Cette publication est accessible gratuitement
Lire

GUILLAUME DE CHAMPEAUX (1070 ?-1121)

De
4 pages
Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis GGUUIILLLLAAUUMMEE DDEE CCHHAAMMPPEEAAUUXX ((11007700 ??-- 1121) Le maître d'Abélard, célèbre par les critiques que celui-ci lui adresse à propos des universaux. Si forte est la personnalité d'Abélard et si profonde eson influence sur tout le xii siècle scolastique qu'on en oublie souvent l'importance de son maître, qu'il traite lui-même de haut. De la même génération que son agressif élève, Guillaume de Champeaux a étudié auprès de Manégold de Lautenbach, d'Anselme de Laon, de Roscelin à Compiègne. Vers 1100, il devient archidiacre de Paris et maître de l'école cathédrale de cette ville, qu'il quitte en 1108, sans doute à la suite de sa controverse avec Abélard. Avec quelques disciples, il se retire à l'ermitage de Saint-Victor, dont il fait rapidement un monastère de chanoines réguliers et où il reprend son enseignement. Son influence sur la spiritualité ultérieure de l'école de Saint-Victor fut remarquable, et il faut sans doute lui attribuer l'origine de son orientation mystique. En 1113, il devient évêque de Châlons-sur-Marne ; il combat alors violemment le mariage des clercs et, défenseur ardent de l'investiture ecclésiastique, il est envoyé par Calixte II comme légat à la conférence de Monzon en 1119. Ami fidèle de saint Bernard, il reçut l'habit monastique de Clairvaux, où il mourut peu après.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

GUILLAUME DE SHYRESWOOD (mort apr. 1267)

de Encyclopaedia-Universalis

REMI D'AUXERRE (mort en 908 env.)

de Encyclopaedia-Universalis

ROGER MARSTON (mort en 1303)

de Encyclopaedia-Universalis

GUILLAUME DE CHAMPEAUX (1070 ?-1121)

Le maître d'Abélard, célèbre par les critiques que celui-ci lui adresse à propos des universaux. Si forte est la personnalité d'Abélard et si profonde son influence sur tout le xiie siècle scolastique qu'on en oublie souvent l'importance de son maître, qu'il traite lui-même de haut. De la même génération que son agressif élève, Guillaume de Champeaux a étudié auprès de Manégold de Lautenbach, d'Anselme de Laon, de Roscelin à Compiègne. Vers 1100, il devient archidiacre de Paris et maître de l'école cathédrale de cette ville, qu'il quitte en 1108, sans doute à la suite de sa controverse avec Abélard. Avec quelques disciples, il se retire à l'ermitage de Saint-Victor, dont il fait rapidement un monastère de chanoines réguliers et où il reprend son enseignement. Son influence sur la spiritualité ultérieure de l'école de Saint-Victor fut remarquable, et il faut sans doute lui attribuer l'origine de son orientation mystique. En 1113, il devient évêque de Châlons-sur-Marne ; il combat alors violemment le mariage des clercs et, défenseur ardent de l'investiture ecclésiastique, il est envoyé par Calixte II comme légat à la conférence de Monzon en 1119. Ami fidèle de saint Bernard, il reçut l'habit monastique de Clairvaux, où il mourut peu après. Les œuvres de Guillaume qui nous sont parvenues sont toutes théologiques, ses œuvres logiques ne nous étant connues le plus souvent que par des citations de ses adversaires, en particulier Abélard.

À Paris, la doctrine dialectique de Guillaume semble avoir été essentiellement influencée par Boèce : comme celui-ci, et contre le nominalisme de son contemporain Roscelin, il tient que l'universel est une chose, une substance essentiellement identique dans tous les êtres, et que, par voie de conséquence, l'individuation, fondamentalement inessentielle, est tout entière due aux accidents de cette substance. Guillaume fait alors évidemment de celle-ci une « essence matérielle » ; il est de ceux qu'Abélard appelle les reales. L'universel étant ainsi posé comme une chose présente dans tous les individus, il s'ensuit que, si ceux-ci se trouvaient privés de leurs accidents, leurs différences abolies, ils seraient réduits à l'unique substance identique. C'est cette thèse qui est d'abord attaquée par Abélard lors de son deuxième séjour auprès de Guillaume : reprenant les textes d'Aristote, de Porphyre et de Boèce, Abélard démontre à son maître que, s'il paraît clair que l'homme est identique dans Platon et dans Socrate, il est impossible d'admettre que, dans l'animal dépourvu de raison, l'animal est le même que dans l'animal doué de raison, l'homme, puisque ce serait admettre que les contraires coexistent dans une même substance. Selon Guillaume, en effet, l'universel est tout entier dans chaque individu : à quoi Abélard répond que l'essence « homme » ne peut être à la fois dans Platon et dans Socrate simultanément. Enfin, Guillaume soutient que les universaux sont avant les choses (universalia ante rem) : il s'ensuit, argumente Abélard, que l'individu constitué par ses accidents ne saurait être sujet, puisque est seul sujet ce qui est antérieur à ses accidents.

Si Guillaume eut nettement le dessous en cette querelle, il faut néanmoins lire avec plus de défiance le récit que donne Abélard dans l'Historia calamitatum de la seconde défaite de Guillaume. Celui-ci, amendant ses affirmations, professe l'« indifférence » de l'universel : cette thèse, également avancée par Boèce, est que, tout en étant par essence distincts, les individus n'en sont pas moins semblables (non différents) « dans l'homme ». Abélard, une seconde fois, entre en lutte contre son maître : soutenir l'« indifférence », c'est dire qu'il existe une différence entre Socrate comme Socrate et Socrate comme homme, ce qui est inconcevable, Socrate étant un seul et même être. D'autre part, si Socrate et Platon ne diffèrent pas « dans l'homme », ils ne diffèrent pas non plus « dans la pierre » (par rapport à elle). Abélard discrédita ainsi l'enseignement de Guillaume ; cependant, les dernières thèses de celui-ci sont fort proches de celles de son élève qui reconnaît : « Cum dicunt idem esse in Socrate et Platone, idem pro indifferenti, id est consimili, intelligunt. » Abélard admet ainsi que Platon et Socrate ont ceci de semblable qu'ils sont l'un et l'autre dans le status, la condition, d'homme.

En fait, si proches que soient les deux thèses, il semble bien que la position d'Abélard s'oppose franchement à celle de Guillaume en proposant une analyse de la prédication comme telle : les universaux sont pour lui des voces, des mots, ou, selon ses thèses ultérieures, des sermones, des énoncés, seul objet qui intéresse le dialecticien ; mais Abélard « est sans doute plus resté l'élève de son maître que lui-même ne le croyait » (Gilson), et la théorie de l'indifférence professée par Guillaume se retrouvera encore au xiiie et au xive siècle.

Auteur: OLIVIER JUILLIARD
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin