Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Henri GOUHIER 1898-1994

De
5 pages
Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis HHeennrrii GGOOUUHHIIEERR 11889988--11999944 Lorsque Vrin (son principal éditeur) publia La Pensée religieuse de Descartes, Henri Gouhier n'avait que vingt-six ans. Son parcours universitaire fut prestigieux : élève de l'École normale supérieure, pensionnaire de la fondation Thiers, diplômé de l'École pratique des hautes études (sciences religieuses), agrégé de philosophie, docteur ès lettres. Dans l'avant-propos de sa thèse, La Philosophie de Malebranche et son expérience religieuse (1926), il rend un vibrant hommage à son directeur, Gilson ; en 1993, il lui consacrera son ultime ouvrage. Enseignant dans le secondaire, puis dans le supérieur (Lille, Bordeaux, Paris), professeur honoraire à la Sorbonne, membre de l'Académie française, de l'Académie des sciences morales et politiques, de l'Accademia Nazionale dei Lincei, membre associé de l'Académie royale de Belgique, docteur honoris causa des universités de Genève et de Rome, il vit l'ensemble de ses travaux couronné par le grand prix de littérature de l'Académie française, le grand prix littéraire de la Ville de Paris, le prix mondial Cino del Duca. L'œuvre fascine par l'ampleur et la diversité ; reflet d'une personnalité originale qui alliait l'esprit de géométrie à l'esprit de finesse. Dans les études d'histoire de la philosophie s'élabore une méthode propre, à l'opposé de celle de Guéroult (l'“histoire philosophique de la philosophie”).
Voir plus Voir moins
Henri GOUHIER 1898-1994

Lorsque Vrin (son principal éditeur) publia La Pensée religieuse de Descartes, Henri Gouhier n'avait que vingt-six ans. Son parcours universitaire fut prestigieux : élève de l'École normale supérieure, pensionnaire de la fondation Thiers, diplômé de l'École pratique des hautes études (sciences religieuses), agrégé de philosophie, docteur ès lettres. Dans l'avant-propos de sa thèse, La Philosophie de Malebranche et son expérience religieuse (1926), il rend un vibrant hommage à son directeur, Gilson ; en 1993, il lui consacrera son ultime ouvrage. Enseignant dans le secondaire, puis dans le supérieur (Lille, Bordeaux, Paris), professeur honoraire à la Sorbonne, membre de l'Académie française, de l'Académie des sciences morales et politiques, de l'Accademia Nazionale dei Lincei, membre associé de l'Académie royale de Belgique, docteur honoris causa des universités de Genève et de Rome, il vit l'ensemble de ses travaux couronné par le grand prix de littérature de l'Académie française, le grand prix littéraire de la Ville de Paris, le prix mondial Cino del Duca.

L'œuvre fascine par l'ampleur et la diversité ; reflet d'une personnalité originale qui alliait l'esprit de géométrie à l'esprit de finesse. Dans les études d'histoire de la philosophie s'élabore une méthode propre, à l'opposé de celle de Guéroult (l'“histoire philosophique de la philosophie”). “Pour une histoire historique de la philosophie” (in Philosophes critiques d'eux-mêmes, Peter Lang, 1978) est le manifeste rétrospectif, la rationalisation d'un parcours, au départ empirique, et qui se caractérise par le refus de définir la philosophie d'une manière univoque : seules existent “des philosophies” à la source duelle, “transformations” de la science, inspiration religieuse.

La relation entre philosophie et religion a été l'une des préoccupations dominantes de Gouhier, qui accordait au concept de religion toute son extension, qu'il s'agisse de la religion naturelle de Rousseau (Les Méditations métaphysiques de J.-J. Rousseau, 1970) ou de la religion de l'humanité de Comte (La Jeunesse d'A. Comte et la formation du positivisme, 3 vol., 1933,1936,1941). À la question célèbre de savoir si une philosophie chrétienne est possible il répondait : “Non, dans une philosophie de la vérité. Oui, dans la philosophie de la réalité”, réalité donnée par la croyance chrétienne (La Philosophie et son histoire, 1944), en étant pleinement conscient de l'ambiguïté de l'expression “donné chrétien” qui peut renvoyer à l'expérience mystique (il n'est plus question de philosophie) ou à l'expérience d'une foi qui peut être foyer de rationalité. Dans Bergson et le Christ des Évangiles (1961), qui a consacré le syntagme “christologie philosophique”, le souci s'affirme, plus que jamais, de “ne pas faire dire aux mots plus qu'ils ne disent dans leur contexte” : Bergson peut interroger le Christ sans sortir de la philosophie, mais il faut distinguer “ce qu'il sait comme philosophe” de “ce qu'il pense comme homme” ; “il y a donc une pensée de Bergson qui déborde sa philosophie” ; “tout ce que peut la philosophie, c'est reconnaître la présence d'un Homme-Dieu : elle ne saurait connaître le paradoxe d'un Dieu-Homme”.

Gouhier a centré sa réflexion sur la philosophie française. Il se situait plus “du côté de chez Bergson” que “du côté de chez Hegel”. Dans l'ouverture du colloque “Ravaisson” (Centre d'études des philosophes français, Sorbonne, 1983), il soulignait l'intérêt de ce positivisme spiritualiste dont Ravaisson avait perçu, de façon prémonitoire, le rôle essentiel : ainsi Bergson sut-il s'opposer au positivisme scientiste et marquer la spécificité de son spiritualisme par rapport au spiritualisme cousinien. Ravaisson était disciple de Biran, l'un des penseurs dont Gouhier se sentait le plus proche. Dans Les Conversions de Maine de Biran (1947), il analyse les étapes qui ont rapproché ce dernier de la foi chrétienne : “Exprimer la psychologie de la prière de Fénelon, tel paraît bien être le sens du dernier biranisme” (voir aussi Fénelon philosophe, 1977). La “troisième vie” préfigure l'intuition bergsonienne de l'absolu.

Au début de Blaise Pascal. Conversion et apologétique (1986), qui s'inscrit dans la longue suite des travaux qui pourraient être réunis sous le titre “Le Cartésianisme et la pensée religieuse du xviie siècle”, on lit : “Il y a toujours quelque chose à dire sur Pascal de différent de ce qui a déjà été dit.” Gouhier possédait, en effet, une étonnante capacité de détecter, dans chacun des philosophes qu'il analysait, ce quelque chose de différent par quoi il permettait aux lecteurs de les voir autrement. La question décisive est : “Une histoire événementielle des idées est-elle concevable ?” Chacun des livres restitue milieux, courants, sentiments collectifs de l'époque concernée, mais un penseur reste un “je” insubstituable, comme on le voit dans Notre Ami Maurice Barrès (1928). Gouhier aimait regarder les auteurs “dans les yeux”. Rousseau et Voltaire. Portraits dans deux miroirs (1983) réussit le tour de force de montrer “ce que chacun fut sous le regard de l'autre”. Obsédé par la mise en scène, il opérait un subtil rapprochement entre le travail du metteur en scène et celui de l'historien de la philosophie. Critique théâtral éminent, on lui doit nombre de livres et d'articles sur cet art, et notamment Antonin Artaud et l'essence du théâtre (1975), Le Théâtre et les arts à deux temps (1989).

Auteur: DENISE LEDUC-FAYETTE
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin