Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Francis RO

UCHAUD

Les non-dits

de la Poche

Falaise-Chambois
Août

1944

Livret 5 : Imbroglio côte 262 Sud

1

0

Imbroglio de la cote 262 sud

Nous sommes persuadés que l'origine de l'imbroglio de la cote 262 sud
est liée à la
définition d'une ligne de démarcation Bailleul - Chambois,
le 17 août qui marqua la limite des zones réservées :


au 21° Corps d'Armée Britannique au Nord avec la 1° DB Polonaise,
t e

au 12 ° Corps d'Armée US au Sud avec la 2° DB Française.
Sur la carte, nous voyons que cette ligne n'inclut pas la zone à l'est de
Chambois où se trouvent les cotes 262, la 262 Nord au-dessus de la D
16, route de Chambois à Vimoutiers, la 262 Sud entre la D 16 et la D
13, route de Chambois à Gacé.

L'intérêt de cette zone intermédiaire entre les 2 axes routiers pour
l'évasion allemande parait évident. Elle permet de contourner les
contreforts du Pays d'Auge en passant de la vallée de la Dives à la vallée
de Vie sans obstacle pour les convois hippomobiles. Nous y reviendrons
ultérieurement.
La cote 262 sud la contrôle intégralement.
Jean Car nous a toujours dit avoir respecté l'ordre de ne pas franchir la
D 16. Pour ce faire il avait donc dépassé la D 13 qui coupe la commune
d'Omméel en deux, le long de la rivière :


d'une part au sud, le village d'Omméel et les routes vers
Villebadin, Fel ou Exmes.


d'autre part, Avesnelle et les hauts d'Omméel correspondant aux
1 1

Cette initiative est troublante.
Elle est vraisemblablement à l'origine de l'interprétation des ordres
canadiens du lendemain, à l'origine de la " Massue", et, certainement une
des composantes de l'imbroglio.
La Massue

Sur la carte d’état
-major utilisé par
les Polonais, les deux côtes 262 sont
clairement indiquées de part et
d’autre de la D 16.

L’
expression
"La Massue"
a été
utilisée pour la 1° fois, le 19 août
après-midi lors du briefing du
commandant Czarnecki par le
général Maczek.
L’image
lui
"est venue à l'esprit en
voyant le dessin formé
sur la carte

par les diverses hauteurs, sera
adoptée par mes collègues durant la bataille, pour passer ensuite dans
l'histoire officielle de l'armée canadienne"
.
(Avec mes Blindés - Maczek)

Par contre,
sur le terrain
, cette particularité est moins caractérisée,
même en 1944, où ces monts chauves n’étaient pas boisés.
(Témoignages
viéos de Pierre Granvalet et Gilbert Godeau)

Néanmoins, les ordres alors étaient clairs : "Mon plan prévoit deux
groupements :
-

De la 10° brigade blindée comprenant le l° régiment blindé, le 24°
régiment de lanciers, le 10° régiment de dragons, un bataillon de
chasseurs de Podhale et un groupe antichars, avec mission
d'occuper Chambois et la
côte sud 262 à environ trois
13


Pour le 21° Corps d'Armée Britannique

La côte 262 sud est un objectif polonais.
Les ordres canadiens
Ils sont clairs

et soulignent le
risque de confusion :
Pour le nouveau chef de la 3e
Division d'infanterie canadienne, le
major-général DC Spry organiser la
rive est de la Dives de Morteaux-
Couliboeuf à Trun.
Pour la 4e Division blindée
canadienne, pousser sur de Trun à
Chambois,
et pour la Division blindée
polonaise, se diriger vers Chambois
à partir Champeaux pour faire la
jonction avec les Américains
Ce plan ne devait être mis en
oeuvre que lorsque la 4e Division
aurait nettoyé la zone au nord, nord-ouest de Trun, le 19 ... les Bois
d'Auge et la côte 259 "des Hauts de Caumont" sur la Commune de Saint
Gervais les Sablons, dont nous soulignerons le rôle ultérieurement.
A 11h 00, le 19 août Simonds de nouveau conféra avec ses quatre
commandants divisionnaires au siège principal de la 4e Division à l’est
de
Morteaux-Couliboeuf. Il a souligné que l'encerclement doit être total :
Aucun Allemand ne doit s'en échapper.
A partir de Falaise, la 2° Division canadienne était désormais en mesure
de prendre le contrôle de la partie nord de la zone de la 3° division le
long de la Dives pour permettre à cette division de renforcer sa
dernière ligne et fermer toutes les voies d'évacuation

5 1

Le choix de Chambois

Si la création de la poche date du 16 août, le choix de Chambois comme
lieu de rencontre ne fut proposé à Bradley que le lendemain, par
Montgomery, qui, comme nous l'avons indiqué, avait une méconnaissance
de la situation exacte des troupes.
Trun avant Chambois

L'idée de Montgomery de dévier vers Trun l'axe de progression des
Canadiens alors que les Allemands résistaient obstinément devant
Falaise date du 14 août.

Le 16 août : la brèche par laquelle les Allemands pouvaient encore
s'échapper mesurait alors 26 km. Montgomery confirma son intention de
la fermer à Trun, ville dont les Canadiens à Morteaux-Coulibeuf, et les
Américains au bourg Saint-Léonard étaient à égale distance.
Les Instructions au Lt Gen Simonds du 16 Août au matin aux Canadiens
donnaient Trun comme objectif à la 4° Division Blindée Canadienne. Le
Maj-
Gen Kitching ordonnait alors à la 10° Brigade d’Infanterie d'établir
une tête de pont sur les rivières Ante et Train, pour permettre à la 4°
Brigade Blindée Canadienne d'avancer sur l'objectif principal
(Canadian
Rapport No. 65 74)

Mais trois rivières restent à franchir pour entrer dans Trun, objectif
également visé du sud par les Américains : la Traire, l'Ante, la Dives,
autant de rus qu'on pourrait sauter d'une berge à l'autre, mais, qui,
habilement mis en état de défense par la 12° SS Panzer compliquent,
retardent, perturbent les plans du général Simonds, décalent vers la
gauche l'axe de son avance.
( Florentin : Stalingrad)

A 15 h 30, Montgomery ordonna à Crerar d’aller sur Trun
et à Bradley de
pousser d’Argentan vers Trun et Chambois.

A 18h30, Bradley appela Patton pour lui dire d'attaquer et de capturer
Trun, avec la 2° DB Française et les 90° et 80° Divisions. Le Général
Gerow prit la tête de ces troupes
(Canadian Report No. 65 78)
...

91

dominant de part et d’autre du lit de la rivière

Sachant par ailleurs, que, depuis le 14 août, Bradley ne croit plus, à la
fermeture de la poche, et que ses rapports avec Montgomery sont pour
le moins ambigus, cette proposition fut apparemment acceptée telle
quelle, sans aucune discussion, notamment sur la définition limitée de la
ligne de démarcation ... ni à l'est au-delà de Chambois, ni à l'Ouest au-
delà de Bailleul, vers Argentan, abandonné à son triste sort.
Nous pensons que sur le fond et sur la forme l'attitude de Patton aurait
été différente, lui qui se plaignait qu'on obligeait ses Blindés à se
déployer comme des Fantassins ".
Il est intéressant d'en rapprocher la démarche de Maczek qui, en flanc
garde devant les Canadiens, a utilisé ses Blindés comme Fer de Lance,
accompagnés de fantassins pour assurer leur sécurité immédiate, et a,
comme nous l'avons
vu, interprété les
ordres reçus en
fonction du relief :
initiative de la
Massue.
Ce choix suscite
des questions


En fonction de sa
situation
géographique,
quasiment au fond
d'une cuvette
dominé par la forêt
de Gouffern au Sud
et à l'Ouest, par les
contreforts du Pays
d'Auge au Nord
Est, le choix de
Chambo
is comme point de rencontre semble avoir été celui d’un état
-
major à partir d’une lecture des cartes critiquable, comme le prouve la
réaction du Général Maczek.
2 1


12° Groupe d'Armées US

3 divisions sont à proximité

Orphelines depuis le départ du général
Patton et du XV° Corps d'armée vers
l'Est, la 2° DB française, le 80° et 90°
Divisions d'Infanterie US sont mutées
le 17 août dans la 1° Armée de Hodges,
5° Corps d'Armée, sous le
commandement de Gerow.
La nomination de ce dernier, sa prise
de fonction ont été relatées
précédemment ... un imbroglio en soi
! Quand Montgomery apprit que les
Américains n'avaient pas attaqué, il
modifia une nouvelle fois, son plan. Le
point de rencontre n'était plus Trun mais Chambois, petite localité
située seulement à 5 km des lignes américaines.

La cote 262 sud - Objectif américain ?

La 90° DI passe sous le commandement du V° Corps de la 1° Armée
Américaine qui a pour mission d'occuper une ligne allant du nord-est
d'Argentan vers les hauteurs au nord-est de Chambois tandis que les
Britanniques fermeraient la poche à partir de Falaise.
" Aug 17, the 90th
had passed to control of V Corps of the First U S Army. V Corps planned
to take a line northeast from Argentan to the high ground northeast of
Chambois while the British closed from Falaise".

En fait 2 divisions sont directement concernées :
-

la 90° DI US et
-

la 2° DB Française

23

Objectif Français

Il est certain que la côte 262 Sud a été un objectif des Français de la 2
° D B.
Ce ne fut en réalité qu'un
objectif tactique
dans la journée du 19 août.
Comme nous l'avons vu dans la rencontre :
Objectif de tir du Peloton Zagrodgski, le
matin, sur le chemin d'Omméel.
Objectif car obstacle à la progession du
GTL pour le commandant du GTL
(Langlade p. 179)
Objectif de l'Artillerie à 16 h qui y
lançèrent un déluge d'obus fumigènes
afin de masquer sa progression du Sous-
Groupement Minjonnet en direction de La
Frenée et de la Nationale D.16. (Langlade
182)
Comme nous le verrons plus en détail dans le Rôle de la 2 ° DB :
Le journal des opérations du 12° RCA : " A 16 h 00, le G T L signale que
les 15 chars ennemis se replient vers le Nord-est. Nous recevons l'ordre
de faire occuper la côte à 1 km S E de Frénée si elle est libre. Une
patrouille est envoyée à la crçete désignée. Elle se herte à une réaction
d'Infanterie. Le G T L décide de faire exécuter un tir d'artillerie sur
cette crête, les premiers obus arrive vers 17 heures." ...
(erreur de frappe : il faut lire N E ... car les témoignages de Fonde et de
Jean Car concernant la prise de prisonniers concordent)
Objectif atteint pour le Général Leclerc
comme il l’écrit dans son
rapport d’activités du 19 août au V° Corps d’Armées US
: Le GTL a
accomplit sa mission. A 18 heures, le 19, GTL a envoyé une
reconnaissance dans la région de La Frénée (sur la carte 430-520) et sur
la colline 1000 mètres au nord-est de La Frénée. Cette reconnaissance
revint au crépuscule.
"Periodic Report du 19 : C.C.L. has fulfilled its

2 7

Cote 262 Sud : Base de retraite

Trois cartes permettent d'illustrer notre propos.
Elles illustrent l'existence d'une voie d'évasion au sud, entre D16 et
D13, le long de la Dives puis de la Vie et de la Touques qui permettaient
un passage plus aisé des convois hippomobiles en plus de la voie plus
fréquemment évoquée menant à Vimoutiers, via Camembert, le long des
Foulbecs (sur la carte IGN, il y a en effet le ruisseau de Foulbec ou
"rivière de Neauphes" et le ru de Foulbec) puis du Bezion avant
d'atteindre la Vie.
Pour les fantassins, pour ceux qui abandonnèrent leur matériel roulant,
traverser les rivières ne présentait pas de difficultés majeures compte
tenu du nombre de gués, de passerelles voire de ponts privés comme ont
pu en témoigner Ulysse Le Perdriel et Michel Leplat.
Le 19 août au soir, la Cote 262 Sud n'est pas occupée ... La poche n’est
pas fermée

Les Allemands surent profiter de cette brèche de 65 kms

29

ce point caractéristique, le Régiment Canadien Highland Light Infantry
avec support des Blindés firent la jonction avec les Polonais à l'ouest,
après quelques heures de combat très sanglant.
While the lorried
infantry patrolled forward prior to the main attack on this feature,
H.L.I. of C and their supporting armour linked up with the Poles on the
west, af-ter some hours of very bloody fighting (W.Ds., Hi.II of C. and 6
Cdn Armd Regt, 21 Aug 44). .
A 2000 heures, le 28° RB C attaqua son objectif, le Point 262 (au nord-
est de Frenee), emprunté par l'ennemi et, ayant aussi atteint les
Polonais, accomplit la dernière tache de la 4° Brigade Blindée Canadienne
dans la Poche de Falaise.
At 2000 hours 28 Cdn Armd Regt attacked its
objective, Point 262 ( north-east of Frenee), routed the enemy and, ha-
ving also reached the Poles, completed 4 Cdn Armd Bde's last task in the
Falaise Gap (W.D., 28 Cdn Armd Regt, 21 Aug 44).

Ainsi, dans la soirée de 21 Août, la poche était enfin définitivement
fermée.
Thus, on the evening of 21 Aug the Gap was finally and firmly
closed. (W.Ds., H.Q. 4 Cdn Armd Bde and H.Q. 10 Cdn Inf Bde, 21 Aug
44).
Il semble qu'on ait voulu cacher l'existence de ce point historique, ce qui
peut motiver les démentis et autres disparitions de documents que nous
avons constatées.
A ce jour, le site de la côte 262 Sud est pour le moins méconnu, ignoré
par la plupart des visiteurs du Mémorial de Montormel !
Merci jean Car, vous ne pouviez pas soupçonner son importance.

3 2

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin