La lecture en ligne est gratuite
Télécharger

Publications similaires

R E P O B L ï K A N ’ ï M A D A G A S ï K A R A Fî t î a v a n a – Ta n î n d r a z a n a – Fa n d r o s o a n a
MANUEL DE SUPPLEMENTATION EN FER
EN MILIEU SCOLAIRE
MANUEL DE SUPPLEMENTATION EN
FER EN MILIEU SCOLAIRE :
GENERALITES
CONTEXTE LE FER DEFïNïTïON DE LA MALNUTRïTïON PREVENTïON DE LA MALNUTRïTïON BESOïN EN FER CARENCE EN FER CARENCE EN FER : COMMENT PERD-T-ON DU FER?
CONTEXTE
Le Mînîstère de
’Éducatîon
Natîonae à travers
des stratégîes de mîse
en œuvre des actîv-
îtés en matîère de
Santé Nutrîtîon, as-
sure a coordînatîon
et a concrétîsatîon
de ces actîvîtés avec
es Partenaîres Tech-
nîques et Fînancîers
 CONTEXTE: Avec a contrîbutîon des dîverses sensîbîîsatîons réaîsées jusqu’îcî, e taux de scoarîsatîon à Madagascar pour ’enseîgnement prîmaîre, n’a cessé de croître depuîs a concrétîsatîon de a poîtîque Educatîon Pour Tous ». La prévaence du retard de croîssance (manutrîtîon chronîque) est très éevée parmî es enants d’âge préscoaîre (de 4 à 5 ans). Ee touche a moîtîé des enants magaches quî entraîne un préjudîce îrréversîbe après ’âge de 5 ans (EDS 51%). Seon ’OMD, 47,3% des enants sont manutrîs et sont atteînts de déIcîence en mîcronutrîments et 67% des enants d’âge scoaîre sont anémîés. L’anémîe errîprîve n’étant rîen d’autre qu’une orme prononcée de a carence en er, es symptômes sont en partîe îdentîques à ceux de a carence en er sans anémîe, ’un des sîgnes de a manutrîtîon chronîque. Cea est due à ’exîstence des dîverses maadîes quî provoquent a dégra-datîon des gobues rouges : înestatîon parasîtaîre, paudîsme… En outre, ’habîtude aîmentaîre de a popuatîon maagasy, avec une aîmentatîon non dîversîIée et non varîée, n’assure pas es besoîns journaîers en mî-cronutrîment y compîrs e er.
A Madagascar, e paudîsme est endémîque et coexîste avec es maadîes parasîtaîres tees a bîharzîose et e géo hemînthîase. Ces maadîes spo-îent e er, ce quî sous-entend e besoîn accru de ce mîcronutrîment.
Le Mînîstère de ’Educatîon Natîonae, par e bîaîs de a Dîvîsîon Santé Sco-aîre, avec ses coaborateurs, a déjà prîs ’înîtîatîve de a suppémentatîon en er ors de a mîse en œuvre de a Dîstrîbutîon de Masse de Médîca-ment (campagne de déparasîtage) deux oîs par an notamment au moîs d’octobre et au moîs d’avrî. La suppémentatîon en Fer et en Fer Acîde Foîque (FAF), à raîson de 12 comprîmés pendant 12 semaînes se réaîse après chaque déparasîtage pour prévenîr a carence en er des enants scoarîsés.
La suppémentatîon en er, consîste à compéter e besoîn journaîer en er et constîtue une source concentrée de nutrîments ou d’autres sub-stances ayant un efet nutrîtîonne ou physîoogîque maîs jamaîs dans un but thérapeutîque
LE FER
Le er, un mîcronutrîment, doît être apporté par notre aîmentatîon. Un homme adute en bonne santé a un besoîn quotîdîen en er d’envîron 10 à 15 mg. Les enants d’âge scoaîre de 6 à 14 ans à Madagascar ont un probème de carence en er.
L’absorptîon du er est condîtîonnée par 2 ééments majeurs :  le stock de fer dans le sang :L’absorptîon est majorée quand es réserves en er sont dîmînuées et réduîtes en cas de surcharge martîae.  la forme chimique du fer :Le er des compexes organîques (végétaux, œus, poîssons) est peu absorbé, donc de bîodîsponî-bîîté moîndre.
Que que soît ’âge, ’absorptîon du er est putôt basse, entre 10 et 15%, ce quî sîgnîIe que es quantîtés de er consommées doîvent être bîen supérîeures aux besoîns. Aînsî, un adute nécessîte entre 1 et 2mg de er par jour maîs doît en consommer quotîdîennement entre 10 et 15mg. L’ajout de ’acîde ascorbîque améîore égèrement ’absorptîon.
Une carence en er se manîeste par une atîgue, une baîsse d’eicacîté dans ’accompîssement de ’actîvîté quotîdîenne maîs peut être acîe-ment traîtée, de préérence avant que es symptômes ne devîennent trop graves.
En cas d’apport très însuisant en er ou de probème d’absorptîon par ’întestîn ou d’une perte de er suisamment éevée, nous sommes tous, en prîncîpe et à tout âge, susceptîbes de soufrîr d’une carence en er (ou syndrome de carence en er).
LA CARENCE EN FER
Voici les symptômes
majeurs :
- atîgue
- întoérance à
’efort
Peut aboutir à la :
- dyspnée
- papîtatîons,
tachycardîe
- maux de tête
- pâeur de a
peau/des
muqueuses.
LE FER
Un apport d’au mînî-
mum 10 à 15 mg de
er par jour est néces-
saîre car notre întes-
tîn n’absorbe que
10 % envîron du er
présent dans notre
aîmentatîon.
Le besoîn est entre 1
à 2 mg par jour.
DEFINITION DE LA MALNUTRITION :
La NUTRITION :C’est ’ensembe de processus parmî esques un organîsme vîvant utî-îse es aîments pour assurer e onctîonnement des onctîons vîtaes et a productîon d’énergîe.
La MALNUTRITION : résute de ’încapacîté des organîsmes vîvants à utîîser a nour-rîture pour e maîntîen de a vîe, pour a croîssance, pour e onctîonnement norma des organes et pour a productîon d’énergîe.
PREVENTION DE LA MALNUTRITION :
La prévention de la malnutrition se divise en deux :
• La nutrition spéciIque se focalise sur l’approche 1 000 jours c’est à dire dès la conceptîon jusqu’au 24e moîs soît a deuxîème année. (9 moîs et 24 moîs)
• La nutrition sensitive se fait à partir de la deuxième année de l’enfance et parmî ces actîvîtés : - Le déparasîtage systématîque tous es sîx moîs ; - La suppémentatîon en er après e déparasîtage à raîson de 12 comprîmés pendant 12 semaînes.
BESOIN EN FER :
La régénératîon de a peau, de a muqueuse întestînae et urogénîtae aînsî que es petîts saîgnements nous ont perdre près de 1 à 2 mg de er par jour, une perte quî doît être compensée par notre aîmentatîon.
Ce besoîn est encore pus éevé chez es enants en peîne croîssance. Les prîncîpaes sources de er sont : a vîande, es céréaes, es égumîneuses et certaîns égumes (sur-tout es pommes de terre, e chou-leur, a choucroute).
Cependant, ’apport en er ournî par a vîande, e poîsson,… est près de troîs oîs supérîeures à ceuî des végétaux. La vîtamîne C et es acîdes des ruîts améîorent ’absorptîon du er dans ’întestîn ; es Ibres, e soja, e thé noîr et e caé îmîtent cette absorptîon.
CARENCE EN FER :
Une carence en er se manîeste par  Fatigue La atîgue est ’une des raîsons es pus courantes quî poussent à consuter un mé-decîn. On peut avoîr une améîoratîon sîgnîIcatîve de ’état de atîgue suîte à une suppémentatîon en er.
 Performance et force
La carence en er peut dîmînuer a orce physîque. La suppémentatîon en er des-tînée à traîter a carence en er - même sans anémîe - améîore ’endurance muscu-aîre, aînsî que ’eicacîté énergétîque.
