Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Définition et synonyme de : FONCTIONNALISME

De
4 pages
Article publié par Encyclopaedia Universalis F O N C T I O N N A L I S M E L'idée de fonction, empruntée à la physiologie, et sa mise en doctrine(s) sous la forme du fonctionnalisme n'appartiennent pas en propre à la géographie. Dans e les approches fonctionnalistes qui se sont développées au xx siècle en sciences humaines et sociales à partir notamment des travaux de l'école française de sociologie, chaque élément d'une structure (la société) est défini par la fonction qu'il occupe dans cet ensemble. La persistance de l'emploi de la notion de fonction en géographie traduit donc la dimension de stabilité apparente que le géographe a longtemps attribuée à la société comme à ses rapports à l'espace-étendue, ce qui constitue une base du développement de la e discipline. Dès le début du xx siècle, Jean Brunhes (1869-1930), membre original de l'école française de géographie, en raison de son intérêt pour les questions sociales, s'est ainsi intéressé aux éléments du fonctionnement des sociétés liés à la maîtrise de leur environnement. Cependant, tant que la géographie humaine n'a pas cherché hors des aspects physiques du globe terrestre l'explication des régularités qu'elle rencontrait, le fonctionnalisme ou tout au moins l'analyse fonctionnelle n'ont pu s'y développer complètement. Un premier usage systématique de la notion de fonction a ensuite servi à déterminer les entités pertinentes à retenir dans l'analyse géographique.
Voir plus Voir moins
FONCTIONNALISME

L'idée de fonction, empruntée à la physiologie, et sa mise en doctrine(s) sous la forme du fonctionnalisme n'appartiennent pas en propre à la géographie. Dans les approches fonctionnalistes qui se sont développées au xxe siècle en sciences humaines et sociales à partir notamment des travaux de l'école française de sociologie, chaque élément d'une structure (la société) est défini par la fonction qu'il occupe dans cet ensemble. La persistance de l'emploi de la notion de fonction en géographie traduit donc la dimension de stabilité apparente que le géographe a longtemps attribuée à la société comme à ses rapports à l'espace-étendue, ce qui constitue une base du développement de la discipline. Dès le début du xxe siècle, Jean Brunhes (1869-1930), membre original de l'école française de géographie, en raison de son intérêt pour les questions sociales, s'est ainsi intéressé aux éléments du fonctionnement des sociétés liés à la maîtrise de leur environnement. Cependant, tant que la géographie humaine n'a pas cherché hors des aspects physiques du globe terrestre l'explication des régularités qu'elle rencontrait, le fonctionnalisme ou tout au moins l'analyse fonctionnelle n'ont pu s'y développer complètement.

Un premier usage systématique de la notion de fonction a ensuite servi à déterminer les entités pertinentes à retenir dans l'analyse géographique. Dans sa typologie de l'habitat rural en France (1927), Albert Demangeon (1872-1940), maître le plus influent de l'école française de géographie après la Première Guerre mondiale, abandonne ainsi certaines informations relatives au bâti (pente des toits, matériaux utilisés...) pour considérer comme primordiaux les aspects de l'habitat rural qui se rattachent à la fonction de production agricole (plan de la ferme, organisation du travail...). De même, l'analyse des fonctions urbaines permet de distinguer ports, villes industrielles ou centres administratifs (Pierre Lavedan, 1936). Avec le succès du fonctionnalisme aux États-Unis, Richard Hartshorne (1899-1992), le géographe américain qui y fera connaître les traditions européennes de la discipline, propose même un programme de recherche fonctionnaliste en géographie politique (The Functional Approach in Political Geography, 1950), avec détermination de la fonction centrale de l'État, celle de rassembleur et d'unificateur de régions.

Cependant, c'est seulement avec l'essor de la « nouvelle géographie » aux États-Unis, à partir des années 1950-1960, que l'analyse fonctionnelle devient le moyen pour la discipline de se conformer aux règles du néo-positivisme. La notion d'espace devient centrale dans une « géographie quantitative » visant, par la mesure, à modéliser la description de la surface de la Terre sous forme de points, aires et réseaux qui en formeraient la structure organique. La distance euclidienne, traduite en termes de coûts par l'économie, devient un outil d'explication des localisations. Une partie de la « nouvelle géographie » emprunte donc les théories de l'économie spatiale élaborées par des auteurs allemands, comme celle des lieux centraux (Walter Christaller, 1933) qui explique l'espacement des villes par les distances-coûts, et tente de les valider (aux États-Unis, où ces théories sont rapidement remises en cause), voire de les appliquer dans l'aménagement (métropoles d'équilibre en France).

Ces théories supposent un espace isotrope et des principes d'analyse reposant sur les fonctions motrices explicatives des équilibres socio-économiques, notamment les fonctions de régulation et de domination. Mais cette approche fonctionnaliste est battue en brèche, à la fin des années 1960, suite aux travaux de Torsten Hägerstrand. Lorsque ce géographe suédois s'intéresse à la circulation des informations dans l'espace, celui-ci s'avère anisotrope, car les champs d'information sont déformés par d'autres facteurs que la distance. La notion de contact entre porteurs d'une information susceptible de modifier les équilibres socio-économiques, en particulier, joue un rôle important dans son explication des processus de décision. En France, cette notion sert de base à une théorie géographique des villes, dont la principale fonction serait l'interaction sociale (Paul Claval, « La Théorie des villes », in Revue géographique de l'Est, 1968 ; Jacques Lévy, Le Tournant géographique, 1999).

Partis à la recherche de lois spatiales susceptibles de justifier des modélisations, les adeptes de la « nouvelle géographie » récusant l'exceptionnalisme se heurtent rapidement au caractère temporel des configurations spatiales, et vont chercher dans le systémisme, voire dans le structuralisme, les moyens de surmonter cette difficulté (Roger Brunet, « La Composition des modèles en analyse spatiale », in L'Espace géographique, 1980). Le fonctionnalisme devient alors un repoussoir, dans la mesure où il est accusé de privilégier la stabilité des fonctions d'un espace, voire d'attribuer à celui-ci une vocation, ce qui amènerait la discipline à retomber dans le déterminisme. Pourtant, le terme est encore employé ou signalé dans les dictionnaires et ouvrages relatifs à l'épistémologie de la géographie les plus récents, ce qui constitue un indice de l'embarras qu'il suscite.

Hors du systémisme, et du structuralisme où l'éviction de la notion de fonction tient parfois de l'exorcisme (gérer serait ainsi une action, mais pas une fonction), sa mise en veille est souvent justifiée par une référence à la complexité et à la diversité des agencements socio-spatiaux. Dès la fin des années 1960, les géographies radicale et humaniste, pour leur part, ont critiqué le néo-positivisme et souligné le potentiel de l'action collective ou individuelle, voire le rôle de son sens, dans la compréhension de l'espace géographique. L'idée de fonction reste cependant très fréquemment employée en géographie urbaine et en géographie culturelle, comme en géographie sociale où elle permet de déterminer par exemple des espaces de vie fondés sur l'habitat, le travail ou le loisir et constituant la base des structures territoriales élémentaires des individus.

L'analyse fonctionnelle ne permet pas, à elle seule, de rendre compte de la totalité des phénomènes géographiques. Cependant, plutôt que de surestimer sa validité, ou au contraire de la rejeter en invoquant son incomplétude, il est préférable de dépasser l'alternative entre les deux extrêmes auxquels peuvent renvoyer ces positions : soit le rejet de l'exceptionnalisme, taxé de naïveté préscientifique, soit celui de la scientificité, par une vision stricte du postmodernisme. Clarifier l'idée de fonction et son application en géographie, ce qui constitue un élément décisif de la pertinence du langage de celle-ci, passe alors par un dialogue interdisciplinaire permettant une meilleure mise en adéquation de cet outil d'analyse avec les objectifs du géographe.

Auteur: REGIS KEERLE
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin