Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Etudes d'épigraphie indonésienne : IV. Discussion de la date des inscriptions - article ; n°1 ; vol.47, pg 7-290

De
285 pages
Bulletin de l'Ecole française d'Extrême-Orient - Année 1955 - Volume 47 - Numéro 1 - Pages 7-290
284 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Louis-Charles Damais
II. Etudes d'épigraphie indonésienne : IV. Discussion de la date
des inscriptions
In: Bulletin de l'Ecole française d'Extrême-Orient. Tome 47 N°1, 1955. pp. 7-290.
Citer ce document / Cite this document :
Damais Louis-Charles. II. Etudes d'épigraphie indonésienne : IV. Discussion de la date des inscriptions. In: Bulletin de l'Ecole
française d'Extrême-Orient. Tome 47 N°1, 1955. pp. 7-290.
doi : 10.3406/befeo.1955.5406
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/befeo_0336-1519_1955_num_47_1_5406ÉTUDES
D'ÉPIGRAPHiE INDONÉSIENNE
par
Louis-Charles DAMAIS
Membre de l'École Française d'Extrême-Orient
IV. DISCUSSION DE LA DATE DES INSCRIPTIONS
Nous allons examiner dans cette Étude toutes les dates épigraphiques dont nous
avons donné dans EEI, III W, l'équivalent julien ou, en d'autres termes,
allons justifier les résultats obtenus en fournissant au lecteur toutes les données
qui nous ont permis d'arriver à l'interprétation que nous avons choisie. On trouvera
en effet en appendice toutes les Tables nécessaires à la réduction d'une date javanaise
ou balinaise, ce qui permettra au lecteur intéressé de vérifier nos arguments pour
C1) Cf. BEFEO, III, XL VI, 1962 : 2 0-1 о 3. Nous saisissons cette occasion pour signaler quelques
fautes de frappe et d'impression dont nous ne nous sommes pas aperçu à temps. Ce sont :
P. 27, ligne 2 de la fin de la note à. Au lieu de : «L'inscription a de Tulang Air I», lire : «L'ins
cription de Tulang Air lv,
P. 3i, 1" colonne (dans cette page) de A. 18. Au lieu de : «OJO, Vis, lire : kOJO, V».
P. h 1, dernière colonne de l'inscription A. 55. Au lieu de : « Rakarayân Maptihn, lire : « Rakarayàn
Mapatih я .
P. 44, ligne à de la note 2. Au lieu de «de l'inscription du Kwak I», lire ; ttde l'inscription de
Kwak In.
P. hb, dernière colonne des inscriptions A. 72 et A. 7З. Au lieu de : «Rakryan i Wantil», lire
dans les deux саз : ctRakryân i Wantilv.
P. 5i, dernière colonne de A. 89. Au lieu de : «Какея, lire : «Rake».
P. 5g, de A. 116. Ли lieu de : «Mpu SINDOK», lire : «Mpu SENDOK».
P. 61, dernière ligne de la note 6. Au lieu de : «l'inscription de Gěwčg de 885 sakan, lire :
«l'inscription de Gëwëg de 855 s'akas.
P. бз, a* colonne, A. 1ЗЗ. Au lieu de : «LUWĚd, lire : «Ll'CKM».
P. 67, dernière colonne de l'inscription A. 1 4 5. Au lieu de : « Sakalabhuwana . . . », lire : «Saka-
labhuwana. . . ».
P.71, dernière colonne de A. 167. Au lieude: «dans une cartouche -»,Иге: «dans un cartouche я.
P. 83, avant-dernière colonne de D. 2 et 3. Au lieu de : «4-vi~9 1 i*r>, lire dans les deux cas :
«5-V1-91 1*»,
P. 89, dernière colonne de D. 27. Au lieu de : «DHARMMAWANSA», lire : «DHARM-
MAWAŇGSA».
P. 90, a* colonne, D. 3'i et note 1. ligne a. Au lieu de : «Гапиаг, lire dans les deux cas :
«Wanwan.
a« colonne, D. 67. Au lieu de : «SIDËMEN», lire : rSIDĚMĚrb. P. qIi,
P. 95, dernière colonne de D. 55. Au lieu de : «Pararaéswarï», lire : « Parâmes warï я.
P. 99, avant-dernière colonne de E. 4. Au lieu de : «a8-n-6S6», lire : «з8-пг-686я.
P. loi, 7" colonne de E. 10. Ли lieu de: «vol. II, 1917. . . », it're : (tvol. II, 1916...». LOUIS-CHARLES DAMAIS 8
les inscriptions de notre Liste et, éventuellement, de réduire les éléments calendé-
riques de documents nouveaux, à la condition qu'il dispose en même temps de
Tables de Néoménies W.
Dans EEI, I W, nous avons déjà donné quelques exemples de réductions de dates
choisis de façon à fournir un échantillon des principaux cas auxquels nous avons
eu affaire au cours de notre examen des dates épigraphiques. Nous avons en effet
étudié non seulement les dates où les données sont complètes, mais aussi des docu
ments où certaines données manquent, sont illisibles, ou encore ont besoin d'être
corrigées. Les difficultés qui se présentent lorsqu'on cherche à réduire les éléments
d'une date étant de différents degrés, nous avons jugé utile de classer les docu
ments d'après la marche que nous avons dû suivre pour trouver l'équivalent julien
de la date originale. Pour les inscriptions consignées dans notre Liste, nous avons
ainsi divisé le matériel épigraphique en cinq catégories comprenant en tout dix-
huit groupes dont nous donnons ci-dessous rémunération.
Des erreurs se sont également glissées dans le Tableau comparatif des chiffres indonésiens publié en
Appendice à EEI, III. Nous les signalerons en étudiant les inscriptions en question, mais nous
groupons pour plus de facilité ici les corrections à faire :
Section A. JAWA i. Grandes Inscriptions.
Colonne i. Ayant, depuis la confection du Tableau, changé la dénomination de cette inscription
en «Hampran», on utilisera cette dernière au lieu de «Plumpungan».
Colonne 17. Au lieu de : «Sri Manggala», lire : «Sri Manggala II».
Colonnes 18 et 19, inscriptions de Wihâra et de Anggěhan. Au lieu de : «786», lire dans les
deux cas le millésime «796».
Colonne 9 en comptant à partir de la fin de cette section. La dénomination de l'inscription de
1 9 46 saka doit, au lieu de : « Blitar», être lue «Blitar I».
Section A. JAWA 3. Millésimes divers.
Colonne 2 4, millésime de «Candi Pértapan». Le chiffre qui se trouve dans la ligne des 5, doit
être transporté dans celle des 4 conformément à notre lecture i364 du millésime.
Section C. BALI.
8* 1" colonne, et a* colonnes. inscription Au de lieu Air de Hampul. : «Pejeng», Au lieu lire de respectivement : « ? 88з », lire : «Pejeng : « 88 a ». II» et «Pejeng III я.
(0 Le temps nous a manqué pour étudier ici un certain nombre d'inscriptions plus ou moins
ruinées et pour la date desquelles nous n'avions pu à l'époque trouver de réduction satisfaisante.
Nous examinerons ces documents, ainsi qu'un certain nombre de dates qui semblent irréductibles,
dans un prochain article.
(*) Cf. BEFEO, XL Y, 1961 : 1-Д1. Nous signalons ici les fautes d'impression que nous avons
relevées dans ce dernier article :
P. 5, ligne 19 de la note 1. Au lieu de : «e — tj» lire : «c — ij».
P. 5, a 6 de la même note. Au lieu de : «Jemuwahr) lire : «Jëmuwahrt.
P. ta. En-tête de la liste de la note. Au lieu de : «Pranâtâ mângsa», lire : «Pranâtâ mângsâ».
P. i3, ligne i. Au lieu de : «Mârggeçirsa», lire : «Mârggaçirsai>.
P. i5, 1 1. Au lieu de : «A», lire : «À».
P. i5, ligne i3. Au lieu de : «les quelques 70 ans», lire : «les quelque 70 ans».
P. a 8, avant-dernière ligne du texte. Au lieu de : «9-V111-912», lire : «9-V111-932».
P. З9, ligne 32. Au lieu de «klivon», lire : «kliwon».
Dans EEI, II (BEFEO, XLV, 1961 : 4з-63), nous avons relevé les erreurs suivantes :
P. 43, ligne 8. Au lieu de : «[s] w [aha]», lire : «[s] w [àhà]».
•P. 48, 22. Au lieu de : va krsna», lire : «3 krsna».
P. 4g, avant-dernière ligne de la note 5. Au lieu de : «Bârâ Budur», lire : «Bârâ Builur».
P. 62, ligne 4 de la note 4. Au lieu de : « Diengv, lire : « Diyengv.
P. 62, 3 de la 5. Au lieu de : «Bârâ Budur», lire : «Bârâ Budur». CLASSIFICATION DES INSCRIPTIONS INDONÉSIENNES
DU POINT DE VUE DE LA RÉDUCTION DE LA DATE
1. Inscriptions justifiant la méthode utilisée.
a. Les données sont complètes (l). Aucune correction n'est nécessaire. Millé
sime jusqu'ici correctement interprété ou non^2).
2. Inscriptions dont la date a été restaurée à l'aide de la méthode.
b.pour lesquelles nous n'avons eu à notre disposition qu'une
transcription publiée qu'il nous a fallu corriger pour réduire la date. Vérification
éventuellement possible <3).
c. Le millésime est intact. Quelques autres données sont absentes, ruinées ou
illisibles. Réduction certaine.
d. Le millésime est endommagé mais les autres données sont intactes. Réduction
certaine ou pratiquement telle.
e. Le millésime et d'autres données sont endommagés ou de lecture douteuse,
mais la restitution ne présente pas trop de difficulté. Réduction pratiquement
certaine.
f. Le millésime et d'autres données importantes sont ruinées ou manquent de
netteté. Réduction quelque peu douteuse.
3. Inscriptions contenant des erreurs (en majorité des copies).
g. Le millésime est correct. L'erreur saute aux yeux du fait que certains éléments
de la date se contredisent. Les données correctes suffisent pour calculer la réduction
qui est certaine M.
0) Par données complètes, nous entendons que celles-ci suffisent à déterminer le jour julien
sans ambiguïté. A partir de l'époque où le nom du wuku est employé, sa mention permet souvent
de suppléer à l'absence d'une ou même de deux abréviations désignant le jour dans les différentes
sortes de semaines.
(2) Ceci fait que des inscriptions, comme celle de Wayuku que nous avons étudiée dans EEI,
I : a 9-З i comme si un des chiffres était indéterminé, pour justifier notre correction de la lecture
jusqu'ici acceptée du millésime, se trouvent ici dans le groupe o, la valeur des chiffres nous parais
sant maintenant suffisamment prouvée.
(3) Dans ce groupe, seuls les documents à notre disposition étant vraisemblablement défectueux,
il n'y a pas correction du texte même de l'inscription. Voir ce que nous avons dit dans EEI, I :
28-39 au sujet de la stèle de Sangguran. D'autres cas où les rectifications apportées au texte
publie sont plus importantes, n'ont pu être distingués des cas analogues où nous avons pu consulter
l'original ou un estampage. .Une meilleure documentation pourra donc permettre de vérifier
ou éventuellement de corriger les solutions que nous donnons ici (en particulier dans les groupes e
et/).
l*> II s'agit des cas où le nom du wuku ne correspond pas aux abréviations cycliques désignant
le jour dans les trois sortes de «semaines». La plupart du temps, c'est Tune des abréviations qui
est erronée. Mais dans quelques documents, c'est le nom du wuku qui est inexact. 10 LOUIS-CHARLES DAMAIS
h. Erreur dans un seul chiffre du millésime. La correction est garantie par le
cadre historique. Réduction certaine.
i. L'erreur est dans une seule donnée autre que le millésime. Réduction pratique
ment certaine.
j . L'erreur est dans le millésime seulement, mais la correction n'est pas garantie
par le cadre historique. Réduction quelque peu douteuse.
k. Plusieurs erreurs. douteuse W.
h. Inscriptions dont la date ne fournit pas les éléments cycliques. Impossible de
VÉRIFIER DIRECTEMENT LA RÉDUCTION QUI MANQUE DANS CERTAINS CAS DE PRECISION^.
1. L'inscription indique millésime, mois, paksa, tithi et saptawara.
m. mois, paksa, tithi et triwara (toutes de Bali),
n. indique millésime, mois, paksa et tithi sans plus,
o. L'inscription millésime et mois seulement.
p. ne donne qu'un millésime exprimé en chiffres ou à l'aido d'un
chronogramme (3).
