Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pots de pharmacie du duché d'Urbino à décor dit « istoriato » - article ; n°264 ; vol.73, pg 5-16

De
17 pages
Revue d'histoire de la pharmacie - Année 1985 - Volume 73 - Numéro 264 - Pages 5-16
Drug jars with « istoriato » decoration, from the Duchy of Urbino>/i>.
An account is given of a group of drug jars painted with « istoriato » subjects and motifs such as cursorily executed winged heads and bands composed of sinuous lines embellished with curlicues. Two of the jars bear the date 1563, and two display an unidentified coat of arms. The coat of arms occurs also on an albarello which is a companion piece to an albarello inscribed in Castello durante 1541 ; consequently it is inferred that the jars with « istoriato » decoration were made at one of the potteries in the duchy of Urbino (Castel Durante or Urbino). There is some evidence that the jars of 1563 were the work of Andrea da Negroponte, potter at Castel Durante, whose signature occurs on a stylistically related dish in the Museo Statale d'Arte Medioevale e Moderna in Arezzo.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Rudolf E.A. Drey
Pots de pharmacie du duché d'Urbino à décor dit « istoriato »
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 73e année, N. 264, 1985. pp. 5-16.
Abstract
Drug jars with « istoriato » decoration, from the Duchy of Urbino>/i>.
An account is given of a group of drug jars painted with « istoriato » subjects and motifs such as cursorily executed winged heads
and bands composed of sinuous lines embellished with curlicues. Two of the jars bear the date 1563, and two display an
unidentified coat of arms. The coat of arms occurs also on an albarello which is a companion piece to an albarello inscribed in
Castello durante 1541 ; consequently it is inferred that the jars with « istoriato » decoration were made at one of the potteries in
the duchy of Urbino (Castel Durante or Urbino). There is some evidence that the jars of 1563 were the work of Andrea da
Negroponte, potter at Castel Durante, whose signature occurs on a stylistically related dish in the Museo Statale d'Arte
Medioevale e Moderna in Arezzo.
Citer ce document / Cite this document :
Drey Rudolf E.A. Pots de pharmacie du duché d'Urbino à décor dit « istoriato ». In: Revue d'histoire de la pharmacie, 73e
année, N. 264, 1985. pp. 5-16.
doi : 10.3406/pharm.1985.2394
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_1985_num_73_264_2394i
Pots de pharmacie du duché
d'Urbino à décor dit « istoriato »
au Manissés, incomparable LA Moyen avec technique une près âge glaçure au de XVe fabrication Valence. Proche-Orient stannifère siècle dans En de revanche, et la le (Perse) majolique, peinte sud-èst et en la de atteignit décoration couleurs c'est-à-dire l'Espagne, un de de la degré grand principalement poterie style de feu, dit couverte maîtrise débuta « isto à
riato » ou historié, c'est-à-dire avec sujets empruntés à la Bible, à la mytholog
ie classique, à l'histoire grecque ou romaine, à la littérature du Moyen-âge,
fut une innovation entièrement italienne qui naquit à la fin du XVe siècle à
Faenza et atteignit son apogée dans le deuxième quart du XVIe siècle à Castel
Durante, Urbino et Gubbio, cités toutes trois sises dans le duché d'Urbino.
Ces majoliques à décoration historiée étaient principalement des objets
destinés à la table et des objets d'apparat : assiettes, plats, coupes, écuelles,
aiguières, gourdes, vasques et pièces d'autre forme encore. Les pots de phar
macie à ornementation « istoriato » sont, eux, très rares et l'objet de cette
note est de présenter quelques détails sur un groupe de ces récipients répartis
entre plusieurs musées et une collection particulière.
Les pièces en question sont de formes diverses : albarelli de haute taille
(fig. A, B, C, D), albarelli de plus basse taille et fortement cintrés (fig. E),
vases de forme balustre (fig. F), bouteilles l et sans doute faut-il y ajouter
d'autres formes telles la chevrette, dont nous ne connaissons jusqu'à présent
pas d'exemplaires. Leur décoration comprend, outre des scènes, des motifs
tels que têtes grotesques ailées, lignes sinueuses avec enjolivures et lignes en
entrelacs. Deux pots au moins portent la date de leur fabrication, 1563 :
l'albarel reproduit en figure D la porte au pied et le vase de forme balustre
(fig. G) au col. En outre, ce dernier vase est muni d'un écusson non identifié :
un buf devant une tour, le tout au naturel, accompagné d'une bande de
gueules brochant sur le tout.
Manuscrit reçu le 15 décembre 1983.
1. Maria Mancini délia Chiara et Luisa Fontebuoni, Maioliche del Museo Civico di Pesaro
Catalogo, Bologna, 1979, n° 241.
REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE, XXXII, N° 264, MARS 1985. A et B Fig
ALBARELLO, CASTEL DURANTE OU URBINO, VERS 1563
(Londres, Victoria and Albert Museum) /jf/"- 72;_<M
tftfS".
^3S-23A«-
PAT*
jfp f'v-l MKk * ^
6 i^ Fig. C
1563~
ALBARELLO, CASTEL DURANTE OU URBINO, VERS
Museo Civico) (Pesaro,
PI. I Fig. D
ALBARELLO, CASTEL DURANTE OU URBINO, VERS 1563
(Pesaro, Museo Civico)
PL H ^^fSW^fl- /ST5_ i^-T^-téli
P&fr 6 ^if/J^.J
Ik }f^lr~ ^d- p& de pharmacie à décor « istoriato » 7 POTS
Voici l'inventaire des neuf pièces actuellement connues de ce groupe.
Au Museo Civico de Pesaro :
Albarello avec pour sujet Enée se présentant à Didon ; hauteur 44,5
cm ; inscription ZVCCHAR ROSATVM (fig. C).
Albarello avec pour sujet Jésus descendant aux Limbes ; hauteur 44,5
cm ; ZVCCAR (fig. D).
Albarello avec pour sujet la lapidation du protomartyr saint Etienne
{Actes des Apôtres, VII, 58-60) ; hauteur 44,5 cm ; inscription
ZVCCHARVM ROSATVM 2.
Albarello avec pour sujet Proetos, roi d'Argos, envoyant Bellérophon
à lobâtes, roi de Lycie, après avoir remis à Bellérophon des tablettes où était
gravé, en signes mystérieux, l'ordre de lui donner la mort ; hauteur 37 cm ;
inscription SY DE SVCCO ROSA 3.
Vase de forme balustre avec pour sujet Orphée insensible aux attraits
des Bacchantes, tué par ces dernières ; hauteur 36 cm ; inscription DIA CA-
LAMENTVM NICO (fig. F et G).
Bouteille à sujet historié non identifié (des personnages agenouillés
devant un autel ardent ; deux chameaux ; représentation symbolique d'un
fleuve, etc.) ; hauteur 27 cm ; inscription AQUA MATRICARIE l.
Au Victoria and Albert Museum, Londres :
Albarello à sujet non identifié (une troupe de soldats amenant un
prisonnier devant un roi assis sur un trône recouvert d'un dais supporté par
un lion ailé ; un paysage avec une grue et une daine couchée, etc.) ; hauteur
32 cm ; inscription RADIX APPII (fig. A et B).
Au National Museum of American History, Washington (autrefois
Smithsonian Institution) :
Albarello orné d'une scène historiée et, au revers, du même écusson
que celui qui est figuré sur le vase de forme balustre du Musée de Pesaro ;
hauteur 16 cm ; inscription TROCIS DE CAPPARIBVS (fig. E).
Dans une collection particulière à Turin :
Albarello avec pour sujet l'Annonciation ; hauteur 33 cm ; inscription
(RADI ?)X GENCIANE 4.
2. Ibid., n° 181.
3. Ibid., n° 204 ; Laura Campanile, / Vasi di Farmacia, Milano, 1973, p. 20.
4. Mario Bellini et Giovanni Conti, Maioliche Italiane del Rinascimento, Milano, 1964, p.
158, fig. B. Fig. E
ALBARELLO, CASTEL DURANTE OU URBINO, VERS 1563
(Washington, National Museum of American History) POTS DE PHARMACIE À DÉCOR « ISTORIATO » 9
Le lieu d'origine de ces vases a prêté à discussion. Suivant une attribution
hypothétique de Rackham 5, ils ont été attribués à Venise par Bellini et
Conti 4, et à la même provenance par Bortolotto 6. Cependant, en raison du
style de la décoration, une attribution au duché d'Urbino (Castel Durante ou
Urbino) semble plus probable, comme l'ont reconnu Urdang et Nitardy 7,
Campanile 8, et Mancini délia Chiara et Fontebuoni 9. Elle est corroborée par
une paire d'albarelli datant d'environ 1541 : l'un, conservé au Musée du
Louvre, porte le même écusson (fig. H) que le vase de forme balustre du Musée
de Pesaro (fig. G) et l'autre a l'inscription in Castéllo durante 1541 (fig. I). Il
nous semble raisonnable de supposer, d'une part, en raison du blason com
mun sur les deux pots cités, que l'albarel armorié du Musée du Louvre (fig.
H) ait été commandé par la même pharmacie que les vases à décor « isto
riato », et d'autre part, que la qui en 1541 avait commandé les
vases reproduits en figures H et I au duché d'Urbino ait aussi passé une
deuxième commande au même endroit, plutôt qu'à Venise, ville bien éloignée
d'Urbino et dont les vases d'officine vers 1563 sont généralement ornementés
des portraits, rinceaux, grandes fleurs et feuillages caractéristiques de la
faïence pharmaceutique vénitienne de cette période 10.
Enfin, il faut indiquer que le Dr Johanna Lessmann, conservateur au
Herzog Anton Ulrich-Muséum à Brunswick, a observé une similitude de style
entre une coupe du Museo Statale d'Arte Medioevale e Moderna à Arezzo qui
porte la signature Andrea da Negroponte, un groupe de plats dont l'un porte
la devise SAPIÉS DOMINABITVR ASTRIS (fig. J) et les pots de pharmacie à
décoration historiée du Musée de Pesaro n. Le Dr Lessmann suggère, en
conséquence, que tous ces pots seraient l'uvre d'Andréa da Negroponte
travaillant à Castel Durante.
Rudolf E.-A. Drey,
135, Langton Way,
London SE3 7JS.
Je tiens à remercier M. J.V.G. Mallet, conservateur de la céramique au Victoria and Albert
Museum, Londres, pour l'aide qu'il m'a apportée dans la préparation de cette note. -»
5. Bernard Rackham, Catalogue of Italian Maiolica, London (Victoria and Albert Museum),
1940 et 1977, n° 981.
6. Angelica Alverà Bortolotto, Storia délia Ceranica a Venezia dagli Albori alla Fine délia
Repubblica, Firenze, 1981, pi. Cil, fig. c et p. 91.
7. George Urdang et F.W. Nitardy, The Squibb Ancient Pharmacy, New York, 1940, n° 477.
8. Campanile, op\ cit., p. 18 et 20.
9. Mancini délia Chiara et Fontebuoni, op. cit., n" 181, 204, 236, 238, 241, 249.
10. J. Chompret, Répertoire de la majolique italienne, Paris, 1949, vol. 2, p. 139, fig. 1092-
1094 ; Jeanne Giacomotti, Catalogue des majoliques des musées nationaux, Paris, 1974, n 1229-
1231 ; R.E.A. Drey, Apothecary Jars, London, 1978, p. 60 et 64.
1 1 . Johanna Lessmann, Herzog Anton Ulrich-Muséum Braunschweig, Italienische Majolika :
Katalog der Sammlung, Braunschweig, 1979, p. 148.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin