//img.uscri.be/pth/ae9f7c34ac6573b1f781c1a09aed634c111bf15c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La céramique décorée du site artenacien de Ponthezières à Saint-Georges-d'Oléron (Charente-Maritime) dans son cadre régional - article ; n°4 ; vol.100, pg 733-755

De
25 pages
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 2003 - Volume 100 - Numéro 4 - Pages 733-755
Ce travail a pour objectif d'analyser la céramique du site artenacien de Ponthezières à Saint-Georges-d'Oléron (Charente-Maritime) en confrontant les données renouvelées par des fouilles récentes menées dans le Centre-Ouest de la France. A travers l 'étude de la stratigraphie, des formes céramiques et de leur décoration, nous avons tenté de démontrer d'une part, l'existence d'indices d'une contemporanéité avec les groupes campaniformes et d'autre part, leur influence sur les traditions stylistiques artenaciennes. En second lieu, la recherche d'une meilleure définition des faciès locaux et/ou régionaux au sein de l'Artenacien nous a semblé nécessaire. La diversité de ces groupes néolithiques et leur relation avec les Campaniformes dans la seconde moitié du IIIe millénaire ont certainement eu un impact différent sur la genèse des cultures du Bronze ancien dans le Centre-Ouest de la France.
The site of Ponthezières, on the island of Oléron, was excavated over an area of 500 m2 from 1986 to 1991, and revealed the existence of a well-preserved settlement (fig. 1 and 2). From a corpus totalling over 30000 pottery sherds, this first approach of the decorated ceramics from the site was based on a sector presenting a better state of conservation (squares с to f 10-11) and on part of the ditch 86, at a point where its stratigraphic infill was practically complete (fig. 3). Due to the intense fragmentation of the corpus, only thirty-five pots could be at least partially rebuilt. They represent eleven forms and all the morphological and functional categories (fig. 4-8). The site of Ponthezières presents the traditional division of ceramics of the Artenac group in two categories (coarse and fine) which are related to the thickness of the walls, the quality of the paste and the treatment of surfaces. Although the material is quite fragmented, the site of Ponthezières had many elements which conform to the traditional organization of the Artenac decorative corpus (fig. 9-10). However, some specimens illustrate the result of a process leading to the enrichment of the decorations (fig. 11, column 2 and 3) and others have a more overall decoration without the regularity of the original geometrical forms (fig. 9, nos. 7-10). Some elements present quite a careless decoration compared to that we are accustomed to from the Artenac potters (fig. 9, nos. 11-17). The poinçonné-tiré (stamped/incised) technique largely dominates over the plastic type (deformation of the wall, addition of paste). All poinçonné-tiré decorations received a white-coloured incrustation (fig. 12). The second part of this article (Discussion ) confronts the data with that from recent excavations carried out in the Centre-West region of France, especially by chrono- stratigraphic analysis and the ceramic forms and analysis of their decoration. The site of Ponthezières has produced evidence of a contemporaneous existence with the Bell Beaker culture groups and also of the influence of these groups on the Artenac stylistic traditions. Secondly, the search for a better definition of local and/or regional Artenac culture groups appeared necessary. Confronting the distribution of the decorative techniques (fig. 14) and themes (fig. 15), it seems obvious that a distinction between the Atlantic façade and the continent can be proposed. The example of the decorations demonstrates clearly that the coastal and continental entities had a parallel evolution. Finally, this study shows that the diversity of the Neolithic groups and the diversity of relations with the Bell Beaker culture groups in the second half of the 3rd millennium ВС certainly had a different impact on the genesis of the cultures of the Early Bronze Age in central-western France.
23 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Xavier Hénaff
La céramique décorée du site artenacien de Ponthezières à
Saint-Georges-d'Oléron (Charente-Maritime) dans son cadre
régional
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2003, tome 100, N. 4. pp. 733-755.
Citer ce document / Cite this document :
Hénaff Xavier. La céramique décorée du site artenacien de Ponthezières à Saint-Georges-d'Oléron (Charente-Maritime) dans
son cadre régional. In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2003, tome 100, N. 4. pp. 733-755.
doi : 10.3406/bspf.2003.12907
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_2003_num_100_4_12907Résumé
Ce travail a pour objectif d'analyser la céramique du site artenacien de Ponthezières à Saint-Georges-
d'Oléron (Charente-Maritime) en confrontant les données renouvelées par des fouilles récentes menées
dans le Centre-Ouest de la France. A travers l 'étude de la stratigraphie, des formes céramiques et de
leur décoration, nous avons tenté de démontrer d'une part, l'existence d'indices d'une contemporanéité
avec les groupes campaniformes et d'autre part, leur influence sur les traditions stylistiques
artenaciennes. En second lieu, la recherche d'une meilleure définition des faciès locaux et/ou régionaux
au sein de l'Artenacien nous a semblé nécessaire. La diversité de ces groupes néolithiques et leur
relation avec les Campaniformes dans la seconde moitié du IIIe millénaire ont certainement eu un
impact différent sur la genèse des cultures du Bronze ancien dans le Centre-Ouest de la France.
Abstract
The site of Ponthezières, on the island of Oléron, was excavated over an area of 500 m2 from 1986 to
1991, and revealed the existence of a well-preserved settlement (fig. 1 and 2). From a corpus totalling
over 30000 pottery sherds, this first approach of the decorated ceramics from the site was based on a
sector presenting a better state of conservation (squares с to f 10-11) and on part of the ditch 86, at a
point where its stratigraphic infill was practically complete (fig. 3). Due to the intense fragmentation of
the corpus, only thirty-five pots could be at least partially rebuilt. They represent eleven forms and all the
morphological and functional categories (fig. 4-8). The site of Ponthezières presents the traditional
division of ceramics of the Artenac group in two categories (coarse and fine) which are related to the
thickness of the walls, the quality of the paste and the treatment of surfaces. Although the material is
quite fragmented, the site of Ponthezières had many elements which conform to the traditional
organization of the Artenac decorative corpus (fig. 9-10). However, some specimens illustrate the result
of a process leading to the enrichment of the decorations (fig. 11, column 2 and 3) and others have a
more overall decoration without the regularity of the original geometrical forms (fig. 9, nos. 7-10). Some
elements present quite a "careless" decoration compared to that we are accustomed to from the
Artenac potters (fig. 9, nos. 11-17). The "poinçonné-tiré" (stamped/incised) technique largely dominates
over the "plastic" type (deformation of the wall, addition of paste). All "poinçonné-tiré" decorations
received a white-coloured incrustation (fig. 12). The second part of this article ("Discussion ") confronts
the data with that from recent excavations carried out in the Centre-West region of France, especially by
chrono- stratigraphic analysis and the ceramic forms and analysis of their decoration. The site of
Ponthezières has produced evidence of a contemporaneous existence with the Bell Beaker culture
groups and also of the influence of these groups on the Artenac stylistic traditions. Secondly, the search
for a better definition of local and/or regional Artenac culture groups appeared necessary. Confronting
the distribution of the decorative techniques (fig. 14) and themes (fig. 15), it seems obvious that a
distinction between the Atlantic façade and the continent can be proposed. The example of the
decorations demonstrates clearly that the coastal and continental entities had a parallel evolution.
Finally, this study shows that the diversity of the Neolithic groups and the diversity of relations with the
Bell Beaker culture groups in the second half of the 3rd millennium ВС certainly had a different impact
on the genesis of the cultures of the Early Bronze Age in central-western France.La céramique décorée du site
artenacien de Ponthezières
à Saint- Georges-d'Oléron
(Charente- Maritime)
Xavier HENAFF dans son cadre régional
faciès part, panif Résumé artenaciennes. nécessaire. les Ponthezières céramiques les Ce Ouest Campaniformes données travail ormes l'existence locaux de la a La et renouvelées et pour à France. Saint-Georges-d'Oléron d'autre et/ou En de diversité d'indices leur second objectif dans régionaux A part, décoration, de par travers la lieu, d'analyser d'une ces seconde des leur la groupes au fouilles l contemporanéité recherche 'étude influence nous sein moitié la (Charente-Maritime) néolithiques avons de céramique de récentes du sur d'une la Г Artenacien IIIe stratigraphie, tenté les millénaire menées meilleure avec traditions du et de site leur les démontrer dans nous en groupes artenacien définition relation ont des stylistiques confrontant le a certaineCentre- formes semblé d'une cam- avec des de
ment eu un impact différent sur la genèse des cultures du Bronze ancien
dans le Centre-Ouest de la France.
Abstract
The site of Ponthezières, on the island of Oléron, was excavated over an
area of 500 m2 from 1986 to 1991, and revealed the existence of a well-
preserved settlement (fig. 1 and 2). From a corpus totalling over 30000
pottery sherds, this first approach of the decorated ceramics from the site
was based on a sector presenting a better state of conservation (squares с
to f 10-11) and on part of the ditch 86, at a point where its stratigraphie
infill was practically complete (fig. 3). Due to the intense fragmentation of
the corpus, only thirty-five pots could be at least partially rebuilt. They
represent eleven forms and all the morphological and functional categories
(fig. 4-8). The site of Ponthezières presents the traditional division of
ceramics of the Artenac group in two categories (coarse and fine) which
are related to the thickness of the walls, the quality of the paste and the
treatment of surfaces. Although the material is quite fragmented, the site
of Ponthezières had many elements which conform to the traditional
organization of the Artenac decorative corpus (fig. 9-10). However, some
specimens illustrate the result of a process leading to the enrichment of
the decorations (fig. 11, column 2 and 3) and others have a more overall
decoration without the regularity of the original geometrical forms (fig. 9,
nos. 7-10). Some elements present quite a "careless" decoration compared
to that we are accustomed to from the Artenac potters (fig. 9, nos. 11-17).
The "poinçonné-tiré" (stamped/incised) technique largely dominates over
the "plastic" type (deformation of the wall, addition of paste). All
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 4, p. 733-755 734 Xavier HÉNAFF
"poinçonné-tiré" decorations received a white-coloured incrustation
(fig. 12). The second part of this article ( "Discussion ") confronts the data
with that from recent excavations carried out in the Centre-West region of
France, especially by chrono- stratigraphie analysis and the ceramic forms
and analysis of their decoration. The site of Ponthezières has produced
evidence of a contemporaneous existence with the Bell Beaker culture groups
and also of the influence of these groups on theArtenac stylistic traditions.
Secondly, the search for a better definition of local and/or regional Artenac
culture groups appeared necessary. Confronting the distribution of the
decorative techniques (fig. 14) and themes (fig. 15), it seems obvious that a
distinction between the Atlantic façade and the continent can be proposed.
The example of the decorations demonstrates clearly that the coastal and
continental entities had a parallel evolution. Finally, this study shows that
the diversity of the Neolithic groups and the diversity of relations with the
Bell Beaker culture groups in the second half of the 3rd millennium ВС
certainly had a different impact on the genesis of the cultures of the Early
Bronze Age in central-western France.
poursuivre les premiers essais concernant la mise en INTRODUCTION
valeur de faciès locaux et/ou régionaux au sein de
L'Artenacien a été défini pour la première fois lors de l'Artenacien afin de mieux saisir la diversité d'une
la publication du site éponyme (Bailloud et Burnez, culture matérielle qui a été parfois présentée comme
1962; Burnez, 1976). Cette culture, initialement attr relativement uniforme.
ibuée par les auteurs au Bronze ancien, est finalement
datée, une décennie plus tard, du Néolithique final sur LE SITE DE PONTHEZIÈRES la foi de dates isotopiques (Gomez, 1973; Roussot-
Larroque, 1973). Jusqu'au début des années 1980, Présentation
diverses propositions ont été réalisées concernant une
périodisation de l'Artenacien. Une division en phase Le site de Ponthezières se trouve sur la côte occidentale
précampaniforme et contemporaine emportait la con de l'île d'Oléron, sur le bord d'un marais doux et à
viction de tous les chercheurs (Gomez, 1975 ; Pautreau, deux kilomètres du littoral (fig. 1). Il a été découvert à
1979a et b; Gomez, 1980; Joussaume, 1981; Large, la suite de prospections dans les années 1960. Le mat
1983) à quelque exception (Roussot-Larroque, 1984). ériel récolté a été publié par R. Joussaume (Jous
À partir de 1986, des témoins plus nombreux d'une saume, 1981). Dans le cadre d'une étude concernant
contemporanéité entre Artenaciens et Campaniformes les sites du Néolithique final, L. Laporte a réalisé
et une meilleure connaissance du Bronze ancien ont plusieurs sondages à partir de 1986 et une fouille
permis de conforter en partie cette théorie (Laporte, programmée qui s'est achevée en 1991. Ce site a livré
1986 et 1987; Gomez et Laporte, 1990; Roussot- un atelier de préparation de perles en coquillage excep
Larroque, 1990; Laporte, 1994; Gomez, 1995). La tionnellement bien conservé. L'analyse de l'outillage
dernière périodisation réalisée sur l'Artenacien par ainsi que celle de l'ensemble des vestiges abandonnés
С Burnez emploie une terminologie différente et de à tous les stades de la fabrication restés en place a
nouveau la proposition d'une troisième phase qui emp permis de reconstituer la chaîne opératoire (Laporte,
" Г Artenac II " (Burnez et iète sur le Bronze ancien, 1991 et 1994; Laporte et al, 1998a; Ricou, 1996;
Fouéré, 1999). Cette dernière période a été critiquée Rubion, 1999).
récemment et ouvre à nouveau le débat sur l'évolution La fouille a révélé la présence d'une couche en place
des populations ayant vécu pendant le IIP millénaire de quelques centimètres directement au contact de la
av. J.-C, c'est-à-dire entre la fin du Néolithique et le terre arable. Sur un à deux hectares de superficie est
imés pour le site, 500 m2 ont été explorés. Un plan début de l'Âge du Bronze (Laporte, 2001).
Dans le cadre de cette réflexion, il a été proposé en cohérent des structures fines se dégage nettement
accord avec L. Laporte et J.-L. Monnier un mémoire autour d'un fossé courbe reconnu sur une quinzaine de
de DEA de l'université de Rennes 1 que nous présen mètres de longueur. Il mesure un mètre de profondeur,
tons ici. En confrontant les données renouvelées par des pour deux mètres de largeur. Des tranchées de palis
fouilles récentes menées dans le Centre-Ouest de la sade structurent également l'espace. Enfin, des él
France, l'analyse tend à répondre à deux questions éments de constructions sur poteaux de bois et à murets
principales. À quel moment de l'Artenacien le site de de pierres sèches ont été mis au jour (fig. 2).
Ponthezières a-t-il été occupé? Peut-on également y L'étude présentée est une première approche des cér
remarquer les indices d'une contemporanéité avec les amiques décorées. À partir d'un corpus totalisant plus
groupes campaniformes, voire des affinités avec le de 30000 tessons, l'échantillonnage s'est porté sur la
Bronze ancien ? Enfin, il nous a semblé important de portion sud du site (carrés с àf 10-11) qui présentait
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 4, p. 733-755 La céramique décorée du site artenacien de Ponthezières à Saint-Georges-d'Oléron (Charente-Maritime) dans son cadre régional 735
Fig. 1 - Présentation du site de Ponthezières dans son contexte local
(île d'Oléron, Charente-Maritime). L'Écuissière est une occupation
campaniforme (d'après Laporte et al, 1998b).
Presentation of the site of Ponthezières in its local context (island of
Oléron, L'Ecuissière is a Bell Beaker culture
settlement (after Laporte et al., 1998b). 11
un meilleur état de conservation (épaisseur des couches
et densité de matériel suffisamment importantes). Cette
partie, qui occupe 150 m2, correspond aux couches 2, Fig. 2 - Plan général simplifié du site de Ponthezières à Saint-Georges-
d'Oléron, Charente-Maritime (d'après Laporte étal, 1998a). 3 et aux structures sous-jacentes. Il semble inutile Simplified general plan of the site of at de vouloir dissocier le niveau d'habitat en place (after Laporte et al., 1998a). (couche 3) de la couche 2 sus-jacente. D'une part,
l'observation de la stratigraphie (qui n'a pas été relevée
mais notée dans le cahier de fouilles) montre un niveau
remanié qui présente un mélange de la couche humique
et de la couche en place (présence de rares objets la totalité du matériel qui la compose provient des
modernes au sein d'un important ensemble de pièces niveaux sus-jacents, c'est-à-dire de la couche d'habitat.
archéologiques). Des remontages verticaux ont con Les formes présentes à la fois dans le niveau d'habitat
firmé cette observation. D'autre part, bien que la quant et dans le remplissage du fossé ne diffèrent pas nota
ité à surface égale soit moindre dans la couche 2, nous blement. On considérera ces nuances comme négli
avons remarqué une distribution totalement identique geables dans le cadre du sujet que nous traitons ici,
dans les classes d'épaisseurs et dans les types de bords. mais elles feront l'objet d'un examen plus approfondi
De toute évidence, ces deux unités stratigraphiques prochainement. En définitive, il semble légitime de
n'en forment qu'une. considérer l'ensemble de la stratigraphie de Ponthez
Enfin, une portion du fossé 86 a été considérée (fig. 3). ières comme appartenant à un unique horizon chrono
Nous avons choisi la "bande 7" qui mesure 5 mètres logique. Hormis le rôle de l'érosion, la faible épaisseur
de longueur et présente en ce point la quasi-totalité de des niveaux résulte probablement d'une occupation de
la stratigraphie du remplissage du fossé, divisé en deux courte durée. Par conséquent, la stratigraphie nous
servira à montrer des différences en terme spatial et/ou niveaux : couche 5 (niveau 1) et couches 75, 77, 81,
90 et 91, 93 à 95, 98 et 100 (niveau 2). Cette structure fonctionnel lors de la description du matériel de Pont
est la seule à présenter plusieurs niveaux, mais des hezières. En revanche, il ne sera considéré qu'un seul
remontages réalisés sur toute l'épaisseur indiquent que horizon lors de comparaisons avec d'autres sites.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 4, p. 733-755 736 Xavier HÉNAFF
Ponthezières (17)
Fossé 86
Fig. 3 (ci-dessus) - Ponthezières. Relevés Habitat (c-f 10-11) Fossé 86 ("bande 7") stratigraphiques transversaux du fossé 86 niveau 1 niveau 2 Total %par catég. со. 2 et 3 structures (d'après Laporte dir., 1991, inédit).
Bords : Stratigraphie cross-sections of ditch 86
(after Laporte dir., 1991, unpublished). droit 112 8 44 16 180 20%
éversé 250 25 50 98 423 48%
rentrant 221 11 20 31 283 32%
44 114 145 100% Total 583 886
Moyens de préhension :
anses 82 8 11 19 120 58%
boutons 19 1 1 0 21 10%
languettes 38 4 6 5 53 26%
oreilles 11 1 0 1 13 6%
Total 150 14 18 25 207 100%
Décors :
type В 9 0 3 0 12 8%
type С 4 0 1 0 5 3%
type F 52 8 24 6 90 62%
type H 19 4 0 2 25 17%
type I 6 0 4 2 12 8%
type N 1 0 0 0 1 1%
Total 91 8 36 10 145 100%
Fonds plats : Tabl. 1 (ci-contre) - Ponthezières.
Total 72 7 9 5 93 100% Décompte de la céramique par éléments
caractéristiques. Total général 896 73 177 185 1331 Characteristic elements of the ceramics % par secteur 73% 27% 100% count.
n° 4, p. 733-755 Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, La céramique décorée du site artenacien de Ponthezières à Saint-Georges-d'Oléron (Charente-Maritime) dans son cadre régional 737
coupes (fig. 5, nos 6 à 8). Les formes ouvertes sont des La céramique
assiettes (fig. 6, nos 1 et 2). Une anse en prise directe
sur la lèvre semble appartenir à une tasse (fig. 6, n° 3). Les remontages horizontaux puis verticaux ont été
effectués dans un premier temps sur la couche 3, puis La décoration serait presque exclusivement réservée à
en relation avec la couche 2, et dans un second temps cette classe d'épaisseur, mais nous en discuterons plus
au sein du remplissage du fossé. Les profils reconsti loin.
tués ont été individualisés ainsi que l'ensemble des La seconde classe d'épaisseur (6-15 mm) est marquée
céramiques décorées en vue de réaliser une expertise par des céramiques de moyenne contenance. Elle re
plus détaillée. présente 75 % du corpus de la couche d'habitat et 57 %
dans le fossé. On reconnaît à la fois des fonds plats et
Les formes aplatis, des fonds ronds ainsi que des bords souvent
Afin d'utiliser un vocabulaire approprié à la description droits à lèvre ornée d'impressions à l'ongle ou au
des céramiques, nous nous référons aux travaux de doigt. Les formes principales sont des jattes largement
С Burnez (Bailloud et Burnez, 1962), J. Gomez (1980) ouvertes munies d'une oreille de préhension et dont le
et L. Laporte (Gomez et Laporte, 1990). Du fait de bord est parfois décoré d'impressions au doigt (fig. 7,
nos 1 et 2), ou des jattes plus profondes et dépourvues l'importante fragmentation du corpus, seulement
trente-cinq individus ont pu être reconstitués au moins de préhension dont le bord effilé est éversé (fig. 7,
n° 3). Une grande bouteille à rupture de pente marquée partiellement. Ils représentent onze formes et toutes les
n° 1). Un individu catégories morphologiques et fonctionnelles que nous entre dans cette catégorie (fig. 8,
décrivons plus loin (fig. 4). Plus de 1 300 éléments présente une surface très rugueuse qui résulte indénia
blement de la volonté du potier ; il pourrait s'agir d'un caractéristiques (bords, moyens de préhension, décors,
vase "en bombe" (fig. 8, n° 2). Bien que leur profil fonds plats) ont été comptabilisés (tabl. 1). Certains
appartiennent probablement au même récipient mais soit incomplet, certaines formes classables dans cette
les remontages sont peu fréquents. Huit cent quatre- catégorie semblent étrangères au répertoire artenacien
vingt-trois fragments de bords ont été dénombrés. Trois tel que nous le connaissons ailleurs. Il s'agit notam
types ont été reconnus. Ce sont des bords é versés à ment d'un vase à bord droit et lèvre ourlée muni d'une
anse très près du bord (fig. 6, n° 5). Bien qu'irrégulière, lèvre le plus souvent ogivale ou ourlée, des bords droits
à lèvre aplatie dans la majorité des cas et des bords la surface est lissée ; la pâte de couleur noire est homog
rentrants à lèvre ourlée ou aplatie. Les moyens de ène. Un second vase à col rentrant et lèvre ourlée est
n° 7). Un dernier muni d'une anse à ensellement (fig. 6, préhensions (207 éléments) sont répartis entre les anses
(58 %), les languettes (26 %), les boutons (10 %) et individu à col droit et lèvre aplatie présente près du
bord une anse de même profil que le n° 5 mais montée les oreilles ou anses non perforées (6 %). Enfin, 93
n° 6). Ces deux derniers vases fonds plats ont été identifiés. Les décors sont traités à l'envers (?) (fig. 6,
en détail ci-après. présentent une pâte homogène à surface régulière, à
La céramique artenacienne est traditionnellement di tranche noire et surfaces interne et externe d'un beige
visée en deux catégories (grossière et fine) qui sont uniforme. Il est possible qu'ils aient possédé à l'origine
liées à l'épaisseur des parois, à la qualité de la pâte et plusieurs anses.
au traitement des surfaces. Nous avons remarqué à La troisième classe d'épaisseur (16-25 mm) est assez
Ponthezières l'existence de ces deux catégories. Dans peu représentée (2 %) et très fragmentée. Nous dispo
le détail, trois classes d'épaisseurs ont été définies. Par sons seulement de quelques bords droits aplatis et
les observations faites sur les exemplaires les mieux parfois épaissis, et surtout de fonds plats non débor
conservés, on constate qu'elles correspondent le plus dants. Il s'agit ici d'individus à profil tronconique
souvent à des catégories de contenance : petite, ("pot de fleur") ou dérivé (fig. 8, n° 4). Ils se dis
tinguent par un aspect plus négligé, avec des parois moyenne et grande. Ainsi, plus les parois sont épaisses
et plus le récipient semble avoir une capacité élevée. externes qui n'ont pratiquement jamais reçu de lissage
L'analyse des fonds plats montre également cette soigné. Certains récipients sont probablement de très
même tendance. L'épaisseur des parois est proportionn grande taille car des fonds présentent un diamètre de
elle au diamètre ainsi qu'à l'épaisseur du fond. Cette 200 à 420 mm. L'argile a subi un traitement sommaire.
Une vue en coupe présente en faible densité un corrélation correspond à un besoin de solidité et de
stabilité du vase. dégraissant de quartz qui dépasse régulièrement le
La céramique " fine " correspond à la première classe millimètre. Ainsi, ces individus regroupent toutes les
d'épaisseur (0-5 mm). Elle présente un lissage soigné caractéristiques de vases dont la fonction principale
et une sélection du dégraissant à peine perceptible à semble vouée au stockage.
l'œil nu. Cette classe représente un peu moins de 30 % Au terme de cette description, on remarque une nette
du corpus de la couche d'habitat, alors que la tendance différence dans la proportion de certaines catégories.
s'inverse dans le fossé (51 %). Cette céramique affecte Les vases de stockage de fortes dimensions ne sont
présents que dans la couche d'habitat. Cela peut s'exune grande variété de formes à faible contenance. Les
écuelles se distinguent en différents sous-groupes : pliquer par le fait qu'ils se trouvent précisément dans
hémisphérique, à bord rentrant (fig. 5, nos 1 à 3, 5), à un secteur particulier destiné à cette fonction, en l'oc
rupture de pente plus ou moins marquée (fig. 5, n° 4 ; currence une construction sur poteaux dont le sol était
n° 4). Les formes légèrement fermées sont des aménagé par un cailloutis (fig. 2). Le changement de fig. 6,
proportion des classes d'épaisseur 0-5 mm et 6-15 mm bols plus ou moins hauts et hémisphériques et des
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 4, p. 733-755 738 Xavier HENAFF
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 4, p. 733-755 La céramique décorée du site artenacien de Ponthezières à Saint-Georges-d'Oléron (Charente-Maritime) dans son cadre régional 739
Illustration non autorisée à la diffusion
5 cm
Fig. 5 — Ponthezières. Corpus des formes céramiques de faible
contenance : écuelles (nos 1 à 5), bols (nos 6 et 7) et coupe (n° 8). Illustration non autorisée à la diffusion Vases nos 1, 4 et 6 : dessin L. Laporte.
7 Corpus of the low capacity ceramic forms: bowls (1-5), bowls (6-7)
and cup (8). Vases nos. 1, 4 and 6: drawing L. Laporte.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 4, p. 733-755 740 Xavier HÉNAFF
5 cm
Illustration non autorisée à la diffusion
(n° Fig. 4). 6 - Moyenne Ponthezières. contenance Corpus : des vases formes à anse céramiques. près du bord Faible (nos 5 contenance et 6) et pichet : assiettes (n° 7). (nos Vases 1 et nos 2), 1 tasse et 2 (n° : dessin 3) et L. vase Laporte. ou écuelle à rupture de pente marquée
Corpus of the ceramic forms. Low capacity: plates (1-2), cup (3) and vase or bowl with marked change of incline (4). Average capacity: vases with
handle close to the edge (5-6) and jug (7). Vases nos. 1 and 2: drawing L. Laporte.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 4, p. 733-755