Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'attitude des États-Unis à l'égard de la France de 1958 à 1960 - article ; n°4 ; vol.16, pg 685-716

De
33 pages
Revue française de science politique - Année 1966 - Volume 16 - Numéro 4 - Pages 685-716
32 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Monsieur Dimitri Kitsikis
L'attitude des États-Unis à l'égard de la France de 1958 à 1960
In: Revue française de science politique, 16e année, n°4, 1966. pp. 685-716.
Citer ce document / Cite this document :
Kitsikis Dimitri. L'attitude des États-Unis à l'égard de la France de 1958 à 1960. In: Revue française de science politique, 16e
année, n°4, 1966. pp. 685-716.
doi : 10.3406/rfsp.1966.392949
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1966_num_16_4_392949Attitude des Etats-Unis
égard de la France de 1958 1960
DIMITR KITSIKIS
objectif dernier du gaullisme
ses objectifs intermédiaires et ses objectifs immédiats
entreprise gaulliste est une entreprise lyrique animée une
passion nationaliste exprimée dans la phrase du général de Gaulle
La France est réellement elle-même au premier rang
est là objectif dernier Si simple et vague il soit il en
pas autre Aucun système ne lui est attaché indéfiniment Les
régimes politiques sociaux économiques passent la France reste
Tout étant subordonné cette fin on pourra priori trouver
des contradictions apparentes et des changements orientation
même dans la poursuite des objectifs intermédiaires long terme
que certains considèrent comme les objectifs derniers du général
de Gaulle
Certains de ces objectifs intermédiaires il faut poursuivre
pour remettre la France au premier rang sont exprimés dans
le chapitre du troisième volume de ses Mémoires paru en 1959
que le général de Gaulle intitule précisément Le rang Ne
se faisant aucune illusion sur idéalisme de fa ade des trois
Grands il écrit Au club des grands nous trouvions assis
aux bonnes places autant égoïsmes sacrés il avait de mem
bres inscrits et bien décidé agir avec le même egoïsme
rejetant le partage bipolaire du monde où la France aurait les
mains liées il veut une organisation des nations qui soit autre
GAULLE Charles de Mémoires de guerre appel 1940-1942 Paris
Pion 1954
GAULLE de de guerre Le salut 1944-1946 Paris
Pion 1959 54
685 Dimitri Kitsïkis
chose que le champ des querelles de Amérique et de la Russie
conscient de la malveillance des puissances anglo-saxonnes il
pensait tout abord que pour que le redressement de la France
fût possible il fallait que le germanisme perdît sa capacité agres
sion il ensuite faire Europe avec le grand peuple
allemand Europe ne pourrait trouver équilibre et la
paix que moyennant association entre Slaves Germains Gaulois et
Latins On voit que les Anglo-Saxons sont absents du tableau
Puis il poursuit unité de Europe pourrait être mise en chan
tier sous forme une association organisée de ses peuples depuis
Islande Stamboul et de Gibraltar Oural Et il
conclut avec réalisme Tel était le plan que je étais formé
sachant fort bien en pareille matière rien ne accomplit jamais
exactement comme on voulu
Quant aux objectifs immédiats ce sont les objectifs du moment
commandés par la tactique et par conséquent très variables et
changeants Ainsi dans un premier temps 1958) il jouera Alle
magne contre Union soviétique puis dans un deuxième temps
Union soviétique contre Allemagne 1965 tout en ayant espoir
de entendre avec les deux
II Le cadre chronologique
La situation internationale que trouve le général de Gaulle
son retour été formée en 1957 dont le octobre marque le
début de ère spatiale
La réunion annuelle de décembre du conseil de au
niveau ministériel prit une importance particulière en 1957 et se
tint Paris au niveau des chefs de gouvernement cet effet le
président Eisenhower vint en Europe pour la première fois depuis
1955 Une nouvelle stratégie occidentale imposait la suite du
fait capital que pour la première fois dans histoire le territoire
des Etats-Unis pouvait être directement atteint par une arme nou
velle qui ne pouvait pas être interceptée la fusée intercontinentale
Ibid 52
Ibid 45 46
Ibid. 47
Ibid
686 Les Etats-Unis et France
soviétique opinion publique mondiale découvrait la nouvelle puis
sance soviétique et le prestige américain était fortement ébranlé
Au moment où les deux blocs équilibraient leur désintégration
commen ait
Le 25 mars 1957 avaient été signés Rome les traités éta
blissant le Marché commun et Euratom qui furent ratifiés avant
la fin de année par les six pays membres La France avait tenu
modifier une clause du traité de Euratom qui aurait obligée
renoncer la fabrication des armes atomiques et placée
sur le même plan que la République fédérale allemande qui elle
avait renoncé en 1954
Le avril 1957 le gouvernement Macmillan publia un Livre
blanc qui transforma radicalement sa politique de défense et il
qualifia de plus grand changement de militaire jamais
effectué en période normale Désormais la Grande-Bretagne fon
derait sa stratégie sur une force nationale de dissuasion nucléaire
seule capable notre époque de défendre coup sûr le territoire
national car la force de dissuasion américaine sur laquelle la
Grande-Bretagne avait aucun contrôle pouvait ne pas être uti
lisée au moment voulu pour la défense de Europe occidentale
est ce que déclara en substance le ministre britannique de la
Défense Duncan Sandys le 16 avrilc En conséquence de ce
choix les forces conventionnelles seraient diminuées et notamment
serait réduit le nombre des troupes britanniques de armée du
Rhin stationnées en Allemagne qui était de quatre divisions et
le service militaire obligatoire serait aboli Ce new look anglais
ne faisait que reprendre dans ses grandes lignes pour le compte
de la Grande-Bretagne le new look de la stratégie américaine
tel il avait été défini par amiral Radford président de état-
major combiné des trois armes en décembre 1953
Le 15 mai 1957 la Grande-Bretagne faisait exploser sa pre
mière bombe hydrogène île Christmas dans le Pacifique
Le 25 octobre 1957 quelques Jours après la visite officielle
de la reine Elisabeth aux Etats-Unis la crise de Suez étant
oubliée le partnership anglo-américain était rétabli par une
déclaration de buts communs du président Eisenhower et du
Premier ministre Macmillan la suite de leur rencontre du 23 au
25 octobre Washington Ce texte déclarait notamment En ce
STEBBINS Richard P.) The United States in world affairs 1957 New
York Harper 1958 95
687 Dimitri Kitsikis
qui nous concerne nous considérons que la possession par nos
deux pays de la puissance des armes nucléaires est une garantie
pour la défense du monde libre 1()
Cette phrase faisait penser un directoire deux autorité
suprême du monde libre et afin de mettre en pratique interdépen
dance des deux puissances il fut décidé que le président Eisen-
wer demanderait au Congrès américain de modifier la loi sur
énergie atomique Atomic Energy Act de 1954 pour faire béné
ficier la Grande-Bretagne des secrets atomiques américains Bien
que le texte du 25 octobre déclarât que autres pays amis
pourraient en bénéficier en fait amendement Atomic Energy
Act tel il sera approuvé par le président des Etats-Unis le
juillet 1958 stipulera que seuls les pays ayant fait des progrès
substantiels dans le développement des armes atomiques pourront
bénéficier de la communication de secrets américains
ce qui cette date excluait tous les pays amis exception
de la Grande-Bretagne
En effet le juillet 1958 un accord anglo-américain sera signé
Washington qui considérant que les deux pays ont fait
de substantiels progrès dans le développement des armes atomi
ques 1;1 stipulera article il aura échange informa
tions confidentielles ou secrètes classified concer
nant emploi ou la fabrication des armes nucléaires et ar
ticle que le gouvernement des Etats-Unis autorisera la vente
au gouvernement anglais par une firme américaine un moteur
complet de sous-marin propulsion nucléaire avec les plans de
fabrication et il vendra les quantités nécessaires uranium 235
pour le fonctionnement du moteur pendant une durée de dix ans
Le rétablissement du directoire anglo-américain le 25 octobre
1957 au sujet duquel le secrétaire Etat Herter écrira in
tention du président Eisenhower le janvier 1961 il démon
tra les relations extrêmement étroites qui lient nos deux pays 1;2
et bien que dans cette association la Grande-Bretagne jouât le
rôle de brillant second fut considéré avec désagrément en France
Pourtant le triste spectacle elle offrait ses alliés elle était
10 Documents on American foreign relations 1957 New York Harper
1958 135
11 Voir le texte complet de accord dans The Department of Sfate
Bulletin 39 996) 28 juil 1958 pp 161-164
12 The Department of State Bulletin 44 127) 30 janv 1961 145
688 Les Etats-Unis et la France
de nouveau en pleine crise ministérielle qui dura tout le mois
octobre ne autorisait guère formuler beaucoup de préten
tions dans ce domaine En effet sur le continent européen les
Etats-Unis qui soutenaient vigoureusement la formation de la
C.E.E. étaient habitués de plus en plus cause de la faiblesse
fran aise considérer la République fédérale comme élément
le plus dynamique et le plus fort de Europe des Six et le chan
celier Adenauer comme homme auquel la politique américaine
pouvait entièrement se fier ce dernier étant ailleurs lié une
solide amitié avec le secrétaire Etat Dulles
Le 19 décembre 1957 la suite de la réunion au niveau des
chefs de gouvernement des pays membres de les prin
cipales décisions prises concernant le réaménagement de la défense
occidentale furent consignées dans les paragraphes 20 et 21 du
communiqué final en ces termes
20 cet effet O.T.A.N décidé entreposer en
Europe des stocks de têtes nucléaires qui seront rapidement
disponibles pour la défense de Alliance en cas de besoin
Considérant la politique soviétique actuelle dans le domaine des
armes nouvelles le Conseil également décidé que des fusées
balistiques portée intermédiaire devront être mises la dispo
sition du commandant suprême allié pour Europe est-à-
dire du général américain Lauris Norstad
21 La mise en place de ces stocks et de ces missiles et
les arrangements pour leur utilisation seront décidés confor
mément aux plans de défense de O.T.A.N et avec accord
des Etats directement concernés.13
Washington la fin de 1957 comptait sur les I.R.B.M inter
mediate-range ballistic missiles) une portée de 500 miles
2400 km est-à-dire approximativement la distance Londres-
Moscou afin de neutraliser les fusées intercontinentales sovié
tiques qui pouvaient atteindre les Etats-Unis et défendre ainsi
le territoire américain lui-même en attendant il puisse mettre
au point des I.C.B.M intercontinental-range ballistic missiles
Mais il faut noter la fin de 1957 même les I.R.B.M étaient
pas encore opérationnels et on ne prévoyait pas ils le seraient
avant une année Quant aux I.C.B.M américains on prévoyait
ils ne pourraient pas devenir opérationnels avant la fin de 1960
en fait les I.C.B.M Atlas le devinrent la fin de 1959 pour une
distance de plus de 5000 miles ou 8000 km)
13 Documents on American foreign relations 1957 op cit. 113
689 Dimitri Kitsikis
Le novembre I960 le sénateur John Kennedy qui trois
ans auparavant avait écrit dans un article Le spoutnik est
arrivé et la suffisance américaine est envolée 14 est élu prési
dent la suite une campagne centrée sur la nécessité un redres
sement national et entre en fonctions le 20 janvier 1961 Dans son
discours inaugural devant le Congrès le 30 Janvier 1961 il lance
cette phrase Je vous parle hui une heure de péril
national et occasion nationale Ef en effet les trois années
précédentes avaient été pour les Etats-Unis une période terne de
difficultés intérieures et extérieures une Amérique sans génie res
tant sur la défensive Ce fut une chance pour le régime gaulliste
émergeant dans une situation intérieure dramatique avoir fait
ses premiers pas un moment où le leadership américain était for
tement ébranlé
lil Les difficultés américaines
De 1958 I960 le gouvernement américain manque visible
ment éclat
Le président wer été atteint le 25 novembre 1957
une occlusion artérielle cérébrale Depuis est un malade Les
Journalistes ne manquent pas la moindre occasion de enquérir
de son état de santél(i Le secrétaire Etat Dulles en décembre
1958 est sérieusement malade il entre hôpital en février 1959
démissionne le 15 avril et meurt le 24 mai Avec lui dispa
raît celui qui fut le véritable chef du monde occidental depuis
1953 Il en fait pas de successeur car son second
14 The New York Times dec 1957
15 The Department Sfate Bulletin 44 129) 13 fév 1961 207
16 Dans le deuxième volume de ses mémoires The White House gears
Waging peace 1956 961 Garden City N.Y.) Doubleday 1965 741 p.)
le président Eisenhower révèle au lendemain du 25 novembre il pensa même
démissionner Il écrit ce sujet que cette maladie était de nature si
elle aggravait créer une situation dans laquelle le patient pouvait être
partiellement incapable analyser des problèmes difficiles et de prendre des
décisions raisonnables leur sujet 230 Et il avoue Depuis ce temps-là
ai souvent eu de la difficulté exprimer rapidement le mot cherché Même
hui intervertis quelquefois des syllabes dans un mot long et Je dois
parfois parler lentement et en faisant attention pour articuler correctement
229)
690 Etats-Unis et la France Les
février 1957 le sous-secrétaire Etat Christian Herter ne devient
chef du département Etat le 18 avril 1959 que pour permettre
administration wer de terminer régulièrement son man
dat au 20 janvier 1961 Comme il est lui aussi très malade
il dû se soumettre un examen medicai qui autorisé remplir
ses nouvelles fonctions pour deux ans seulement la question
un journaliste le 24 juin 1960 Resterez-vous secrétaire Etat
en 1961 si Nixon devient président il répond Je ai inten
tion de continuer être secrétaire Etat dans aucune adminis
tration Vous vous rappelez peut-être au moment où il avait
été demandé de remplir cette fonction avais été prié de me sou
mettre un examen physique et on délivré un blanc-seing
pour une période allant la fin de cette administration
Un homme plus jeune devrait en charger
Le troisième personnage du gouvernement après le prési
dent et le secrétaire Etat Neil McElroy secrétaire la
Défense depuis le octobre 1957 est un homme affaires
effacé dans ses fonctions gouvernementales et qui comme Herter
est de passage dans administration wer
Le mars 1959 pendant sa conférence de presse le prési
dent est interrogé ce sujet
Edward Folliard du Washington Post le président
on entend dire de nouveau que McEIroy va démissionner
en tant que secrétaire la Défense il pense se retirer
au moment précis où il est familiarisé avec son travail On
prétend encore un successeur si est un autre homme af
faires se sera peine familiarisé avec son travail que votre
administration aura déjà pris fin Certains compris V/alter
Lippmann pensent que ce travail devrait être confié un
homme versé dans art de gouverner autrement dit un
politique
Le Président Je rappelle que quand il accepté ce poste
il bien précisé il devrait tôt ou tard occuper de ses
propres affaires et ne pouvait promettre expressément il
pourrait rester au bout.ls
En effet le sous-secrétaire la Défense Thomas Gâtes lui suc
cède le ller décembre 1959
17 The Department ïé State Bulletin 43 1098) 11 juil 1960 41
18 Public papers ot the Presidents of the United States Dwight Eisen-
hower 1959 Washington U.S Government Printing Office I960 233
691 Dimitri Kit ikis
Une autre question est posée en ces termes au président la
conférence de presse suivante le 11 mars
<? Il semblé certains ces dernières années que la fonction
de secrétaire la Défense vu son prestige quelque peu
diminué ainsi que son importance dans le maniement des ques
tions militaires Pourriez-vous nous dire si vous considérez le
secrétaire la Défense comme un homme qui en quelque sorte
prend des ordres de la Maison blanche et du Département
Etat ou comme un conseiller auprès de vous pour la stratégie
moderne
Le Président McEIroy est là où il est parce que je le
respecte Si je pensais ne serait-ce un instant il était
un yes man recueillant mes propositions et les appliquant
il ne serait pas là.19
Ce sombre tableau est pourtant pas complet Ainsi la
conférence de presse du président du 13 mai 1959 le journaliste
Edward Morgan de A.B.C American Broadcasting Com
pany constate le Président un des problèmes les plus
difficiles dire vrai tragiques de votre administration été la
mauvaise santé de plusieurs de ses membres Quarles est mort la
semaine dernière Donald Quarles était le secrétaire adjoint
la Défense] le secrétaire Dulles lutte contre le cancer et hier
le général Twining subi une importante opération le général
Nathan président de Etat-Major combiné des trois
armes qui le 15 août 1957 avait succédé amiral Radford SO
Le président Eisenhower avait déclaré un an auparavant le
28 mai 1958 que la pratique de la politique étrangère est une
affaire très compliquée et elle devient pourrait-on dire plus un
art une science i> 21 Cela était fort bien dit mais hélas dans
quel état se trouvaient les artistes
Dans ces conditions pendant les deux dernières années de la
présidence Eisenhower le leadership américain semble contesté
Le mars 1959 Charles AV Roberts du Newsweek fait remar
quer au président que le Times de Londres et autres journaux
britanniques déclarent hui cause de la maladie du
secrétaire Dulles le leadership du monde occidental dans la guerre
froide est passé la Grande-Bretagne 22 Evidemment le pré-
19 Ibid. pp 246-247
20 Ibid 391
21 Public papers the Presidents of the United States Diright Eisen-
hower 1958 Washington U.S Government Printing Office 1959 436
22 Public papers of the ot the United States Dwight Eisen
hower 1959 op cit 232
692 Les Etats-Unis et la France
sident Eisenhower nie il en soit ainsi et répond que Amérique
est le leader de tout le monde libre
Le 29 avril autre remarque un correspondant de Asso-
ciated Press le Président votre vieil ami le maréchal Mont
gomery semble en ce moment avoir une vue assez sombre du
leadership américain Il dit que celui-ci manque esprit de
décision au sommet 23
Un déficit graue et durable se manifeste brutalement en 1958
dans la balance des paiements des Etats-Unis
Un déncit avait toujours existé depuis 1949 sauf pour la
seule année 1957 mais est sa brutale aggravation qui déclen
cha partir de 1958 un des problèmes les plus importants pour
avenir du leadership des Etats-Unis dans le monde
De 1950 1957 les paiements auxquels procédèrent les Etats-
Unis étranger dépassèrent le total des rentrées de 13 milliard
de dollars en moyenne par an partir de 1958 et pendant les
trois années qui nous intéressent 1958-1960 ce déficit fut
en moyenne de 35 milliards de dollars par an soit près de trois
fois plus avant 1958
De plus en 1959 pour la première fois depuis la fin de la
seconde guerre mondiale la valeur des importations aux Etats-Unis
235 milliards de dollars en 1959 dépassa de peu il est vrai
celle des exportations américaines 234 milliards)
Rappelons que la balance des paiements inclut outre les expor
tations et importations les investissements américains étranger
et les investissements étrangers aux Etats-Unis Etant donné il
était pas question ce moment-là pour le gouvernement améri
cain de freiner le développement des investissements américains
étranger ce est en mars 1965 été mis en action un
programme du président Johnson visant réduire les sorties de
capitaux par la coopération volontaire des banques et du monde
des affaires) celui-ci comptait surtout compenser ces sorties de
capitaux par accroissement au maximum de ses ventes de mar
chandises pour obtenir un excédent aussi grand que possible de
la balance commerciale et aussi par le développement du tourisme
aux Etats-Unis enfin par la réduction des dépenses occasionnées
par le stationnement des troupes américaines travers le monde
notamment le rapatriement des familles du personnel militaire)
23 Ibid pp 349-350
693

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin