La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Destruction d’un disque intervertébral par laser - Synthese Nucleotomie Laser

De
5 pages

Mis en ligne le 19 oct. 2005 L’objectif de ce rapport est d’évaluer la destruction d’un disque intervertébral par laser. Cette technique est proposée dans le traitement de la lombosciatique commune résistant au traitement médical Mis en ligne le 19 oct. 2005

Ajouté le : 01 octobre 2005
Lecture(s) : 28
Signaler un abus
 
  
      
           
    
DESTRUCTION DUN DISQUE INTERVERTÉBRAL PAR LASER[NCUIEOMOTLÉ]PAR VOIE TRANSCUTANÉE,AVEC GUIDAGE RADIOLOGIQUE 
Classement CCAM : non classé – code : non codé
OCTOBRE2005
Service évaluation des actes professionnels
2 avenue du Stade de France – 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX – Tél. : 01 55 93 70 00 – Fax : 01 5593 74 00 –rf-sastn.e:ptthah.www// N°SIRET : 180 092 041 00011 – Code APE : 751 C
                 
Destruction d’un disque intervertébral par laser
                    
Ce dossier est téléchargeable sur www.has-sante.fr   Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France – F 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél. :+33 (0)1 55 93 70 00 – Fax :+33 (0)1 55 93 74 00
Ce document a été validé par le Collège de la Haute Autorité de santé enoctobre 2005.  HAS (Haute Autorité de santé) Service communication 2 avenue du Stade de France – 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél. : 01 55 93 70 00 – Fax : 01 55 93 74 00
Ó HAUTEAUTORITÉ DE SANTÉ- 2005
Haute Autorité de santé/Service évaluation des actes professionnels/octobre 2005 - 2 -
L’ÉQUIPE 
Destruction d’un disque intervertébral par laser
Ce dossier a été réalisé par Dr Muriel Dhénain, chef de projet au service évaluation des actes professionnels.  La recherche documentaire a été effectuée par Mme Marie Georget, Mme Frédérique Pagès et Mme Christine Devaud, documentalistes, avec l’aide de Melle Maud Lefèvre et Melle Renée Cardoso.  L’organisation de la réunion et le travail de secrétariat ont été réalisés par Mme Colette Perrève.   -------------------------------------------------------------------------- Pour tout contact au sujet de ce dossier : Tél. : 01 55 93 71 12  Fax : 01 55 93 74 35 E-mail : contact.seap@has-sante.fr                               
Service évaluation des actes professionnels Chef de service, Dr Sun Hae Lee-Robin
Haute Autorité de santé/Service évaluation des actes professionnels/octobre 2005 - 3 -
S ÈTHNEYS 
Destruction d’un disque intervertébral par laser
INTRODUCTION - La nucléotomie au laser consiste en la mise en place de l’extrémité d’une aiguille au milieu du disque intervertébral par voie postérolatérale sous contrôle radiologique, puis à introduire une fibre optique dans le nucléus au travers de l’aiguille. L’effet photothermique du laser entraîne une vaporisation d’une partie du nucléus, aboutissa nt à une diminution de la pression intradiscale. - Elle est proposée dans le traitement de la lombos ciatique commune. Les données épidémiologiques sont peu nombreuses, issues de l’Observatoire de médecine générale, et d’une enquête en médecine du travail. Des fréquences élevées de lombalgies sont retrouvées dans certains secteurs professionnels. Dans l’immense majorité des cas, la lombosciatique est une affection, qui peut être invalidante par l’intensité et la persistance de la douleur, mais qui reste du domaine de l’inconfort, et n’entre pas dans le cadre des maladies graves. Cependant, il existe trois formes graves qui correspondent à des urgences chirurgicales : la sciatique hyperalgique, la sciatique paralysante et le syndrome de la queue de cheval. - Place dans la stratégie thérapeutique : compte tenu de l’évolution naturelle de la hernie discale, le traitement médical conservateur doit être la première étape thérapeutique. Un traitement chirurgical ou percutané n’est à envisager qu’après échec de 4 à 8 semaines de traitement médical conservateur. - La nucléotomie au laser n’était pas prévue à la N omenclature générale des actes professionnels (NGAP). Elle n’est pas inscrite à la Classification commune des actes médicaux (CCAM) (version juin 2005). À l’étranger la nucléotomie au laser est inscrite dans la nomenclature américaine. - L’évaluation de ce libellé de nucléotomie au laser a été demandée par la Caisse nationale  d’assurance maladie (Cnamts), car il s’agit d’une technique nouvelle. - La Haute Autorité de santé a évalué le service attendu de cet acte pour rendre un avis, en vue de son inscription à la liste des actes remboursés ou pris en charge par l’Assurance maladie.  MÉTHODE  La méthode proposée par la HAS pour évaluer le service attendu des actes professionnels est fondée sur les données scientifiques identifiées et l’avis de professionnels réunis dans un groupe de travail. Une recherche documentaire sans limite de temps a été effectuée par interrogation des principales bases de données bibliographiques médicales(Medline, The Cochrane Library, National guideline clearinghouse et HTA Database). Au total, 131 documents ont été obtenus, dont 18 ont été retenus pour l’analyse de la littérature.  RÉSULTATS  Littérature analysée  ficac té Ef i - Pas de données comparatives avec les autres traitements ; - 12 séries de cas (niveau de preuve IV) : · nombre de niveaux laser utilisé, leétudes différaient par le type de (ces  hétérogènes traités, et l’évaluation des résultats basée sur des critères de jugement principalement subjectifs – liés à la pathologie traitée – et deséchelles de cotation variables),
Haute Autorité de santé/Service évaluation des actes professionnels/octobre 2005 4 - -
Destruction d’un disque intervertébral par laser
· 919 patients  totalisant 1ayant une hernie discale contenue, et traités par nucléotomie au laser ; ·60 à 80 % des cas, avec un taux de réintervention qui suggéraient un taux de succès de  et de 5 à 23 % ; - un guide de procédure interventionnelle du NICE ( 2003), réalisé à partir d’un rapport d’évaluation de l’ASERNIP-S, qui concluait que les données actuelles sur l’innocuité et l’efficacité de cet acte ne paraissaient pas adéqua tes pour justifier son utilisation sans dispositions spéciales pour le consentement du patient, et pour l’audit ou la recherche clinique.  Sécurité Les principales complications de la nucléotomie au laser sont la discite septique ou aseptique (11 patients sur 1 821 inclus dans 10 séries de cas). Les complications les plus fréquentes sont des douleurs lombaires survenant dans les suites immédiates de l’intervention. Des cas d’irritation radiculaire, voire de lésion radiculaire, ont été décrits.  Conditions d’exécution La nucléotomie au laser devrait être réalisée sous anesthésie locale, étant donné le risque potentiel de lésion peropératoire de la racine nerveuse.  Avis du groupe de travail  Certaines équipes françaises qui pratiquaient cette technique ont complètement arrêté.  On n’a pas de preuve de l’efficacité de cette technique.  Le GT est partagé entre : - recherche clinique avec réévaluation dans 2 ans ; - et avis favorable avec recueil prospectif de données, et réévaluation dans 2 ans.  Le GT demande un complément de recherche documentaire, et laisse l’arbitrage à la Commission d’évaluation des actes professionnels de la HAS. (S uite au complément de recherche documentaire, 12 séries de cas ont été incluses dans le dossier).  CONCLUSION  En l’absence : - de données d’un niveau de preuve suffisant pour démontrer l’intérêt de la nucléotomie au laser, dans de traitement de la lombosciatique par hernie discale ; - de consensus professionnel sur la validité de l’acte ; - et de données ne permettant pas de mesurer l’intérêt en santé publique de cet acte ; le service attendu est considéré non déterminé.      
Haute Autorité de santé/Service évaluation des actes professionnels/octobre 2005 - 5 - 
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin