Cette publication est accessible gratuitement
Lire

CHAM amédée de NOÉ dit (1819-1879)

De
3 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis CCHHAAMM aammééddééee ddee NNOOÉÉ ddiitt ((11881199--11887799)) Tout semblait devoir contrarier la carrière à succès qui fut celle du satiriste Amédée de Noé, dit Cham : son père, le comte Louis de Noé, était pair de

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 23
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

LA HARPE jean-françois de (1739-1803)

de Encyclopaedia-Universalis

Vie de Rancé

de le-livre-de-poche

CHAM amédée de NOÉ dit (1819-1879)

Tout semblait devoir contrarier la carrière à succès qui fut celle du satiriste Amédée de Noé, dit Cham : son père, le comte Louis de Noé, était pair de France, et Amédée avait des dispositions pour les mathématiques qui permettaient tous les espoirs. Le destin voulut qu'il échouât au concours d'entrée à Polytechnique, pour avoir, disait-il, laissé circuler une caricature de son examinateur. Après une vaine tentative de discipline au service du ministère des Finances, il s'inscrivit à l'atelier de Charlet puis à celui de Delaroche. En 1839, sort sa première publication, Monsieur Lajaunisse, album caricatural, sans but et sans raison. Bêtises amusantes. Dépourvue de signature et plus remarquable par l'esprit que par le dessin, encore sec et emprunté, elle devait pourtant sa parution à l'initiative de Charles Philipon, créateur du célèbre journal satirique de l'époque, Le Charivari, auquel Cham allait collaborer à partir de 1843, lui donnant, trente-six ans durant, l'essentiel de sa production. C'est en 1840, avec sa première œuvre signée, Histoire de M. Jobard, qu'il use de son pseudonyme ; à cette date aussi, son style graphique commence à s'étoffer, gagne de la force en se simplifiant, peut-être sous l'influence de Daumier. Un très vif succès accueille bientôt la parodie, qu'il donne à l'hebdomadaire Le Musée Philipon, du populaire roman d'Eugène Sue, Les Mystères de Paris, sorti en 1842. Il récidivera, par la suite, sur le thème du Juif errant. Mais la IIe République lui donnera, en 1847-1848, ses meilleurs sujets, les caricatures des grandes figures politiques du moment, croquées à l'Assemblée nationale et dans les clubs. L'écho fut retentissant ; édités en albums, des titres tels que Études socialistes, Proudhon en voyage, Croquis politiques, et surtout L'Assemblée nationale comique purent à peine répondre à la demande. Pendant la Révolution de 1848, une édition parisienne de Punch (hebdomadaire satirique anglais), éditée par Le Charivari, fut entièrement illustrée par Cham. Car cet esprit éminemment parisien fut reconnu par l'Angleterre de Dickens et de Thackeray, et Illustrated London News comme Punch publièrent ses dessins. Et, si sa santé fragile (il souffrait de phtisie et en mourut) le porta à mener une vie plutôt sédentaire, aux limites de Paris, son esprit débordant de fantaisie lui fit également entreprendre, à partir de 1855, une carrière d'auteur dramatique vaudevillesque apprécié de ses contemporains (Le Serpent à plumes, opéra-bouffe, musique de Léo Delibes, 1864 ; Le Myosotis, aliénation mentale et musicale, musique de Charles Lecocq, 1866).

Auteur: BERNARD PUIG CASTAING
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin