Cette publication est accessible gratuitement
Lire

ESTHÉTISME

De
3 pages
Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis EESSTTHHÉÉTTIISSMMEE Le terme d'esthétisme et celui d'esthète, qui lui est lié, se réfèrent à des notions beaucoup plus récentes et plus particularisées que celle d'« esthétique », mot dont ils sont cependant dérivés. Alors que ce dernier terme remonte au grec et qu'il désigne, depuis Baumgarten au milieu du exviii siècle, la « science du beau » (Æsthetica, 1750-1758), esthétisme et eesthète n'apparaissent que dans la seconde moitié du xix siècle, et leur emploi ne se généralise qu'au cours des années 1880. La transition se fait insensiblement : le livre de Baudelaire est intitulé, contre son gré d'ailleurs, Curiosités esthétiques (1868), au sens courant du terme, mais lui-même appliquait déjà l'adjectif à des êtres ou à des choses qui ne répondaient qu'à sa propre conception de la beauté. Et c'est en effet chez Baudelaire qu'on voit apparaître, pour une bonne part, l'une des données fondamentales de l'« esthétisme » : la prééminence accordée à tout ce qui relève de l'Art sur la nature et sur la vie.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

ESTHÉTISME

Le terme d'esthétisme et celui d'esthète, qui lui est lié, se réfèrent à des notions beaucoup plus récentes et plus particularisées que celle d'« esthétique », mot dont ils sont cependant dérivés. Alors que ce dernier terme remonte au grec et qu'il désigne, depuis Baumgarten au milieu du xviiie siècle, la « science du beau » (Æsthetica, 1750-1758), esthétisme et esthète n'apparaissent que dans la seconde moitié du xixe siècle, et leur emploi ne se généralise qu'au cours des années 1880. La transition se fait insensiblement : le livre de Baudelaire est intitulé, contre son gré d'ailleurs, Curiosités esthétiques (1868), au sens courant du terme, mais lui-même appliquait déjà l'adjectif à des êtres ou à des choses qui ne répondaient qu'à sa propre conception de la beauté. Et c'est en effet chez Baudelaire qu'on voit apparaître, pour une bonne part, l'une des données fondamentales de l'« esthétisme » : la prééminence accordée à tout ce qui relève de l'Art sur la nature et sur la vie. C'est en ce sens que « l'esthète » remplace peu à peu « l'artiste », qui avait connu son apogée à l'époque romantique, par opposition au « bourgeois » : l'esthète est un artiste infiniment plus raffiné, qui donne à l'Art une place essentielle dans sa vie et dans sa conception du monde ; c'est beaucoup plus qu'un praticien, au point qu'il peut se passer même de toute pratique artistique, devenant lui-même pur « goûteur » des « choses d'art ». Le mouvement est d'abord sensible en Angleterre, notamment autour du cercle de Whistler et des préraphaélites : d'où, pendant un certain temps, l'emploi, en français, des formes « æsthete » et « æstheticism » pour désigner un style spécifiquement anglais. Au début les mots s'accompagnent souvent d'une nuance péjorative : « Il est de bon ton là-bas d'être un esthète, d'adorer le beau idéal, le beau maigre et émacié des peintres primitifs, le beau des préraphaélites, le beau maladif et charmant des mélancoliques tableaux de Burne-Jones. L'esthète, s'il est homme, porte des cheveux longs et lève au ciel des yeux profonds... », écrit Jules Claretie dans une chronique significativement intitulée : « Un nouveau ridicule : esthètes et esthétiques » (15 novembre 1881). Mais la France a déjà ses propres esthètes : avant Robert de Montesquiou, Jean Lorrain, Pierre Louys et, par bien des aspects, Marcel Proust. Edmond de Goncourt (1822-1896) donne une assez bonne idée dans son Journal de la véritable signification de l'esthétisme : un certain style de vie, axé principalement sur l'art, et lié à des conditions d'existence bien précises, beaucoup plus qu'à une doctrine véritablement constituée. Exemple caractéristique : Goncourt ne peut apprécier un paysage qu'à travers les tableaux de Constable, de Corot ou de Turner ; et il anticipe par là sur les paradoxes les plus célèbres d'Oscar Wilde, sans doute le type le plus accompli de l'esthète, selon lequel « la nature imite l'art » (cf. avant tout ses Intentions, 1891). Un livre comme La Maison d'un artiste (Goncourt, 1881) peut passer pour le manuel du parfait esthète ; il a pour unique sujet la description de la maison de son auteur, décorée avec un souci d'« esthétisme » dont une note du Journal donne le ton : « Sur le palier du premier, pour l'individu qui monte, pour moi, j'ai mis des années, oui, des années, à combiner un fond aux matières et aux nuances assemblées dans une harmonie artiste » (9 juin 1884). Le raffinement décadent de l'esthétisme, qui a trouvé son expression littéraire dans le Des Esseintes de Huysmans (À rebours, 1884) n'a pas été sans influencer le mouvement même des arts. En protégeant et en encourageant les recherches destinées à satisfaire les goûts les plus délicats et les goûteurs les plus blasés, il a favorisé l'éclosion des créations rares de la fin du siècle, notamment dans le domaine des arts du décor (mobilier, céramique, tissu, vitrail, etc.) : les principaux artisans de l'Art nouveau, Gallé notamment, que Montesquiou admirait, lui doivent beaucoup, de même que les plus ésotériques ou les plus précieux des peintres symbolistes.

Auteur: JEAN-PAUL BOUILLON
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin