7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois


UNIVERSITÉ FRANÇOIS - RABELAIS
DE TOURS


ÉCOLE DOCTORALE SHS

THÈSE présentée par :
Aurélien NANTOIS

soutenue le : 23 Octobre 2009



pour obtenir le grade de : Docteur de l’université François - Rabelais
Discipline/ Spécialité : Lettres Modernes

Henri Michaux
Déplacements et mutations de l’ailleurs
poétique

THÈSE dirigée par :
M. LEUWERS Daniel Professeur à l’université de Tours

RAPPORTEURS :
M. Guedj Colette Professeur émérite à l’université de Nice
M. SANZ Téofilo Professeur à l’université de Burgos (Espagne)


JURY :
Mme GUEDJ Colette Professeur émérite à l’université de Nice
M. LEUWERS Daniel Professeur à l’université de Tours
M. SANZ Téofilo Professeur à l’université de Burgos (Espagne)
Mme STAFFORD Helen Professeur à l’université de Birmingham
(Angleterre)
Aurélien NANTOIS







Henri Michaux
Déplacements et mutations
de l’ailleurs poétique















Directeur de thèse : Daniel LEUWERS






























6






Il est et se voudrait ailleurs,
essentiellement ailleurs,
autre.




Henri Michaux, Peintures, Qui il est.















7
8 Dédicace




À ma famille, à Sébastien, à Shôheï, à Olivia.
9 Remerciements




Merci à Daniel Leuwers, Sébastien Delavoux, Anne et Nicolas Barrier, Omégaphone,
Marie-Hélène et Claude Quétier, Shôheï Yamanada, Olivia Thiriet et à toute personne
ayant contribué même modestement à ce travail.
10 Résumé

L’ailleurs est une notion primordiale de la poésie. Henri Michaux, à la suite de
Baudelaire et de Rimbaud est l’un des principaux explorateurs de l’ailleurs poétique. La
notion d’un ailleurs spécifique à la création poétique et, plus largement, artistique est
utilisée pour analyser comment le poète transforme la poésie.
Henri Michaux fuit systématiquement ses attaches et ses repères occidentaux
pour se libérer des règles imposées par la société. Il fuit d’abord l’écriture qui « le
détourne de l’essentiel » et se consacre au voyage. Mais les voyages réels et les ailleurs
imaginaires de sa poésie s’unissent bientôt dans l’exploration d’un ailleurs qu’il trouve
en lui. Il demeure insoumis aux stéréotypes de l’ailleurs répandus dans l’art et dans la
société. Sa pratique artistique se situe en marge de la grandeur du classicisme et le poète
se réclame de la faiblesse de l’homme et de la volonté d’impuissance pour accéder à une
conception de l’espace qui lui est propre.
L’exploration de son intériorité lui permet de modifier la perception de son être
et de rencontrer sa propre dualité. Il se livre tout entier à ses géographies intérieures et
au caractère multiple de sa personnalité et du réel. Par cette exploration, il produit une
dynamique artistique qui exprime toute la complexité de son être et renouvelle l’espace
poétique commun. Néanmoins, ce voyage au cœur le la dispersion de l’espace le
conduit à une angoisse et de perte d’identité fondé sur le sentiment de vide et de
tragique de l’existence. Ce sentiment est directement lié à l’expérience de la
contingence et du vide et au caractère arbitraire des lois du monde et des hommes. Henri
Michaux s’avère très proche de ce qu’expriment Kafka et Dostoïevski, mais il se refuse
à la formule tragique et se tourne vers la formule magique.
Pour se défaire du statisme tragique le poète construit un art de guérison qui
refuse la fixation victimaire des sociétés gréco-latines et judéo-chrétiennes sur la figure
du pharmakos. Il s’écarte de la souffrance noble de la catharsis tragique et exprime la
souffrance universellement partagée des hommes. Il élabore un art proche de la
faiblesse ontologique de l’humain par le recours à une prosodie et une peinture pauvres.
Il explore les limites entre l’écriture et le plastique pour donner à lire et à voir un art
hybride de guérison qui s’inspire des arts et des philosophies asiatiques et de l’ancienne
11 magie chamanique. Le poète réinvestit l’espace de création occidental en modifiant
l’espace poétique de l’ailleurs. Les déplacements et les mutations de l’ailleurs poétique
ème
qu’il réalise lui permettent, malgré les brisures du XX siècle et les blessures de son
existence propre, de se réconcilier avec lui-même et un espace du monde en crise. C’est
par cette cure de l’espace poétique qu’il revient, à la toute fin de son existence, vers un
chant du monde considéré comme un jardin précieux.


Michaux Henri ailleurs poétique espace voyage drogues déplacements mutations prosodie
pauvre volonté impuissance puissance guérison pastorale

12