//img.uscri.be/pth/5e393b1844dab0a9eda59dfb1d3c37b5b86e1290
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'INTERVIEW DU BULLETIN TOXICOMANIE ET SUBSTITUTION

De
12 pages

L'INTERVIEW DU BULLETIN TOXICOMANIE ET SUBSTITUTION

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 222
Signaler un abus
L’INTERVIEW DU BULLETIN
TOXICOMANIE ET SUBSTITUTION
ENTRETIEN AVEC LE DOCTEUR DOMINIQUE GRAS Représentant le Conseil départemental au comité de suivi de la substitution
La toxicomanie, c’est la personnalité, pas le produit
Comment en l’an 2000, définiton la toxicomanie ?
Elle est très différente de ce qu’on connaissait il y a dix ans ; il y avait des toxicomanes « pur sucre », c’est à dire héroïnomanes exclusifs ; en l’an 2000 ce sont les polytoxicomanies avec l’héroïne de moins en moins, la cocaïne, (mais pas par voie nasale, par voie injectable), les benzodiazépines, et ça c’est la catastrophe, mélangés à l’alcool. La nouvelle catastrophe c’est la toxicomanie au Subutex.
A partir de quand est on toxicomane ?
Il y a beaucoup de réponses possibles et en fonction de ces réponses on peut avoir des choix thérapeutiques différents.
Si on considère que la toxicomanie c’est uniquement la prise d’un produit jusqu’à ce qu’il ne fasse plus d’effet et la poursuite de la prise juste pour éviter le manque, la réponse sera simple, le sevrage quel qu’en soit le type ; on se débarrasse du produit et on n’est plus toxicomane. C’est la réponse qui a prévalu jusqu’à présent et qui prévaut chez les tenants du sevrage à 100%.
Mon expérience clinique et celle d’autres c’est quela toxicomanie est tout un mode de vie, notamment un mode de réactionau milieu extérieur , en particulier aux stimuli pénibles. On est toxicomane et
1