Cette publication est accessible gratuitement
Lire

INTENTIONNALITÉ, philosophie

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis IINNTTEENNTTIIOONNNNAALLIITTÉÉ,, pphhiilloossoopphhiiee Notion phénoménologique dérivée d'une notion scolastique.

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 21
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

INTENTIONNALITÉ, philosophie

Notion phénoménologique dérivée d'une notion scolastique. La philosophie du Moyen Âge appelait intentio (intention) l'application de l'esprit à un objet ; dans cette application, l'esprit tend vers l'objet, il se dirige vers lui. S'agissant d'un objet de connaissance, l'intentio était dite formelle. S'agissant d'un objet voulu, l'intentio était dite volitive. C'est grâce à son maître Franz Brentano que Husserl a connu ces distinctions. Reprenant l'intentio de type cognitif, il définit l'intentionnalité comme la particularité qu'a la conscience d'être conscience de quelque chose. Ses disciples la définissent comme le pouvoir qu'a la conscience de viser un objet. Ce pouvoir appartient à la conscience comme telle : il s'exerce selon les visées de celle-ci, cognitive, volontaire, affective (Max Scheler). Par le fait que la conscience est toujours intentionnelle, par le fait qu'elle se tend vers l'objet au lieu de le résorber en elle, d'en faire une modification du moi, elle est tendue aussi vers l'objectivité ou, si l'on préfère, elle est assurée de s'établir et de se maintenir dans l'objectivité tant qu'elle a affaire à des objets donnés, dans l'expérience perceptive, dans l'accueil des vérités logiques et catégoriales. Le propre d'une philosophie de l'intentionnalité est donc d'échapper aux équivoques d'une philosophie de la conscience psychologique (psychologisme). Pour elle, le regard subjectif de la conscience ne cesse pas d'être objectif pourvu qu'il se pose sur l'« objet en personne » ou sur ce qui s'y rattache en rigueur.

Auteur: HENRY DUMERY