Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Robert CHOPIN - Il ya 50 ans...

5 pages

Robert CHOPIN - Il ya 50 ans...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 156
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Il y a 50 ans...
« CEUX D’INDOCHINE »par Jean CLARY L’Indochine ou, mieux, l’Union indochinoise, entité politique française née en 1887, s’étendait sur un territoire de 2 736 000 km , soit une fois et demie la France. Cette union concernait la Cochinchine, au Sud-Vietnam, colonie française depuis 1862 et quatre Etats sous protectorat : le royaume du Cambodge, de population khmère, le royaume du Laos, l’Annam et le Tonkin, plus un territoire à bail (Kouang Tcheou Wan). En 1940, le Japon, allié de l’Allemagne, obtient des « facilités militaires » pour le stationnement de ses troupes, reconnaissant la souveraineté française en Indochine. Il n’encouragea pas moins les populations majoritairement annamites de Cochinchine, d’Annam et du Tonkin à se constituer en république sous le nom de Vietnam puis, en mars 1945, il balaya l’administration française, humiliant et maltraitant les « colonisateurs ». Le Japon défait – capitulation du 2 septembre 1945 –, Cambodge, Laos et Vietnam acceptèrent un acte d’association au sein de l’Union française : de là l’expression d’Etats associés. En 1946, la France reconnut le principe d’une République démocratique du Vietnam (Tonkin, Annam, Cochinchine), Etat libre ayant son gouvernement, son parlement, son armée et ses finances puis, en 1949, elle arrêta les modalités du transfert de ses droits aux Etats associés : d’où la naissance de Trésors nationaux. La fiction d’Etats « indépendants dans l’interdépendance », en honneur en France, ne résista pas aux poussées du Viêt-minh et ne survécut point aux accords de Genève qui mirent un terme, le 20 juillet 1954, aux conflits qui endeuillèrent l’Indochine française, pratiquement de 1940 à 1954. En peu de mots et avec une infinie pudeur, Jean CLARY évoque « les horreurs des geôles japonaises » et aussi les tribulations de ceux qui entreprirent des « marches forcées dans la jungle pour rejoindre les forces alliées en Chine. » Qui se souvient de ce qui fut, hier ? Robert CHOPIN.
420
La Revue du Trésor -mai 1954
e 84 année- nº 6 - juin 2004
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin