//img.uscri.be/pth/8f63a8bb16af4265eca7d94db01eeae08c873ae0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

REVOLUTION TECHNOLOGIQUE ET AVENIR DES MONNAIES

De
26 pages

REVOLUTION TECHNOLOGIQUE ET AVENIR DES MONNAIES

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 159
Signaler un abus
REVOLUTION TECHNOLOGIQUE ET AVENIR DES MONNAIES
ººººººººººººººººººº
par Georges LANE Université Paris IX-Dauphine
Se fondant sur la thÈorie autrichienne des origines de la monnaie, George Lane se demande si l’avènement de la « monnaie Electronique », le développement du « porte-feuille électronique », mais aussi la généralisation des marchés de « produits dérivés » ne sonnent pas le glas des formes habituelles de monnaie. Avec pour conséquence l’émergence à terme d’un régime mondial de monnaies privées concurrentielles. (Mai 1998)
Ce texte est la transposition d’une conférence organisée par l’Institut EURO 92 le Jeudi 5 Mars 1998. Georges LANE est Maître de conférence à l’Université Paris IX-Dauphine où il enseigne l’économie. Grand connaisseur de la pensée de Jacques Rueff, nous avons déjà eu le plaisir de l’écouter dans le cadre des conférences d’histoire organisées à la Sorbonne. Georges Lane part du constat que nous vivons désormais dans un monde d’où l’inflation a été chassée. A qui le devons-nous ? Aux hommes politiques et à leur volonté de battre l’inflation par des politiques appropriées ? En bon libéral, George Lane n’y croît guère. Disciple des économistes autrichiens du début de ce siècle, il voit dans cette victoire plutôt le résultat d’une défense spontanée des agents économiques par la mise au point d‘instruments économiques, monétaires ou financiers leur permettant d’échapper à la spoliation monétaire de l’Etat. « Monnaie électronique », « porte-monnaie électronique », « produits dérivés », « contrats standardisés » sont les réponses que le marché a fait émerger pour limiter, puis contourner le pouvoir monétaire spoliateur des Etats modernes. La question qui se pose alors est de savoir si, à travers la croissance de ces nouveaux instruments, ce que nous voyons apparaître n’est pas déjà l’esquisse de nouvelles formes monétaires susceptibles, demain, de rivaliser, et même d’éliminer les formes actuelles de monnaies étatiques. C’est ce que pense George Lane. Pour l’instant le phénomène reste relativement circonscrit du fait du caractère « fermé » des marchés actuels de produits dérivés. Mais au fur et à mesure que ces marchés s’approfondiront, que les nouveaux types de contrats se multiplieront (par exemple pour le gaz, l’électricité,
2