 Fonctions cognitives
Une grave carence en er se traduît chez es enants par des retards de croîssance et des troubes du déveoppement du système nerveux centra. La suppémentatîon en er, a montré une améîoratîon de ’attentîon, de ’apprentîssage verba et de a mé-moîre des enants traîtés par substîtutîon de er durant 12 semaînes. L’admînîstratîon de er est égaement bénéIque aux adutes atteînts de carence en er sans anémîe
Une améîoratîon très nette de ’ensembe des symptômes, tes que atîgue, dîi-cutés de concentratîon, pâeur des muqueuses, maux de tête, troubes du sommeî, a été observée après a suppémentatîon.
CARENCE EN FER : COMMENT PERDTON DU FER ?
1.
2.
Infestation parasitaire
Détérioration des globules rouges par le paludisme
3. Menstruation, ce qui représente une perte d’au moins 1 mg de fer par jour
4.
Habitude alimentaire : alimentation pauvre en fer.
MANIFESTA TION DE LA CARENCE EN FER
Fatîgue
Dîicutés de concen-
tratîon
Une grave carence
en fer :
Retard de croîssance
Troubes du déveop-
pement du système
nerveux centra
Dyspnée
Papîtatîon
Maux de tête
Pâeur pamaîre.
ACTIONS SIMPLES
Respect de a
rège d’hygîène et
d’assaînîssement.
Consommatîon
journaîère des aî-
ments rîches en er
Préventîon contre
es maadîes quî
pourront perturber
’absorptîon
întestînae du er.
PREVENTION SIMPLE : • Lutter contre l’infestation parasitaire en respectant les règles d’hygiène: Lavage réquent des maîns avec du savon surtout aux cînq moments cés (après avoîr joué – après avoîr essuyé e bébé – après avoîr dééqué – avant e repas – avant a préparatîon du repas)
Non déécatîon à ’aîr îbre. ….
• Lutter contre les moustiques porteurs du paludisme : Dérîchement Eîmînatîon des eaux stagnantes Utîîsatîon de moustîquaîre împrégnée d’însectîcîde
• Consommer : Aîment saîn, varîé et dîversîIé, rîche en er comme a vîande, e poîsson, égumes vertes, égumîneuses.
1 ître et demî d’eau potabe
Aîments rîche en vîtamîne C.
PREVENTION COMMUNE :
1. Déparasitage systématique tous les six mois
2.Supplémentation en fer après le déparasitage pendant 12 semaines.
MANUEL DE SUPPLEMENTATION EN
FER EN MILIEU SCOLAIRE :
DISTRIBUTION
DïSTRïBUTïON ZONES D’ïNTERVENTïON TYPE DE MEDïCAMENT ET POSOLOGïE MODALïTE DE DïSTRïBUTïON
ZONES CIBLES
Les 5/22 Régîons vu-
nérabes cîbes :
Amoron’î Manîa
Matsîatra Ambony
Vatovavy Fîtovînany
Atsîmo Atsînanana
Androy.
DISTRIBUTION :
Parmî es 5 régîons concernées par e projet PAUSENS, î exîste des régîons à haute prévaence drépanocytaîre.
ZONES D’INTERVENTION :
A haute prévalence drépanocytaire Atsîmo Atsînanana Matsîatra Ambony Vatovavy Fîtovînany
Non drépanocytaire Amoron’î Manîa Androy
TYPES DE MEDICAMENTS ET POSOLOGIE : Deux médîcaments seront utîîsés, seon a prévaence drépanocytaîre de a ré-gîon:
REGION A haute prévaence Drépano-cytaîre
Non Drépanocytaîre
Garçon FAF
Fer
La suppémentatîon pour es éèves se era comme suît :
Médicaments
Fer Acîde Foîque
Ses erreux oraux (umarate ou guconate ou suate)
Circuit des médicaments
Composition Chaque comprîmé contîent 200 mg de suate erreux et 0,40 mg d’acîde oîque
Chaque comprîmé contîent 200 mg de suate erreux.
Fille FAF
FAF
Posologie
1 comprîmé par semaîne pendant 12 semaînes
1 comprîmé par semaîne pendant 12 semaînes
REPARTITION DES MEDICA MENTS
Nombre de médîca-
ments
Efectî éève x 12 +
majoratîon de 10%