//img.uscri.be/pth/7e0c06021f842b9979db5662bfa2dde4f371a413
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION DU PERSONNEL AU COURS DU RADIOMARQUAGE DU ZEVALIN® Carole Mantel1

De
1 page
OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION DU PERSONNEL ®AU COURS DU RADIOMARQUAGE DU ZEVALIN1 1 3 2 1 3 2Carole Mantel , Nadine Guilabert , Laurent Donadille , Jérémy Coulot , Martin Schlumberger , François Trompier , Marcel Ricard1 2 Médecine Nucléaire et Cancérologie endocrinienne, Physique Médicale, Institut de Cancérologie Gustave Roussy, Villejuif3 IRSN - Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, Fontenay-aux-RosesINTRODUCTIONUne étude dosimétrique de l’exposition des mains de l’opérateur a été réalisée RESULTATS ET ANALYSEdans le but d’optimiser la radioprotection au cours du radiomarquage du ® 90 Radiomarquage standard (Figure 3)ZEVALIN ( Y - ibritumomab tiuxetan). Ce traitement est indiqué pour des L’analyse des doses reçues aux mains ne montre pas de différence notable patients adultes atteints d’un lymphome non hodgkinien à cellules B CD20 entre les équivalents de dose Hp(0,07) reçues par les doigts gauches et positif de type folliculaire, en rechute ou réfractaire après traitement par droits ;chimiothérapie (rituximab).Les valeurs moyennes mesurées au niveau des paumes gauches et droites sont respectivement égale à 3 mSv et 6 mSv ;MATERIEL ET METHODELa paume est la région où les doses moyennes sont les plus élevées. 90 ®Médicament radiopharmaceutique : [ Y]-ZEVALIN Analyse détaillée de l’exposition des paumes (Figure 4)®YTRACIS , Cis bio International Un opérateur non expérimenté est susceptible d’intégrer une dose deux -Yttrium 90 : ...
Voir plus Voir moins
6000
® Figure 1 : prélèvement et mesure de la seringue d’Ytracis(V1)
OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION DU PERSONNEL ® AU COURS DU RADIOMARQUAGE DU ZEVALIN 1 1 32 13 2 Carole Mantel, Nadine Guilabert , Laurent Donadille , Jérémy Coulot , Martin Schlumberger , François Trompier , Marcel Ricard 1 2 Médecine Nucléaire et Cancérologie endocrinienne,Physique Médicale, Institut de Cancérologie Gustave Roussy, Villejuif 3 IRSN  Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, FontenayauxRoses
660
800
3500
660
8000
V2 Acétate de sodium
Tableau 1 : Comparaison des doses moyennes cumulées reçues par les mains des opérateurs ® au cours de la procédure ZEVALIN(marquages standard / simplifié et traitement)
Equivalent de dose Hp(0,07) (µSv)
Paume droite
CONCLUSION Cette étude montre que la simplification de la procédure de radiomarquage et l’expérience des opérateurs contribuent à diminuer de façon importante leur exposition. La démarche d’analyse de tout processus de radiomarquage s’inscrit au cœur des préoccupations des acteurs de médecine nucléaire dans le but d’optimiser la radioprotection du personnel.
Protocole de radiomarquage standard(1) 1ère étapedes différents volumes nécessaires au radiomarquage: Calcul ® Volume V1 contenant 1500 MBq d’Ytracis; Volume V2 d’acétate de sodium : V2 = 1,2 x V1 ; Volume V3 de la solution tampon : V3 = 10 – (V1 + V2 +1,3). 2ème étape: Hors enceinte blindée, préparation à froid de l’acétate de sodium, de l’ibritumomab tiuxetan et de la solution tampon. 3ème étape: Dans l’enceinte blindée, préparation à chaud avec le matériel de radioprotection adapté (2), (3). ® Prélever le volume V1 calculé d’Ytracis(Figure 1A) ; Retirer le cache-seringue (Figure 1B) afin de mesurer la seringue ® d’Ytracis (Figure 1C) ; Réaliser la phase de radiomarquage(Figure 2); Mesurer le flacon de réaction. Contrôle qualité: Trois chromatographies sur couche mince, au moins 95% de pureté radiochimique autorise l’administration au patient.
B
4000 2000
INTRODUCTION
Evaluation des doses reçues au niveau des mains des opérateurs
V1 ® Ytracis
Références (1) Guidetechnique de radiomarquage, CIS bio international 90 (2) M. Laporte et al., Optimisation de la radioprotection du personnel lors de l’administration thérapeutique deYIbritumomab tiuxetan ® èmes (ZEVALIN ), XXVJournées d’études et de formation AFTMN, 202122 novembre 2005, Marseille 90 ® (3) N.Guilabert et al., Optimization of staff radiation protection duringYZEVALIN therapy,EANM’06, sept. 30, oct. 4, 2006, Athens, Greece
Paume gauche
6020
Pouce & Index gauches
2514
14000
Pouce & Index droits
0 Marquage standard Marquage standardMarquage simplifiéTraitement Opérateur Opérateur Opérateur expérimenté nonexpérimenté expérimenté Figure 4 : Comparaison des doses moyennes reçues par les mains des opérateurs au cours des marquages standard et simplifié et de l’administration du traitement
0 Doigts GPaumes GDoigts DPaumes D Figure 3 : Valeurs moyennes des doses reçues par les mains des opérateurs au cours des 6 radiomarquages
Problématique ® La phase de mesure de la seringue d’Ytracis(Figure 1B, 1C)augmente, par le retrait du cache-seringue, la durée d’exposition des mains de l’opérateur qui ne sont pas protégées durant cette phase. Or dans l’étape 1, les volumes mis en jeu sont déterminés par avance. Ainsi, en accord avec l’industriel, il est ® possible de simplifier la procédure : le volume exact calculé d’Ytracisest prélevé sans contrôle de l’activité. Ce radiomarquage simplifié est validé par la vérification de l’activité du flacon de réaction (+/- 10 % de l’activité finale attendue) et par le contrôle qualité (pureté radiochimique > 95 %).
V3 Solution tampon
® 90 Figure 2 : radiomarquage de ZEVALINpar Y
Ibritumomab Tiuxetan 1,3 mL
12000 10000
Valeur rapportée à l'exposition totale (%)
84%
45%
16%
55%
3000
4000
1000
2000
5000
2463
3298
RESULTATS ET ANALYSE Radiomarquage standard(Figure 3) L’analyse des doses reçues aux mains ne montre pas de différence notable entre les équivalents de dose Hp(0,07) reçues par les doigts gauches et droits ; Les valeurs moyennes mesurées au niveau des paumes gauches et droites sont respectivement égale à 3 mSv et 6 mSv ; La paume est la région où les doses moyennes sont les plus élevées. Analyse détaillée de l’exposition des paumes(Figure 4) Un opérateur non expérimenté est susceptible d’intégrer une dose deux fois plus élevée (12 mSv) qu’un opérateur expérimenté (6 mSv en moyenne); La procédure de radiomarquage simplifiée permet de diminuer la dose aux extrémités d’un facteur 6 à 10, respectivement dans le cas d’un opérateur expérimenté et non expérimenté. Radiomarquage simplifié(Figure 4) Les équivalents de dose reçues aux mains sont comparables à ceux mesurés au cours de l’administration du traitement (1,2 mSv). Analyse globale(Tableau 1) Pour l’ensemble de la procédure, la mise en œuvre du radiomarquage simplifié ramène à 55 % la part de la dose au cours du marquage contre 84 % lors du radiomarquage standard ; Pour la phase de marquage, les mains reçoivent en moyenne une dose 4 fois plus faible au cours du radiomarquage simplifié. 7000
6000
Marquage standard, opérateur expérimenté
Marquage simplifié, opérateur expérimenté
Traitement
Traitement
Association Française des Techniciens en Médecine Nucléaire ièmes 27 Journéesd’Etude et de Formation 16  18 septembre 2007 , Bordeaux
C
Trois opérateurs (2 expérimentés et 1 non expérimenté) ont effectué cinq radiomarquages standards et un simplifié. Un opérateur a effectué les administrations en utilisant un pousse seringue à deux voies de perfusion (3). Mesures d’équivalents de dose H(0,07) des mains droite et gauche p (paumes, extrémités des index et pouces) effectuées par dosimètres thermoluminescents (TLD700, HARSHAW) composés de fluorure de lithium dopé Mg, Ti, sensibles aux rayonnements X/γetβ.
A
90 ® Médicament radiopharmaceutique : [Y]ZEVALIN ® YTRACIS ,Cis bio International -Yttrium 90 : émetteurβde haute énergie (E max = 2284 keV) ; β Demi-vie de 64,1 heures ; 1850 MBq/mL à calibration. ® ZEVALIN ,Schering Ibritumomab Tiuxetan (anticorps murin parent du rituximab) ; Excipients (acétate de sodium, solution tampon). POSOLOGIE : 15 MBq/kg sans dépasser 1200 MBq.
MATERIEL ET METHODE
Une étude dosimétrique de l’exposition des mains de l’opérateur a été réalisée dans le but d’optimiser la radioprotection au cours du radiomarquage du ® 90 ZEVALIN (Y - ibritumomab tiuxetan). Ce traitement est indiqué pour des patients adultes atteints d’un lymphome non hodgkinien à cellules B CD20 positif de type folliculaire, en rechute ou réfractaire après traitement par chimiothérapie (rituximab).