La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

 
 
Ville de Dunkerque
Le 10 avril 2006 Rapport définitif 9810692  
 
Etude sur la qualité des eaux de baignade Rapport de synthèse
 
 
                         
 
 
Titre du documentEtude sur la qualité des eaux de baignade
  Rapport de synthèse
Titre abrégé du documentEaux de baignade Dunkerque – Rapport de synthèse EtatRapport définitif
Date
Nom de projet 
Numéro de projet
Maître d'Ouvrage
Référence
Rédigé par
le 10 avril 2006
 
9810692
Ville de Dunkerque
9810692/R00004/vla/Lill
Tristan Plessiet, Vincenzo Laporta
Contrôlé par Vincenzo Laporta
Date/parafe contrôle …………………. ………………….
Approuvé par Kris Eggermont
Date/parafe approbation ………………….
………………….
HASKONING-FRANCE EAU
    2, Rue Jacques Prévert 59650 Villeneuve d'Ascq France 03 20 19 02 40 Téléphone 03.20.19.04.89 Fax info@royalhaskoning.com E-mail www.royalhaskoning.com Internet Lille B 418 042 800 CdC
       RESUME DE L ETUDE  Depuis plusieurs années, les eaux de baignade du littoral dunkerquois sont ancrées dans la classe de qualité acceptable. A la suite de la saison balnéaire 2002, la plage de la digue du Break a été interdite à la baignade à la suite de deux pics de pollution bactérienne non expliqués.  Outre ce constat technique, la Directive 2006/7/CE concernant la gestion de la qualité des eaux de baignade et abrogeant la Directive 76/160/CEE a été adoptée le 15 février 2006. Les normes de cette nouvelle Directive sont plus sévères que celles de la Directive 76/160/CEE. La nouvelle Directive vise ainsi à réduire davantage les risques sanitaires liés à la baignade.  La présente étude intitulée « Etude sur la qualité des eaux de baignade » s’inscrit dans ce cadre. Elle est scindée en 3 phases.  La première phase de l’étude (2003-2004) était une synthèse bibliographique axée sur la recherche des facteurs pouvant influencer la qualité des eaux de baignade tant réglementairement que physiquement sur le littoral Dunkerquois.  La deuxième phase (2004-2005) a consisté en une campagne systématique de prélèvement d’eau superficielle dans le port de Dunkerque et à proximité des plages pendant la saison balnéaire 2004 pour montrer l’influence du canal exutoire. La réalisation d’une modélisation par l’IFREMER a également permis de mieux comprendre le fonctionnement hydraulique de l’avant-port Est de Dunkerque.  La troisième phase de l’étude (2005-2006) consiste en une nouvelle campagne de prélèvement d’eau superficielle, dans l’avant-port Est de Dunkerque, pendant la saison balnéaire 2005. Elle a pour but de déterminer les sources exactes de cette pollution bactérienne en recherchant la pollution, depuis l’avant-port Est jusqu’aux plages de la digue du Braek et de Malo, le jour et la veille des mesures de la DDASS sur ces plages.  
9810692/R00004/vla/Lill  
  
Eaux de baignade Dunkerque Rapport définitif
    Résumé de la phase 1  La première phase d’étude est le résultat d’une synthèse bibliographique s’intéressant à tous les facteurs pouvant influencer la qualité des eaux de baignade tant réglementaires que physiques.  En anticipant l’application de la nouvelle Directive : Break serait constamment de qualité suffisante, sauf en 2002 où elle digue du  la serait de qualité insuffisante (interdiction de baignade) ; réserve de la période de la chronique utilisée (inférieure à 3 centre, sous  Malo ans pour 1999 et 2000), serait de qualité suffisante au moins à partir de 2000.  La digue du Break est plus vulnérable à la pollution bactérienne du fait de sa situation à l’ouest de l’avant-port Est par lequel transite la plupart du flux bactérien rejeté au niveau de l’agglomération Dunkerquoise.  Les indicateurs de la qualité des eaux de baignade sont essentiellement microbiologiques : les bactéries indicatrices témoignent d’une pollution fécale issue des réseaux d’assainissement, notamment en temps de pluie. La qualité des eaux de baignade est directement liée à la pollution d’origine domestique proche des rejets en mer, toute autre origine est négligeable.  A travers cette étude bibliographique, les facteurs principaux influençant la qualité des eaux de baignade ont pu être déterminés (précipitation, marée, vent). Néanmoins, un grand nombre d’incertitudes subsiste et des compléments d’étude sont à mener en phase 2.  Deux solutions semblent envisageables à ce stade :  Rejet des eaux du canal exutoire à marée montantepar le biais de l’ouvrage Tixier. Ce rejet permettrait l’abattement de la concentration bactérienne par exposition aux eaux salées dans l’enceinte du Port Est et non au droit des zones de baignade ; en place d’un Misesystème d alerte et de fermeture préventive des plages.  
9810692/R00004/vla/Lill  
  
Eaux de baignade Dunkerque Rapport définitif
        Résumé de la phase 2  Campagne de mesure 2004  La campagne de mesure réalisée au jour le jour sur la saison balnéaire 2004 montre que les plages de la digue du Braek et de Malo Centre sont au point de vue bactériologique sous la norme impérative actuelle de 2000 E Coli/100 mL : 95ème percentile de 596 E Coli/100 mL pour Malo Centre et 280 E Coli/100 mL pour la plage de la Digue du Braek.  En appliquant préventivement les normes de la nouvelle Directive (Niveau Guide de 250 et Niveau impératif de 500), sur 2004, la plage de la digue du Braek serait classée en bonne qualité et la plage de Malo Centre serait de qualité suffisante. Il en va de même si le calcul est réalisé sur la période 2002-2003-2004 (3 ans).  Le nombre d’événements dégradants (E Coli/100 mL > 500) est de : - 6 événements dégradants pour la plage de Malo Centre (valeurs de 600 à 1500) ; - 6 événements dégradants pour la plage de la digue du Braek (valeurs de 500 à 800).   Recherche de facteurs prédictifs de la qualité  La campagne systématique de 2004 confirme donc la sensibilité de la plage de Malo Centre qui avait été mise en évidence par les analyses de la DDASS. Les recherches des paramètres influençant ont donc concerné les 2 plages.  Les paramètres influençant l’évolution de la concentration bactérienne sont les suivants : heure de prélèvement, précipitations des heures précédentes (entraînant le déversement des déversoirs d’orage ou non), coefficient de marée et horaire des marées (en relation avec la châsse du canal exutoire), température et période de rejet depuis le canal exutoire.  Les causes des concentrations en bactéries sur la plage de la digue du Braek (baignade interdite depuis septembre 2001) ont été recherchées sur les 2 événements dégradants de la période : 24 juillet et 28 août. D’après les paramètres physiques, la plage de la digue du Braek est la première plage influencée par l’évacuation d’eau douce vers la mer (courantologie, évolution des paramètres physico-chimiques), on constate aussi une bonne corrélation avec les événements pluvieux augmentant la charge en bactéries du canal exutoire.  Pour la plage de Malo Centre, les corrélations sont beaucoup moins nettes, les paramètres physiques (hormis le vent d’ouest et les faibles coefficients de marée) ne permettent pas d’expliquer correctement les valeurs observées (pics jusqu’à 1500 EC /100 mL). La pluviométrie semble avoir un lien ténu avec la bactériologie mesurée : mise en évidence de fortes pluies n’entraînant pas de dégradations et de faibles pluies voire pluie nulle avec bactériologie dégradée.  
9810692/R00004/vla/Lill  
  
Eaux de baignade Dunkerque Rapport définitif
     Modélisation  Le premier travail a consisté à reproduire par le modèle les concentrations observées lors de la campagne de mesure du 11 septembre 2004, jour de faible coefficient de marée (40) et avec un fort vent d’ouest (50 Km/h). Les concentrations bactériennes obtenues par le modèle sur la plage de Malo sont proches de celles mesurées au cours de la campagne à condition de « forcer » les paramètres du modèle (débit et charge du canal exutoire). La phase 3 a, par la suite, permis de mettre en évidence que le coefficient de dilution utilisé pour le calage du modèle était environ 100 fois supérieur au coefficient de dilution réel.  En utilisant un coefficient de dilution réaliste, l’abattement bactérien entre le canal exutoire et la plage de Malo est d’environ mille entre ces deux endroits.  Dans un second temps, les conditions pouvant influencer la dispersion du rejet du canal exutoire vers la plage de Malo ont été testées sur le modèle, sachant que l’action la plus efficace est de réduire au maximum la pollution à la source puisqu’il y a linéarité entre concentration et impact : un rejet divisé par 10 donnera une concentration dix fois moindre.  Le vent influence la diffusion du panache du canal exutoire sur la plage de Malo. Le vent d’ouest augmente la concentration bactérienne d’environ vingt pour cent.  La période de rejet par rapport à la marée influence la dispersion. Il est préférable de rejeter pendant les deux heures qui suivent la marée basse que pendant la mi marée descendante.  
9810692/R00004/vla/Lill  
  
Eaux de baignade Dunkerque Rapport définitif
         Piste de solutions– Compléments d’informations à apporter :   Rejet des eaux du canal exutoire à marée montantepar le biais de l’ouvrage Tixier. Actuellement le rejet par le canal exutoire se fait dans les 2 heures avant la marée basse ; un rejet à marée montante permettrait de conserver ces eaux dans les bassins du Port Est durant toute la période de marée haute. Durant ce temps, les eaux douces pourront alors se mêler à l’eau de mer dans une zone où la baignade n’est pas envisageable : un premier abattement de la concentration en germes d’origine fécale serait alors réalisé. La modélisation montre que l’impact de cette mesure sur la plage de Malo n’est pas significative, la diminution est négligeable si le rejet se fait à mi marée descendante et d’au maximum 20 % sur les premières heures si le rejet se fait 2 h après marée basse.   Mise en place d’unsystème d alerte et de fermeture préventive des plages. Ce système peut être mis en place à condition d’avoir une occurrence faible et prévisible des pics de pollution bactérienne. En l’état actuel des connaissances, c’est le cas pour la plage de la digue du Braek (2 événements dégradants en 2004, avec une corrélation avec les pluies précédentes et la mauvaise qualité dans le canal exutoire). Pour la plage de Malo Centre les pics sont un peu plus fréquents en 2004 (6) mais leur explication voire leur prédiction n’est pas possible actuellement.   Recherche complémentaire de sources de pollution: cette recherche complémentaire de sources de pollution constitue le principal objectif de la troisième phase de l’étude : les secteurs à cibler sont le canal exutoire, le Bassin Maritime (afin de confirmer ou infirmer les résultats de la phase 2 qui laissent penser que le Bassin Maritime constitue une source négligeable de pollution bactérienne) et le port de plaisance.   Une autre piste serait celle d’un rejet ponctuel sur la plage de Malo proprement dit : recherche d’éventuels exutoires directs d’eaux usées ou d’établissement rejetant directement.  
9810692/R00004/vla/Lill  
  
Eaux de baignade Dunkerque Rapport définitif
   Résumé de la phase 3  La phase 3 (2005/2006) consiste en une campagne de mesure sur les plages et en différents points du port Est (canal exutoire, chenal, quai des Américains, quai d’armement, écluse Trystram, écluse Watier, écluse Charles De Gaulle, et jetée de Malo). Les principaux résultats et conclusions de la phase 3 sont les suivants :   Qualité bactériologique des eaux de baignade :  Les plages de la digue du Braek, de Malo Centre, de Malo Terminus et de la digue des Alliés pour la saison balnéaire 2005 sont conformes à la réglementation de la nouvelle Directivedu point de vue des concentrations en Escherichia Coli. La plage du Braek a des eaux d’excellente qualité. Les plages de Malo Centre et Malo Terminus ont des eaux de bonne qualité.La plage de la digue des Alliés a des eaux de qualité suffisante.    Sources de pollution bactériologique :  La phase 3 confirme les apports importants de pollution bactériologique par le canal exutoire. Ainsi,le canal exutoire est la principale source de pollution bactérienne des plages de Dunkerque et de Malo, notamment en cas de fortes précipitations.  Dautres sources importantes de pollution bactériologique ont été régulièrement détectées au niveau du quai des Américains et du quai d Armement.Il est nécessaire de localiser avec précision les sources de pollution dans ces zones et de déterminer quelles en sont les causes. Un réaménagement du port de plaisance est à envisager.  Aucune mesure de la qualité des eaux du port d’échouage n’a été effectuée. Il est nécessaire de déterminer si le port d’échouage, voisin du port de plaisance clairement identifié comme une source de pollution bactérienne ponctuelle, constitue aussi une source de pollution.  Les prélèvements effectués au cours de la saison 2005 au niveau des écluses Charles de Gaulle, Watier et Trystram ont révélé queles apports de pollution bactériologique depuis les darses et le bassin de Freycinet vers le Chenal et l avant-port Est sont quasiment nuls.En conséquence, il faut considérer que la quasi totalité de la pollution bactérienne passant au niveau de la jetée de Malo provient du canal exutoire, du Quai d’Armement et du Quai des Américains.   
9810692/R00004/vla/Lill  
  
Eaux de baignade Dunkerque Rapport définitif
       Influence de la pluviométrie et de la fréquentation des plages  L’influence de la pluviométrie (via les déversoirs d’orage et les rejets pluviaux) sur la pollution bactérienne dans le canal exutoire déjà mise en valeur au cours de la phase 2 a été confirmée par la campagne 2005.  La fréquentation des plages influence la qualité bactériologique de l’eau des plages, mais de manière limitée.  
 
9810692/R00004/vla/Lill  
  
Eaux de baigna
de Dunkerque Rapport définitif
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin