Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

rapport _v02_-03

De
72 pages

rapport _v02_-03

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 105
Signaler un abus
ÉTUDE DES FACTEURS PSYCHOLOGIQUES, SOCIAUX ET DE SANTÉ RELIÉS AU SUICIDE CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES
Rapport de recherche
Michel Préville†, PhD Richard Boyer‡, PhD Réjean Hébert†, MD, MPhil Gina Bravo†, PhD Monique Seguin‡, Ph.D.
† Centre de recherche, Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke; ‡ Centre de rechercheFernand-Seguin, Université de Montréal.
Cette étude a été subventionnée par le Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture
Novembre 2003
Dépôt légal – 3ièmetrimestre 2003 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada
ISBN 2-921470-43-8
2
Remerciements
Les auteurs remercient le coroner en chef du Québec qui a donné un appui important à la réalisation de ce projet. Nous voulons aussi remercier la Commission d’accès à l’information pour son soutien ainsi que l’Institut de la statistique du Québec.
Nous remercions de façon plus particulière les personnes qui ont acceptées de nous rencontrer pour discuter du suicide d’un de leur parent. Nous sommes convaincu que les informations qu’elles nous ont transmises permettront d’améliorer la stratégie de prévention du suicide chez les personnes âgées au Québec.
3
TABLE DES MATIÈRES
Remerciements ……………………………………………………………………... Résumé ………………………………………………………………………………… Introduction …………………………………………………………………………….. Problématique ……………………………………..…………………………………… Objectifs et pertinence de l’étude ….………………....……………………………… Cadre conceptuel ……………………………………………………………………… Méthodologie …………………………………………………………………………… Source et procédure de cueillette des données …………………………….. Mesures ……………………………………………………………………….. Stratégie d’analyse ………………………………………………………………. Considérations éthiques …….………………………………………………. Résultats ……………………………………………………………………………….. Article 1 : Correlates of suicide in the older adult population in Quebec Article 2 : Physical health and mental disorder in elderly suicide : a case control study.
Discussion ……………………………………………………………………………… Limites de l’étude ………………………………………………………………. Conclusion ……………………………………………………………………. Recommandations ………………………………………………………………. Bibliographie …………………………………………………………………………...
Page
ii 1 5 8 8 8 8 9 9 13 13 16 16
21
38 43 43 43 46
4
ÉTUDE DES FACTEURS PSYCHOLOGIQUES, SOCIAUX ET DE SANTÉ RELIÉS AU SUICIDE CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES
Résumé
Les objectifs spécifiques de la présente étude étaient d’examiner les facteurs de risques psychosociaux et de santé associés à la mortalité par suicide chez les personnes âgées, d’estimer la prévalence de la dépression dans cette population et de documenter l'utilisation antérieure des services de santé par les victimes de suicide. La méthode de l’autopsie psychologique a été utilisée pour atteindre les objectifs de l’étude. À l’aide d’un devis cas-
témoin, les résultats observés chez les suicidés ont été comparés à ceux obtenus dans un groupe de personnes âgées décédées d’une autre cause non accidentelle. La pertinence de cette étude repose sur le fait que peu d’études ont été réalisées sur le suicide gériatrique et qu’il existe un consensus quant à la nécessité de mieux comprendre ce phénomène.
Au Québec, entre 1977 et 1999, le taux de décès par suicide des personnes âgées de 65 ans et plus est passé de 9,9 à 18,3 par 100,000 habitants, une augmentation de 85,4%. Cette augmentation des suicides a pris des proportions phénoménales dans la population masculine; pour la même période, le taux de suicide chez les hommes de plus de 65 ans est passé de 19,5 à 34,5/100 000 h., alors que chez les femmes, il passait de 2,8 à 7,0/100 000 h. Du huitième rang qu'il occupait en 1950 dans l'ordre de classement des provinces, le Québec s'est retrouvé, dans les années 90, au premier rang pour le taux de décès par suicide chez les hommes de 65 ans et plus. Cette augmentation du taux de suicide s’est produit malgré l’amélioration des conditions de vie et de santé des personnes âgées. Juste à cause de l’évolution démographique, entre 1996 et 2043, le nombre de suicide chez les personnes âgées aura augmenté de 248% si on applique le taux moyen actuel (1996-1999) de suicide à la population attendue.
Les recherches sur le suicide des personnes âgées font état de plusieurs facteurs impliqués dans la survenue du comportement suicidaire chez les aînés : l’accumulation de pertes, l’inefficacité des habiletés d’adaptation développées au cours de la vie, la diminution de
5
l’autonomie physique et mentale, la dépendance financière, la menace d’institutionnalisation ainsi que le décès du conjoint et l’inadaptation au veuvage.
Le modèle conceptuel proposé dans cette étude pour documenter le suicide chez les personnes âgées met l’emphase sur trois principaux ordres de déterminants: (1) les événements stressants, qui recouvrent tant les tracas quotidiens que les événements stressants majeurs et qui reflètent les pertes subies par la personne âgée; (2) les facteurs individuels prédisposants tels que l’âge, le sexe, le niveau de scolarité et de revenu ainsi que l’état de santé et (3) les facteurs facilitants/inhibants qui sont reliés principalement à l’isolement social et à l’utilisation des services de santé. Notre hypothèse est que les facteurs individuels prédisposants, les événements stressants de même que les facteurs facilitants/inhibants déterminent la présence d’un état dépressif, lequel constitue la cause la plus immédiate du geste suicidaire chez les personnes âgées. Nous formulons aussi l’hypothèse que les événements stressants de même que les facteurs prédisposants et facilitants/inhibants ont un effet direct significatif sur le geste suicidaire des sujets âgés indépendamment du niveau de symptômes de dépression de ces derniers.
Méthodologie
Pour réaliser cette étude cas-témoin, un premier groupe a été formé à partir des cas incidents de mort par suicide tel que compilé dans les dossiers au Bureau du coroner de Québec entre le mois de juin 1998 et décembre 1999. Un groupe témoin composé de personnes âgées
décédées de causes non accidentelles a été également formé et apparié aux sujets décédés par suicide. L’information recherchée a été recueillie par la méthode de l’autopsie psychologique. Cette méthode consiste, avec l’aide de l’entourage, à reconstruire après le fait la vie psychologique et les comportements des personnes décédées durant les mois précédant la mort pour mieux comprendre les circonstances ayant contribué au décès.
La collecte des informations auprès de l’entourage des personnes décédées a été effectuée par deux psychologues cliniciens. Un délai minimum de 6 mois a été observé avant de contacter la famille pour permettre une certaine résolution du deuil et un délai maximum de 10 mois a été fixé pour éviter la réaction de deuil associée à l’anniversaire du décès. Toutes les précautions ont été prises en vue d’offrir le soutien nécessaire aux individus qui ont participé à l’étude.
6
Une analyse multivariée utilisant la méthode de régression logistique conditionnelle a été employée pour documenter l’association des facteurs de risque à l'étude avec l'occurrence du décès par suicide chez les personnes âgées. Nos résultats ont montré que 42,6% des cas de suicide présentaient un désordre psychiatrique d'après les critères du DSM-IV, principalement
la dépression et 65,3% des cas de suicide auraient été considérés comme ayant un trouble de santé mental si les cas sous-cliniques de dépression avaient été inclus. Les troubles d’anxiété représentent seulement 12,7% des cas de suicide et semblent jouer un rôle mineur dans le suicide des personnes âgées en comparaison de la dépression. Au total, les personnes décédées par suicide avaient une probabilité de présenter un trouble psychiatrique durant les six mois précédant leur décès 10 fois supérieure à celle du groupe témoin. La prévalence des
troubles mentaux observée dans cette étude était inférieure à ce qui a été rapporté en dehors du Canada, cependant, nos résultats sont concordants avec ceux rapportés en Ontario. Le taux de comorbidité des désordres psychiatriques observé dans cette étude était aussi semblable au taux rapporté dans les autres études.
Près de 70% des cas du suicide ont vécu des événements stressants pendant la période de 6 mois qui a précédée leur suicide. La maladie chez les membres de la famille et les amis, la séparation ou un conflit avec les membres de la famille ou les amis et la présence de problèmes financiers étaient les principaux événements stressants vécus par les personnes âgées. Des résultats similaires ont été observés dans le groupe témoin. Par ailleurs, le nombre moyen de problèmes de la santé chroniques parmi les cas du suicide était de 4.9, similaire à celui observé dans le groupe témoin. Cette étude a aussi montré que les personnes âgées décédées par suicide avaient connu une détérioration de leur niveau d’autonomie fonctionnelle moins importante que les sujets du groupe témoin durant les six mois qui ont précédé leur mort.
Cette étude n’a pas permis de mettre en évidence un risque plus grand de cancer, d’emphysème, d’épilepsie, de maladies cardiovasculaires chez les cas de suicide au moment du décès. De plus, dans notre étude, les sujets décédés par suicide ne présentaient pas un plus grand risque de problèmes cognitifs que les sujets témoins. Cependant, nos résultats supportent l’idée que les personnes ayant une maladie de la peau ou des problèmes d’allergie présentent un plus grand risque de suicide. Ce résultat a aussi été rapporté dans d’autres
7
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin