2004, le taux de pénétration plois en dépendent. Mais à l’in-plin Bleuoul’Associationmosel-
de l’économie sociale dans ce verse du secteur financier,lane d’aide aux personnes âgées
secteur est près de sept emplois l’économie sociale y est toutefoisemploient chacune entre 100 et
200 salariés dans le domaine de
l’aide à domicile. Pour l’accueil Coopératives de crédit : près de sept emplois sur dix
dans le secteur financierdespersonnesâgées,lePaysdis-
pose de maisons de retraite em-
Pays de Sarrebourg
ployant chacune entre 50 et plus Part de l’économie
sociale dansde 100 salariés : Association de Secteurs d’activités Emplois dans Part de l’économie
l’emploi lorraingestion Les Jardins, Association l’économie sociale sociale dans
(%)
au 31/12/04 l’emploi (%)Entraide et Amitiés (la Charmille),
Maison de retraite Saint-Joseph
ENSEMBLE 1 418 9,8 11,2
et Sainte-Véronique, Maison de
Activités financières 186 68,9 46,5retraite Saint-Christophe.
Éducation, santé, action sociale 936 27,8 42,0
Le secteur coopératif confirme éga-
50 41,7 64,5Éducation
lement son importance en termes
886 27,3 39,4Santé, action sociale
d’emplois. Avec 270 postes de tra-
Services aux particuliers 127 11,8 17,1
vail à la fin de l’année 2004 (et 348
Services aux entreprises 24 4,6 6,0
offerts au cours de l’année), les coopé-
71 3,4 1,9Commerceratives offrent 19% des emplois de
21 3,3 1,5Transportsl’économie sociale du Pays, contre à
Guide de lecture : au 31/12/2004, l’économie sociale représentait 1 418 postes de travail, soit 9,8% du to-peine 14% en Moselle, 11,1% en
tal des postes du Pays de Sarrebourg sur le champ des DADS (cf. encadré page 7).
Lorraine ou encore 9,9% pour le Source : Insee, Dads 2004
Pays Lunévillois. Les coopératives du
secteur agricole, essentiellement
des GAEC (groupement agricole d’exploi- Près de 2 000 postes de travail en 2004
tation en commun), pèsent peu en
termes d’emplois. Les coopératives Établisse- Emplois au Postes Emplois en
L’économie sociale et solidaire
ments 31-12-2004 en 2004 équivalentde crédit à l’inverse offrent 179 em- en 2004
employeurs (1) (2) temps pleinplois, soit 12,6% des emplois de l’é-
conomie sociale dans le Pays. Les Associations 80 1 054 1 520 970
employeurs sont connus : Banque Action sociale 18 767 1 047 739
Populaire Lorraine-Champagne, Cré- Sport, culture, loisirs 23 106 173 57
Éducation 6 50 75 46dit Mutuel, Caisses d’Épargne et de
Associations de personnes 16 34 65 41Prévoyance. En Moselle, les coopé-
Santé 3 32 36 28ratives de crédit ne représentent
Services aux entreprises 2 23 31 13que 11,2% des emplois de l’éco-
Accueil, hébergement, restauration 4 21 61 22nomie sociale et 7,1% en Lorraine.
Autres associations 8 21 32 24Enfin, il faut citer également la Fon-
Coopératives 53 270 348 261dation Saint-Vincent-de-Paul qui offre
Coopératives de crédit 31 179 229 174plus d’une centaine d’emplois.
Coopératives secteur agricole 20 49 64 47
Autres coopératives 2 42 55 40Un emploi salarié sur dix
Mutuelles 2 7 7 6
dans le Pays régies par code des assurances 2 7 7 6
Au total, l’économie sociale repré- Mutuelles régies par code de la mutualité 0 0 0 0
sente près d’un emploi salarié sur Fondations 1 87 121 84
dix dans le Pays de Sarrebourg. ENSEMBLE 136 1 418 1 996 1 321
Cette proportion est identique à (1) Postes de travail présents dans les établissements au 31/12/2004 : un emploi de juillet à septembre
2004 ne sera pas comptabilisé.celle de la Moselle. Elle est par
(2) Postes de travail offerts en 2004 : un emploi de juillet à septembre 2004 sera comptabilisé.
contre inférieure à celle cons- Source : Insee, Dads 2004
3beaucoup moins bien représentée quart des emplois salariés viennent du département
qu’en Moselle (49,3%) ou qu’au ni- (24,3%), bien moins qu’en Mo- meurthe-et-mosellan voisin (15),
veau régional (42%). selle (32%). voired’Alsace(23).
La situation de ce secteur varie
Un facteur de cohésion Une majorité d’emplois
cependant fortement d’une activi-
du Pays “permanents”té à l’autre. L’action sociale est
ainsi en grande partie assurée Les établissements employeurs Situation atypique, les établisse-
par les associations, avec un taux de l’économie sociale sont essen- ments de l’économie sociale du
de pénétration de l’activité de tiellement localisés dans les plus Pays de Sarrebourg offrent des
83,3%. Pour les activités liées à grandescommunesdu Pays. À emplois majoritairement stables :
l’éducation, l’économie sociale elle seule, la commune de Sarre- sur les 1 996 postes de travail
fournit plus de quatre emplois sur bourg détient plus de la moitié en 2004, près de 54% sont des
dix (hors Éducation nationale). Pour des salariés (55,4%). Saint-Quirin emplois permanents sur l’année.
celles de la santé, elle n’assure et Phalsbourg en comptent 10% Cette situation ne se retrouve ni
par contre qu’un très faible pour- chacune. Walscheid, Saint-Jean- dans l’ensemble du département,
centage d’emplois (1,4%), situa- de-Bassel, Abreschviller et Féné-
tion que l’on ne retrouve pas au trange en détiennent chacune
Un emploi sur deuxniveau du département (21%), ni entre 3% et 4%.
permanent sur l'année
même au niveau lorrain (13,8%). Au total, ces sept communes ac-
Répartition des emplois dans
cueillent donc 89% des emplois les associations selon le type d'emploisLe secteur des services aux particu-
salariés de l’économie socialeliers (sport, tourisme ...)est le troi-
%
100alors qu’elles ne regroupent quesième secteur de l’économie du
37% de la population du Pays.Pays bien pénétré par
80
sociale (11,8% des emplois du sec- Cette concentration des emplois
teur). L’influencedel’économieso- ne doit toutefois pas masquer le
60
ciale est cependant nettement fait que l’économie sociale re-
moins forte qu’au niveau départe- crute dans tout le Pays et con-
40
mental (15,9%)ourégional(21,7%), tribue ainsi à maintenir la
et bien moindre que dans des Pays population active dans les zones
20
comme le Barrois (23,3%)etsur- rurales.
tout le Lunévillois (35%).
C’est ainsi par exemple que parmi 0
Pays deAu total, sur les quatre grands les 786 salariés en poste à Sar- Lorraine
Sarrebourg
secteurs des activités de servi- rebourg, seul un tiers (263)rési-
Emplois occasionnels
ces, à savoir secteur financier, dent à Sarrebourg tandis que non permanents
services aux entreprises, servi- près de la moitié (48,6%) résident Emplois
ces aux particuliers et éduca- dans le Pays hors Sarrebourg.
tion, santé et action sociale, Source : Insee, Dads 2004,13% résident hors du Pays mais
postes de travail en 2004l’économie sociale couvre le en Moselle. Quelques-uns enfin
Emplois : concentrés dans les grosses communes L'économie sociale recrute dans tout le Pays
Emploi au lieu de travail de l'économie sociale Lieu de résidence des salariés de l'économie sociale
Familles de
l'économie sociale
associations
coopératives
fondations
mutuelles
Phalsbourg Phalsbourg
Réding Réding
Sarrebourg Sarrebourg
Buhl-Lorraine
Troisfontaines TroisfontainesLorquin Lorquin
Dabo Dabo
Walscheid
Abreschviller Abreschviller
670
290
220
100
Source : Insee, Dads 2004
4
IGN - Insee 2007avec une proportion de 46,4% lesquels la part des emplois permanents ou non, sont des em-
pour ce type d’emplois, ni en Lor- permanents est identique ou infé- plois à temps partiel contre 34%
raine (41,1%). rieure à celle du niveau régional. au niveau départemental.
Cette importance des emploisDeux raisons sont à l’origine de Femmes :
permanents contribue ainsi à ré-cette spécificité. Tout d’abord, sept emplois sur dixduire fortement le recours auxune raison “structurelle” : l’impor-
emplois occasionnels, c’est-à-dire L’économie sociale est tradi-tance des coopératives, qui of-
de très courte durée : 20,5% tionnellement très féminisée,frent des emplois plus stables,
dans le Pays contre 26,4% en en grande partie en raison duexplique en partie cette spécifici-
Moselle et 31,7% en Lorraine. type tertiaire des activités dé-té. Mais ceci n’explique pas tout :
De plus, la part des emplois occa- veloppées, qui plus est dansil y a bien une spécificité locale.
sionnels dans l’économie sociale des activités tertiaires forte-Les associations, par exemple,
n’yest pasplusélevéeque dans ment féminisées (santé et actionont offert en 2004 plus de la moi-
l’économie des services hors éco- sociale en particulier).tié (51,6%) des postes de travail
nomie sociale. Si cette situationsurl’annéecomplètealors que Dans l’ensemble du département
prévaut également pour le dépar-cette proportion n’est que de de la Moselle, les emplois sala-
tement mosellan, ce n’est pas le37% en Lorraine. Cette situation riés (hors emplois occasionnels)
cas pour la Lorraine en général.concerne presque tous les domai- sont tenuspar desfemmesplus
nes associatifs, à l’exception de Par contre, le recours au travail à de six fois sur dix (66,7%). Dans
l’aide à domicile, aux personnes temps partiel est plus dévelop- le Pays de Sarrebourg, les fem-
handicapées et du sport, pour pé dans le Pays : 38% des postes, mes occupent une place encore
Employés : presque un poste de travail sur deux Peu de femmes cadres
Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles Répartition des hommes et femmes selon la catégorie socioprofessionnelle
%
60
Femmes
% Hommes
50 50ESS Pays Sarrebourg
Services hors ESS Pays
40 40ESS Lorraine
30 30
20 20
10 10
0 0
Cadres Cadres Professions Employés OuvriersProfessions Employés Ouvriers
intermédiairesintermédiaires
Guide de lecture : parmi les femmes salariées dans l'économie sociale du pays
de Sarrebourg, 3,3% sont cadres. Cette proportion est de 16,8%
chez les hommes.
Source : Insee, Dads 2004, postes de travail (hors emplois occasionnels) en 2004
Forte féminisation de l'économie sociale
Part des femmes dans l'économie sociale
90 %
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Source : Insee, Dads 2004, postes de travail (hors emplois occasionnels) en 2004
5
Asso. - santé
Asso. - social
Autres coop.
Asso. de
personnes
Autres asso.
Mutuelle
d'assurance
Asso. - accueil,
héberg. - restaur.
Fondations
Asso. - éducation
Coop. de crédit
Asso. - sport-
culture-loisir
Asso. - serv.
aux entreprises
Coop. agricoleplus importante : sept emplois d’employés dans l’économie sociale dian est de 39 ans et de 38 ans
sur dix (71,2%). Dans les autres contre 38,1% dans les services en Lorraine.
établissementsdu pays(hors éco- hors l’économie sociale, et 20,4% Les salariés du Pays sont donc
nomie sociale), la proportion n’est d’ouvriers contre 28,9%. globalement un peu plus âgés.
que de 41%, voisine de celle ob- Bien que sept postes sur dix Cecinesetraduit paspar une
servée en Moselle. soient occupéspar desfemmes, proportion plus forte qu’ailleurs
elles ne sont aux postes d’enca- de salariés de plus de 50 ansCe sont les associations qui ac-
drement que trois fois sur dix. mais par une présence moindrecueillent une main-d’œuvre très
Autrement dit, sur le millier de des jeunes : 25% de salariés defortement féminisée, et se distin-
femmes travaillant dans l’éco- moins de 25 ans pour le Pays,guent en cela des associations au
nomiesociale,seules37d’entre 29,7% en Moselle et 31,3% pourniveau régional : 77% de femmes
elles (soit 3,3% des salariés fem- toute la Lorraine.dans le Pays contre 66,5% au ni-
mes) sont cadres contre 77 hom-veau régional. Cette surreprésen- Les coopératives ont les salariés
mes représentant 16,8% des sa-tation desfemmesdansles lesplusjeunes(34% de moins de
lariés de sexe masculin. Onassociations s’explique bien sûr 30 ans), tout comme en Lorraine.
retrouve ainsi, mais plus ac-par l’importance du secteur social Ce qui distingue le Pays de Sarre-
centuée, la sous-représentationmais aussi par un s social bourg, c’est la place des jeunes
des femmes aux postes de com-encore plus féminisé qu’ailleurs dans les associations : seuls 22%
mande qui prévaut quelle que soit(82% dans le Pays contre 72% en ont moins de 30 ans contre
la localisation.Lorraine). Il y a donc bien une spé- 31,4% dans les associations au
cificité de l’économie sociale du L’économie sociale offre par niveau régional. La situation est
Pays concernant sa féminisation. contre plus fréquemment aux jeu- toutefois très différente d’un do-
Cette forte féminisation ne se tra- nes l’opportunité d’occuper des maine à l’autre. Le secteur social,
duit pas cependant par une place postes à responsabilité : ils y oc- principal employeur, rassemble
équivalente sur les postes d’enca- cupent 3,4% des postes de ca- peu de jeunes (16,3%).Acontra-
drement. dres et 18,8% des postes de rio, les associations du domaine
professions intermédiaires. Dans sport-loisirs-culture y font large-
l’ensemble des établissements du ment appel (46%). Cette différen-Moins d’encadrement,
Pays, la place des jeunes n’est ciation au sein des associationsplus de personnel
respectivement quede2,5%et est identique au niveau régional.d’exécution
de 11%. On retrouve cette même
Comparées aux salariés des sec-Le Pays de Sarrebourg affiche en- opportunité au niveau régional, et
teurs des services hors économiecore sa singularité en termes de cela de façon encore plus
sociale, les différences d’âge sontcatégories socioprofessionnelles : accentuée.
plus marquées :lamoitiédecesles cadres et les professions in-
derniers ont en effet moins de 36termédiaires y sont moins bien Des salariés
ans. Ce constat est valable égale-représentés qu’au niveau départe- un peu plus âgés ment au niveau régional et départe-mental ou régional, alors que les
La moitié des personnes travail- mental : les salariés de l’économieemployés et les ouvriers y sont
lant dans les établissements rele- sociale sont globalement plus âgésplus présents.
vant de l’économie sociale dans le que dans le reste de l’économie.
Lespostesdecadresetdeprofes- Pays de Sarrebourg ont moins de Cette situation touche les employés
sions intermédiaires sont plus fai- 40 ans. En Moselle, cet âge mé- et les ouvriers.
bles dans la presque totalité des
activités de l’économie sociale du
Pays, à l’exception de la santé. Associations : l'action sociale génère les trois quarts
de la masse salariale
À l’inverse, les employés repré-
Répartition (en %) de la masse salariale distribuée par les associationssentent près de 47% des postes
de l’économie sociale. Cette pro-
Accueil, hébergement,
Services aux entreprisesportion n’est que de 42,4% en
restaurationSanté 1,9%Moselle (40% en Lorraine). De 2,2%4,5%
même, un salarié sur cinq Associations de Autres associations
personnes 2,5%(20,4%) est ouvrier contre 12,3%
4,5%
en Moselle (14,5% en région).
Éducation
Comparée aux emplois des établis-
5,2% Action sociale
sementsdansles secteursdes
72,5%
services hors économie sociale, l’é-
Sport, culture, loisirsconomie sociale se caractérise,
6,6%
comme au niveau régional, par une
supériorité numérique des em-
Source : Insee, Dads 2004, rémunérations nettes
ployés sur les ouvriers : 47%
6salaires distribués par l’ensemble des rémunérations (64%), alors18 millions d’euros
des établissements du Pays. qu’au niveau régional, elles ende masse salariale
Cette proportion est plus faible distribuent les trois quarts. Au
qu’au niveau départemental sein des associations, près deLa masse salariale versée par les
(9,1%)ourégional(8,9%). trois quarts des salaires sontorganismes de l’économie sociale
générés par le secteur social,dans le Pays de Sarrebourg s’é- Principal employeur de l’éco-
plus qu’au niveau régionallève en 2004à18millions d’eu- nomie sociale, les associations
(32,6%). On retrouve donc làros, soit 6,3% de l’ensemble des concentrent près des deux tiers
l’importance relative des diffé-
rents domaines observée en ter-
mes d’emplois.La notion d’emploi dans les DADS et la typologie retenue
La DADS, déclaration annuelle de données sociales, est une formalité admi- La contribution des coopératives
nistrative que doit accomplir tout établissement privé ou public employant à la masse salariale, plus de
des salariés. Le champ d’étude des DADS couvre l’ensemble des salariés et
cinq millions d’euros, est parti-
des employeurs à l’exception des salariés de l’agriculture, des personnels
culièrement importante dans ledomestiques et des agents de l’État. Les salariés des établissements pu-
Pays de Sarrebourg : 28%blics industriels et commerciaux (SNCF, EDF...) et de la fonction publique ter-
ritoriale et hospitalière y sont en revanche intégrés. (contre 18% en Lorraine)tandis
En l’absence d’information relative à la nature juridique des contrats de tra- qu'elles ne représentent que
vail dans les DADS, l’emploi est abordé sous l’angle “poste de travail”. Un em- 17% des emplois. Au sein de
ploi correspond à un salarié dans un établissement, qu’il ait effectué une ou cette famille, les coopératives
plusieurs périodes de travail au sein de cet établissement. Par contre, si ce
de crédit en dispensent près de
même salarié a travaillé au cours de la même année dans plusieurs établis-
3,6 millions d’euros.sements différents, on comptabilisera autant de postes de travail que d’éta-
blissements différents. Dans l’étude, on distingue :
L’emploi occasionnel, emploi d’une durée inférieure à 12 jours ou un
Anne MEVELnombre annuel d’heures travaillées inférieur à 60 heures ou correspondant
à une rémunération annuelle de moins de 838 euros ou encore à un salaire
Bernard THIRION
horaire de moins de 1,50 euro.
L’emploi non occasionnel, emploi ne remplissant aucune des conditions pré-
cédentes. Il est considéré comme permanent si le salarié a travaillé à
er
temps complet du 1 janvier au 31 décembre (y compris les temps partiels
à partir de 80%) et non permanent dans les autres cas.
Qu’est-ce que l’économie sociale ?
Rares sont ceux à ne pas s’être trouvés en Cette charte reconnaît les principes fonda- Cette charte constitue le ciment de
contact avec l’économie sociale au travers teurs du secteur de l’économie sociale qui vise cette «autre économie» dont les ré-
des associations, des comités d’entre- avant tout l’épanouissement de l’individu. sultats prouvent sa plus-value tant au
prise, des coopératives, des mutuelles, ou niveau économique que social. Il faut- La solidarité donne plus de place à l’homme
de certaines assurances. Et pourtant, l’é- souligner également la qualité dequ’aux moyens financiers : les bénéfices ne
conomie sociale est un secteur souvent l’emploi dans l’économie sociale, quisont paspartagésmaisils sont réservés au
méconnu. permet aux salariés de s’épanouir da-développement de l’activité commune. Et à l’in-
vantage que dans une entrepriseverse il est fait appel aux sociétaires, à travers
Les concepts qu’elle recouvre, tout à la classique.la cotisation ou la souscription de parts socia-
fois économiques, organisationnels, hu-
les, dès lors qu’un investissement nouveau dé- Cette autre économie est née et a
manistes, la rendent transversale aux e
passe les capacités ordinaires de l’entreprise : pris de l’importance au XIX siècle
secteurs d’activité. Les coopératives
les capitaux ne sont qu’un moyen. dans tous les pays développés sous
(SCOP, coopératives agricoles, banques
l’influence de courants divers (chré-- La liberté d’adhésion et de choix garantitcoopératives...), les mutuelles (de santé
tiens, libéraux, socialistes...) et à l’i-l’indépendance des personnes : entrer ouet d’assurance) et les associations (dans
nitiative du patronat social aussi biensortir d’une organisation d’économie socialelessecteursdel’éducation,des loisirs,
quedusyndicalisme, voiredel’anar-est un droit absolu ; aucun ticket à l’entréesanitaire et social...), les trois grandes
chisme, pour que vivent, à côté den’est exigé et la porte est ouverte à tous.familles de l’économie sociale, forment
celles ayant pour objet la rentabilitéAinsi la mutualité accueille-t-elle égalementun robuste tissu de compétences et de
et la rémunération du capital investi,tout citoyen, quel que soit son état de santé.performances.
des initiatives économiques et socia-
-Unegestiondémocratiqueassurelatrans-
les fondées sur d’autres principes et
La volontédelaChambre Régionalede parence : un homme = une voix. Ce principe
répondant à d’autres finalités.
l’Économie Sociale de Lorraine est de implique une information égale de tous et un
contribuer à la reconnaissance et au dy- effort de déconcentration de la décision qui
namismedecesecteur,uni pardes va- repose sur des relais : ce sont les adminis-
leurs fortes, reconnues par la charte de trateurs et délégués bénévoles, qui forment
Gilles BARNAGAUDl’économie sociale de 1980, à laquelle les l’ossature de l’économie sociale. Banques
Président de la Chambre Régionalestructures associatives, coopératives et coopératives, mutuelles, associations en
mutualistes adhèrent. de l’Économie Sociale de Lorrainecomptent des milliers.
7Savoir plus : Le mot du Président
L’étude présentée dans cette plaquette s’inscrit dans le concept de pays qui
repose sur la participation de la société civile à la mise en place de projets de- L’économie sociale et solidaire pro-
développement territorial.gresse en Lorraine - Achour Rezzik
et Bernard Thirion - Économie Lor- Dans le cadre de la charte d’aménagement et de développement du Pays de
raine n° 55 - Mai 2006 Sarrebourg, la première phase des actions relatives au milieu associatif pré-
voit d’identifier l’existant en matière d’associations et d’analyser l’impact de
- Les services d’aide à domicile dans
l’économie solidaire et sociale sur l’économie locale du Pays.
le contexte de l’Allocation personna-
La démarche de cette étude est animée par deux volets.lisée d’autonomie - Direction de la
Recherche, des études, de l’évalua- Le premier consiste à constituer un répertoire des associations, des mutuel-
tion et des statistiques (DREES) - les et des coopératives, en tenant compte du rôle social et humain du milieu
Études et Résultats n° 460 - Janvier associatif dans une société et sa capacité à animer la vie locale d’un territoire
2006 via un réseau. L’enjeu est que les associations du territoire se connaissent,
mutualisent leurs moyens et participent aux différents projets du territoire.
- L’économie sociale de A à Z - Alter-
Le deuxième volet permet de traiter d’un aspect encore méconnu et sous-es-natives Économiques Hors-série pra-
timé aujourd’hui, celui de l’économie solidaire et sociale, qui propose unetique n° 22 - Janvier 2006
autre forme d’organisation économique caractérisant le fonctionnement des
- L’économie sociale et solidaire : un structures associatives, des mutuelles et des coopératives.
salarié sur dix en Lorraine - Bernard
L’objectif est d’évaluer les besoins des structures d’économie sociale du
Thirion et Achour Rezzik - Économie
Pays, notamment en termes de formation du personnel, de les intégrer dans
Lorraine n° 21 - Mars 2005
les différents dispositifs de formation continue et de professionnalisation mis
- La vie associative en 2002 : 12 mil- en place par les acteurs de l’emploi, d’identifier quelles sont les structures ca-
lions de bénévoles - Michèle Fèbvre, pables de créer des emplois, notamment dans des domaines d’activités
Insee et Lara Muller, Ministère des émergents et en expansion tels que les services à la personne (aide à
Sports - Insee Première n° 946 - domicile, garde d’enfants,…).
Janvier 2004
Roland MUNTZ
Site internet : www.insee.fr Président du Pays de Sarrebourg
Pourquoi cette étude ?
Lors de l’élaboration de la Charte du Pays de Sarrebourg, il a été constaté, à
cause de leur hétérogénéité, une méconnaissance de l’influence sur l’emploi
des associations, des coopératives et des mutuelles du territoire. Pourtant,
ces structures, qui entreprennent autrement, sont des acteurs majeurs du
développement local, leur poids économique mérite d’être mieux connu. En
tant qu’employeurs, elles ont lieu d’être soutenues au même titre que les au-
tres employeurs. Elles ont en commun leur non lucrativité et leur gestion dé-
mocratique (un homme égale une voix). Elles mettent en oeuvre etMinistère de l’Économie,
permettent la solidarité entre générations.des Finances et de l’Industrie
Insee L’économie sociale historique, qui avait fini par se fondre dans le paysage des
Institut National de la Statistique prestations de “l’État providence” ou par se confondre avec n’importe quelle
et des Études Économiques entreprise, est en train de renouer avec ses préoccupations éthiques origi-
Direction Régionale de Lorraine nelles. Sous l’appellation actuelle de “secteur d’économie sociale et solidaire”
15, rue du Général Hulot se regroupent des organisations que l’on ne peut classer ni dans le secteur
CS 54229 public ni dans le secteur privé capitaliste (c’est-à-dire à but lucratif). Ce sec-
54042 NANCY CEDEX teur participe pourtant activement à la création de richesse. Ce sont les ad-
Tél :03 83 91 85 85
ministrateurs et délégués bénévoles qui forment l’ossature de l’économie
Fax :03 83 40 45 61
sociale, l’engagement bénévole recouvrant des réalités très différentes selon
www.insee.fr/lorraine
que l’on se situe dans une association, une coopérative ou une mutuelle.
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Ces entreprises d’économie sociale sont inscrites dans notre territoire. Elles
Jean-Paul FRANÇOIS entretiennent des relations privilégiées avec les collectivités locales. Elles
Directeur régional de l’Insee sont des acteurs majeurs du développement local. Elles ont souvent pour but
d’éviter l’exclusion en favorisant l’intégration ou la protection des sociétairesCOORDINATION RÉDACTIONNELLE
ou des adhérents (membres), y compris les plus défavorisés. Elles sont aussiChristian CALZADA
des relais auprès de la population dans le cadre de l’élaboration du projet deGérard MOREAU
développement durable du territoire “Pays de Sarrebourg”.
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
Il n’y aura développement local que s’il y a partenariat autour de projets con-
RELATIONS MÉDIAS
crets. Tous les partenaires potentiels doivent être identifiés et mobilisés, le
Jacqueline FINEL
Conseil de étant là pour en assurer la coordination afin qu’il
en ressorte une force organisée de proposition et de négociation.RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN Cette étude a pour objet de mieux connaître les entrepreneurs et les entrepri-
ses de l’économie sociale avec pour objectif de créer une synergie entre tousSECRÉTARIAT DE FABRICATION
les acteurs du Pays de Sarrebourg pour y améliorer durablement la qualité deMISE EN PAGE - COMPOSITION
vie.Marie-Thérèse CAMPISTROUS
Marie-Odile LAFONTAINE
Michel BEAUCAMP
meISSN : 0293-9657
2 vice-président du Conseil de développement du Pays de Sarrebourg
© INSEE 2007
8

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin