Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Essai sur les Monuments mégalithiques du département de 1'Aude - article ; n°9 ; vol.26, pg 436-454

De
20 pages
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1929 - Volume 26 - Numéro 9 - Pages 436-454
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Germain Sicard
Essai sur les Monuments mégalithiques du département de
1'Aude
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1929, tome 26, N. 9. pp. 436-454.
Citer ce document / Cite this document :
Sicard Germain. Essai sur les Monuments mégalithiques du département de 1'Aude. In: Bulletin de la Société préhistorique
française. 1929, tome 26, N. 9. pp. 436-454.
doi : 10.3406/bspf.1929.12096
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1929_num_26_9_12096■
SOCIETĚ l'KÉlllSTOhlQUE FRANÇAISE
Essai sur les Monuments mégalithiques
du département de l'Aude
Germain SICARD (de Rivière, Aude)
Correspondant dU4 la Commission dis Monuments historiques
(Section îles Monuments préhistoriques).
PREMIÈRE PARTIE
Dolmens de F Aude.
1 <e (léparleinent de l'Aude est sans contredit un des moins riches
de la France, en l'ail tie monuments mégalithiques; cependant depuis
quelques années, un certain nombre ont été signalés et pourraient
être ajoutés à la trop maigre liste publiée jadis dans un inventaire
des monuments mégalithiques de France, par le Bulletin de la
Sociélé ď Anthropologie en 1880 (1).
Nous pouvons actuellement compter dans l'Aude l'existence de
o5 dolmens, de 22 menhirs et de Л cromlechs. La répartition peut
s'établir ainsi. Dolmens : arrondissement de Carcassonne. 20 ; de
Narbonne, 8; de Limoux, () ; de Castelnaudary, 1. Il est vraiment
surprenant que dans cette partie de l'Aude qui confine du côté nord
aux premières assises des Cévennes et dans sa partie sud aux premiers
contreforts des Pyrénées Ariégeoises, aucun de ces monuments
préhistoriques n'ait encore été signalé.
Cependant, dans cette région, il a été recueilli un assez grand
nombre d'objets datant de l'époque néolithique, contemporaine de
l'âge des dolmens cl menhirs.
Peut-cire, comme du reste dans beaucoup d'autres régions, est-ce
le manque de chercheurs qui laisse ignorer l'existence de ces monu
ments où l'insouciance et l'ignorance des habitants qui négligent de
les remarquer et de les signaler : il en est ainsi dans les montagnes
des Corbières, si peu connues encore par les préhistoriens, pays
arides, où les voies de communications ainsi que les moyens sont
des plus précaires, où les bons gîtes sont rares et où pourtant l'on
pourrait faire d'importantes découvertes (2).
Une exploration méthodique et complète du département de l'Aude
s'imposerait donc ah'n de rechercher et de faire connaître nombre de
flj Inventaire des Monuiiicn! s mégalithiques de France ; extr. du Unll. de la Soc.
ďiuitíir. Palis. .Vlasson. édit., iSSo.
2; M. et M"1'' ly.-\.\uliiri). instituteur?- à Camp-;, ont signalé récemment la pré
sence de plusieurs dolmens dans ieui1 reyion. 'Bull, de lu Suc. l'rck. Franc., Huit,
de la Suc. ,l'Et. scient, de l'Aude. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 437
ses monuments mégalithiques encore ignorés. II est évident qu'un •
grand nombre d'eux ont été détruits et ont disparu pour des causes
diverses surtout aux époques, encore assez récentes, où Ton n atta
chait aucune importance à leur conservation.
La plupart du temps, les dolmens étaient considérés comme des
abris, des cabanes en ruines, et Ton en utilisait les matériaux, soit *
pour des constructions, soit surtout pour des ponceaux. De certains
même, il ne reste pas même le souvenir.
Pour les menhirs, monuments beaucoup plus simples, les traces et
la mémoire en sont restés néanmoins plus durables, et dans les lieux
où ils se dressaient, tes noms de Peyro dreîto, Peyro ficado, Peyro
Lébado (1) indiquent certainement que dans le tenement ainsi
dénommé existait un peulvan ou menhir, même s'il n'en reste plus
aucune trace.
Il ne faut pas oublier non plus que nombre de ces monolithes ont
été détruits systématiquement, souvent pour des questions religieuses,
car diverses superstitions s'attachaient à ces monuments dans cer
tains pays, et quelques auteurs prétendent même qu'ils étaient des
idoles auxquelles on allait rendre un véritable culte, et que l'on ne
pouvait supprimer que par la destruction de son objet, les témoi
gnages d'un culte ltyphallique.
Plusieurs de ces monuments n'ont été conservés que grâce à la
Croix dont on les a surmontés et qui ont de la sorte sanctifié le genre
■ de superstitions auxquelles ils donnaient lieu. C'est ainsi que dans
l'Aude nous avons le menhir de Rieux en Val qui porte à son sommet
cet emblème chrétien; celui de Bacon, près d'Alet, porte aussi à son
faîte une petite excavation qui a pu servir jadis pour le scellement
d'une croix (2).
Près de Bagnoles, un menhir assez considérable a été détruit il y
' une a quelques distillerie années que l'on et employé bâtissait comme tout près matériel et il en de est construction ainsi de beau* pour
coiip d'autres qui ne témoignent plus de leur existence passée que
par les noms qu'ils ont laissés aux tenements- sur lesquels ils s'ér
igeaient, ainsi que je l'ai dit plus haut'.
A Fournes, canton de Mas-Cabardès, on trouve, non loin l'un de
l'autre, deux mégalithes, l'un est sûrement un menhir couché au lieu
dit Peyregat (3), le second situé au tenement de Laferrière, au bord
d'une vaste excavation qu'il domine est une grosse masse de pierre
appuyée sur un support : est-ce un menhir ou un demi-dolmen? (4).
(1) Pierre droite, Pierre fichée, Pierre levée.
(2) Les Monumente mégalithiques, par de Paniagua. Paris, 1912 : Editions dee
Monuments d'histoire.
(3) Peyregat : amas de pierres.
(4) On a donné le nom de demi-dolmen à des tables reposant encore d'un coté,
•urunou plusieurs piliers et de l'autre sur le sol. (Le Préhistorique, Gabriel d
MoRTHXBT, p. 590). 438 SOCIÉTÉ PRÉBISTORTQDE FRANÇAISE
A Fontjoncouse, canton de Durban» il se trouve un mégalithe du
même genre signalé, la première fois par Tournai (1).
Un monument assez étrange, paraît-il, et qui, d'après la descrip
tion assez vague que j'ai lue, devrait être un cromlech, existerait
sur le territoire de la commune de Thézan, sur un plateau dit Barres
de Roques, près du domaine de Saint-Estève.
Je copie ici textuellement ce qui a rapport à cet objet, et que j'ai
trouvé dans un manuscrit de Mme de Lachapelle, ancienne proprié
taire de Saint-Estève, contenant le récit de diverses excursions dans
l'Aude : « En haut de la Barre de Roques, du côté de Pradines, on
remarque un amoncellement de grosses pierres disposées en cercle ;
ces pierres blanchâtres et rongées par les siècles ont l'air d'un vaste
ossuaire de géants ou d'animaux préhistoriques. » (sic). On ne sau
rait rien affirmer sans avoir été reconnaître sur place, ce que peut
être cet amoncellement de pierres qui a si vivement impressionné
l'auteur du manuscrit .
Les monuments mégalithiques de l'Aude, comme du reste tous
ceux du midi, différent beaucoup de ceux qui existent dans le
Bretagne et dans le Nord, et dont les proportions gigantesques ont si
vivement frappé la plupart de ceux qui les ont visités et étudiés. Ces
immenses pierres placées sur d'énormes supports d'aspect monum
ental, et abritant de vastes et sombres cavités ont fait créer mille
hypothèses sur leur origine et leur destination. Il est juste de dire
que dans les pays brumeux du Nord, le merveilleux a beaucoup plus
de crédit que dans le radieux midi où tous les Korigans, toutes les
fées, tous les fantômes, hôtes des brumes et de la nuit, s'évanouissent
vite aux rayons lumineux d'un brillant soleil. Cela fait que personne
dans nos contrées n'a tenté de faire de nos petits dolmens des temples
ou des antres de génies ou de sorciers ; on n'y a vu que des sépul
tures, ce qui est la vérité. La seule légende que j'ai pu recueillir sur
les dolmens appelés souvent du nom de Palet de Rolland, et aussi
sur certains menhirs (2) est celle d'un géant s'amusant à jeter ces
énormes pierres d'une montagne sur l'autre (3).
Généralement, en effet, nos dolmens et nos menhirs du midi de la
France sont de dimensions plutôt réduites, en comparaison des
monuments classiques de la Bretagne et du Nord .
Dans l'Aude, les dolmens les plus considérables et les mieux
conservés sont sans contredit, celui de Pépieux (4), au Moural de las
(1) Lettre originale de Tournai avec croqaie à M. Alexandre Bertrand
(25 oct. 1860) (archives de M. Sicakd).
(2) Recherches historiques sur la ville d'Alet, par l'Abbé Lasserre, p. 322.
(3) Menhir de Saint-Polycarpe, canton de Limoux : monographie de la commune
de Saint-Polycarpe, par M. Sauvere, instituteur (Carcassonne, imp. Bonnafoue.)
(4) Canton de Peyriae-Minervois SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 439
fados, et celui dit Table des Maures, à Massac (1), de même que le
plus beau menhir est celui de Malves (2) (3).
A côté de quelques-uns de nos dolmens, nous trouvons des cistes,
cella ou petites tombelles, parfois carrées comme celle qui avoisine
le dolmen de Monze, canton de Capendu, le plus souvent rectangul
aires, formées de dalles verticales sur les côtés, horizontales dans le
fond et sur le dessus.
Ces tombelles sont-elles vraiment contemporaines des dolmens
voisins ? On pourrait le croire : ainsi près du dolmen de Monze,
récemment fouillé et complètement vidé, j'ai pu recueillir dans la
tombelle voisine deux belles pointes de javelot en silex corné et en
forme de feuille de laurier.
Cependant, ailleurs que près du dolmen, on rencontre dans notre
région de nombreuses sépultures dites barbares (4).
Beaucoup de ces tombelles se rencontrent sur le plateau de la
Matte, commune de Félines-d'Hautpoul (Hérault), et avoisinent les
dolmens assez nombreux et assez rapprochés qui commencent la
série, qui s'étend sur les causses de cette partie de la Montagne Noire
et se prolonge dans les Cévennes (5).
Les tombelles qui se trouvent à proximité des dolmens ne seraient-
elles que des sépultures supplémentaires dont le modèle serait per
pétué et aurait servi pour les sépultures à dalles plus récentes et si
communes dans notre région et dont beaucoup sont encore vierges
de toutes fouilles.
Aux environs du dolmen de Pépieux, au nord, dans le bas fond
que domine le Moural de tas fados (mamelon des fées) sur lequel
s'érige le mégalithe, on a découvert tout un champ de sépultures à
incinération consistant soit en petites urnes groupées dans la terre
ou enfermées dans un fort dolium. Ces sépultures sont évidemment
postérieures à l'âge des dolmens et ont donné des objets de l'époque
du bronze jusqu'à celle du fer (Hallstatt).
C'est en défonçant le sol avec de puissantes charrues à vapeur
que l'on a découvert ce cimetière des temps préhistoriques. C'est de
la même manière que l'on a trouvé à Montlaur, canton de Capendu,
des sépultures néolithiques à dalles, dont l'une d'elles a donné le
(1) Canton de Moutbonmet (2). Canton de Conques.
(3) Le dolmen du Moural de las Fados, a été classé en 1£24 à tort, comme appar
tenant à L'Hérault, il est situé dans le territoire de Pépieex ; le dolmen, Table des
Maures, de Massac, a été classé le 19 juin 1925 : le menhir de Malvés en 1924.
(4) Cimetière Gallo-Romain de la métairie grande d'Aragon. C. de Laure: Bull,
de la Soc. d'Et. Se. de l'Aude, G. Sjcard, t. IV, 1893, cimetière Gallo-Romain de
Montlaur, par M. Blanquier. Bull, de la Soc. d'Et. Se. de С Aude, t. IX, 1898.
(5) Le plateau de la Matte et ses environs, par G. Sicard. Bull, de la Soc. d'Et.
Se, t. III, 1892. Essai ear l'arrondissement de Saint-Pons (Hérault), par
Jean Miquel. •
.
. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 440
crâne trépané qui figure aujourd'hui dans les collections de la Société
d'Etudes Scientifiques de l'Aude (1). •
Si nous jetons un coup d'oeil sur la carte de Г Aude préhistorique (2)
nous remarquons un certain groupement dans l'ensemble de ces
monuments.
LISTE DES MONUMENTS MÉGALITHIQUES DE L'AUDE
MENHIRS OBSERVATIONS DOLMENS
Alet, canton de Limoux f Bize, canton de Ginestas. . . . 3
Bagnoles, canton de Conques. -M +detrnit. Cascastel et Villeneuve, can
Belcastel et Bue, canton de ton de Durban
Saint- Hilaire., -M -f douteux. Camps, canton de Couiza
Bouisse, canton de Mouthou- Caunes, de Peyriac-
4- dolmen faux, met i Min
Counozouls, canton d'Axat. . 1 Citou, canton de Peyriac-Min.
-{-douteux. Cucugnan, de Tuchan1 +4 Coustouge ) cant, de Dur-
Fôurnes, canton de Mas-Ca- Fontjoncouse S ban
bardès .2 Cubières, canton de Couiza..
Davejean, de Mou- Greffeil, canton de St-Hilaire. 2
Lagrasse, du dit. thoumet:
Malves, canton de Conques.. Dernacueillette, canton de
Mouthoumet Montolieu, canton du dit....
Duillac, canton de Muchan... Peyrolles, de Couiza.
Floure, de Capendu.. Pradelles, canton du Ma; G..
Fourtou, canton de Couiza. . Rieux-en-Val, canton de La-
Laure, cant, de Peyriac-Min. grasse
Massac, cant, de Mouthoumet Rouftiac, canton de Tuchan. .
M onze, canton de Capendu.. Saissac, du dit 2
Pennautier, canton de Carcas. Soulatgc, canton de Couiza.. i
Pepieux, canton de Peyriac-. Tournissan, canton de La
. Minervois grasse 1
Rouffiac, canton de Tuchan, . Villars-en-Val, canton de La
TourouzeHe, canton de Lézi- grasse +t 4-détmtt.
gnan t Villeneuve-Minervois i + ruiné.
Trassanei, canton du Mas- Total 23
Cabardès +1
Villalier. canton de Conques, t
Villeneuve-Minervois, canton
de Peyriac-Minervois l
Total 35 *
Les dolmens et les menhirs se trouvent plus nombreux dans le
Nord et le Sud-Est du département. La partie Ouest en es^t complè
tement dépourvue. *
(1) Note sur an cimetière Gallo-Romain à Mónlaat, canton de Capendu (Aude),
par M. Blanquibr, instituteur à Saint-Nazaire (Bull, de la Soc. d'Et. Se. de l'Aude,.
t. IX, p. 60.)
• 1900.) (2) Carte de l'Aude préhistorique. (Bull, de ta Soc. d'Et. Se. de Г Aude, t. XI,
L'ia. r:i*'l w Л .4^-.» ч^. \* - ^* ш. a-'J"^ ■' — ^ SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 441
On rencontre un dolmen au centre, à Monze, et un autre est
signalé en face sur le mont Alaric ; les autres s'échelonnent en sui
vant la chaîne des Corbières, depuis Camps et Cubières jusqu'à
Fontjoncouse.
En revanche, lés menhirs existant encore sont disséminés un peu
partout et leur nombre serait bien plus élevé si l'on s'en tenait aux
termes qui signalent leur présence disparue.
Evidemment bien des lacunes existent dans cet essai et ce n'est
qu'en explorant et en prenant des renseignements sur place que Ton
arriverait à faire une étude complète. .
Dolmens de Bize, canton de Ginestas* .
Les dolmens situés sur te territoire de Bize sont au nombre de
trois. Ces mégalithes que l'on trouve dans la langue de terre qui
s'avance en promontoire dans le département de Г Hérault, font év
idemment partie du groupe de ceux qui s'éparpillent dans les causses
de la région de Minerve et du Pardailhan, sur les plateaux* rocheux
qui dominent les cours d'eau de la Cesse et du Brillant.
Nous ne pouvons faire mieux que de transcrire ici à leur sujet la
note qui en fait mention dans le Bulletin de la Commission archéo
logique de Narbonne (1). « Dans cette langue de terre, si curieuse et
si hardie que l'Aude projette dans l'Hérault, au Nord de Bize et
d'Argeliès, dans le territoire de la Rouergué, des coteaux gréseux,
portent à tout instant des amas de cailloux, dont l'origine ne peut pas
toujours être attribuée à l'épierrement et aux cultures. Il y a là des
tumuli et parmi eux, il en est qui cachent de véritables dolmens d'une
authenticité indiscutable; Dans le tenement de la Mère de Dieu à 700
mètres de la Rouergué se trouve un dolmen sur un coteau dont la
vue s'étend pardessus les causses jusqu'au sommet de la chaîne de
Marcouy, mais que les collines d'Agel et les contreforts de Montahue
enveloppent des autres côtés.
Il est formé de blocs de calcaire à granules quartzeuses, que le
sol fournit tout à l'entour, sa table dominante est une belle dalle
affectant la forme d'un losange à contours assez réguliers. Elle mesure
3m30 dans sa plus grande largeur et 2m30 suivant sa plus petite dia*
gonale. Un bas-côté est encore debout à peine incliné dans l'intérieur
du monument : il est formé d'une seule roche de 2m25 de long, sur
0m40 d'épaisseur. Le second bas côté, comprend quatre dalles moins
importantes et aujourd'hui renversées ; la table est très basse et rend
les fouilles difficiles; mais il s'agit de remuer un instant le sol pour
189t(2« (\) Miquel sem), de t. Barroobio. XLI. — Bull, dt la Commission Archéologique de Narbonne, SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAIS* . ч 443
mettre à jour des ossements humains/ Une très bette épingle en
bronze a été recueillie parmi ces ossements. ,
Un second dolmen se trouve un peu plus bas, sur un mamelon
marneux entouré de toutes parts par tes gracieux méandres du Bar-
roubio.
Les dalles du dolmen sont/ en grès très connu dans le pays sous
le nom de pierre à couteaux. Elles ont été renversées par le temps : il
ne subsiste guère qu'une table très inclinée et un bas-côté fortement >
implanté dans le sol. Ici encore chaque coup de pioche révèle un
grand nombre d'ossements humains ».
M. Miquel signale encore un autre dolmen sur sa propriété de
Barroubio (1).
Dave jean (canton ťfe Mouthoumefy.
Le dolmen se trouve sur le territoire de Davejean entre le roc de
Roque- Negro et le signal de Las Pintados, table longueur 2m50, lar
geur lm10, épaisseur O^O, écart des deux supports un mètre, hau
teur du support 0m60. Partagé en deux, la table se maintient sur les'
supports appuyés l'un contre l'autre. Distance de la route de Dave-
jean à la Roque de Fa^ environ 60 mètres.
Ce dolmen est entouré d'un buisson que l'on aperçoit de ta route»
H est situé sur le tenement de Las Pintados (2).
Camps {canton de Couizdy.
A cinq cents mètres environ > du village dé Camps, au pied et à
l'Est du massif rocheux qui se dresse au levant, se trouve un dol
men assez bien conservé, qui se cache parmi la végétation poussée
au pied du rocher.
Ce dolmen paraît avoir été fouillé, car récemment Ton n'a pu y
rencontrer que des débris humains calcinés et des fragments de pote
ries noirâtres et grossières. Ses doubles supports ont été fortement
ébranlés et n'occupent plus leur première position verticale; ils se
trouvent penchés vers l'intérieur du monument. La table et ses suçh
ports sont très épais et proviennent de la roche avoisinante.
Ce dolmen a été découvert et signalé en Août 1921, par MmeLAN-
driq. institutrice (en retraite) à Camps II est la propriété de M. Ray-
naud Pierre, ancien maire, et un des principaux propriétaires de •
Camps.
Voici les dimensions du mégalithe situé au lieudit Prát ďEnmour*
«grues, son orientation est N.-S, Dalle de couverture 2m10X lm75, épais- --
(1) Renseignement de M. Espeut, brigadier à Davejean, par l'entremise de Mi-
Pendries, brigadier à Fontcouverte, reçu le 13 nov. 1925.
(2) Excursion dans les Hautes Corbières de l'Aude, par M. Sica.bd. (Bull, de la
Soc. ďEt. Se. de l'Aude, t. XXVIII, 1923, p. 23). SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 443
seur 0m50, supports 1 m., longueur 2m10, hauteur O01^, épaisseur
0m20 ; 2° 2m08, hauteur lm10, épaisseur 0m5ô.
Le village de Gamps, bâti au pied d'un roc escarpé où se trouvent
les ruines curieuses de l'ancien château fort, se trouve situé entre
deux massifs rocheux considérables, portant des traces de fortifica
tions très anciennes. Au pied et au sud du massif situé au couchant
existe encore un oppidum très bien fortifié, dont les remparts sont
formés de blocs assemblés» sans ciment, ni mortier; un chemin bor
dant le rempart y donnait accès en face d'un ouvrage fortifié situé
dans l'enceinte. La paroi rocheuse est entaillée à une certaine hauteur
pour recevoir le& poutraisons destinées à une couverture.
Cannes (Canton de Peyriac-Minervois).
L'inventaire des monuments mégalithiques publié en 1880 signale
un dolmen dans la commune de Caunes.
Il est vrai que certains auteurs l'ont mentionné, comme situé près
de l'ermitage de Notre Dame du CroSj4el Mahul dans son cartulaire
du diocèse de Carcassonne, t. IV p. 161, et Béziat dans son histoire
de l'Abbaye de Caunes (1). Mais il ne faut avoir jamais vu de vrai
dolmen, pour prendre un énorme bloc tombé de la paroi verticale
rocheuse voisine près de laquelle il gît, pour un monument de ce
genre.
Selon Béziat, ce prétendu dolmen aurait servi d'autel aux druides
pour leurs sacrifices sanglants, car certains auteurs ne peuvent par
ler des dolmens sans y mêler le culte druidique.
Sous le gros bloc de calcaire existe une large excavation où l'on
a établi un rucher : cinq où six mètres au-dessus existent trois
arceaux construits en pierres schisteuses sans mortier, ni ciment et
datant d'époque très ancienne. Ils sont accolés à la muraille rocheuse
et supportés par un mur de même nature qu'eux, qui prend base sur
une étroite saillie de la roche (2) (un de ces cintres s'est récemment
effondré), on y voyait jadis des statuettes en pierre blanche d'âge
bien plus récent et cependant renversées et mutilées On a prétendu
que le bloc, gisant au-dessous était l'autel qui servait au culte de ces
icônes et que c'était là que les druides rendaient hommages à là
Virgo Paritara.
Aujourd'hui s'élève à une centaine de mètres l'antique et élégante
chapelle de Notre-Dame du Cros ; lieu de pèlerinage. Une abondante
source, jaillit du rocher à quelques pas au-dessous du faux dolmen;
(t) Béziat. — Histoire de l'Abbaye de Caunes, Parie, Giaodin, éditeur, 1880.
(2) Ces trois arceaux sont désignés dans le pays sous le nom de Cappélétos
(petites chapelles). ' 444 SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE
Citou (Canton de Peyriac-Minervois)*
Dans la commune de Citou se trouvent quatre dolmens. Il y a
quelques années on pouvait facilement les apercevoir sur les garri
gues dénudées ; aujourd'hui au milieu du fouillis vigoureux des reboi
sements, ils jsont très difficiles à retrouver, et durant l'été 1925, je
les ai vainement cherchés, mais nous avons la preuve certaine de
leur existence par une lettre écrite par M. Barnier, ingénieur des
mines à Carcassonne et Conseiller général, à M. Cornet Peyrusse
président de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne, à la
date du 20 juin 1876 (1). Je transcris textuellement le passage relatif
à ces monuments.
« Au nord de Citou en se dirigeant vers la limite du département
de l'Aude, il y a quatre dolmens remarquables sans être pourtant
aussi beaux que la table des Maures de Massac .
Ils font partie d'une série de monuments préhistoriques qui s'éten
dent sur le Tarn et l'Hérault, au nombre de plus de vingt. Ces sépul
tures sont accompagnées à l'une de leurs extrémités, qu'il ne ma pas
été possible de déterminer, comme celle des pieds ou de la tête, d'un
petit compartiment distant de 0m50 environ, formé de dalles plus
petites et dans lesquelles on ne trouve pas ďossements. Cette petite
fosse avait peut-être un usage spécial déterminé dans les usages ou
rites religieux de ces populations. »■
Coustouge .(Canton de Durban).
Un dolmen est signalé à Coustouge dans l'inventaire des monu
ments mégalithiques publié en 1880.
Tournal, de Narbonne, l'avait déjà inscrit dans son inventaire des -
objets et monuments celtiques du département de l'Aude.
D'après lui ce n'est qu'un demi-dolmen situé près de la campagne
dePa!lats(2).
Ce dolmen porté comme existant dans la commune de Coustouge
doit être le même que celui qui se trouve sur le territoire voisin de
Fontjoncouse, sous le nom de dolmen de Pallats, situé entre Font-
ioncouse et Albas, près de la métairie de Pallats.
(1) Archives archéologiques de M. l'Abbé Baicherie, à Bagnoles ^Aude).
(2) Cette désignation de Pallet?, Palais, assez commune dans certaines régions
de l'Aude et attribuée à des campagnes ou à des lieux situés dans les bas fonds,
vient sans doute du mot latin Palus marécage.
Il y a en effet tout lieu de supposer que d'ancien* marais on terrain* trè» ho»
mides et parfois submergés existaient dans ces endroits.