Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Définition de : GÉNÉRATEUR, mathématique

De
4 pages
Article publié par Encyclopaedia Universalis GÉNÉRATEUR, mathématique Soit E un ensemble muni d'une opération interne associative notée par le symbole ∗ et que nous appellerons multiplication pour simplifier. Il sera dit monogène, ou encore posséder un générateur a, si tout élément de E peut s'écrire comme un produit fini de n facteurs tous égaux à a. Par définition d'un produit portant sur zéro facteur, cet ensemble doit contenir un élément neutre e pour ∗ (c'est-à-dire tel que x ∗ e  =  e ∗ x = x pour tout x de E), et ce produit 0 1 a est égal à e. Naturellement, E contient a et toutes ses puissances : a  =  a , 2 3 n a , a ,... a et ainsi de suite ; dire que E est monogène pour ∗, ou que a est un générateur pour E, revient exactement à dire que, réciproquement, E est l'ensemble des puissances de a, ou est engendré par a. L'exemple le plus simple est celui de l'ensemble ℕ des entiers naturels, muni de l'addition : ici l'élément neutre est le nombre 0, et le nombre 1 est un générateur puisque tout n est la somme 1 + 1 +... + 1 de n entiers égaux à 1. C'est le seul générateur possible pour ℕ. L'existence d'un générateur pour un ensemble E muni d'une loi ∗ est rare, mais, s'il existe, ce générateur n'est pas nécessairement unique. Soit en effet pour E l'ensemble des trois rotations planes r, s et t d'angles de mesures 0, 120 et 240 degrés, muni de la loi de composition des applications ∘.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

GÉNÉRATEUR, mathématique

Soit E un ensemble muni d'une opération interne associative notée par le symbole ∗ et que nous appellerons multiplication pour simplifier. Il sera dit monogène, ou encore posséder un générateur a, si tout élément de E peut s'écrire comme un produit fini de n facteurs tous égaux à a. Par définition d'un produit portant sur zéro facteur, cet ensemble doit contenir un élément neutre e pour ∗ (c'est-à-dire tel que x e = e x = x pour tout x de E), et ce produit a0 est égal à e. Naturellement, E contient a et toutes ses puissances : a = a1, a2, a3,... an et ainsi de suite ; dire que E est monogène pour ∗, ou que a est un générateur pour E, revient exactement à dire que, réciproquement, E est l'ensemble des puissances de a, ou est engendré par a.

L'exemple le plus simple est celui de l'ensemble ℕ des entiers naturels, muni de l'addition : ici l'élément neutre est le nombre 0, et le nombre 1 est un générateur puisque tout n est la somme 1 + 1 +... + 1 de n entiers égaux à 1. C'est le seul générateur possible pour ℕ.

L'existence d'un générateur pour un ensemble E muni d'une loi ∗ est rare, mais, s'il existe, ce générateur n'est pas nécessairement unique. Soit en effet pour E l'ensemble des trois rotations planes r, s et t d'angles de mesures 0, 120 et 240 degrés, muni de la loi de composition des applications ∘. L'élément neutre est r, application identique du plan, et chacune des deux autres engendre E, car r = s0 = t0, s = s1 = t2 et t = t1 = s2.

La définition ci-dessus peut s'étendre au cas de l'existence d'un exemple fini {a, b, c,...} de générateurs. L'exemple du groupe (ℤ, +) suffira pour indiquer le sens de cette généralisation. Un seul générateur ne saurait suffire, puisque des sommes de termes égaux à un nombre a ont même signe que a. Ainsi 1 n'engendre-t-il que le sous-ensemble strict ℕ de ℤ. Il faut donc admettre au moins un autre générateur, qui sera évidemment –1 qui engendre les entiers négatifs. Dans ce cas particulier, dire que {1, – 1} engendre (ℤ, +) signifie que tout élément de ℤ est une somme finie de termes égaux, soit à 1, soit à – 1. D'une manière plus générale, dire que {a, b} est un ensemble de générateurs d'un ensemble E muni d'une loi associative ∗ munie d'un neutre e, c'est dire que tout élément x de E peut s'écrire sous la forme c1 c2∗... cn où chaque ci est égal, soit à a, soit à b. Figurent parmi ces x les éléments e, a, b, a2, b2, a b, b a, a3, b3, a2 b, a b2, b a2, b2 a, a b a, b a b et ainsi de suite.

L'extension aux ensembles infinis de générateurs est immédiate ; il faut simplement ne pas oublier que l'on s'interdit évidemment des produits de générateurs qui ne seraient pas finis : on sortirait alors du domaine de l'algèbre, même si des sommes infinies (voire des produits infinis) peuvent être considérées dans le cadre de l'analyse, non sans extrêmes précautions.

Tout ensemble muni d'une loi ∗ pour laquelle existe un élément neutre admet un ensemble trivialement générateur : lui-même ; mais c'est évidemment sans intérêt. On s'intéressera donc a priori à des ensembles de générateurs les plus petits possible. Il est bien utile, quand il en existe, de disposer de tels ensembles finis. Toutefois, c'est assez rarement le cas.

L'exemple le plus intéressant, très connu même en dehors des mathématiciens, est celui de l'ensemble ℕ* des entiers naturels non nuls muni de la multiplication. Le plus petit ensemble de générateurs est ici celui des nombres premiers. Depuis Euclide, nous savons qu'il est infini. Qu'aucun nombre premier p ne puisse être omis de la liste de générateurs est clair : par définition, en effet, p n'admet aucun diviseur autre que 1 et lui-même, et ne peut donc être le produit d'une famille d'entiers qui ne le contiendrait pas.

Il est possible de déterminer tous les groupes monogènes : il s'agit, soit d'un groupe infini, auquel cas il est isomorphe à (ℤ, +), soit fini, de cardinal N, et isomorphe au groupe des rotations du plan dont l'angle a pour mesure un multiple de 360 /N degrés. La classification des groupes admettant un nombre fini de générateurs est très intéressante, mais pose parfois des problèmes difficiles. Nous ne citerons ici que le groupe symétrique, formé de toutes les bijections d'un ensemble fini sur lui-même. Ce groupe est très utilisé, par exemple dans toute tentative de tri destiné à ranger par ordre alphabétique une liste de noms. Un tel groupe possède un ensemble fini de générateurs : les transpositions, qui échangent un élément et un autre, les autres étant laissés fixes. Cela correspond à l'idée naturelle (il est vrai assez inefficace) que, pour trier une telle liste, il suffit de comparer systématiquement deux à deux les éléments de la liste.

L'extension la plus importante du concept de générateur est fondamentale pour la théorie des espaces vectoriels. Dans un tel espace E, un des résultats les plus importants de la théorie est qu'il existe un ensemble {ei}, appelé base, tel que tout vecteur x de E soit combinaison linéaire des ei, c'est-à-dire somme de vecteurs du type aiei, où les ai sont des éléments du corps de base dont seul un sous-ensemble fini est formé d'éléments non nuls, et qu'une telle somme est unique. Les espaces vectoriels de dimension finie, les plus simples possible, sont ceux pour lesquels il existe une base finie. On peut alors montrer que toutes les bases possibles ont même cardinal, nombre appelé dimension de E.

Auteur: André WARUSFEL
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin