Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

PRESCRIPTION UN NOUVEAU POUVOIR POUR LE PHARMACIEN ?

De
2 pages

PRESCRIPTION UN NOUVEAU POUVOIR POUR LE PHARMACIEN ?

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 126
Signaler un abus
71 a c t u a l i t é s
PRESCRIPTION UNNOUVEAUPOUVOIR POURLEPHARMACIEN?
La notion de pharmacien prescripteur n’est pas inédite mais la signature de la nouvelle convention nationale ouvre des perspectives. L’idée, aussi prometteuse que risquée, ne convainc pas tous les acteurs du système de santé. Les officinaux relèvent le défi. —————— ’il fallait encore prouver leautres professionnels de santé et lecompétences et adapter son statut au rôle essentiel du pharma-soutien des campagnes de santé pu-développement de ses missions, ac-naleSde pharmaciens, qui ont récemmentappelle les pharmaciens à pleine-a signée le 30 mars dernier avec cien dans le système deblique. La convention intègre l’ac-tivement éperonnée par son Acadé-soins, la convention natio-cord générique du 6 janvier 2006 etmie et le Collectif des groupements l’assurance-maladie l’officialise. Cetment s’engager dans la maîtrise mé-ouvert le débat. accord met fin à plusieurs années dedicalisée des dépenses. Elle prévoit lutte des officinaux, enfin reconnusultérieurement la définition d’objec-Une évolution plutôt qu’une révolu-comme profession de santé, à l’instartifs de qualité via des accords de bontion.En octobre 2005, dans un rap-des médecins, dentistes, kinésithéra-usage du médicament dans plusieursport consacré à l’évolution des pra-peutes et infirmières. Ils bénéficientdomaines thérapeutiques : asthme,tiques professionnelles en pharmacie désormais d’un cadre juridique simi-diabète, hypertension artérielle,d’officine, l’Académie nationale de laire et sont confortés dans leurs mis-contraception d’urgence,pharmacie évoque sions et objectifs, que sont l’aide àvaccination antigrippalepour la première fois l’observance, la prévention de la ia-ou encore associationsl’intérêt de permettre Un atout pour trogénie, la dispensation de conseilsformellement contre-in-au pharmacien de l’économie de de prévention, l’éducation à la santé,diquées. D’autres ave-prescrire dans des cas santé l’exercice en coordination avec lesnants fixeront notam-précis : traitement de ment les modalités dela douleur et des affec-PETIT RISQUE : LES GÉNÉRALISTES participation des phar-tions bénignes, suivi RÉSERVÉSdes maladies chroniques, prescrip-maciens aux réseaux de santé et de Pourrait-on envisager dans l’avenir que le pharmacien, dans un cadretions liées à la prévention et au dé-leur formation continue. Les signa-limité, prescrive des médicaments pour le petit risque en France ? taires ont enfin convenu d’étudierpistage (vaccins, home-tests, suivi Ne peut pas répondre, demande réflexion1%avec le corps médical la possibilitédiététique…), ou facilitant la coordi-1%Ça dépend pour le pharmacien de renouvelernation à l’intérieur des réseaux de NSP1%Oui, certainement des ordonnances en cas d’indispo-soins, dans le cadre du maintien à nibilité du prescripteur dans le cadredomicile (mucoviscidose, sida...). 16% d’un traitement chronique. A l’heureL’institution suggère d’officialiser le d’un système de santé engorgé etpharmacien en tant que prescripteur 37%complémentaire, voire d’étendre ced’une nécessaire réorganisation des Non, Oui, certainement pas22% probablementrôle à la prescription initiale pour unsoins, le concept séduit. La profes-sion le revendiquait déjà. Elle voit au-traitement de courte durée d’affec-jourd’hui dans la convention natio-tions courantes et symptomatiques. 22% nale pharmaceutique le socle d’uneA ses yeux, cette « possible et même évolution. Elle se mobilise aujour-probable évolution » s’avère indis-d’hui pour élargir son champ depensable dans le contexte actuel. Qui Non, probablement pas  M A I2 0 0 6_P H A R M A C E U T I Q U E S
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin