La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

économie
Créations d’entreprises
Plus de 5 000 nouveaux
Le nombre de créations d’entreprises n’a jamais été aussi élevé à
La Réunion qui arrive une nouvelle fois en tête des régions
françaises pour le taux de création. Mais un faible taux de survie
limite la progression du parc.
our la première fois, le nombre Evolution comparativeLexique d’entreprises créées dans l’industriePet le tertiaire dépasse 5 000 dans
Taux de création : rapport entre le l’année. Avec près de 5 300 entreprises
nombre de créations observées l’année n créées en 2004, la hausse est de 8,8 % par
et le stock d’entreprises au premier janvier rapport à 2003 et s’inscrit dans la ten-
de cette même année n. dance nationale (+ 9 %). La remontée se
poursuit après la pause de 2002 (4 400
Taux d’évolution : rapport entre le
créations contre 4 450 en 2001). Les
nombre d’entreprises comptabilisées au nouvelles structures de production repré-
premier janvier de l’année n et le nombre sentent 19 % du nombre total d’établis-
d’entreprises comptabilisées au premier
sements, soit un taux de création supé-
janvier de l’année n-1.
rieur à celui de l’année 2003 (17,8 %).
Après la pause de 2002, les créa-
tions d’entreprises sont reparties àLa création d’entreprises est signe de
la hausse pour dépasser les 5 000
dynamisme de l’économie et porteuse de unités en 2004.
Champ d’étude richesse et d’emplois. Un fort taux de
création est donc une bonne nouvelle. Il
Le second facteur expliquant l’écart duLe champ retenu pour l’article est celui faut cependant relativiser l’intensité du taux de création avec d’autres régionsdes entreprises produisant des biens et des taux de création réunionnais par deux est la dimension réduite du secteur pro-services destinés à être vendus. C’est le éléments. Le premier est la survie ductif. Si on rapporte le nombre d’entre-
champ “ICS” : industrie, commerce, limitée des entreprises. Cette année prises à la population en âge de travail-
services. Ce champ est plus restreint que encore, beaucoup d’entreprises ont dis- ler, en 2004, La Réunion comptait une
celui observé dans le répertoire SIRENE. Il paru. Le parc ne s’est accru entreprise pour dix sept habitants contre
ne couvre pas le secteur primaire et les que de 6 % par rapport à 2004. Le taux une pour huit en Guadeloupe et une pour
activités financières. En sont également d’évolution du nombre d’entreprises est onze en Martinique. Cette relative fai-
exclus les établissements qui relèvent du donc bien inférieur au taux de création. blesse du stock explique pour partie le
secteur public ou d’organismes privés, C’est parce que le taux de survie des taux de création élevé.
ainsi que certaines sociétés civiles.
entreprises est le plus faible de France :
Le secteur des services constitue le pre-
une sur deux seulement survit au-delà de mier pilier de l’économie réunionnaise.
trois ans, contre deux sur trois dans les Il enregistre un taux de création de
autres DOM et en France métropolitaine. 19 %. C’est le sous-secteur des servicesL’auteur
Xavier LAVAUX est Volontaire civil de
Taux de création d’entreprises et taux d’évolution des secteurs d’activitél’aide technique à la direction régionale
entre 2004 et 2005de l’Insee.
Nbre Nbre Taux de Taux
d'entreprises de créations création d'évolution
au 01/01/04 2004 2004 (%) 2003/2004 (%)
Industrie 2 226 323 15 4
Commerce 9 156 1 884 21 6
Construction 3 612 807 22 7
Transports 1 464 117 8 3
Services 11 570 2 201 19 7
Activités immobilières 446 95 21 13
Services aux entreprises 3 904 870 22 10
Services aux particuliers 3 520 749 21 5
3 700 487 13 4Education, santé, action sociale
28 028 5 332 19 6TOTAL
Source : Insee, fichier sirène.
économie 1er trimestre 200426 DELAREUNIONéconomie
entrepreneurs en 2004
L’industrie renouvelle peu son parc Comme l’année précédente, les nouvel-Créations d’entreprises par micro-région
d’entreprises : son taux de création (15 %)et par secteur d’activité en 2004 les entreprises ont été la plupart du
se situe en dessous de la moyenne de temps (dans 70 % des cas) fondées par
l’île et son taux d’évolution est un des des personnes physiques. Seulement
plus faibles observés cette année (4 %). 30 % d’entre elles sont des sociétés, tan-
Dans les quatre micro-régions, elle ne dis que ces dernières représentent 38 %
représente qu’entre 4 et 6 % des nouvel- du parc d’entreprises.
les entreprises créées. Il s’agit principa-
Parmi les entreprises créées, les troislement d’industries de biens de consom-
quarts sont entièrement nouvelles (créa-mation.
tions pures), un cinquième correspond à
Avec les taux de création et d’évolution des reprises d’unités par la même entité
les plus bas (respectivement 8 % et légale et le reste à des réactivations
3 %), le secteur des transports apparaît (reprises d’activités cessées antérieure-
comme le le moins renouvelé. ment). La répartition est sensiblement
Son stock d’entreprises est relativement identique selon les secteurs. La moitiéNombre de créations stable depuis plusieurs années.
1 800 des reprises ont eu lieu dans le secteurSecteur d'activité
Services700 des services.
Commerce Industrie Essentiellement des petitesConstruction Transport
La répartition est semblable à celle de
entreprises 2003. Les reprises ne semblent pas avoir
© IGN - Insee 2005 - Source : Sirene - 2004
encore profité de la mise en application
Neuf fois sur dix, les entreprises créées au début de l’année 2004 de plusieurs
sont des entreprises individuelles. Moins mesures favorisant la création et la
aux entreprises qui a le taux de création de 1 % ont plus de 10 salariés. Les trois transmission d’entreprise.
le plus fort (22 %). Viennent ensuite les quarts des créations d’entreprises indivi-
services aux particuliers et les activités duelles ont été réalisés dans les services Xavier LAVAUX
immobilières (21 %). A l’inverse, le et le commerce et plus d’un tiers des
créations d’entreprises de plus de 10taux de création est faible (13 %) dans
salariés dans le secteur du bâtiment.les services de santé, d’éducation et
d’action sociale. Dans le Nord et l’Ouest
presque la moitié des entreprises nouvel-
lement créées sont des de
services. Il s’agit principalement de ser- Les aides à la création et à la transmission d’entreprise
vices aux entreprises et aux particuliers.
La loi pour l’initiative économique, dite financer l’initiative économique : créa-
Taux de création loi Dutreil a été publiée au J.O. du 5 tion de fonds communs de placement
août 2003. Elle comprend des mesu- à risque, à vocation de proximité, etélevé dans le commerce
res, entrées pour la plupart en applica- réductions d’impôts pour les personnes
et le BTP tion entre août 2003 et septembre investissant dans ces fonds ou réali-
2004, qui répondent à cinq préoccupa- sant des apports en espèces au capi-
tions : tal des sociétés nouvelles.Avec près du tiers du total des entrepri-
ses, le secteur du commerce constitue le simplifier la création d’entreprise : la loi permettre l’accompagnement social
second pilier de l’économie réunion- ne se fixe plus de minimum pour le des projets : différé pour le paiement
naise. Avec 1 900 nouvelles entreprises, capital social des SARL ; les associés des cotisations, extension du dispositif
il enregistre un taux de création élevé déterminent librement son montant. EDEN (prime à la création d’entre-
(21 %). Dans les quatre micro régions, Les procédures administratives sont prise) aux demandeurs d’emploi de
allégées. plus de cinquante ans.les entreprises de commerce nouvelle-
ment créées représentent un peu plus du faciliter la transition entre le statut de favoriser le développement et la trans-
tiers du total des créations. salarié et celui d’entrepreneur : le sala- mission de l’entreprise : exonération
rié qui crée une entreprise peut conser- d’impôt sur les plus-values dans certai-
C’est le secteur de la construction, répu-
ver son emploi salarié pendant un an, nes conditions, exonération des droits
té pour ses faibles taux de survie, qui a ou recourir à un congé lequel de mutation pour les donations réali-
les taux de création et d’évolution les son contrat est suspendu. Il est exoné- sées au profit des salariés de l’entre-
plus forts (respectivement 22 % et 7 %). ré des cotisations sociales dues au prise.
Il est le secteur le plus dynamique. Dans titre de sa nouvelle activité d’entrepre-
l’Est, un peu moins du quart des nouvel- neur pendant douze mois.
les entreprises sont des entreprises de
construction.
économie1er trimestre 2005 27DELAREUNION