Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

DENYS L'ARÉOPAGITE ve-vie siècle

9 pages

La pensée de Denys exerça au Moyen Âge une véritable fascination. Le fait qu'on tienne Denys pour un converti de Paul et pour un témoin de quelque enseignement apostolique secret y contribuait. Mais la raison de la profonde influence de l'Aréopagite est à chercher dans la richesse de sa doctrine mystique. Hugues de Saint-Victor, Robert Grosseteste, Albert le Grand, Bonaventure, Thomas d'Aquin n'ont jamais cessé de faire fond sur son œuvre – traduite en latin par Hilduin puis par Jean Scot Érigène.
Denys représente une des tentatives les plus radicales de réconcilier le message évangélique et la tradition néoplatonicienne, tentative séduisante pour une Église jeune encore qui n'a guère cessé de platoniser tout en se méfiant de Platon... De plus, malgré les difficultés de son système, il rapproche les démarches non réfléchies du simple fidèle des symboliques du mystique : le premier attribue spontanément à Dieu les noms dont use l'Écriture, le second, conscient de leur impropriété, en use en les dépassant, mais tous deux doivent finalement reconnaître que le dernier mot de la science de Dieu est le silence et la négation de tout ce qui est.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

DENYS L'ARÉOPAGITE ve-vie siècle

Une énigme historique

Auteur non identifié, Denys se donne lui-même pour le converti de saint Paul lors de sa prédication devant l'Aréopage (Actes des Apôtres, xvii, 16-34). La Passio sanctissimi Dionysii d'Hilduin (Patrologie latine, CVI, 23-50) accrédita pour de longs siècles la légende de son apostolicité et en fit même le premier évêque d'Athènes et le premier évêque martyr de Paris. Mais le contenu du corpus dionysien, les influences patristiques, et surtout néoplatoniciennes, qu'il manifeste, le fait qu'il n'est jamais cité ni mentionné durant les cinq premiers siècles invitent à lui assigner une date assez tardive et, en conséquence, à ne plus voir en lui le converti de saint Paul. Tour à tour, on a proposé des identifications ou de simples rapprochements avec Denys d'Alexandrie, Basile de Césarée, Ammonius Sakkas, Étienne Bar Sudaïli, Sévère d'Antioche, Pierre l'Ibérien, Serge de Reshaina, Jean de Scythopolis, Pierre le Foulon. Aucun de ces rapprochements ne manque d'intérêt, mais aucun non plus ne parvient à identifier avec certitude le pseudo-Aréopagite, dont il semble que l'activité littéraire puisse être située dans les toutes dernières années du ve siècle et dans le premier quart du vie siècle.