La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Etude de Définition et de Faisabilité d’une Formation Supérieure dans le domaine des Arts de la Rue à la Cité des Arts de la Rue à Marseille Rapport final – février 2002 Mission d’étude menée à la demande de la D.M.D.T.S., Ministère de la Culture, de la D.R.A.C. P.A.C.A., de la Ville de Marseille, du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Conseil Général des Bouches-du-Rhône Michel Crespin, Chargé de mission avec la collaboration d’Anaïs Lemaignan Association de Préfiguration de la Cité des Arts de la Rue 1 Cité des Arts de la Rue – 225, avenue des Aygalades – 13 015 Marseille 2 Remerciements Nous tenons à remercier toutes les personnes qui, lors de nos rencontres, ont aidé à mener à bien cette étude. Particulièrement!: • Madame Sylvie Hubac, Directrice de la Direction de la Musique, de la Danse, du Théâtre et des Spectacles • Monsieur Jérôme Bouët, Directeur de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de la région Provence, Alpes, Côte d’Azur • Monsieur Jean Mangion, Directeur de la Direction Générale des Affaires Culturelles de la ville de Marseille pour la confiance qu’ils nous ont portés en nous confiant cette mission. • Rémy Paul, Chargé du secteur théâtre au Bureau des enseignements supérieurs et de la formation professionnelle à la D.M.D.T.S. • Monica Susini, Responsable de l’A.F.D.A.S. pour la région Sud-Est pour leur disponibilité. • Marcel Freydefont et Jean-Michel Guy. pour leurs avis toujours judicieux. • Les amis d’Antwerpen Open (Anvers). pour leur accueil. Et tous les professionnels des arts de la rue qui ont été à l’écoute de ce travail. Michel Crespin, Anaïs Lemaignan et le Collège de compétences. 3 Nathanaël, lis mon livre et jette le!! «!«!Nathanaël, à présent, jette mon livre. Emancipe t-en (...). Nathanaël, jette mon livre!: ne t’y satisfais point. Ne crois pas que ta vérité puisse être trouvée par quelque autre!; plus que tout, aie honte de cela. Si je cherchais tes aliments, tu n’aurais pas faim pour les manger!; si je te préparais ton lit, tu n’aurais pas sommeil pour y dormir. Jette mon livre!; dis-toi bien que ce n’est là qu’une des mille postures possible en face de la vie. Cherche la tienne. Ce qu’un autre aurait aussi bien fait que toi, ne le fais pas. Ce qu’un autre aurait aussi bien dit que toi, ne le dis pas, - aussi bien écrit que toi, ne l’écris pas. Ne t’attache en toi qu’à ce que tu sens qui n’est nulle part ailleurs qu’en toi-même, et crée de toi, impatiemment ou patiemment, 1Ah!! le plus irremplaçable des êtres.!» 1 André Gide, Les Nourritures terrestres et les nouvelles nourritures -NRF – 1942, p 125. 4 SOMMAIRE Introduction Générale (p.10) Préalable!: le territoire d’investigation!: les arts de la rue (p.12) Questions méthodologiques (p.17) Chapitre 1!: La question des écritures au cœur de l’avenir de ce secteur de la création artistique (p.20) 1.1. Le constat!: un secteur en «!pleine effervescence!» (p.20) 1.2. L’absence de formation supérieure dans le domaine des arts de la rue (p.22) 1.2.1. Historique!: auto-formation et formation-action (p.23) 1.2.2. Etat des formations au présent (p.25) 1.3. Alors que se précise un besoin de formation à finalité artistique interrogeant l’espace public (p.28) 1.4. Les conclusions du rapport Spielmann (p.29) 1.5. Emergence de nouvelles esthétiques et formations supérieures!: quelle(s) corrélation(s)!? (p.33) 1.6. Transversalité et polyvalence, nouveaux adages de la jeune génération d’artistes!: la transgression des frontières (p.35) 5 6 Chapitre 2!: La Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue (p.37) 2.1. Pour une formation spécialisée professionnalisante (p.37) 2.1.1. Une formation avancée et professionnalisante (p.37) 2.1.2. La finalité de cette formation (p.38) 2.1.3. Quels apprentis!? (p.39) 2.1.3.1. Les publics visés (p.39) 2.1.3.2. Les pré-requis! (p.40) 2.1.3.3. Le processus de sélection! (p42) 2.1.4. Une formation poly-localisée (p.43) 2.1.4.1. Les points d’appui (p.44) 2.1.4.2. L’épicentre!: la Cité des Arts de la Rue (p.45) 2.1.5. Conclusion!: La Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue (p.48) 2.2. la FAIAR!- son contenu (p.49) 2.2.1 Préambule!: Histoire imagée de la FAIAR (p.49) 2.2.2 Le tronc commun!: les fondamentaux (p.52) 2.2.2.1 Le contenu programmatique (p.52) 2.2.2.2 Les fondamentaux (p.57) 2.2.2.3 L’itinérance (p.59) 2.2.3. Les aventures individuelles (p.60) 2.2.3.1. L’immersion aventureuse et les retours questionnants (p.60) 2.2.3.2. Les moments extraordinaires (p.61) 2.2.3.3. Le voyage imaginé (p.62) 2.2.3.4. La collaboration volontaire (p.62) 2.2.3.5. Le jardin à cultiver (p.63) 2.2.3.6. Les «!contes rendus!» (p.63) 7 2.2.4. Le projet artistique personnel (p.64) 2.2.5. Les rythmes de la F.A.I.A.R. (p.65) 8 2.3. La F.A.I.A.R. – son suivi et son évaluation (p.66) 2.3.1. Un suivi continu (p.66) 2.3.2. Une évaluation sensible!- le Panorama des chantiers de la F.A.I.A.R.! (p.66) 2.3.3. L’attestation de fin d’études (p.67) 2.4. La F.A.I.A.R. – l’environnement professionnel (p.68) 2.4.1. Les passerelles avec les autres dispositifs d’enseignement supérieur (p.68) 2.4.2. La F.A.I.A.R. et le paysage de formation-transmission des arts de la rue (p.68) 2.4.3. La F.A.I.A.R. et la Fédération des arts de la rue (p.69) 2.4.4. La F.A.I.A.R., l’Europe et les pays extra-européens (p.70) Chapitre 3!: Organisation administrative et financière de la F.A.I.A.R. (p.71) 3.1. Les besoins en personnel et en moyens (p.72) 3.1.1. Du Collège de Compétences!au Conseil de suivi (p.72) 3.1.2. L’équipe pédagogique et administrative (p.73) 3.1.3. Les besoins en moyens matériels (p.75) 3.2. La structure juridique de la F.A.I.A.R.!: le choix de l’autonomie (p.76) 3.3. Les financements (p.77) 3.3.1. La F.A.I.A.R.!ou le choix politique d’une politique de développement artistique!: une formation supérieure accessible à tous (p.77) 3.3.2. Le choix d’une ville!de l’accueillir!: Marseille, ville pilote dans le soutien aux arts de la rue (p.78) 3.3.3. Le choix d’un financement croisé (p.78) 3.3.3.1. La poly-localisation (p.78) 9 3.3.3.2. La deuxième année!: année de l’insertion professionnelle (p.79) 3.3.3.3. La mixité des publics au cœur du dispositif (p.81) 10