//img.uscri.be/pth/a39c2473fccaaa170172b14db2263f04a81c99b1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Identités régionales et aspirations politiques : l'exemple de la France d'aujourd'hui - article ; n°5 ; vol.51, pg 787-806

De
22 pages
Revue française de science politique - Année 2001 - Volume 51 - Numéro 5 - Pages 787-806
Regional identities and political aspirations in today's france Contrary to what the rivalry among the various territorial levels can suggest, analysis of data gathered by the OIP [Observatoire interrégional du politique] shows a high correlation of the levels of attachment of the French to « overlapping » territorial governments, from the local level to Europe. The strength of this territorial identity makes it possible to overcome the contradictory effects of social position on attachment depending on whether one is interested in Europe or in the other governmental levels. Better y et, looking at a scale of regional identity, one can see that the inhabitants of regions having a strong identity are not the most fervent partisans of fur­ther decentralization. Nor does attachment to this process derive from better democracy at that level : it is because proximity seems to be a token of greater efficiency that decentralization is so strongly supported. The French thus consider that the regions' present powers are sufficient for the full development of their identity — except in the case of Corsica. This result justifies a recon­sideration of the relations between territorial identity and political aspirations, until now too exclusively envisaged through the controversies concerning only the nation-State relation.
Contrairement à ce que peut faire penser la rivalité entre les différents échelons territoriaux, l'analyse des données recueillies par l'Observatoire interrégional du politique établit que les niveaux d'attachement des Français aux différentes collectivités territoriales « emboîtées », de la commune à l'Europe, sont très corrélés entre eux. La force de ce capital identitaire territorial permet d'ailleurs de triompher largement des effets contradictoires de la position sociale sur l'attachement selon qu'on s'intéresse à l'Europe ou aux autres collectivités territoriales. Mieux : au vu d'une échelle d'identité régionale, on constate que les habitants des régions à forte identité ne sont pas les partisans les plus fervents de la poursuite de la décentralisation. L'attachement à ce processus ne provient pas non plus d'un meilleur fonctionnement de la démocratie prêté à ce niveau territorial : en fait, c'est parce que la proximité semble un gage déplus grande effica­cité que la décentralisation se trouve plébiscitée. Les Français considèrent donc que les compé­tences aujourd'hui attribuées aux régions sont suffisantes pour autoriser l'épanouissement de leur identité - sauf dans le cas particulier de la Corse. Ce résultat incite à reconsidérer les rela­tions entre identité territoriale et aspirations politiques, trop exclusivement envisagées jusqu 'à présent au travers de controverses portant sur la seule relation nation-État.
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Monsieur Claude Dargent
Identités régionales et aspirations politiques : l'exemple de la
France d'aujourd'hui
In: Revue française de science politique, 51e année, n°5, 2001. pp. 787-806.
Citer ce document / Cite this document :
Dargent Claude. Identités régionales et aspirations politiques : l'exemple de la France d'aujourd'hui. In: Revue française de
science politique, 51e année, n°5, 2001. pp. 787-806.
doi : 10.3406/rfsp.2001.403667
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_2001_num_51_5_403667Résumé
Contrairement à ce que peut faire penser la rivalité entre les différents échelons territoriaux, l'analyse
des données recueillies par l'Observatoire interrégional du politique établit que les niveaux
d'attachement des Français aux différentes collectivités territoriales « emboîtées », de la commune à
l'Europe, sont très corrélés entre eux. La force de ce capital identitaire territorial permet d'ailleurs de
triompher largement des effets contradictoires de la position sociale sur l'attachement selon qu'on
s'intéresse à l'Europe ou aux autres collectivités territoriales. Mieux : au vu d'une échelle d'identité
régionale, on constate que les habitants des régions à forte identité ne sont pas les partisans les plus
fervents de la poursuite de la décentralisation. L'attachement à ce processus ne provient pas non plus
d'un meilleur fonctionnement de la démocratie prêté à ce niveau territorial : en fait, c'est parce que la
proximité semble un gage déplus grande effica-cité que la décentralisation se trouve plébiscitée. Les
Français considèrent donc que les compé-tences aujourd'hui attribuées aux régions sont suffisantes
pour autoriser l'épanouissement de leur identité - sauf dans le cas particulier de la Corse. Ce résultat
incite à reconsidérer les rela-tions entre territoriale et aspirations politiques, trop exclusivement
envisagées jusqu 'à présent au travers de controverses portant sur la seule relation nation-État.
Abstract
Regional identities and political aspirations in today's france
Contrary to what the rivalry among the various territorial levels can suggest, analysis of data gathered
by the OIP [Observatoire interrégional du politique] shows a high correlation of the levels of attachment
of the French to « overlapping » territorial governments, from the local level to Europe. The strength of
this territorial identity makes it possible to overcome the contradictory effects of social position on
attachment depending on whether one is interested in Europe or in the other governmental levels.
Better y et, looking at a scale of regional identity, one can see that the inhabitants of regions having a
strong identity are not the most fervent partisans of fur-ther decentralization. Nor does attachment to this
process derive from better democracy at that level : it is because proximity seems to be a token of
greater efficiency that decentralization is so strongly supported. The French thus consider that the
regions' present powers are sufficient for the full development of their identity — except in the case of
Corsica. This result justifies a recon-sideration of the relations between territorial identity and political
aspirations, until now too exclusively envisaged through the controversies concerning only the nation-
State relation.IDENTITES REGIONALES
ET ASPIRATIONS POLITIQUES
EXEMPLE DE LA FRANCE AUJOURDHUI
CLAUDE DARGENT
Le
son tenaille férents tionnelle privilégié possibles convient fran reste parfois ces tité riques infra-étatique nationalisme nalismes européenne Birnbaum des en général sociales exemple se Europe culture aise international primordialistes voit cette territoriale analyses emploi controverses Pour Enfin On Or récurrent de ais Analyses Ce Comme vidé et pour science dernières Paris niveaux fin usage il peut lui un et Pads accorder dans recours une double rendre parce avère culturelles cela notamment être de et Dimensions pour par cette en cherchent présente identité côté La région même siècle de le PUF Patrick politique tout parmi dont substitué effet le est remarque que mouvement territoriaux plus Découverte ce question croissant ce années Ensuite qui un haut les pour 1997 qui la il particulièrement mettent concept les considérer fait Le notamment ensemble la en opposent revendications vitalité anciennes du une identité renvoie un concerne 42 de finalement transformations il plus qui notamment des Gales nationalisme dans historiquement base relève parce héritage 4) certains pertinence est la de tout la 1997 actuelle davantage fréquent débats Etat-nation août la notion largement bien socio-culturelle nouveau nation Christian que les hui deuxième que notre particulièrement régionale de est se Quant 1992 de stable symbolisé analyses D.-C identité contraste cruciaux celles font de rendre identité là ses est est contre continent3 certaine dans sociales transfert au opératoire où le Martin Lequesne au au moitié un pouvoirs une toujours au 582-593 premier fait qui davantage semble le travers vocable Pierre cas compte mythe celui détriment du avec par nationale entité la sur lien se souvent est en du dans nationalisme et de le des dans trouvent diversité appliquée absence qui Birnbaum lequel plus manifeste politiques dir.) matière 19e terme plan comme national du compétences se au il préexistante une du les auteurs porte le Le siècle temps profit trouver est des pressantes au la slogan lien paru Le régions choix opposent détriment cela concurrence fonction totale des identité dir.) autres sur paradoxe régionale Europe est territorial en comme disponibles notamment qui était utile un qualifiés que se identité modalités sciences la hui abord Europe intérêt de trouve Sociologie affectent territoire qui de trouvé part liens De de la de des le de déjà la les des territoriale renvoie part réalités souligne autre inspirer relative réalité entre régions dans la démontré territoriaux souvent sociales théories des de approche largement Revue rigueur régions parce de du la des Mais du Union qui sciences pris ces planète iden le niveau institu histo Pierre natio local fran il tend que dif une cas ces par qui cet ici tat du de en en de en
787
Revue fran aise de science politique vol 51 octobre 2001 787-806
2001 Presses de la Fondation nationale des sciences politiques Claude Dargent
qui sous-tendait la vision de Herder au siècle dernier est aussi celle de wébériens
célèbres comme Edward Shills ou Clifford Geertz au 20e siècle On peut leur adjoindre
hui un auteur comme Anthony Smith qui considère que la nation renvoie
un terreau commun initial dans le cadre de la théorie de la nation comme communauté
ethnique réactivée telle il la formule les nations se constitueraient partir eth
nies même si elles requièrent de nouvelles mobilisations
Mais le rôle décisif de structures historiques et culturelles dans la genèse de cette
collectivité politique est tat-nation est fondamentalement contesté par ceux pour
qui nations et nationalismes entretiennent aucun lien avec ces données anciennes et
sont le pur produit de la modernité le nationalisme et la nation seraient le résultat de
action des élites même si ces auteurs divergent sur le rôle il convient accorder
éventuelles transformations en amont Ainsi contre tout déterminisme culturel
dès la fin du 19e siècle Renan privilégiait le libre choix des populations concernées
est cela qui fondait ses yeux la justification du retour la France des provinces de
Est les réalités culturelles ne permettent pas de fixer les frontières nationales
Ce refus un déterminisme culturel se retrouve hui chez ceux on
appelle les modernistes Ainsi pour Benedict Anderson la communauté imagi
naire que constitue la nation sans lien réel avec le passé est inventée par les élites
pour leur servir de ressource Dans cette perspective la culture origine est tout
fait secondaire Il en va de même Emest Gellner5 pour qui le nationalisme est une
construction opérée par tat ère industrielle Pour cet auteur est donc le natio
nalisme qui engendre la nation et non inverse Il modèle des cultures dépourvues
de toute base ethnique afin unifier imaginaire des populations Contre les cultures
et les religions traditionnelles Etat invente donc cette nouvelle forme de commu
nauté politique que constitue la nation
Ce débat entre les théories du nationalisme pose donc bien le problème plus
général des fondements des identités politiques territoriales les collectivités poli
tiques leurs différents niveaux du local Europe sont-elles des superstructures tra
duisant une réalité socio-culturelle caractéristique de la société civile habitant sur le
territoire qui est le leur ou bien une construction imposée aux populations concernées
indépendamment de leurs prétendues représentations communes
Cet auteur pour qui la Providence admirablement séparé les nations non seulement
par des forêts et des montagnes mais surtout par les langues les goûts et les caractères J.-
von Herder Idées sur la philosophie et histoire de humanité Paris Press Pocket 1991
Smith Thé Ethnie Origins of Nations Oxford Blackwell 1986
est le sens du passage bien connu où Renan affirme que certes construite partir
un passé commun la nation se résume pourtant dans le présent par un fait tangible le
consentement le désir clairement exprimé de continuer la vie commune existence une
nation est un plébiscite de tous les jours Renan est-ce une nation Et autres
essais politiques Paris Press Pocket 1992 lere éd 1882)
Benedict Anderson imaginaire national Réflexions sur origine et essor du natio
nalisme Paris La Découverte 1996 lere éd 1983)
Ernest Gellner Nations et nationalisme Paris Payot 1994
On peut rattacher également ce dernier registre J.-P Bay art pour qui les identités cul
turelles ne sont une illusion J.-F Bayard illusion identitaire Paris Fayard 1996 cf
aussi imaginaire dans affirmation identitaire entretien avec J.-F Bayart Sciences
humaines hors-série 15 décembre 1996-janvier 1997 42-45
Dont Christophe Jaffrelot fait un inventaire judicieux Christophe Jaffrelot Les
modèles explicatifs de origine des nations et du nationalisme Revue critique dans
Delannoi P.-A Taguieff dir.) Théories du nationalisme Paris Kime 1991 Identités régionales et aspirations politiques
Pour contribuer faire avancer ce débat théorique il paraît utile de recourir des
données enquête tout prendre il est un domaine où expression des opinions
révélatrices des attitudes sous-jacentes et donc des systèmes de valeurs est suscep
tible être pertinent est bien dans ce domaine quelle que soit hypothèse que on
formule sur ses origines le sentiment appartenance nationale et plus généralement
identité territoriale relèvent par construction du domaine culturel Or on intéresse
bien ici une question sur laquelle les opinions sont très constituées et qui relève
notamment un domaine socio-affectif pour analyse duquel cette méthode
investigation se révèle particulièrement indiquée
On cherché évaluer la pertinence de ces deux approches propos des identités
territoriales régionale nationale et européenne dans exemple fran ais
LES IDENTIT TERRITORIALES EMBO ES
CONFLIT OU COMPL MENTARIT
opposition classique entre jacobins et girondins repose sur un modèle
implicite les relations entre les différents niveaux de collectivité territoriale seraient
des rapports antagonistes dans leur essence même Les débats qui opposent les pro-
Européens et les souverainistes ou les partisans de la région et ceux du département
semble indiquer que cet antagonisme paraît concerner ensemble des niveaux consé
cutifs dans la hiérarchie territoriale pris deux deux
Mais ce sont là des controverses propres aux professionnels de la politique Dans
quelle mesure ces représentations antagonistes sont-elles partagées par les citoyens
Vivent-ils en terme analogue en occurrence alternatif leurs identités territoriales
ATTACHEMENT COMPARE AUX TERRITOIRES
Si on prend comme premier indicateur3 de identité territoriale4 attachement
aux différents territoires la réponse est clairement négative Ainsi les attachements
Ce qui se voit dans le fait que moins de 05 des personnes interrogées ne donnent pas
de réponse aux différentes questions identité territoriale envisagées dans cet article mises
part les questions identité européenne où on ne dépasse pas cependant
Dans le cadre de la problématique dite des identités emboîtées pour reprendre le
terme proposé par D.-C Martin compte tenu de la coexistence de ces différents niveaux
cf D.-C Martin Convergences et interrogations dans CERI Cartes identité Des
identités identité politique journées études du 14 juin 1990 dactyl. 11
En cherchant progresser dans le domaine de la mesure de identité évoque
Miehelät on inspire ailleurs de la démarche que cet auteur adoptée naguère pour la
mesure du sentiment appartenance au groupe nation qui se fondait sur utilisation des
enquêtes par questionnaire Miehelät Mesures de identité dans CERI Cartes iden
tité Des identités identité politique cité Miehelät J.-P Thomas Dimensions du natio
nalisme Pans Armand Colin 1966
Sur le concept identité non pas seulement comme le produit un héritage mais en
tant que résultat une construction cf D.-C Martin Le choix identité art cité
Canaillen et al Stratégies identitaires Paris PUF 1990 Pour une application de ce
concept aux territoires cf Dupoirier Les identités régionales dans Dupoirier
dir. Les régions la croisée des chemins Paris Presses de Sciences Pô 1998
Dupoirier H.-D Schajer identité régionale problèmes théoriques perspectives
politiques dans CURAPP-CRISPA identité politique Paris PUF 1994
789 Claude Dargent
la France et la région varient dans le même sens en 1997 70 des Fran ais très
attachés leur pays le sont aussi leur région opposé si on intéresse aux per
sonnes plutôt pas ou pas du tout attachées la France elles ne sont que 21
se déclarer très attachées leur région tableau Symétriquement 77 des per
sonnes très attachées leur région le sont aussi la France
Tableau Attachement la région et attachement la France
en
Attachement la région Attachement
la France Très attaché Plutôt attaché Peu attaché Total Ensemble
12 Très attaché 70 18 100 7495
Plutôt attaché 27 56 17 100 4853
Peu ou pas attaché 21 33 46 100 1028
Ensemble 51 33 16 100 13 376
Total
Enquête OIP/Conseils régionaux 1997
Réponses plutôt pas ou pas du tout la très faible fréquence de ces deux modalités de réponse
conduit les regrouper dans une seule catégorie comme pour ensemble des collectivités politiques
nationales et subnationales En revanche pour attachement européen la distribution très différente des
opinions amené regrouper les modalités très attaché et plutôt attaché
La relation antagoniste entre ces deux appartenances territoriales ne se rencontre
que de fa on très minoritaire Elle observe chez les personnes qui se déclarent peu
ou pas attachées leur région et qui sont 79 se déclarer cependant attachées 40
très 39 plutôt attachées la France Ces Fran ais identitaires
ne rassemblent que moins de 13 de échantillon Quant aux régionaux identi
taires ces Fran ais peu ou pas attachés la France mais attachés leur région
très ou plutôt ils ne représentent que de la population
Le caractère très minoritaire de ces deux derniers cas de figure se voit bien dans
le fait que la relation de dépendance positive est forte entre attachement ses deux
territoires le de Cramer et de 035
De même la rivalité entre le département et la région ne renvoie pas des atta
chements territoriaux polarisés 89 des personnes très attachées leur région le sont
aussi leur département tableau Et 87 des personnes peu attachées celle-là ne
le sont pas non plus celui-ci Réciproquement 94 des personnes très attachées
On utilise ici des données issues des enquêtes annuelles réalisées par Observatoire
interrégional du politique laboratoire FNSP/CNRS en partenariat avec les conseils régionaux
Les échantillons sont constitués de 700 personnes représentatives de la population générale de
18 ans et plus dans la quasi-totalité des régions fran aises La pondération des données
recueillies permet de disposer un échantillon représentatif de la population de la France et
comptant quelque 13 000 personnes
La question posée est Pouvez-vous me aire si vous êtes très attaché plutôt attaché
pas très attaché ou pas attaché du tout Europe la France votre région votre
département la ville ou la commune où vous habitez
790 Identités régionales et aspirations politiques
leur département le sont aussi leur région Le de Cramer entre ces deux catégories
attachements se situe un niveau très élevé en sciences sociales 077
Tableau Attachement la région et attachement au département
en
Enquête OlP/Conseils régionaux 1997
La relation antagoniste est enfin loin être vérifiée également entre Europe et
la France Quand attachement la France baisse attachement fort aussi
de 54 30 ) et les personnes pas attachées du tout Europe doublent presque
passant de 19 35 tableau Et quand attachement baisse les per
sonnes peu attachées la France triplent quasiment passant de moins de plus
13 ) et celles qui lui sont très attachées reculent de 63 53 )
Tableau Attachement Europe et attachement la France
en
Enquête OlP/Conseils régionaux 1997
Compte tenu du lien déjà souligné entre appartenance régionale et appartenance la
France on retrouve donc par transitivité le lien direct déjà établi en 1996 entre identité régio
nale et identité européenne Dupoirier Identité régionale et identité européenne dans
opinion dans OlP/Région Midi-Pyrénées identité des régions en France et en Europe
Toulouse ditions Privât 1995
797 Claude Dargent
Qui sont les personnes très attachées la France et pas du tout Europe 106
de échantillon Du point de vue de la proximité partisane on constate une sur
représentation des partisans du Front national du PCF et dans une moindre mesure
du RPR et une sous-représentation des socialistes tableau 4)1 Mais au-delà de ce
cas de figure ailleurs très minoritaire la relation dominante reste que les attache
ments la France et Europe loin de se contrarier varient eux aussi dans le même
sens
Tableau Proximité partisane des nationaux à-européens
en
gauche Extr PCF PS Rad GE Verts CPNT UDF RPR FN NSP Dm Total
Nationaux 10 18 18 10 23 100 1402
à-européens
Ensemble 25 16 24 100 13200
Enquête OIP/Conseils régionaux 1997
La conclusion est claire les sentiments attachement aux différentes collecti
vités territoriales emboîtées loin être en concurrence entretiennent un rapport de
complémentarité En matière attachement territorial tout ce passe comme si on
avait un côté les Fran ais qui disposent un fort capital identitaire territorial qui
exprime égard de ensemble des collectivités auxquelles ils appartiennent et de
autre ceux qui se trouvent démunis de ce point de vue
Les attachements la commune au département la région la France et
Europe permettent ailleurs de constituer une échelle avec un alpha de Cronbach
élevé de 070 Ce résultat établit bien le caractère cumulatif et non concurrent des iden
tités territoriales
On rejoint donc ici une des conclusions de Duchesne et A.-P Frognier
hypothèse un antagonisme entre identités territoriales dans leur exemple
identité nationale et identité européenne constitue exception et non pas la
On retrouve là la trace des positionnements distincts des partis fran ais Au-delà de
leurs divergences internes en effet le Parti socialiste les Verts UDF et DL sont plutôt
hui en faveur une poursuite de la décentralisation tandis que le RPF le RPR le
Parti communiste le Front national et le mouvement des citoyens en sont des partisans
beaucoup moins fervents Les-débats autour de la loi Voynet sur Aménagement du terri
toire ont illustré ces clivages esprit de cette loi élaborée par la seule ministre verte du
Gouvernement de cette période est plutôt décentralisateur Dans son processus élabora
tion Jean-Pierre Chevènement est souvent opposé sa collègue Farouche partisan du
département outil séculaire de centralisation il refuse toute mise en cause de équilibre
actuel des pouvoirs entre cette collectivité et la région qui ne pourrait que déboucher sur un
transfert de compétences au détriment de la collectivité créée par la Révolution Assem
blée nationale ailleurs seuls le Parti socialiste et les Verts soutiennent le texte dans un
premier temps le MDC les communistes et le PRG menacent de ne pas le voter Finale
ment de concession en concession seuls les élus du MDC abstiennent lors du vote du
février 1999 la logique de alliance politique que constitue la gauche plurielle prévalu
est elle qui explique également que la droite unanime vote contre malgré les clivages qui
la parcourent en matière de décentralisation ce que regrettera ailleurs publiquement la
ministre
Sophie Duchesne André-Paul Frognier Is There European Identity dans
Niedermayer Sinott Public Opinion and Internationalized Governance Oxford Oxford
University Press 1995
792 Identités régionales et aspirations politiques
règle le sentiment de citoyenneté européenne est plus fréquent chez les Euro
péens se déclarant très fiers de leur appartenance nationale que chez ceux qui le
sont moins
Mais par rapport cette étude le paradoxe établissent nos données est que
dans ce tableau général attachement Europe se distingue un peu Sur échelle
des attachements territoriaux Europe est en effet un peu décalée par rapport aux
autres collectivités politiques Du reste si on retire Europe de échelle on aug
mente la valeur du coefficient qui élève alors 083 un niveau rare en sciences
sociales
Voilà qui confirme la fois le caractère cumulatif des attachements territoriaux
des Fran ais et la spécificité relative dans ce tableau général de attachement
Europe est examen des caractères sociaux de ces différentes populations il
faut donc maintenant intéresser
STRUCTURES SOCIALES ET ATTACHEMENT TERRITORIAL
Ce on peut appeler exception relative européenne se confirme quand on
interroge sur les logiques sociales qui président ces attachements selon le niveau
territorial considéré
Ce clivage est manifeste quand on intéresse au niveau de diplôme2 attache
ment la France est plus élevé chez les personnes qui ont bénéficié que de la seule
instruction primaire tableau Et le grand attachement aux collectivités locales
communes départements régions est quant lui clairement une fonction inverse
du diplôme Ainsi 62 des personnes instruction primaire sont très attachées la
région tandis que celles qui ont pu pousser au-delà de bac +2 le sont presque moitié
moins 32 tableau En revanche attachement Europe est manifestement
une fonction croissante de cette variable les mêmes catégories extrêmes du point de
vue du diplôme sont respectivement et 26 soit un rapport de un trois
tableau 7)3
En revanche ces conclusions sur le caractère cumulatif du lien territorial entretenu avec
les différentes collectivités politiques emboîtées ne peuvent pas être transposées en terme
appartenance politique quand il agit de choisir la collectivité privilégiée de rattachement
plus les Européens sont fiers de leur appartenance nationale plus ils font logiquement référence
leur citoyenneté nationale de préférence la citoyenneté européenne quand on leur demande
de choisir Claude Dargent Citoyenneté européenne la concurrence des identités territo
riales et sociales dans Cautrès Reynié dir.) opinion européenne 2000 Paris
Presses de Sciences Pô 2000 47-69
Il est visible déjà quand on se place du point de vue de âge En effet le grand attache
ment aux collectivités territoriales fran aises de la commune la France est clairement une
fonction croissante de cette variable En revanche le lien ressenti égard de Europe est très
peu dépendant de âge
Un résultat établi initialement par Annick Percheron dans Les Fran ais et Europe
acquiescement de fa ade ou adhésion véritable Revue fran aise de science politique
41 3) juin 1991 382-406 Tableau Attachement la France selon le niveau de diplôme
en
Diplôme Attachement la France
Très attaché Plutôt attaché Peu attaché Total
Etudes primaires 63 32 100 034
BEPC CAP 55 38 100 626
Bac 50 10 40 100 759
Bac+2 51 39 100 439
Etudes supérieures 53 37 10 100 501
Ensemble 56 36 100 13 359
Enquête OlP/Conseils régionaux 1997
Tableau Attachement la région selon le niveau de diplôme
en
Diplôme Attachement la région
Très attaché Plutôt attaché Peu attaché Total
Etudes primaires 62 28 10 100 028
33 14 BEPC CAP 53 100 625
Bac 41 39 20 100 755
Bac+2 43 32 25 100 441
Etudes supérieures 32 39 29 100 495
Ensemble 51 33 16 100 13 344
Enquête OlP/Conseils régionaux 1997
Tableau Attachement Europe selon le niveau de diplôme
en
Diplôme Attachement Europe
Très attaché Plutôt attaché Peu attaché Total
Etudes primaires 32 61 100 915
BEPC CAP 35 57 100 577
14 Bac 40 46 100 746
Bac+2 14 42 43 100 426
Etudes supérieures 26 47 27 100 492
Ensemble 11 37 52 100 13 156
Enquête OlP/Conseils régionaux 1997
Par suite si on se place du point de vue socio-professionnel le grand attachement
la région est abord le fait des agriculteurs les deux tiers) des artisans-commer
ants 58 et des ouvriers 57 Il est proche de la moyenne chez les employés
51 Mais il lui devient inférieur chez les professions intermédiaires 47 ) et se
révèle minimal chez les cadres et professions intellectuelles supérieures 40
tableau 8)
794