La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

ABREGE
DU
VOYAGE
DU
JEUNE AN4CHARSIS
GRECE,EN
DANS
MILIEU DU QUATRIÈMELE SIÈCLE
L'EREAVANT VULGAIRE.
Ouvrage ^e feu M. l'Abbé Barthélemî
arrangé à l'usage des Ecoles
Jean IFenri Meynlet^
l
-.
^ -44 . i : ., ^-»-,^
s E C O N D-E EDITION.
NURÈivfBETnr;A
CHEZ CRATTENAVKK.
1804.AVANT-PROPOS
L'EDITEUR.DE
le public aJLj'accueil que fait au voyage
du jeune Anacharfis, me difpenfe d'en faire
l'éloge. On fait que cet excellent ouvra-
ge, le feul dans fon genre, eft également
inftruclif pour les favans qui font profel^
fion de Tancienne littérature, et pour les
jeunes gens qui, fe deilinant à la carrière
des lettres, cherchent à fe mettre en état
d'y paroître un jour avec honneur. C'eil
en faveur de cette dernière claiTe de lec-
teurs que j'ai entrepris d'en faire cet abrégé.
On enfeigne la langue françoife à peu près
dans toutes les grandes écoles d'Allemag-
ne. fubftituantJ'ai cru qu'en ce voyage,
aux livres qu'on explique ordinairementy
on pourroit, en développant les principes
^t le génie de la langue, remplir en mêm.e
^empus leur efprit de tout ce que l'ancien-
ne Grèce avoit de plus grand et de plus
curieux.
2
, Jufq'uà3CAVANT-PROPOSlY
préfent onJufqii'à s'efl fervi coinmnné-
mcntpour cet usage, des aventures de Té*
quilémaque, aflurément pafîeront toujours
pour un ouvn*age inimitable; mais je lailTe
à juger, fi celui de M. TAbbé Barthélerni,
peut lui être coînparé pureté etqui pour la
douceur du ftyie, n'eft pas infinimentla
plus utile pour les choies qu'il contient.
enfoit, je dois rendreQuoiqu'il compte
ici des principes qui m'ont guidé dans mon
travail. Il eil clair que pour relTerrer neuf
feul, on eil obligé de re-volumes en un
trancher bien des chofes, qxi'autrement on
n*eût pas fupprimées. Il s'agit donc uni-
quement de favoir fi ce que j'ai confervé
mérite d'être préféré au relie.
vue,Com.me j'ai eu les écoles en je me
attaché fur-tout à donner une connoif-fuis
écrivains.fance parfaite des anciens J'ai
tout ce que l'auteur arecueilli a peu près
dit fur la religion, les lois, les moeurs, h
ufages Grecs j'ai fuivi le fil de leurdes ;
biftoîre et de leurs progrès dans les arts et
les Iciences, parce que tout celapeutrépan-
dre des lumières furies ouvrages qu'ils nous
ont laifTés. fupprimé au contraire lesJ'ai
détails