Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

10 médicaments à retirer du marché

3 pages

10 médicaments à retirer du marché

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 99
Signaler un abus
UFC Que Choisir VarEst
Scandale, fautil vérifier ces médicaments sur internet pour savoir s'ils ne sont pas dangereux !!
10 médicaments à retirer du marché.
Il est tout à fait scandaleux d'apprendre par le détour d'un article d' un journal, que l'on prend un médicament dangereux. A qui faire confiance!!!
Le journal l’express (n°3102 15/21 dec 2010) a dressé cette liste à partir de la revue Prescrire, revue hors des lobbys pharmaceutiques et avec l’aide d’un spécialiste , le Pr Giroud.
ACTOS: traitement du diabète ADARTEL :syndrome des jambes sans repos DIANTALVIC :antidouleur HEXAQUINE :crampes musculaires INTRISIA :baisse du désir chez les femmes KETEK :infections respiratoires NEXEN :arthrose et règles douloureuses VASTAREL :vertiges….champs visuel ZYPREXA :schizophrénie et troubles bipolaires ZYBAN :sevrage tabagique
Suite d'un article du journal le Monde :
Il est regrettable que le nom des 76 médicaments faisant l'objet d'un suivi national de pharmacovigilance ne soit pas publié. Une mission de l'Inspection générale des affaires sociales a été diligentée par Xavier Bertrand, qui est de nouveau titulaire du portefeuille de la santé, afin de tirer au clair les dysfonctionnements de l'administration dans le cas du Mediator – elle n'a pas compétence pour enquêter sur les responsabilités du laboratoire Servier – et proposer des améliorations au dispositif de pharmacovigilance.
Ces améliorations sont d'autant plus nécessaires que le Mediator n'est pas un cas isolé et que d'autres bombes à retardement sont amorcées. Des médicaments continuent d'être présents sur le marché et souvent largement prescrits, alors que leur intérêt médical est pour le moins faible et leurs effets indésirables parfois graves. Des spécialistes du médicament citent notamment le cas du méprobamate, commercialisé sous le nom d'Equanil par Sanofi Aventis.
Ils s'étonnent que ce produit, mis sous surveillance par l'Afssaps en raison des intoxications potentiellement mortelles en cas de surdosage, n'ait pas été totalement retiré du marché alors que d'autres médicaments ayant un meilleur
Mis à jour le 08/01/2011 à 11:14
Page 1/3