Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Étude préliminaire sur des poignards gravés de type Remedello découverts dans les Préalpes du Sud (Chastel-Arnaud, Drôme, France) et réflexions sur leur insertion dans le Néolithique final régional - article ; n°2 ; vol.102, pg 345-359

De
17 pages
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 2005 - Volume 102 - Numéro 2 - Pages 345-359
Engraved figures on a limestone rock wall have recently been identified in the French Alpine foothills (Chastel-Arnaud, Drôme, France). A first plotting session allowed us to characterize a series of daggers associated with other signs as yet poorly identified. Concerning the daggers, first comparisons recall the Remedello culture, in North Italy, traces of which are exceptional in the French Alps. A description of the engravings and a reflection on their meaning in the local Late Neolithic are proposed. Through particular flint arrowheads, the authors wonder about the possible cultural relationship between the southern Alpine foothills and northern Italy, in which copper could have played a significant role.
Some of the arrowheads found in the region of Die, the Buè'ch valley and the Baronnies, both in burial contexts and in open-air settlements, call for special attention. Those artefacts, in which the 'Sigottier» arrowhead is only one type among many, show us an original knowledge which is not found in the Rhône-Alpine and Provençal corpus. The fact that those artefacts are contemporaneous is not yet certain, however the assumption of a common origin maybe arising from the second Italian «copper» Age (2nd phase of the Remedello culture, 2900/2800 to 2500/2400 B.C.) seems to be an interesting direction for research. This transalpine influence in the local substratum could have led to original types of production such as the «Sigottier» point. A specificity of these productions may be the use of copper retouching tools.
Through this debate, the authors ' wish has been to consider the engraved rocks of Les Auberts as part of a profound dynamism established in time, which is for us a better theory than the hypothesis of copper prospectors arriving from Italy. The existence of this engraved rock in the interconnecting valleys between the South Alps and the Rhône valley (Drôme-Chauranne, Roanne-Oule, Eygues-Blème, etc.) reinforced the influence of the Durance valley in the spread of copper metallurgy from the transalpine areas along the Montgenèvre and Madeleine routes.
Des gravures réalisées sur une paroi rocheuse viennent d'être récemment authentifiées dans les Préalpes du Sud (Chastel-Arnaud, Drôme, France). Un premier relevé a permis de distinguer une série de poignards et d'autres motifs encore mal identifiés. Pour les poignards, les premières comparaisons renvoient aux productions de la culture Remedello, en Italie du Nord, dont les traces sont rarissimes dans les Alpes françaises. Un descriptif des gravures et une réflexion sur leurs implications dans le Néolithique final régional sont proposés. Par le biais de certaines productions d'armatures et de pointes en silex, les auteurs s 'interrogent et mettent en perspective de possibles filiations culturelles entre les Préalpes du Sud et l'Italie du Nord, dans lesquelles le cuivre pourrait jouer un rôle significatif.
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Alexandre Morin
Régis Picavet
Jacques Carles
Cyril Bernard
Étude préliminaire sur des poignards gravés de type Remedello
découverts dans les Préalpes du Sud (Chastel-Arnaud, Drôme,
France) et réflexions sur leur insertion dans le Néolithique final
régional
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2005, tome 102, N. 2. pp. 345-359.
Citer ce document / Cite this document :
Morin Alexandre, Picavet Régis, Carles Jacques, Bernard Cyril. Étude préliminaire sur des poignards gravés de type Remedello
découverts dans les Préalpes du Sud (Chastel-Arnaud, Drôme, France) et réflexions sur leur insertion dans le Néolithique final
régional. In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2005, tome 102, N. 2. pp. 345-359.
doi : 10.3406/bspf.2005.13112
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_2005_num_102_2_13112Abstract
Engraved figures on a limestone rock wall have recently been identified in the French Alpine foothills
(Chastel-Arnaud, Drôme, France). A first plotting session allowed us to characterize a series of daggers
associated with other signs as yet poorly identified. Concerning the daggers, first comparisons recall the
Remedello culture, in North Italy, traces of which are exceptional in the French Alps. A description of the
engravings and a reflection on their meaning in the local Late Neolithic are proposed. Through particular
flint arrowheads, the authors wonder about the possible cultural relationship between the southern
Alpine foothills and northern Italy, in which copper could have played a significant role.
Some of the arrowheads found in the region of Die, the Buè'ch valley and the Baronnies, both in burial
contexts and in open-air settlements, call for special attention. Those artefacts, in which the 'Sigottier»
arrowhead is only one type among many, show us an original knowledge which is not found in the
Rhône-Alpine and Provençal corpus. The fact that those artefacts are contemporaneous is not yet
certain, however the assumption of a common origin maybe arising from the second Italian «copper»
Age (2nd phase of the Remedello culture, 2900/2800 to 2500/2400 B.C.) seems to be an interesting
direction for research. This transalpine influence in the local substratum could have led to original types
of production such as the «Sigottier» point. A specificity of these productions may be the use of copper
retouching tools.
Through this debate, the authors ' wish has been to consider the engraved rocks of Les Auberts as part
of a profound dynamism established in time, which is for us a better theory than the hypothesis of
copper prospectors arriving from Italy. The existence of this engraved rock in the interconnecting valleys
between the South Alps and the Rhône valley (Drôme-Chauranne, Roanne-Oule, Eygues-Blème, etc.)
reinforced the influence of the Durance valley in the spread of copper metallurgy from the transalpine
areas along the Montgenèvre and Madeleine routes.
Résumé
Des gravures réalisées sur une paroi rocheuse viennent d'être récemment authentifiées dans les
Préalpes du Sud (Chastel-Arnaud, Drôme, France). Un premier relevé a permis de distinguer une série
de poignards et d'autres motifs encore mal identifiés. Pour les poignards, les premières comparaisons
renvoient aux productions de la culture Remedello, en Italie du Nord, dont les traces sont rarissimes
dans les Alpes françaises. Un descriptif des gravures et une réflexion sur leurs implications dans le
Néolithique final régional sont proposés. Par le biais de certaines productions d'armatures et de pointes
en silex, les auteurs s 'interrogent et mettent en perspective de possibles filiations culturelles entre les
Préalpes du Sud et l'Italie du Nord, dans lesquelles le cuivre pourrait jouer un rôle significatif.Etude préliminaire
sur des poignards gravés
de type Remedello découverts
dans les Préalpes du Sud
(Chastel-Arnaudy Drôme,
Alexandre MORIN France) et réflexions
et Régis PICAVET,
avec la collaboration de sur leur insertion dans
Jacques CARLES
et de Cyril BERNARD le Néolithique final régional
Résumé Des renvoient authentifiées les motifs Un premier traces gravures encore aux sont relevé dans mal productions réalisées rarissimes identifiés. a les permis Préalpes sur dans de une Pour la distinguer les paroi du culture Alpes Sud poignards, rocheuse (Chastel-Arnaud, Remedello, françaises. une série les viennent de premières en Un poignards Italie descriptif d'être Drôme, du comparaisons récemment Nord, et France). des d'autres dont gra
vures et une réflexion sur leurs implications dans le Néolithique final ré
gional sont proposés. Par le biais de certaines productions d'armatures et
de pointes en silex, les auteurs s 'interrogent et mettent en perspective de
possibles filiations culturelles entre les Préalpes du Sud et l'Italie du Nord,
dans lesquelles le cuivre pourrait jouer un rôle significatif.
Abstract
Engraved figures on a limestone rock wall have recently been identified in
the French Alpine foothills (Chastel-Arnaud, Drôme, France). A first plot
ting session allowed us to characterize a series of daggers associated with
other signs as yet poorly identified. Concerning the daggers, first compar
isons recall the Remedello culture, in North Italy, traces of which are
exceptional in the French Alps. A description of the engravings and a re
flection on their meaning in the local Late Neolithic are proposed. Through
particular flint arrowheads, the authors wonder about the possible cultural
relationship between the southern Alpine foothills and northern Italy, in
which copper could have played a significant role.
Some of the arrowheads found in the region of Die, the Buè'ch valley and
the Baronnies, both in burial contexts and in open-air settlements, call for
special attention. Those artefacts, in which the 'Sigottier» arrowhead is
only one type among many, show us an original knowledge which is not
found in the Rhône-Alpine and Provençal corpus. The fact that those
artefacts are contemporaneous is not yet certain, however the assumption
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 2, p. 345-359 :
346 Alexandre MORIN et Régis PICAVET, avec la collaboration de Jacques CARLES et de Cyril BERNARD
of a common origin maybe arising from the second Italian «copper» Age
(2nd phase of the Remedello culture, 2900/2800 to 2500/2400 B.C.) seems
to be an interesting direction for research. This transalpine influence in the
local substratum could have led to original types of production such as the
«Sigottier» point. A specificity of these productions may be the use of
copper retouching tools.
Through this debate, the authors ' wish has been to consider the engraved
rocks of Les Auberts as part of a profound dynamism established in time,
which is for us a better theory than the hypothesis of copper prospectors
arriving from Italy. The existence of this engraved rock in the interconnect
ing valleys between the South Alps and the Rhône valley (Drôme-Chau-
ranne, Roanne-Oule, Eygues-Blème, etc.) reinforced the influence of the
Durance valley in the spread of copper metallurgy from the transalpine
areas along the Montgenèvre and Madeleine routes.
Ils permettent de proposer un descriptif et une attribuLOCALISATION tion chronoculturelle préliminaires.
Ces gravures ont été découvertes fortuitement par DESCRIPTIF DES GRAVURES M. Jacques Caries durant l'automne 1999, au pied
d'une paroi rocheuse utilisée et équipée pour l'escalade Le support
(fig. 1). Ce site est localisé au nord-est du hameau des
Auberts, sur la commune de Chastel- Arnaud (Drôme), Les gravures visibles aujourd'hui sont comprises dans
à 568 m d'altitude. Au nord, le site domine la vallée un panneau de 3 m de haut sur 2 m de large qui cor
de la Drôme et offre vers l'ouest une vue jusqu'au respond à un miroir de faille, lisse, avec une surface
contrefort ardéchois. Il est surplombé au sud par les bien plane (fig. 2, n° 1). La plus basse est réalisée à
hauts escarpements des falaises de la forêt de Saou (les environ 60 cm du sol actuel. Le panneau est entouré
Trois Becs, 1545 m; le Veyou, 1589 m). La paroi cal de zones cryoclastiques qui ont atteint les gravures.
caire fait environ 30 m de haut et 50 m de long. Elle Certaines ont probablement disparu. L'ensemble de
abrite des précipitations une zone d'environ 3 m de l'escarpement est très évolué, localement karstifié avec
large sur toute sa longueur. Deux relevés, dont un des coulées de calcite et des traces de corrosion. Les
nocturne, furent réalisés en janvier et en février 2004. gravures représentent des poignards et d'autres motifs
Illustration non autorisée à la diffusion
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 1 - Les Auberts
(Chastel-Arnaud, Drôme).
Vue générale du site et
localisation des gravures.
Cliché A. Morin. Fig. 1 — Les Auberts
(Chastel-Arnaud, Drôme).
General view of the site
and location of the engrav
ings. Photo: A. Morin.
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 2, p. 345-359 :
:
:
Étude préliminaire sur des poignards gravés de type Remedello découverts dans les Préalpes du Sud. . . 347
(fig. 2 et 3) et 2 autres possibles (poignards nos 4 et 5) encore mal identifiés, dont semble t-il quelques cupules
(fig. 2). Leur contemporanéité n'est pas assurée. (fig. 2). Ils sont tous orientés la pointe vers le sol. Les
gravures sont toutes évidées, avec dans les lames une
Les poignards dépression de 2 à 5 mm environ. Pour le descriptif,
limité aux 4 poignards clairement identifiés, nous avons
Un premier diagnostic a permis d'identifier et de rele adopté la méthode d'E. Anati élaborée dans son étude
ver 4 poignards certains (poignards nos 1, 2, 3 et 6) sur la typologie des poignards du Valcamonica (Anati,
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 2 - Les Auberts (Chastel-Arnaud,
Illustration non autorisée à la diffusion Drôme). 1. Vue d'ensemble des poignards
gravés nos 1, 2 et 3. Les gravures 4 et 5 (lames
de poignards possibles) se distinguent diff
icilement. 2. Relevé de l'ensemble du pan
neau. Le poignard 6 est isolé du groupe, au
pied de la paroi. Clichés L. Baboulin, inédit.
Relevé R. Picavet (Lythos), A. Morin, R.
Carie, inédit. Infographie C. Bernard
(AVDPA).
Fig. 2 — Les Auberts (Chastel-Arnaud,
Drôme). 1. General view of the engraved dag
gers nos. 1, 2 and 3. The engravings 4 and 5
(possible dagger blades) are difficult to dis
tinguish. 2. Drawing of the whole panel. The
dagger 6 is isolated from the group, at the
bottom of the wall. Photo: L. Baboulin, unpu
blished. Drawing: R. Picavet (Lythos), A.
Morin, R. Carle, unpublished. Computer gra
phics: С Bernard (AVDPA ).
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 2, p. 345-359 :
:
348 Alexandre MORIN et Régis PICAVET, avec la collaboration de Jacques CARLES et de Cyril BERNARD
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 3 - Les Auberts (Chastel-Arnaud, Drôme). Poignards gravés nos 1, 2 et 3. Clichés L. Baboulin, inédit. Infographie C.
Bernard (AVDPA).
Fig. 3 - Les Auberts Drôme). Engraved daggers nos. 1, 2, and3. Photo: L. Baboulin, unpublished. Computer
graphies: С Bernard (AVDPA).
Poignards Pommeau Manche Base de la lame Lame Pointe
lune droit triangulaire large ? i(fig.3,n°D
2 (fig. 3, n°2) lune droit large symétrique probable
3 (fig. 3, n°3) lune droit large asymétrique
6 (fig. 2, n°2) lune droit triangulaire large probable
Tabl. 1 - Caractéristiques typologiques des poignards nos 1, 2, 3 et 6 des Auberts. 1 — Typological characters of the daggers nos. l, 2, 3 and 6 from Les
Long, Long, Poignards Long, totale Base lame Long, lame Larg. pommeau pommeau manche
1 6 15 10 2,5 26 (estimation) 17,5 (estimation)
2 6 17,5 11 4 34 22,5
3 6 19 4 35 25 12,5 (estimation)
6 12,5 25 2,5 42,5 (estimation) 27,5 (estimation) 12
Tabl. 2 - Dimensions (en cm) des éléments typologiques des poignards nos 1, 2, 3 et 6 des Auberts. 2 - Measurements (cm) of the typological elements of the daggers nos. 1, 2, 3 and 6 from Les Auberts.
1974) (fig. 4). Le tableau 1 montre une très forte ho difficile en raison du développement de la calcite qui
mogénéité typologique, avec des pommeaux en lune, empêche une bonne lecture des bords et des surfaces
des manches droits et minces et des bases de lames internes où pourraient figurer d'autres motifs (nervure
triangulaires. Le poignard n° 2, le mieux conservé, médiane? fig. 2, n° 3).
montre une lame assez symétrique, alors que celles des Rapports poignards nos 3 et 6 semblent plus asymétriques. Les Poignards Long totale/ Long, lame/ Long, lame/ tableaux 2 et 3 indiquent des lames larges. Les manches Larg. maxi Long. Manche Larg. lame sont courts, autour d'un tiers de la longueur de la lame. 1 1,73 2,92 1,17 Les lames sont larges, presque aussi larges que longues 2 1,94 3,75 1,29 pour les poignards nos 1, 2 et 6. Les poignards nos 1,2 3 1,84 4,17 1,32
et 3 paraissent former un groupe stylistique et dimen- 6 1,70 2,20 1,10
sionnel relativement homogène. Le poignard n° 3
Tabl. 3 - Rapports entre les éléments typologiques des poignards nos 1 , semble le plus «effilé». Le poignard n° 6 se distingue 2, 3 et 6 des Auberts. par une taille plus importante, mais conserve les mêmes Tabl. 3 - Relations between the typological elements of the daggers
caractères typologiques. Une analyse plus fine reste nos. 1, 2, 3 and 6 from Les Auberts.
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 2, p. 345-359 :
:
'
:
Étude préliminaire sur des poignards gravés de type Remedello découverts dans les Préalpes du Sud. . . 349
forme, le même style et sont régulièrement isolés des
autres thèmes ». Aux Auberts, les poignards sont assoВ - ромо ciés mais pas couplés entre eux. La base rectiligne des r
lames, le manche étroit et le pommeau en lune sont des
éléments caractéristiques bien connus dans le Néoli
С - IMPUGNATURA thique final de l'Italie du Nord, avec les poignards de
\ — 7 D - LATO PROSSIMALE
GENERALE
FORMA
E - LAMA
-
A
y
F -PUNTA V
Fig. 4 - Éléments pour l'analyse typologique des poignards
(Anati, 1974, p. 129).
Fig. 4 — Elements for the typological analysis of daggers
(Anati, 1974, p. 129).
COMPARATIFS ET PROPOSITION PRELIMINAIRE
D'ATTRIBUTION CHRONOCULTURELLE
La présence de nombreux sites de l'Âge du Bronze à
proximité des gravures des Auberts, comme la grotte
Hannibal dans les falaises de la forêt de Saou (Chastel-
Arnaud, Drôme) (Boutes, 1976), le Pas du Faucon
(Piégros-la-Clastre, Drôme) (information orale
R. Picavet et J.-M. Roche), le Pas de Lestang (Saou,
Drôme) (fouilles A. Héritier; Combier, 1985, p. 402-
403), ou les grottes de Baume Sourde et Baume Claire
(Francillon-sur-Roubion, Drôme) (Cornet et Vignard,
1976 ; Brochier et al, 1984) a favorisé la recherche de
comparatifs protohistoriques. Ils se sont avérés peu
satisfaisants. Seules, les lames du «type trapu à lan
guette peu arquée» de la classification de Briard et
Mohen (1983, p. 27-28) présentent une similarité avec
une largeur importante et des bases subrectilignes.
Relativement rare, ce type de lame se rattache au
Bronze ancien. Dans le Sud-Est de la France, un exemp
laire a été découvert dans le Gard dans la tombe de
Colombel à Laudun (Briard et Mohen, 1983). Les
poignards du mont В ego (haute vallée de la Roy a,
Fig. 5 - № 1 poignards gravés du Bego (Serres, 1998) ; n° 2 stèle de Alpes-Maritimes) ont une typologie bien différente de Bagnolo (Valcamonica) (Anati, 1974); n° 3 : paroi du rocher Plas 1, ceux des Auberts (fig. 5, n° 1) : absence de pommeaux «Capitello dei due Pini» (Valcamonica) (Anati, 1974) ; n° 4 : poignard
de type Remedello du dolmen d'Orgon (Bouches-du-Rhône) (Courtin en «demi-lune», omniprésence des manches larges,
et Sauzade, 1975) ; n° 5 poignards gravés de type Remedello des Oullas parfois peu distincts de l'ensemble et lames triangul (Alpes-de-Haute-Provence) (Gattiglia et Rossi, 1995). aires étroites. Dans son inventaire des combinaisons Fig. 5-1. Engraved daggers from Bego (Serres, 1998). 2. Bagnolo stela
des gravures, T. Serres (1998, p. 85) précise que lorsque (Valcamonica, Anati, 1974). 3. Wall of the Plas 1 rock, "Capitello dei
due Pini" (Valcamonica, Anati, 1974). 4. Remedello type dagger from les poignards sont associés, ils sont «rarement couplés the Orgon chamber tomb (Bouches-du-Rhône, Courtin and Sauzade, en file, les poignards sont très souvent par paire lors 1975). 5. Engraved daggers of the Remedello type from Les Oullas (Alpes
de Haute-Provence, Gattiglia and Rossi, 1995). qu'ils sont associés entre eux. Ils ont alors la même
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 2, p. 345-359 :
:
350 Alexandre MORIN et Régis PICAVET, avec la collaboration de Jacques CARLES et de Cyril BERNARD
n'appartient donc pas au type Remedello ; son alliage Categories typologiques des poignards
ne contient qu'une basse teneur en As et, à bien regar
der, cette sépulture se révèle cosmopolite» (Rossi et
Gattiglia, 1998, p. 451). Le poignard de Perpétairi à
Mollans (Vaucluse, Préalpes du Sud) et les poignards
en silex de Payre III (Ardèche) sont polis sur la face
inférieure, alors que ceux du Remedello ont une r
etouche couvrante sur les deux faces (Biagi, 1978,
p. 37). Sur la rive droite du Rhône, le poignard du tu-
mulus de Soyons (Ardèche) est de type Ciempozuelos
(Gallay, 1981, p. 33-35). Pour l'ensemble du Bassin
rhodanien, seuls sont considérés comme Remedello :
le poignard du dolmen d'Orgon (Bouches-du-Rhône,
Provence), dans la basse vallée de la Durance (Courtin
et Sauzade, 1975) (fig. 5, n° 4) et les gravures des Fig. 6 - Catégories typologiques des poignards (Anati, 1974, p. 130). Oullas (Saint-Paul-sur-Ubaye, Alpes-de-Haute- 1 triangulaire large ; 2 : triangulaire étroit ; 3 : subtriangulaire ; 4 : à Provence) dans la haute vallée de la Durance (Rossi et épaulement; 5 autres et indéterminés.
Fig. 6 - Typology of daggers (Anati, 1974, p. 130). 1. Wide triangular. Gattiglia, 1998) (fig. 5, n° 5). La composition du poi2. Narrow triangular. 3. Subtriangular. 4. With "shoulder". 5. Other gnard d'Orgon (présence d'As et Bi, absence de Sb) types and undetermined. est similaire aux productions remedelliennes (Courtin
et Sauzade, 1975, p. 190; Barge-Mahieu, 1995, p. 369-
372). Il est de fait un référentiel essentiel pour les
poignards gravés des Auberts. J. Courtin et G. Sauzade
la culture Remedello (3400 à 2400 ВС) (Anati, 1974 ; (1975) ont fourni le descriptif suivant. La base porte
Marinis et Pedrotti, 1997) (fig. 5, nos 2 et 3). Cette une [...] «languette rectangulaire percée d'un unique
culture, intimement liée à la métallurgie du cuivre, est trou de rivetage, caractéristique du type Remedello.
localisée au nord de la Lombardie, entre le lac de Garde L'objet entier mesurait 13,5 cm de long pour une la
et le Haut-Adige et la plaine Padané. Récemment, à rgeur à la base de 5,3 cm. L'épaisseur moyenne de la
partir du site éponyme de Remedello-Sotto, R.-C. de lame est de 2 mm. Elle est renforcée sur les deux faces
Marinis et A.-L. Pedrotti (1997) ont proposé une chro par une nervure médiane, de section convexe aplatie,
nologie en deux phases : une phase ancienne de 3400 large de 12 mm, épaisse de 3 mm. La soie ou tenon
à 2800 ВС et une récente de 2900/2800 à 2400 ВС. d'emmanchement courte et rectangulaire, large de
Cette dernière phase est caractérisée par une expansion 16 mm, est percée d'un trou de 3 mm de diamètre pour
en direction de l'arc alpin occidental, des vallées le passage d'un rivet. Cette perforation est placée dans
alpines centrales, comme Valtellina, Valcamonica et du le prolongement de l'axe médian de la lame, ce qui
Trento/Haut-Adige. Les stèles anthropomorphes et les tendrait à prouver qu'il s'agit bien d'une lame de poi
gravures rupestres associent, dans les représentations, gnard et non d'une hallebarde ». Mais cette nervure est
des poignards en cuivre à pommeau en demi-lune « à loin d'être toujours présente sur les gravures rupestres,
lame triangulaire avec la base rectiligne et languette que ce soit dans les vallées alpines italiennes, ou plus
avec trou» (Marinis et Pedrotti, 1997, p. 291), à des proche de nous dans la vallée de l'Ubaye, aux Oullas.
anthropomorphes, des cervidés, des hallebardes et des Cette nervure se retrouve essentiellement sur les stèles
haches (fig. 5, nos 2 et 3). Cette expansion remedel- anthropomorphes où les poignards sont figurés en re
lienne s'est également faite en direction de l'ouest de lief, par exemple sur les stèles d'Arco I et II dans le
Trentin (Haut-Adige), d'Aoste-Saint-Martin-de- l'arc alpin. Des poignards gravés sont présents sur des
stèles anthropomorphes de part et d'autre du col du Corléans (Doire Balte) ou de Sion-Petit-Chasseur
Grand-Saint-Bernard, dans le haut bassin du Rhône à (Valais). Comme le poignard d'Orgon, certains poi
gnards gravés des Auberts possèdent des lames relatSion-Petit-Chasseur (Valais, Suisse), sur les stèles de
type 1 (Moinat et Stôckli, 1995, p. 254, fig. 154) et ivement larges par rapport aux gravures du Valcamonica
dans la vallée de la Doire Balte à Aoste-Saint-Martin- (fig. 5, nos 2 et 3) ou des Oullas (Saint-Paul-sur-Ubaye)
(fig. 5, n° 5). Mais J. Courtin et G. Sauzade (1975) de-Corléans (Italie), sur la stèle réutilisée comme mont
ant de la tombe III (Mezzena, 1998, p. 162). Quand faisaient déjà remarquer qu'«à Remedello-Sotto, près
aux poignards eux-mêmes, il en a été trouvé deux en de Brescia, certains poignards sont beaucoup plus
Suisse, un sur le lac de Bienne à Liischerz et un autre élancés et longs de 20 à 25 cm, mais d'autres exemp
sur le lac de Neuchâtel à Saint-Biaise (Strahm, 1971) laires, courts et larges, longs d'une quinzaine de
et un dans le Jura, dans un tumulus de Salins (Briard centimètres sont semblables à celui d'Orgon». Aux
et Mohen, 1983, p. 13). Dans le Sud-Est de la France, Auberts, le support en calcaire, difficile à travailler, a
les traces du Remedello sont plus que discrètes. Plu pu jouer un rôle non négligeable dans la « maîtrise »
sieurs découvertes interprétées pendant longtemps des réalisations. Pour être complet sur les indices Re
comme remedelliennes ne le sont plus. Dans les Alpes medello dans les Alpes françaises, il faut mentionner
du Nord, «le poignard de Fontaine-le-Puits (Savoie, un vase à métope incisé en Haute-Maurienne à la
France) a le talon arrondi, cinq trous de rivet et la trace Balme de Sollières (Bocquet, 1997, information orale
d'un emmanchement en forme de fer à cheval et F. Ballet). Si la décoration métopale caractérise la
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 2, p. 345-359 Étude préliminaire sur des poignards gravés de type Remedello découverts dans les Préalpes du Sud. . . 351
seconde phase du Remedello, elle est également pré caractérisation et la périodisation des ambiances cul
sente à l'ouest du Rhône, dans le Fontbouisse (Gutherz, turelles de la fin du Néolithique restent à faire2.
1975). Les exemplaires italiens les plus proches des Les programmes d'études paléoenvironnementaux
Alpes françaises se retrouvent sur la côte méditerra conduits dans les bassins versants de la Drôme
néenne aux Arène Candide, dans la vallée de Tanaro à (Brochier et al., 1991), du Roubion (Brochier et al,
Castello d'Annone et dans la haute de la Dora 1994; Berger, 1996) et du Buëch (Jorda et al, 2002;
Baltea, à Vollein (Marinis et Pedrotti, 1997). Miramont et al. , 2000 ; Argant, 2000) montrent pour le
Au terme de la première analyse descriptive et de Subboréal une activité détritique importante, une ex
l'étude comparative, l'hypothèse la plus sérieuse est tension des occupations humaines dans le milieu mont
que les poignards gravés des Auberts semblent bien agnard avec la possible apparition des premiers a
être de type Remedello. L'étude typologique permet de lpages, liés à l'augmentation des activités pastorales.
les rattacher à la classification ď E. Anati Cette anthropisation de la montagne est un phénomène
(1974) (fig. 6). Les pommeaux en lune (porno lunato) général à toutes les Alpes du Sud, comme le montrent
renvoient au type 2 : poignards triangulaires étroits les études entreprises par P. Leveau et J.-L. de Beaulieu
(pugnale triangolare stretto). La largeur importante des dans les hautes vallées du Drac et de la Durance, dans
lames est caractéristique du type 1 (pugnale triangolare le massif des Écrins et le Champsaur (Beaulieu et al,
largo), où la largeur des lames doit être supérieure à la 2003). Si les gravures des Auberts prennent donc place
moitié de la longueur (Anati, 1974). Les manches dans une région fortement anthropisée, il est par contre
droits (impugnatura diritta) et les bases triangulaires bien difficile d'aborder la question des filiations cultu
des lames (lama triangolare) sont présents dans les relles entre cette zone préalpine et l'Italie du Nord, le
deux types. Il va être bien difficile et périlleux de se cadre chronoculturel régional n'étant pas établi.
prononcer sur l'origine de ces gravures. Réalisation
remedellienne ? Reproduction autochtone ? Une étude Les pointes de type Sigottier
plus poussée est maintenant à conduire avec nos col
lègues italiens. Étude dans laquelle il ne faudra pas Dans les Préalpes du Sud, le « plein Néolithique final »
oublier de prendre en compte la « maîtrise » du sculpt (environ 3000 à 2400 av. J.-C.) qui devrait corres
eur, le rôle du support dans la réalisation et dans la pondre soit à une extension des cultures périphériques,
conservation des gravures. Le succès de l'entreprise est soit au développement de groupes culturels régionaux,
loin d'être assuré. Un point est en tout cas certain, c'est reste encore énigmatique. Parmi les pistes d'étude
un témoignage très fort des relations transalpines qui soulevées, la pointe de type Sigottier (fig. 7, n° 1)
se sont développées à la fin du Néolithique. La discus présente un élément culturel significatif. Cette pointe
sion engagée maintenant propose d'autres pistes évent répond à la définition suivante (Vésignié, 1935) : «La
uelles sur ces filiations culturelles italiques dans les silhouette d'une pointe de trait type Sigottier est formée
Préalpes dauphinoises, peut-être pas étrangères à la d'une demi-ellipse constituant la base de cette pointe
présence de ces poignards. et ayant un peu moins de la moitié de la longueur totale
et d'une longue pointe triangulaire à côtés très légèr
ement concaves finissant en ogive très aiguë». UNE DIFFICILE INSERTION RÉGIONALE Si l'on respecte strictement la définition, la répartition
Les Préalpes drômoises et haut-alpines revêtent une de la pointe de type Sigottier définit, selon nous, deux
grande diversité biogéographique. Le relief a fait de ce zones : une zone nucléaire (Buëch, Diois, Baronnies)
et une zone marge (moyenne vallée du Rhône, Haute- coin des Alpes un véritable «monde», composé de
multiples entités spatiales, de «pays». Bien que cloi Provence, rive droite du Rhône). Ce respect à «la
sonnés, ils communiquent aisément entre eux, par des lettre » de la définition permet de faire le tri au sein des
cols, «pas», défilés et de multiples «drayes». Il en séries de productions présentées comme pointe de type
résulte une imbrication géographique qui a favorisé le Sigottier. Ainsi, dans le récent inventaire concernant
développement de liens culturels étroits, tout au long l'ouest du Rhône (Bordreuil et al, 2003), sur les 15
pièces dessinées, seules 2 sont de véritables pointes de du Néolithique (Beeching, 1995; Bocquet, 1997;
Morin, 2000b et sous presse). Les travaux entrepris par type Sigottier (un exemplaire au dolmen du Méandre
plusieurs groupes de recherches montrent, pour le de Gen à Ruoms et un autre à la grotte du Déroc à
Néolithique final, une importante occupation humaine Vallon-Pont-d'Arc, en Ardèche). Comme le précise
qui se traduit par des cartes de répartition bien docu d'ailleurs les auteurs, les autres exemplaires présentent
des similitudes plus ou moins fortes avec la série rmentées (Daumas, 1996a et b ; Muret, 1996 ; Beeching
écemment étudiée du Fournet (Durand, 1999). et Brochier, 1994, ; Morin, 2000a et c, et 2003). Mais
celles-ci, fautes de programmes de prospections syst
ématiques et minutieuses étalées dans le temps1, sont La Sigottier : une régionalisation culturelle
à l'intérieur d'un «monde provençal» ? avant tout à considérer comme encore lacunaires. Le
corpus des sites est majoritairement constitué de sites «plein Néolithique final» ou plutôt «phase tardive» ?
de plein air, connus par des ramassages de surface,
essentiellement documentés par de l'industrie lithique Dans la « zone nucléaire » le site du col des Tourettes
et très rarement publiés. À l'image de l'ensemble des (Montmorin, Hautes-Alpes) a fourni des datations,
Alpes françaises, ce secteur manque cruellement de mais avec des intervalles trop importants pour être
séquences chronostratigraphiques de référence. La exploités : locus 2 : (Ly 3623) 2900-2470 av. J.-C, (Ly
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 2, p. 345-359 :
:
:
352 Alexandre MORIN et Régis PICAVET, avec la collaboration de Jacques CARLES et de Cyril BERNARD
3624) 2850-2290 av. J.-C, (Ly 3622) 2470-2036 ; locus mais aux influences diverses, et marqué par la micro
3, grotte des Aiguilles : (Ly 3621) 2600-2300 av. J.-C. régionalisation (rôle du relief non négligeable), s'éten
(Voruz, 1995). Il en est de même pour la grotte du drait des monts du Vaucluse jusqu'au Rhône, des
Fournet (Montmaur-en-Diois, Drôme). Les secteurs Baronnies et de la vallée du Buëch jusqu'au Diois au
périphériques n'ont pas encore livré de date clairement nord. Les pointes de type Sigottier, provenant du sec
associée à des pointes de type Sigottier. Les dates sont teur préalpin, circuleraient dans cette entité spatio
insuffisantes et contradictoires, le débat reste donc culturelle, expliquant ainsi leur présence dans des sé
ouvert. pultures de la moyenne vallée du Rhône, comme par
Le rattachement possible de certaines sépultures à exemple celle des Fourneaux (Mours-Saint-Eusèbe,
pointes de type Sigottier au groupe encore bien mal Drôme) (Brochier et al, 1987). À la vue des quelques
défini du nord-Vaucluse et leur aire de production rares datations obtenues sur « le groupe nord-Vaucluse »
pourraient favoriser leur positionnement dans un «plein (D'Anna, 1995), calées entre environ 3000 et 2500 av.
Néolithique final». Ces pointes traduiraient une micro J.-C, et les changements apportés par l'impact du
régionalisation d'une production qui s'insère peut-être Campaniforme rhodano-provençal, à partir de 2400 av.
dans un vaste ensemble culturel méridional, encore J.-C. (Lemercier, 2002), il serait séduisant de considé
bien flou et hypothétique, dont feraient partie les rer les pointes de type Sigottier comme un stade
groupes Rhône-Ouvèze (ouvert aux influences langue florissant et ultime d'un «plein Néolithique final»
dociennes) et nord-Vaucluse (peut-être plus «en microrégional, qui se terminerait vers 2500/2300 av.
retrait»). Ce vaste ensemble à fonds culturel commun, J.-C. (Morin, sous presse).
Illustration non autorisée à la diffusion
3 cm
Fig. 7 - Grottes de Sigottier (Sigottier, Hautes-Alpes, vallée du Buëch) ; n° 1 pointe de type Sigottier ; nos 2 à 4 : petites foliacées.
Dessins R. Picavet (Lythos), inédit. Infographie C. Bernard (AVDPA).
Fig. 7— Sigottier caves (Sigottier, Buëch Valley). 1. Sigottier type point. 2 to 4. Small leaf-shaped points. Drawing:
R. Picavet (Lythos), unpublished. Computer graphies: C. Bernard (AVDPA).
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 2, p. 345-359