Cette publication est accessible gratuitement

Partagez cette publication

Publications similaires

Mikel DUFRENNE 1910-1995

de Encyclopaedia-Universalis

Davertige

de harmattan

MALDINEY henri (1912-2013)

de Encyclopaedia-Universalis

Vous aimerez aussi

Définition de libertinage

de Encyclopaedia-Universalis

Définition et synonyme de : TRAGIQUE

de Encyclopaedia-Universalis

suivant
FÉNÉON félix (1861-1944)

Bien qu'il ait occupé très tôt une place centrale dans la vie artistique parisienne (il reste de lui quelques essais littéraires intéressants, parmi lesquels il faut mettre à part ses épigrammatiques Nouvelles en trois lignes, 1906, où il transporte dans le fait divers et l'humour noir la concision mallarméenne), Fénéon a renoncé assez vite à une carrière personnelle pour mettre au service des autres une intelligence et une sensibilité particulièrement raffinées : « F. F. ou le critique », selon l'expression de Jean Paulhan qui lui a consacré une étude fervente (1945). C'est comme critique littéraire qu'il se fit d'abord remarquer ; nous lui sommes en partie redevables, à travers les revues qu'il animait, La Vogue, La Revue indépendante et plus tard La Revue blanche, de la connaissance de Dostoïevski, Tolstoï, Ibsen, Gorki, Strindberg.

En 1923 encore, c'est lui qui fera publier en France le Dedalus de Joyce. Pour le domaine des lettres françaises, la moisson n'est pas moins fructueuse : c'est à lui que revient la publication de certains des textes les plus célèbres de Verlaine, Laforgue, Mallarmé, Gide, Jarry, Apollinaire, et surtout des Illuminations et d'Une saison en enfer de Rimbaud, dont il est le véritable découvreur. Et pourtant Fénéon reste avant tout critique d'art, le plus remarquable peut-être des vingt dernières années du xixe siècle avec Gustave Geffroy ou Théodore Duret, et plus qu'Octave Mirbeau ou Huysmans.

Pourfendeur des gloires officielles, il soutient les jeunes avant-gardes : l'école néo-impressionniste à partir de 1886, plus tard les nabis, Toulouse-Lautrec ; après 1900, il fait encore beaucoup pour Signac, Matisse, Van Dongen, ou la présentation à Paris des futuristes italiens (1912). Mais son grand homme est Seurat : s'il n'est pas tout à fait le premier à relever son nom, il est seul à commenter et à justifier sa nouvelle esthétique à la fois scientifique et symboliste, dans la mesure où le tableau n'est plus désormais simple copie d'un fragment de nature, mais transposition ou « variation harmonique » selon les lois de la théorie des couleurs.

La mort prématurée du peintre, en 1891, marque une coupure assez brutale dans la carrière de Fénéon : les nombreux articles, chroniques, interviews qu'il écrira encore, notamment dans le Bulletin de la vie artistique de 1919 à 1926, abondent en renseignements précieux et en remarques pertinentes, mais n'offrent plus la même originalité ni la même unité concernant l'esthétique. Fénéon appartenait à la première génération symboliste, celle que patronnaient Verlaine, Mallarmé, Huysmans. Son style même, précieux et contourné à l'extrême, en a été définitivement marqué.

Représentant typique de l'« esthète » et du « décadent » dans ce qu'ils avaient de meilleur, Fénéon est resté un homme des années 1880-1890 : la publication de ses Œuvres plus que complètes en 1970 a montré, en lui rendant pleinement justice, qu'il ne s'agissait pas seulement d'une mode superficielle.

Auteur: JEAN-PAUL BOUILLON