Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Définition et synonyme de : PROSPECTIVE

De
4 pages
Article publié par Encyclopaedia Universalis P R O S P E C T I V E Même si l'on peut prêter au terme prospective une origine anglaise, il est courant en France d'en attribuer la paternité à Gaston Berger qui, en 1957 (repris en 1967 dans Étapes de la prospective), le propose comme une manière de réfléchir sur l'avenir. « Avant d'être une méthode ou une discipline, la prospective est une attitude » (Berger, Phénoménologie du temps et prospective, 1964), un champ libre pour l'invention de la vie future. Dans la lignée du saint-simonisme, qui a servi de source d'inspiration à de e e nombreuses idéologies du xix et du xx siècle, la prospective vise ainsi à se libérer du fatalisme du destin. « Saint-Simon valorise le futur par rapport au présent et cherche à aborder de façon méthodique la problématique du devenir. Pour lui, l'idée prospective a pour fonction principale de laïciser le politique, en pensant l'avenir comme l'espace potentiel de réalisation d'un paradis terrestre... » (Pierre Musso, Saint-Simon, pionnier de la prospective, Futuribles, 2003). L'idée de prospective est donc ancienne, mais sa réalisation scientifique est plus récente. La pensée de Gaston Berger est, en effet, développée par le Centre d'études prospectives, créé en 1957, pour « voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques » et penser à l'homme en fonction d'une nouvelle liberté de choix.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La prospective. : 2

de temis-developpement-durable

De la prospective

de harmattan

PROSPECTIVE

Même si l'on peut prêter au terme prospective une origine anglaise, il est courant en France d'en attribuer la paternité à Gaston Berger qui, en 1957 (repris en 1967 dans Étapes de la prospective), le propose comme une manière de réfléchir sur l'avenir. « Avant d'être une méthode ou une discipline, la prospective est une attitude » (Berger, Phénoménologie du temps et prospective, 1964), un champ libre pour l'invention de la vie future.

Dans la lignée du saint-simonisme, qui a servi de source d'inspiration à de nombreuses idéologies du xixe et du xxe siècle, la prospective vise ainsi à se libérer du fatalisme du destin. « Saint-Simon valorise le futur par rapport au présent et cherche à aborder de façon méthodique la problématique du devenir. Pour lui, l'idée prospective a pour fonction principale de laïciser le politique, en pensant l'avenir comme l'espace potentiel de réalisation d'un paradis terrestre... » (Pierre Musso, Saint-Simon, pionnier de la prospective, Futuribles, 2003). L'idée de prospective est donc ancienne, mais sa réalisation scientifique est plus récente.

La pensée de Gaston Berger est, en effet, développée par le Centre d'études prospectives, créé en 1957, pour « voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques » et penser à l'homme en fonction d'une nouvelle liberté de choix. « Voir loin », car notre civilisation rapide s'arrache à la fascination du passé ; « voir large », car le futur offre une variété de possibles dont le choix nous appartient ; « analyser en profondeur », car toutes les structures porteuses d'avenir ne sont pas apparentes ; et « prendre des risques », car il n'y a pas de déterminisme et de certitude pour le futur. Gaston Berger ajoute « penser à l'homme » face à ces transformations majeures qui le concerne, car l'homme est au centre de toute réflexion sur la vie.

La prospective nous fait ainsi passer d'une attitude passive face au futur à une attitude active et créative. Elle est différente de la prévision, qui se confond avec la prédiction et la prophétie, et qui conçoit l'avenir selon une certaine fatalité liée au passé. L'accélération du changement, le déclin de l'attitude religieuse et la croyance en l'action de l'homme ont suscité ce passage de la prévision à la prospective. Il s'agit d'un glissement fondamental car, au lieu de rechercher une tendance dans le passé pour postuler sa continuité dans l'avenir, le chercheur explore, à son gré, le champ des possibles et l'anticipe.

La prospective constitue donc une rupture d'attitude face au futur. Démarche d'inspiration scientifique, elle puise dans le savoir humain pour imaginer l'avenir dans le cadre d'une volonté de changement. La démarche prospective est méthodique et critique. Elle cherche à « combiner l'identification des tendances lourdes, des risques et ruptures, pour modeler des visions stratégiques destinées à maîtriser le futur » (Musso, ibid). Elle est différente aussi de l'utopie, où souhaits et réalité se mélangent de façon inconsciente.

Michel Godet (Crise de la prévision, essor de la prospective, 1977) parle de « quête de rigueur » pour dépasser la prévision classique. Pour ce faire, il adopte une vision globale tenant compte de l'interdépendance des phénomènes et de leurs dynamiques, et propose d'utiliser l'analyse structurelle qui met en évidence les structures entre les variables (quantifiables ou non) qui caractérisent un système. Cette méthode introduit deux champs de questionnement : quelles sont les potentialités de développement des variables majeures ? Comment ensuite les relations entre ces variables vont-elles fonctionner ? Pour y répondre, Michel Godet propose d'utiliser, parmi diverses méthodes, l'approche des scénarios, c'est-à-dire d'évaluer la probabilité de futurs possibles en explorant les cheminements qui y conduisent. Ainsi la prospective donne-t-elle une vision multiple de l'avenir qui aide à une réflexion constructive sur celui-ci. « Elle peut, et c'est déjà d'un fort grand intérêt, aider à choisir, en mettant le maximum d'atouts de son côté, la stratégie qui, au milieu des contraintes de toutes sortes, sera le plus à même de réaliser le projet que l'on s'est fixé » (Godet, ibid).

L'aventure du prospectiviste, « ennemi né de la quotidienneté », consiste à découvrir, avec lucidité, des pistes pour l'avenir, en s'éloignant « de l'obscurantisme du présent, travesti en religion du progrès » et des « schémas idéologiques à la mode » (André-Clément Découflé, La Prospective, 1972). Et pour contribuer à construire la réalité de demain, Michel Godet propose deux manuels de prospective stratégique (1977 et 2001), le premier consacré à l'appropriation de la prospective en présentant ses grandes questions et ses concepts majeurs, le second aux méthodes et études de cas, car la prospective a développé de nombreux champs d'application. Citons parmi eux, en France, les travaux de prospective de la D.A.T.A.R. (Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale), ceux du Commissariat général du Plan et du Conservatoire national des arts et métiers, sans oublier l'appui de la revue Futuribles. En matière de transport, d'aménagement du territoire, d'urbanisme, d'énergie, la prospective et ses méthodes sont largement utilisées. En effet, « les organisations auront de plus en plus besoin d'éclairer leur action à la lumière des futurs possibles et souhaitables. Elles le feront de manière d'autant plus efficace que la préoccupation de l'homme sera prioritaire... » (Godet, Manuel de prospective stratégique, 2001).

Après plus de trente ans de progrès, la prospective a pris une place majeure pour stimuler les réflexions et les propositions sur l'avenir d'organisations et d'entreprises. Pour parodier Michel Godet, elle est devenue une « indiscipline intellectuelle », fondée sur des méthodes rigoureuses destinées à éclairer l'action des hommes vers les futurs désirés, et ainsi donner un sens à la vie.

Auteur: Antoine BAILLY
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin