Cette publication est accessible gratuitement
Lire

BRUANT aristide (1851-1925)

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis BBRRUUAANNTT aarriissttiiddee ((11885511--11992255)) Des revers de fortune amènent Aristide Bruant, issu d'une famille bourgeoise de Courtenay (Loiret), à s'établir à Paris,

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 20
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

BOHÈME

de Encyclopaedia-Universalis

BRUANT aristide (1851-1925)

Des revers de fortune amènent Aristide Bruant, issu d'une famille bourgeoise de Courtenay (Loiret), à s'établir à Paris, où il exerce divers métiers. Employé aux Chemins de fer du Nord, il entame une carrière de chanteur de café-concert et connaît un certain succès (Mad'moiselle, écoutez-moi donc, en collaboration avec Jules Jouy). Mais c'est au Chat noir que Bruant trouve sa voie : il écrit la ballade glorifiant le cabaret et remplace parfois le maître de céans, Rodophe Salis, dans son rôle de bonimenteur.

Surtout, il se spécialise dans les chansons de barrière, ces complaintes qui magnifient le peuple de petits truands et de gigolettes de la zone (À la Bastoche, À Grenelle, À la Villette) ou encore les exploits des bat' d'Af (À Biribi). Avec un étonnant sens de la langue qui se fait, par quoi il annonce Céline, il s'approprie l'argot, mêle la goualante avec le folklore français et le chant d'église. Une grande rigueur d'écriture, en ce qui concerne tant les paroles que la musique, concourt à l'efficacité de son propos. Sans conteste le plus fécond créateur produit par l'école chansonnière montmartroise, Bruant dut d'abord son immense renommée à sa carrière de cabaretier. Après le transfert du Chat noir rue Victor-Massé (1885), il reprend, en effet, le local du boulevard Rochechouart, qu'il rebaptise Le Mirliton, adopte la tenue immortalisée par les affiches de Toulouse-Lautrec et inaugure une façon d'appâter le bourgeois qui fera fortune : houspillant sans ménagement ce dernier, il lui donne à peu de frais l'illusion de l'encanaillement.

Bruant tient ce rôle chaque soir pendant dix ans, puis part pour des tournées en province et à l'étranger. Auteur de seize romans et de six pièces de théâtre (écrits en fait par des « nègres »), il se retire à Courtenay vers 1900. Mais ses chansons, réunies en deux recueils : Dans la rue (1889) et Sur la route (1899), poursuivent leur carrière ; tandis que certaines d'entre elles (Les Canuts, Nini-Peau-d'chien) sont « passées dans le folklore », toute une tradition chansonnière, de Carco à Mouloudji, s'est inscrite dans l'univers créé par le chantre de Paris-marlou.

Auteur: JEAN-CLAUDE KLEIN
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin