//img.uscri.be/pth/e17a7959459017e7c19997f42299ca7b4e6df3e1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La crise et le conflit : morphologie des vagues de grèves - article ; n°4 ; vol.32, pg 768-794

De
28 pages
Revue française de science politique - Année 1982 - Volume 32 - Numéro 4 - Pages 768-794
27 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Monsieur Hugues Lagrange
La crise et le conflit : morphologie des vagues de grèves
In: Revue française de science politique, 32e année, n°4-5, 1982. pp. 768-794.
Résumé
II existe deux catégories de vagues de grèves que l'on peut désigner par les termes de crise et de conflit. La crise est un
processus multipolaire qui s'étend par contagion plus que sous l'effet d'une action volontaire issue d'un centre unique. La fin de la
crise ne définit ni gagnant ni perdant. Le conflit est un processus organisé qui met aux prises des adversaires dans un duel et
désigne un vainqueur et un vaincu. L'analyse morphologique des vagues de grèves en France montre la pertinence de cette
distinction et débouche sur une conception de la crise comme manifestation d'un conflit qui n'a pas d'objet politique.
Abstract
II existe deux catégories de vagues de grèves que l'on peut désigner par les termes de crise et de conflit. La crise est un
processus multipolaire qui s'étend par contagion plus que sous l'effet d'une action volontaire issue d'un centre unique. La fin de la
crise ne définit ni gagnant ni perdant. Le conflit est un processus organisé qui met aux prises des adversaires dans un duel et
désigne un vainqueur et un vaincu. L'analyse morphologique des vagues de grèves en France montre la pertinence de cette
distinction et débouche sur une conception de la crise comme manifestation d'un conflit qui n'a pas d'objet politique. There are
two types of strike waves, which may be called crisis and conflict. Crisis is a multipolar process spreading more by contagion than
by deliberate action from a single center. At the end of a crisis neither winner nor loser is identified. Conflict is an organised
process in which opponents fight a duel, and which ends with clearly defined winners and losers. A morphological analysis of
French strike waves shows the relevance of the distinction between crisis and conflict: a crisis is a conflict without political object.
Citer ce document / Cite this document :
Lagrange Hugues. La crise et le conflit : morphologie des vagues de grèves. In: Revue française de science politique, 32e
année, n°4-5, 1982. pp. 768-794.
doi : 10.3406/rfsp.1982.394036
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1982_num_32_4_394036LA CRISE ET LE CONFLIT
MORPHOLOGIE DES VAGUES DE GR VES
HUGUES LAGRANGE
IL
768 conflits pas plan vaincu violence des et politiques médiation acteurs unique centre telle énoncés par une adversaires contrôlé deux analyse de Le Ces La contagion crises objet conception correspondent peut typologie politique existe rationalités reculs crise unique conflit et deux Sur dans intentionnelle la désigner de dominants elle réciproquement de dans fin le pas est stratégies morphologique types le 1936 plutôt mon étalant est plan du la Elle inclut de un un cas de différentes des crise conflit par et la un sens incarnent duel processus fonction politique est des que limites deux crise un 1968 est reste les processus sur emploi brève vagues sous deux désigne Il tiers des des termes comme ensembles comporte une des limitée un politique qui effet multipolaire on il catégories moments et en et effets de mouvement conflits est période assez suit de possède trouve organisé ne France de grèves manifestation interprétable une La la pervers des définit crise établit de clairement violence conflictuels fin des de des phases longue traits en sous action un qui et de qui vagues deux ni expressif traits France la paroxysme de étend la les sur gagnant distincts pertinence met successives volontaire en un crise conflit un après-guerres est pas formes le de crisiques dans termes et vainqueur aux jeu instrumental grèves dans par conflit de passe débouche ni et les Ces acmé des respectives prises paroxysme perdant contiguïté issue des avances surtout enjeux lequel dans crises que par qui notions acteurs et traits un Une une on des sur Au les un et la La crise et le conflit
En ethologie une crise résulte en effet du manque un objet ou
de existence une pluralité objets entre lesquels un choix avère
impossible1 Quand un serpent et un oiseau se trouvent face face
oiseau est hypnotisé et ne peut pas envoler Le serpent rappelle par
sa forme le ver de terre dès lors il est naturellement une proie pour
oiseau Cependant par sa taille et peut-être son agressivité il ne
ressemble pas un ver de terre Il est la fois morphologiquement
une proie un objet pour oiseau considéré comme prédateur de
vers et un prédateur donc un objet inaccessible De cette
ambivalence résulte la crise du prédateur oiseau qui de ce fait
devient proie En ce sens précis 1936 et 1968 sont des crises et non
des conflits ampleur des mouvements de grève les met au centre de
la vie politique mais par ailleurs ce rôle politique est inaccessible
car les forces politiques et syndicales qui pourraient leur donner
ce rôle refusent2
Je vais dans un premier temps exposer le déroulement des crises
et des conflits dans espace et dans le temps décrire ensuite les
acteurs des grèves puis les rapports entre les grèves et la syndicalisa-
tion enfin développer aspect proprement politique de opposition
entre la crise et le conflit
MORPHOLOGIES
Phases et durées
Des quatre vagues de grèves que on considère ici deux se
présentent dans le temps comme des poussées brèves et uni-modales
1936 1968 les deux autres se manifestent par des avancées et
des reculs sur une période longue 1919-1920 1947-1948
Les grèves de 1936 commencent le 11 mai pour se terminer fin
juin et celles de 1968 le 14 mai pour finir le 20 juin Moins de deux
mois écoulent entre ouverture et la clôture du mouvement En
revanche les conflits grévistes des deux après-guerres étalent sur
deux ans La différence ne réside pas seulement dans ce redoublement
du millésime elle attache au déroulement même des vagues de
Thorn R.) Crise et catastrophe Communications 25 1976 34 et suiv
En 1936 et 1968 ni les Partis socialiste et communiste ni les syndicats
exception partielle de la CFDT en 1968 ont voulu généraliser les grèves
769 Hugues Lagrange
grèves Schématiquement les grèves de 1936 et 1968 se développent
en trois phases3 déclenchement extension et acmé déclin Aussi
étrange que cela paraisse des auteurs ayant écrit dans des perspec
tives très éloignées accordent pour décrire ces trois phases agissant
des grèves de 1968 Touraine Geismar-July-Morane Vidal-
Naquet et Schnapp pour 1936 Prouteau Danos et Gibelin et
leur suite Prost décrivent ces phases Qui plus est les dates
avancées pour situer les moments cruciaux que sont les points de
passage une phase autre coïncident peu près4 Sur les courbes
des conflits la succession des phases prend la forme très caractéristi
que une cloche ou un pic surplomb en aval duquel la courbe
décline et où plus ou moins rapidement le niveau des grèves rejoint
son étiage
Les conflits des deux après-guerres ont ni cette unité ni cette
simplicité formelle abord par leur durée deux ans Les premières
poussées grévistes celle de mai 1919 comme celle de mai-juin 1947
inscrivent comme des temps forts sur le profil ordinaire des grèves
Les poussées suivantes adhèrent plus au moule sans pour autant
détruire la matrice Certes une poussée de grèves reste repérable
automne 1919 mais elle est de plus faible intensité que celle que on
enregistre en général en automne En revanche le renouvellement de
deux pics grévistes en février-mars et mai 1920 suivi par une absence
totale de grèves automne est dirimant Au cours du second
après-guerre le pic automnal de 1947 se décale vers hiver et
contrairement attente il pas de conflits importants au
printemps 1948 seulement un ultime assaut en octobre-novembre
La complexité des mouvements des deux après-guerres le fait
ils débordent le cadre des conflits ordinaires sans en briser
complètement ordonnance suggèrent ils sont plus proches que les
crises de ces conflits du travail qui ponctuent couramment la vie
Ici le terme de phase un sens descriptif celui une étape dans évolution du
mouvement repérable la fois par des changements qualitatifs intensité de action
dynamique propre et quantitatifs
En 1936 la première phase irait du 11 mai au 1er juin Elle commence avec les
grèves des usines aviation et se clôt avec la fausse reprise chez Renault la seconde
du juin au 12 juin au cours de laquelle la grève atteint son extension maximum la
troisième ouvre avec le mouvement de reprise du travail du 12 juin la fin du mois
En 1968 la première phase va du mai aux 10-13 mai nuit des barricades de la rue
Gay-Lussac manifestations de masses la seconde celle des grèves ouvrières
proprement dites du 14 mai aux 25-27 mai Grenelle discours de de Gaulle Charléty
manifestations violentes Paris et en province la troisième phase est celle de la fin
chaotique des grèves du 27 mai au 20 juin
770 La crise et le conflit
sociale mais ils répondent sans doute aussi autres stimulations
que celles qui sont issues du contexte économique5
Symétriquement les observations que on peut faire sur le
déroulement des crises soulèvent la présomption que ce sont des
mouvements endogènes qui puisent dans leur propre dynamique leur
force et les formes de leur développement dans le temps
Ces distinctions apparaissent également lorsque on observe la
formation et extension des vagues de grèves dans espace
Genèse et extension des grèves
En 1936 au cours de la première phase de la crise des grèves
avec occupation éclatent quasi simultanément entre le 11 et le
14 mai en trois points aux usines Bréguet du Havre Latécoère
Toulouse loch Courbevoie Le 26 mai des grèves de portée
limitée ont lieu dans la Région parisienne6 Le mouvement étend
aux constructions aéronautiques puis gagne automobile le 28 mai Le
29 mai la grève touche les chantiers de exposition internationale Le
fait marquant sur le plan symbolique est le démarrage de la vague de
grèves dans les usines aviation et automobile mon sens non
moins remarquable est le fait que ces grèves surgissent indépendam
ment sans mot ordre coordonné la fin du mois de mai des
usines appartenant autres branches matériel téléphonique impri
merie engagent dans des actions partielles et victorieuses mais qui
ne débordent pas vraiment du cadre des constructions de voitures et
avions Ce est que le juin après la fausse rentrée chez Renault
que le mouvement se généralise toute la métallurgie non seulement
dans la Région parisienne mais autour des grandes villes Lille
Lyon Cependant on aurait tord voir un processus qui suit axe
vertical une branche industrie voiture et avion Dans un laps
de temps extrêmement court le mouvement fait tache huile il se
répand par contiguïté géographique7
Dont nous savons elles définissent globalement les rythmes des conflits du
travail en période courante
Lioré-Ollivier Villacoublay Sautter-Harlé Crète Créteil
Le juin il gagne la chimie les industries alimentaires le textile la
polygraphie ameublement les transports en dehors des chemins de fer le juin le
mouvement se fractionne en une myriade de petites grèves dans hôtellerie la
serrurerie orfèvrerie les laboratoires pharmaceutiques habillement le bâtiment etc
partir du juin en province des branches nombreuses se mettent en grève
métallurgie Valenciennes textiles Roubaix-Tourcoing mines Anzin Denain et
Lens Puis les villes du Havre de Bordeaux de Marseille de Toulouse font
expérience de la grève dans une grande diversité de secteurs La grève gagne les
couches périphériques employés des grands magasins vendeurs de journaux
777 Hugues Lagrange
extension des grèves nous conduit des secteurs où le conflit est
né vers ceux il progressivement absorbés comme lorsque on
emboîte des poupées gigognes La propagation de la grève se fait par
agrégation autour de noyaux initiaux en occurrence certains
secteurs de la métallurgie elle atteint pas importe quelle
couche importe quel moment Les grandes fédérations du secteur
public et para-public ont été atteintes le plus tard et avec le moins
intensité
En mai 1968 la grève se déroule de fa on analogue en couches
concentriques progressivement agglomérées autour des entreprises
initiatrices8 Il est pas nécessaire avoir consacré des heures la
sociologie de Tarde pour saisir dans ces processus la maïeutique de
exemple Une telle maïeutique ne exerce ni en 1919-1920 ni en
1947-1948
Certes on observe au printemps 1919 un processus qui revêt en
partie cette allure contagieuse Après les violentes manifestations
parisiennes du 1er mai des grèves corporatives se déclenchent dans le
métro et les omnibus Paris elles touchent ensuite les mineurs du
Nord et paralysent pratiquement toute la chimie 80 000 grévistes fin
mai Le mouvement connaît son apogée avec la grève de la
métallurgie parisienne dans les premiers jours de juin 1919 elle est
totale le La grève atteint du 28 mai au 19 juin les mines de
Bruay dans le Pas-de-Calais et il aura une grève générale des
mineurs de fer et de houille du 15 juin au 15 juillet 1919
On pourrait faire une description semblable des mouvements du
printemps 1947 qui suivent la grève chez Renault Les formes ainsi
que les secteurs touchés sont très apparentés est au cours de cette
première année des conflits après-guerre et lors du premier
printemps de cette première année que la grève son caractère le
plus spontané Cette poussée de grèves est celle durant laquelle le
conflit revêt en partie les formes phénoménales de la crise9 Encore
employés des messageries de presse Enfin la grève atteint les services publics les
cheminots les transports en commun de la Région parisienne certains services des
PTT du gaz et de électricité Les enseignants semblent rester écart alors que leur
rôle fut remarquable en 1918-1919
On en fera pas ici la description complète En bref la grève ouvrière
commencé usine Sud-aviation de Bouguenais le 14 mai chez Renault Cléon le
15 mai ainsi la SNIAS de Toulouse et au CEA Saclay Dans industrie elle
gagné rapidement les entreprises de haute technologie électronique et la chimie
CSF Issy et Brest Thomson Bagneux Rhône-Poulenc Vitry etc Simultanément
la grève atteignait Odèon et 1ORTF les PTT et les banques Je passe sur ensemble
de appareil universitaire et scolaire depuis longtemps transformé par la grève
Je désigne par là ensemble des vagues de grèves du printemps 1919
automne 1920 ou du printemps 1947 hiver 1948
772 La crise et le conflit
faut-il remarquer sans faire entrer en considération autres éléments
le temps et le processus de développement de la grève
Le rythme de contagion est très lent Il écoule plus une
semaine entre les manifestations du 1er mai et les grèves des
transports parisiens en 1919 Il faudra attendre un mois pour voir la
généralisation de la grève la métallurgie
Le mouvement se propage non selon la dimension géographi
que mais selon celle de la branche industrie On voit sur exemple
des grèves des mineurs de fer et de houille une géographie de la
grève qui est le calque exact de implantation des gisements De
même la grève de la chimie se diffuse-t-elle suivant axe vertical de
la branche industrie on oppose axe horizontal celui du
territoire
La part des processus contagieux est faible au printemps 1947 et
quasiment inexistante en 1920 et 1948
LES ACTEURS DES VAGUES DE GR VES
Comme en science politique utilise ici deux indices pour décrire
les caractères sociologiques des vagues de grèves un indice de
composition et un indice de pénétration
La composition une vague de grèves répond la question
quelles sont par ordre importance les activités dans lesquelles les
grèves puisent leur force est la distribution des pourcentages de
grévistes des différentes branches par rapport ensemble des ou encore la distribution du pouvoir de grève entre les
branches impliquées dans la grève
La pénétration une vague de grèves au sein une branche est
définie par le pourcentage des grévistes parmi les actifs de cette
branche en autres termes la propension la grève de au cours de la vague de grèves
Malgré insigne pauvreté des données10 je vais comparer mainte
nant ces distributions celle que définit une sociologie de longue
période
10 Pour les trois vagues de grèves de 1936 1947-1948 et 1968 on ne possède
aucune statistique complète de la distribution des conflits par branches ce qui fait écrire
Lefranc que histoire événementielle gardera face ces mouvements une
indiscutable préséance
773 Hugues Lagrange
appelle noyau gréviste ensemble des branches activité dont la
propension la grève est élevée sur la période 1890-1965 Les bornes
en sont approximatives intérêt une telle notion est de fournir
une référence un terme de comparaison une autre nature que
événement Le caractère exceptionnel une vague de grèves découle
du fait que sa morphologie sociale écarte des structures normales Si
au contraire elles coïncident la vague de grèves est alors que le
modèle dilaté mais homothétique de la distribution des grèves
ordinaires Et on peut attendre il ne soit que expression aiguë des
phénomènes sociologiques impliqués ordinairement dans les grèves
étude de la distribution des grèves par branches sur près un siècle
1890-1965 révèle quelques constantes Les mines la sidérurgie
et les transports occupent les premières places11 les trois dernières
places sont régulièrement prises par le travail des étoffes le bois les
industries alimentaires Deux couples de branches connnaissent des
mouvements inverses le textile et les cuirs et peaux régressent après
la seconde guerre tandis que le travail des métaux et la chimie
progressent incorporation de la métallurgie au sein du noyau dur
est problématique En effet est une branche importante numérique
ment mais fragmentée au sein de laquelle les constructions mécani
ques et plus particulièrement les constructions de véhicules ont une
place centrale qui est la fois le lieu de résistance du professionnel
qualifié et le monde clos de OS et qui en conséquence fut et reste
en France objet des plus nombreuses sollicitudes de la part des
gouvernements des partis et des syndicats Renault-Billancourt est le
sphynx du prolétariat ou sa pythie
Schématiquement les altérations majeures de la composition du
noyau gréviste depuis 1890 consistent dans la disparition du rôle
prépondérant des bâtisseurs et avec eux des métiers de artisanat
urbain partir de 1914 dans adjonction au groupe de base
mineurs sidérurgistes marins dockers cheminots12 travailleurs de
automobile des autres employés des transports des gaziers des
électriciens des postiers des enseignants Ce décentrement accorde
aux travailleurs de Etat et du secteur public un rôle dominant
11 Hiérarchie définie en termes de propension la grève
12 Dans la statistique des grèves en France les trois professions marins
dockers cheminots ressortissent au groupe des transports
774 Les acteurs des conflits
Les branches qui participent aux grèves du printemps 1919 sont
par ordre importance les métallurgistes les bâtisseurs les travail
leurs du secteur transports dont on sait la troublante hétérogénéi
té En occurrence au printemps 1919 ce ne sont pas les cheminots
qui sont responsables des grèves mais plutôt les dockers les employés
des transports urbains ceux des banques et des services de santé
Les indices de pénétration classent la sidérurgie la chimie les
mines la métallurgie respectivement comme les branches les plus
atteintes indice élevé de pénétration des mines et de la sidérurgie
est une constante La nouveauté du mouvement de 1919 est il
touche la chimie que le bâtiment présent par sa masse est plus en
grève massivement que la percée réalisée par les travailleurs de la
métallurgie dans le mouvement de 1906 se poursuit
La décomposition du mouvement des grèves de 1920 place très
largement en tête les transports cheminots) puis loin derrière les
textiles et les mines Ce retour du textile qui semblait avoir cessé de
former depuis la fin du 19e siècle la masse des grévistes est notable
Si on raisonne en termes de pénétration la vague de 1920 touche
par ordre importance la sidérurgie les mines les transports
cheminots Abstraction faite des secteurs qui ont déjà en perma
nence une haute propension la grève restent les seuls cheminots qui
triplent leur pourcentage de participation au mouvement de grève et
polarisent au cours de cette seconde année ensemble de activité
gréviste
La composition des mouvements de grèves du second après-guerre
présente de nombreuses analogies Après la grève spectaculaire de
Renault les conflits touchent la boulangerie les chemins de fer le
gaz électricité les mines du Nord du Pas-de-Calais et de Saint-
Etienne les services publics les banques et les grands magasins En
termes de composition les cheminots avec six millions de journées
perdues sur environ neuf millions pour le mois de juin sont la
première force devant les mineurs 06 million de journées perdues et
les autres activités Ils forment 50 des grévistes du printemps 1947
Dans la composition des mouvements de grèves du et
de automne 1947 il permutation des places des mineurs et des
employés des transports Ce dernier groupe cheminots du réseau Est
et des urbains Paris et Marseille compose la
force dominante des grèves devant les mineurs en grève dans le Nord
et le Pas-de-Calais et les métallurgistes de la Région parisienne En
novembre-décembre 1948 action une profession les mineurs des
775 Hugues Lagrange
bassins du Nord et de la Moselle compte pour 80 des journées
perdues action de solidante sollicitée de la part des métallurgistes
des cheminots des autres employés des transports de ceux des
services publics ne sera effectivement suivie que par les dockers et les
marins
Des grèves des après-guerres en absence même indices systé
matiques de composition et de pénétration je retiens que
Lors de la première poussée de grèves elle-même le conflit est
faiblement ly-industriel
Les mineurs et les cheminots en sont la composante dominan
te le ur de ces conflits coïncide donc largement avec le noyau
gréviste dégagé par analyse sociologique de longue période En
revanche automobile et la métallurgie présentes dans les conflits des
printemps 1919 et 1947 sont absentes des phases ultérieures
Le rôle du secteur public et para-public est important Dans les
deux conflits on retrouve les activités du secteur énergétique
charbon gaz électricité et en 1947 activité vitale de la
boulangerie Ce sont dans cette période de redémarrage économique
des secteurs stratégiques
Lors de la seconde année du conflit les mouvements ont dans
les deux cas un caractère très nettement mono-industriel il
plusieurs branches concernées est en soutien la branche sur
laquelle repose principalement le poids du conflit Tel est objet de la
stratégie dite des vagues assaut mise en uvre pour appuyer les
cheminots en 1920 et des mouvements de solidarité organisés autour
de la grève des mineurs de hiver 1948
Les acteurs des crises grévistes
En 1936 les constructions automobiles et avions la
métallurgie plus généralement dominent la crise en indice de
pénétration Cela est pas extraordinaire la puissance contagieuse
des grèves de cette branche est plus car elle ne se manifeste ni en
1919 ni en 1947 moins et est peut-être plus légitime de
retourner la proposition et de poser que la métallurgie se trouve
seulement dans il du cyclone et non origine de la dépression
Des branches comme le textile et les industries alimentaires dont la
propension au conflit est médiocre ont été tôt et amplement gagnées
par la grève Celle-ci débordé largement sur les petites entreprises
du secteur tertiaire urbain commerces etc. En revanche la crise
moins abondamment puisé ses acteurs dans le noyau dur gréviste
776