5. Inscriptions dont la date présente des difficultés spéciales.
q. datées en ère de Safijaya C4).
r. Inscription avec une date solaire.
Cette répartition des documents en plusieurs groupes est forcément quelque peu
arbitraire car, dès que certaines données sont absentes, illisibles ou bien erronées,
chaque inscription présente en quelque sorte un problème particulier. Le class
ement que nous avons adopté ici n'a d'autre ambition que de grouper des cas qui,
s'ils ne sont pas identiques, sont du moins analogues.
Le total des documents ainsi étudiés est de 992, dont 2i4 pour les catégories
i à 3, ce qui fait, en y comprenant les deux inscriptions en ère de Saňjaya, un total
de a 1 6 dates pour lesquelles nous avons pu disposer des éléments cycliques en
dehors des éléments astronomiques. Les 76 autres inscriptions ne fournissent
que certains détails astronomiques ou même un millésime sans plus. Nous donnons
dans le tableau ci-dessous le total des inscriptions dans chaque groupe selon le
(г) Le classement d'une inscription dans l'un des deux groupes j et к est le résultat d'un choix
de caractère inévitablement quelque peu subjectif. Il nous a cependant semblé préférable de
distinguer deux degrés dans la valeur des résultats que nous croyons avoir obtenus.
(*) Ainsi que nous l'avons déjà fait remarquer (EÈI, III : 17), la marge d'incertitude dans la
réduction peut atteindre deux jours au maximum (trois pour le groupe m) et, dans les cas où la place
de I'emboiisme ne peut être déterminée, cette marge peut atteindre un mois. On notera qu'il ne
saurait y avoir d'incertitude dans l'année, la valeur des chiffres du millésime ь'ака se trouvant
garantie par les inscriptions où une vérification à l'aide des données cycliques est possible.
(3) C'est surtout dans ce groupe qu'il existe un assez grand nombre d'inscriptions que nous
n'avons pu inclure notre Liste, le temps nous ayant manqué en 1946-19Д7 pour étudier
systématiquement tous les millésimes dont il existe un estampage ou une photographie au Service
Archéologique de l'Indonésie à Djakarta. On trouvera dans notre Tableau comparatif des chiffres
indonésiens publié en appendice à EEI, III (section A. 3, Millésimes divers) quelques chiffres prove
nant de telles inscriptions.
<4) Du point de vue de l'interprétation des données, ces deux inscriptions sont à classer dans le
groupe e. D'EPIGRAPHIE INDONESIENNE И ETUDES
classement exposé plus haut, en distinguant de plus la région d'où le document
provient^1).
TOTAUX 1 4 5 3 RÉGION
a b с d e î h i к 1 m n О г g i Р q
- 51 1 2 à 4 4 2 1 5 2 1 89 2 1 5 4 Java(C)
— - Java (E) 64 1 7 5 8 2 3 5 2 1 2 И 8 121
- Java (Total) 115 2 9 9 12 4 i h 10 1 б 5 4 12 13 2 1 210
1 1
1 1
- - - - - - - - - - Bali 19 G 9 3 1 25 2 2 67
к 1 13
Totíl 137 2 9 16 12 4 10 h 13 1 б 13 25 10 14 13 2 1 292
Nous donnons maintenant une liste récapitulative de toutes les inscriptions dans
l'ordre où elles seront examinées plus loin au cours de cet article. Le numéro placé
devant chaque désignation est celui de la Liste publiée dans EEI, III, ce qui
permet de l'y retrouver immédiatement. Par souci de brièveté nous n'emploierons
désormais pour chaque inscription que le toponyme ou autre nom choisi par nous
selon les directives exposées dans EEI, III, Introd., S 18 à 2 5. Un index alpha
bétique comprenant aussi bien les dénominations anciennes que les nouvelles per
mettra au lecteur de retrouver facilement l'endroit où nous avons étudié la date
de tel ou tel document, quelle que soit l'appellation qu'il a à sa disposition. On
trouvera cet Index plus loin à l'Appendice 1 0.
1. a. A. 20 G Siwagërha
22 Buki G С Jam 23 Kaňcana E
V. 8 Kamalagi G 25 С Taîaga Taňjung
Wanua Tëngah 1 12 Kuti E 27 G
15 Parasol à éclipse G С 28 II
17 Tulang Air 1 G «Candi Àbang» С 32
18 Air II С 33 Tunahan С
19 Wavuku С 34 Waharu 1 E
О II y a quelques cas de provenance douteuse. Nous les avons enregistrés ici d'après les données
de la littérature épigraphique. En ce qui concerne les plaques de Watukura conservées dans une
collection particulière à Copenhague, leur lieu de provenance est inconnu. Étant donné cependant
que l'écriture est de l'époque de Majapahit et que cette copie a été faite en 1270 s'aka, on peut consi
dérer cette inscription comme provenant de l'Est de Java même si le texte concerne en fait un
terrain du centre de l'île. Pour des raisons analogues, nous rangeons dans ce tableau les trois
manuscrits inclus dans notre Liste comme provenant de Java oriental.
Notons enfin que le lieu de provenance d'une inscription n'est pas forcément son lieu d'origine,
surtout pour les documents aisément transportables comme les inscriptions sur cuivre. Nous ne
pouvons traiter, même sommairement, cette question ici. Disons seulement qu'il ne semble pas y
avoir eu beaucoup de déplacements des documents épigraphiques avant leur découverte par les
archéologues. Le lieu de provenance semble donc coïncider, dans la grande majorité des cas, a avec
le lieu d'origine. LOUIS-CHARLES DAMAIS 12
G А. 139 A. 35 Sri Manggala II Тёгёр I
Anggëhan С 141 Pucangan 37
G 142 Gandhakuti 38 Humanding 145 Padlëgan I Jurangan С 39
146 Panům bangan I С 40 Haliwangbang «Candi Tuban» 148 43 Mulak 1 С
«Tangkilan» С 149 44 Mamali
Kwak I G 151 46 Hantang 152 II Г. 47 Talan Bhâralayuddha 154 49 Salîmar I С
С 155 Padlëgan II 50 Salimar II
G 156 Kahyunan 51 III
С 158 Angin 53 Taragal
54 «Pëndëm» С 159 Jaring «Sëmanding» 160 55 Ra Ťáwun I С
С 161 Cëkër 56 Ra Tawun II
«Këmulan» С 163 57 Paštika
Subhasità G 165 58 Ra Mwi
166 Munggu Antan С 61 Galunggung 172 «Pakis We tan я 63 Ralingawan Е
G 173 Sarwwa Dharmma 66 Ayam Tëas 1
Е 174 Wurare 68 Taji
177 G Kudadu 69 Kayu Ara Hiwang
178 Sukamërta Panggumulan A С 72
180 Tuhanaru С 74 Tëlang II
182 76 Poh G Gënëng II
Е 183 Palungan 77 Kubu Kubu
185 Watukura В С 78 Kikil Batu I B
186 Kusmala II В С 79
187 Gajah Mad a В Kandangan G 81
188 Canggu Mantjasih 1 С 82
204 Walandit В 84 С Sangsang Patapan II G 206 86 Kasugihan
207 Warmgin Pitu Е 87 Kinëwu
209 Pamintihan Kaladi Е 88
210 Pëtak Wuru Tunggal С 91
93 «Pësindon» I G
«Pčsiňďon» H 94 С Sunda Е 95 SugihManek
Kiringan С 96 В. 1
Lintakan G 97
98 С Wintang Mas В Madui a 99 Е Hariňjing В
100 Wurudu Kidul A С С. 1 С 101 Wuruďu В
105 Kinawë Е
Waharu 11 Е lîali 108
109 Turyyan Е
Е D. 20 Bwahan 1 110 Sarangan
Linggasuntan Е 26 Baturan 111
32 Turuňan I B Е 113 Cunggrang И
36 Sukhapura J 114 Е
G Sumbut Poh Rinting g Е 37 Julah 1 D 117
Е 42 Baûu Rara 1 118
Е 43 Baňu II 122 Sobhamërta Wulig Bila B 124 Е 45
47 Bwah Paradah II Е 126
50 Air Tabar G 127 Е Muňcang Е 51 Sukhamërta 130 Kawambang Kul wan
Е 54 131 Wirâtaparwwa A Kutulikup Bwahan V Е 55 132 Wirâtaparwwa B
Dharmma Haiiar 135 Е 56 Can©
57 «Sidëmën» 136 Munggut Е
58 Bangli 111 137 Kakurugan Е D'ÉPIGRAPHIE INDONÉSIENNE 13 ÉTUDES
f. I). 59 Basang Ara
60 Hyang Putih Jiiva 63 Langgaran
A. 30 Kurambitan С
52 Wuatan Tija С Sumatëra 123 E Anjuk Ladang
167 Biri E 10 E. Dharmmàa'raya (Amoghapâsa)
3. g.
2. Ь. Java
Java A. 140 Kama! agy an E
С A. 13 Tri Tëpusan I
Bali Mangulihi A С 29
E 107 Gulung Gulung D. 27 Bila A E 112 Cunggrang I 29 Bwahan II E 121 Kanuruhan 35 Batwan В E 164 38 Silihan I В Balawi Palaty E 179 41 Antakunjarapâda «Blitar» I E 181 49 Sukhapura II 205 Paguhan E 52 Këdisan III
61 Campaga III
62 d. Salumbung
Java h.
G A. 10 Kayumwungan Java
14 Tri Tëpusan H G 64 Panunggalan G A. 24 G Gunung Wule 89 Tulangan E G 65 «Tëlahap» 125 Kamban E G 83 Mantyasih II 128 Wurandungan I E E 103 Harifijing G
119 Paradah 1 E i. 138 Baru E
E 169 Srï Sâstraprabhu Java
A. 42 С Kapuhunan ( Pintang Mas )
Bali 48 Salingsingan A С
70 Rongkab G D. 22 С 73 Siddhayoga Pakuwwan Jung Hyang I B 39 80 Palëpangan С 40 II В 115 Jéru Jëru E Bantiran II 53 116 Waharu IV E 65 Her Abang 11 E 120 Hëring 67 «Gunung Panulisan» V E 129 Нага Нага
«Pamotan« E 143
Sumatth a
Bali 5 «Bawang» E.
D. 23 Air Hawang I
33 Turunan Ш 6. 34 Wanwa Jharu 1 С
A. 11 Pu Ha wang Gëlis G
j. 59 Kalirungan G
67 AyamTëasH G Java 102 E Kambang Srï
A. 6 E 104 Wulakan G Harifijing A
144 Sumëngka E
147 E k. Gënëng I
«Jëpun» 153 E j€LV(l 157 «Mëleri» l E
168 «Sumbëringin Kidul» E Kurungan С A. 60
170 Lawadan E 62 Poh Dulur G
175 Gâmundâ E 71 Watukura A E u LOUIS-CHARLES DAMAIS
A. 85 G untu r Balt
171 Maribong П. 31 «Рига Sibi» 111 Bungur В 191
64 Yeh Ganggâ
h. i. Surnatëra
Java E. «Këdukan Bukit» A A. 1 Safijaya В
3 Kaiijuruhan Srí Ksetra «Këlurak» 5 «Kota Kapur» 1 Wukiran 26
Mangulihi В 31 О.
Bali Java
D. 12 «Pejeng» I A. 36 WihSra
176 Gajah Mada A
Sumater a 193 Walandit A
194 Patapan I Lokaná tha E. 6 195 Tirah 7 «SiJoreng Bëlangah» 1 196 Biluluk 11 «Porlak Dolok» 8 197 Katiden «Sorik Mërapi» III 9 199 Selamandi 1 В «Kapalâ Bukit Gombak» 1 11 200 Biluluk ÏU 12 «Bukit Gombak» 1 201 13 Suráwása I Lumpang Selamandi II A 202
203 11 В
m.
Bati Bali
1). 1 Banua Bharu 1 A D. 4 «Sanur»
2 Turufian I A 66 Tambělingan 111
3 Turuňan 11
5 Air Tab ar A P- Sadungan 6
7 Petung Java 8 Julah I A
9 Silihan I A i. 4 Kalasan
10 Batwan A 9 Huwung Julah II 11 16 «Ratu Lavuwatang Bâkâ» II Pakuwwan 1 A 13 21
14 II A 75 « Këtanen»
15 lil 133 Lucëm
16 Air Hampul 150 «Karang Réjâ»
17 Julah 1 В 162 «Sapu Angin»
Air Tabar В 18 184 Manjusrï
Banwa Bbaru 1 В 19 190 Biluluk l
21 Bantiraa I 192 Ambëtra
24 «Gunung Panulisan» 1 198 Selamaridi I A
25 Julah I 0 208 Pàlëmaran
«Рига Sibi» I 28
30 «Рига Sibi» 11
5. q. 44 Air Rara III
46 «G. Panulisan» Ш Java 48 Baňu Palasa
A. 90 Taji Gunung
n. 92 Timbanan Wungkal
Java
r. «Java Central» . 41
45 «Kuficen Wetan» Java
134 Silet
A. 2 Hampran 189 Nâgarakrtâgama ÉTUDES D'ÉPIGRAPHIE INDONÉSIENNE 15
D'une façon générale nous donnons autant que possible pour chaque document
la transcription du texte jusqu'au passage où se trouve le toponyme que nous
avons choisi pour désigner l'inscription. Dans certaines chartes sur pierre, en parti
culier de la période dite de Kadiri dont les estampages sont trop souvent presque
illisibles, nous n'avons transcrit que l'essentiel : éléments calendériques et titu-
lature royale. Quelques inscriptions courtes ont été transcrites en entier.
Enfin, la rareté des documents balinais publiés nous a fait transcrire de certaines
inscriptions inédites provenant de cette île, plus qu'il n'était strictement nécessaire
pour notre point de vue ici. C'est d'une façon générale en raison de la présence,
dans le texte de celles-ci, de détails intéressants sur lesquels nous espérons avoir
l'occasion de revenir dans des études ultérieures.
Quelques mots maintenant sur la transcription.
Nous avons encore dû garder, d'une manière générale, la transcription ng aussi
bien pour l'aksara ňa que pour le cecak car, si nous avons bien fait dans certaines
de nos notes la distinction entre ces deux signes, nous avons omis de la faire dans
d'autres et il nous aurait été impossible d'uniformiser nos transcriptions sans une
grande perte de temps. La distinction entre les deux graphies n'a d'ailleurs pas ďim-
portance pratique en ce qui concerne les dates.
Cependant, dans quelques inscriptions où nous donnons une transcription
intégrale du texte, nous distinguons, de même que Kern et De Casparis, l'aksara
fia du cëcak ng, bien que cette dernière transcription ne nous satisfasse guère.
Dans ces textes transcrits d'une façon plus précise, il nous a semblé important de
rendre le paten (ou wirdma) par un signe spécial. Nous avons choisi pour ce faire
le signe qui, dans les alphabets latins exprime la fermeture d'une parenthèse : ).
Ce dernier a l'avantage d'être aussi précis que le paten du texte original, dont il
se rapproche d'ailleurs par sa forme. Une voyelle suivant ce signe (ainsi qu'un h
ou un ng), est donc exprimée dans l'original indonésien par l'aksara réservé à
une voyelle initiale, alors que si le paten est absent, la voyelle est exprimée dans
le même aksara que la consonne la précédant.
Cette façon de translitérer permet de rendre en transcription certaines graphies
étranges, telle par exemple le mot mahâmantri de la ligne 3 de la stèle de Taji
Gunung (ligne 6 de OJÔ, XXXVI) où rien dans la Brandes ne ferait
soupçonner l'orthographe originale qui est mahuman)tri donc avec un paten entre
le n et le t. Il en est de même du mot halarran à la ligne 6 du même document
(ligne 9 de OJO) qui est en fait écrit Ка1аг)гап^ etc.
Inversement, deux consonnes se suivant sans être séparées par ce signe, aussi
bien dans deux mots différents que dans le cours d'un seul mot, sont exprimées
dans l'original par un aksara comportant un pasangan (signe souscrit).
Il nous arrivera d'affecter du signe de la brève une voyelle qui, notée généralement
longue dans les textes javanais ou balinais, se trouve dans le document en question
dépourvue de la caractéristique d'une longue, ceci à seule fin de montrer qu'il ne
s'agit pas d'un oubli ou d'une faute d'impression. Ce que nous venons de dire ne
vaut évidemment pas pour le pepët, toujours noté e et dont la longue est trans
crite ol1).
En dehors des notes, les textes épigraphiques sont transcrits en romaines.
Les lettres en italiques indiquent une lecture incertaine.
O) Dans le cas de la voyelle t, la différence entre la longue et la brève est si peu importante
que dans un texte peu net en petits caractères, il est difficile de décider à laquelle des deux Ton a
affaire. Des inexactitudes de transcription sont donc dans de tels cas faciles à commettre.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin