Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Définition de : NORME /USAGE, linguistique

De
5 pages
Article publié par Encyclopaedia Universalis NORME /USAGE, linguistique Il n'est pas de langue qui ne donne lieu à une diversité d'usages, comme en témoigne l'observation des pratiques langagières des locuteurs. Les façons de parler sont diversifiées selon le temps (changements diachroniques résultant de l'évolution de la langue), l'espace (variations géographiques dites diatopiques – dialectes et patois), les caractéristiques sociales des locuteurs (variétés dites diastratiques), et les activités qu'ils pratiquent (variétés dites diaphasiques ou de registres de langue, en fonction des situations et du caractère écrit ou oral du canal). Norme et description Face à cette hétérogénéité, la tradition grammaticale a, pour l'essentiel, adopté une attitude que l'on peut qualifier de normative : l'objectif étant d'imposer une norme, c'est-à-dire d'édicter le bon usage de la langue, conforme à un certain idéal esthétique ou socioculturel historiquement situé. Dans une telle perspective, certains usages de la langue – en l'occurrence ceux des classes sociales dominantes – sont jugés corrects, alors que d'autres sont rejetés comme incorrects, impurs ou vulgaires. C'est donc la langue telle qu'elle devrait être – et non telle qu'elle est effectivement – que décrivent les grammaires normatives, à l'exemple des Remarques sur la langue française de Vaugelas (1647).
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

NORME /USAGE, linguistique

Il n'est pas de langue qui ne donne lieu à une diversité d'usages, comme en témoigne l'observation des pratiques langagières des locuteurs. Les façons de parler sont diversifiées selon le temps (changements diachroniques résultant de l'évolution de la langue), l'espace (variations géographiques dites diatopiques – dialectes et patois), les caractéristiques sociales des locuteurs (variétés dites diastratiques), et les activités qu'ils pratiquent (variétés dites diaphasiques ou de registres de langue, en fonction des situations et du caractère écrit ou oral du canal).

Norme et description

Face à cette hétérogénéité, la tradition grammaticale a, pour l'essentiel, adopté une attitude que l'on peut qualifier de normative : l'objectif étant d'imposer une norme, c'est-à-dire d'édicter le bon usage de la langue, conforme à un certain idéal esthétique ou socioculturel historiquement situé. Dans une telle perspective, certains usages de la langue – en l'occurrence ceux des classes sociales dominantes – sont jugés corrects, alors que d'autres sont rejetés comme incorrects, impurs ou vulgaires. C'est donc la langue telle qu'elle devrait être – et non telle qu'elle est effectivement – que décrivent les grammaires normatives, à l'exemple des Remarques sur la langue française de Vaugelas (1647). Cette tradition se retrouve encore à l'heure actuelle dans la pratique pédagogique française, pour laquelle l'étude de la grammaire passe par l'apprentissage de la correction grammaticale et l'élimination des fautes de français, c'est-à-dire des usages prohibés.

La linguistique, en tant que discipline scientifique, s'est démarquée dès la fin du xixe siècle de cette tradition normative en se donnant un objectif purement descriptif, dénué de tout souci prescriptif. Déjà la linguistique historique avait montré que les évolutions de la langue trouvent souvent leur origine dans des usages populaires ou patoisants qui, une fois devenus usuels, finissent par être consacrés comme des emplois corrects. De leur côté, des linguistes comme Herman Paul ou Ferdinand de Saussure ont été conduits à voir dans l'analogie à l'œuvre dans les parlers populaires ou enfantins, non pas une infraction à une norme idéale, mais au contraire l'un des procédés fondamentaux de la langue. Par ailleurs, Henri Frei s'est employé à retrouver derrière les prétendues fautes de langage des mécanismes identiques à ceux qui sous-tendent le langage dit correct (Henri Frei, Grammaire des fautes, 1929).

Mais le rejet de tout jugement de valeur subjectif sur les usages n'a pas pour autant conduit la linguistique à retenir comme objet d'étude la variété et l'hétérogénéité des usages de la langue : qu'il s'agisse de la « langue » de Saussure ou de la « compétence » de Noam Chomsky, l'objet du linguiste se présente comme un système homogène. C'est alors un autre type de norme qui se trouve, de fait, convoqué : non pas une norme subjective fondée sur un jugement de valeur (le normé), mais une norme objective qui renvoie à l'usage commun et courant de la langue (le normal), censé faire l'objet d'un consensus de la part des locuteurs.

D'où la possibilité pour le linguiste de décrire la langue en termes d'un système de règles permettant, comme le fait la grammaire générative de Chomsky, de caractériser l'ensemble infini des phrases grammaticales – c'est-à-dire bien formées syntaxiquement –, par opposition à l'ensemble des phrases agrammaticales – mal formées syntaxiquement –, ainsi que l'ensemble des phrases sémantiquement bien formées par opposition aux phrases dépourvues de sens. La notion de correction syntaxique ou sémantique n'est plus ici de nature normative, mais renvoie à la capacité que partagent tous les locuteurs de maîtriser les règles du système de la langue. Sur le plan heuristique, le caractère mal formé de certaines phrases est, pour le linguiste, d'une grande importance : c'est précisément en s'appuyant sur l'impossibilité de générer certaines phrases qu'il est en mesure de progresser dans la compréhension des mécanismes de la langue.

Une telle démarche repose sur le postulat selon lequel tous les locuteurs de la langue partageraient le même système de règles. Or l'expérience montre qu'en fait les locuteurs ne s'accordent pas toujours sur les jugements de grammaticalité et d'acceptabilité sémantique, qui sont souvent davantage affaire de degrés plutôt que de « tout ou rien ». D'où l'idée avancée par certains linguistes, comme Antoine Culioli, qu'il existerait des grammaires subjectives, c'est-à-dire une diversité de systèmes de règles et de pondérations, selon les sujets.

La diversité des usages de la langue

C'est précisément le postulat de l'homogénéité de la langue que rejette la sociolinguistique, qui cherche à caractériser au sein de la langue les points de variabilité non aléatoires – au niveau de la phonie, de la morphologie, de la syntaxe, du lexique –, c'est-à-dire à inscrire dans la langue elle-même la diversité des usages, entendus comme autant de sous-systèmes. On appellera alors « usage » l'ensemble des règles de grammaire, plus ou moins stabilisées, utilisées par le plus grand nombre de locuteurs à un moment donné dans un milieu social déterminé.

Si, pour l'essentiel, la linguistique a privilégié l'homogénéité de la langue (entendue comme construit théorique) aux dépens de l'hétérogénéité des usages, il convient d'ajouter par ailleurs que, s'agissant plus spécifiquement du français, un certain nombre de facteurs historiques et politiques ont contribué à en faire une langue fortement standardisée et normée. La standardisation consiste à valoriser l'uniformité comme état idéal de la langue, identifié au registre de l'écrit soutenu. Le français standard, donné comme la forme par excellence de la langue – voire comme la seule – ne représente en fait qu'un usage parmi d'autres ; mais c'est l'usage qui, étant donné comme norme, se trouve valorisé au dépens de tous les autres. L'intériorisation par les locuteurs des contraintes liées à cette norme subjective (le bon français) induit fréquemment des phénomènes d'hypercorrection, par exemple l'emploi du subjonctif avec « après que ». À cet égard, on ne saurait sous-estimer le poids du purisme et de l'idéologie du standard, dont témoignent les fréquentes croisades pour la défense de la langue française et de son « génie », ainsi que le thème récurrent du français en crise. Comme le note Françoise Gadet dans La Variation sociale en français (2003), « c'est de ce bain normatif que vient le goût des Français pour les chroniques de langue, les dictionnaires et les championnats d'orthographe ».

Auteur: Catherine FUCHS
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin