La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

La dissonance cognitive chez les nationalistes Blancs

De
13 pages
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ NATIONALISTESBLANCS WILLIAMR. FINCK LES Le nationalisme séculaire Blanc, c’estàdire le nationalisme Blanc qui rejette le Christianisme ou insiste pour en être séparé, semble être apparu en Amérique vers la fin du vingtième siècle, avec des gens comme David Duke et un ensemble hétéroclite d’autres personnes rejetées de ce que l’on pourrait identifier plutôt vaguement comme le mouvement patriotique des années 1950 aux années 1980. Il n’est pas dans notre intention de parler ici des débuts de ce mouvement ou de la façon dont il a grandi ; cependant, nous mentionnerons encore M. Duke plus loin dans un autre contexte. Notre objectif pour l’instant est de discuter de certains problèmes dans la vision du monde des nationalistes séculaires Blancs en général et de la raison pour laquelle ces personnes continueront à échouer. Avant de commencer, cependant, nous devons préciser que nous n’acceptons pas du tout la prétention des JudéoChrétiens des diverses dénominations d’être des Chrétiens. Ces gens en sont au contraire venus à adorer les Juifs plutôt que le Christ, et ils cherchent à faire avancer la suprématie mondiale des Juifs plutôt que celle du Royaume de Dieu. L’Église Catholique Romaine a été fortement in filtrée par des Juifs prétendûment convertis, et sa littérature est remplie d’idées e carrément antiChrétiennes et juives depuis au moins le 14 siècle.
Voir plus Voir moins
LA
DISSONANCE COGNITIVE CHEZ NATIONALISTESBLANCS
WILLIAMR. FINCK
LES
Le nationalisme séculaire Blanc, c’estàdire le nationalisme Blanc qui rejette le Christianisme ou insiste pour en être séparé, semble être apparu en Amérique vers la fin du vingtième siècle, avec des gens comme David Duke et un ensemble hétéroclite d’autres personnes rejetées de ce que l’on pourrait identifier plutôt vaguement comme le mouvement patriotique des années 1950 aux années 1980. Il n’est pas dans notre intention de parler ici des débuts de ce mouvement ou de la façon dont il a grandi ; cependant, nous mentionnerons encore M. Duke plus loin dans un autre contexte. Notre objectif pour l’instant est de discuter de certains problèmes dans la vision du monde des nationalistes séculaires Blancs en général et de la raison pour laquelle ces personnes continueront à échouer.
Avant de commencer, cependant, nous devons préciser que nous n’acceptons pas du tout la prétention des JudéoChrétiens des diverses dénominations d’être des Chrétiens. Ces gens en sont au contraire venus à adorer les Juifs plutôt que le Christ, et ils cherchent à faire avancer la suprématie mondiale des Juifs plutôt que celle du Royaume de Dieu. L’Église Catholique Romaine a été fortement in filtrée par des Juifs prétendûment convertis, et sa littérature est remplie d’idées e carrément antiChrétiennes et juives depuis au moins le 14 siècle. Même les plus grands des érudits Protestants, comme par exemple Martin Luther, furent empoi sonnés par les écrits d’auteurs Juifs tels que Lyra et Burgensis dès leur première éducation théologique, et les églises qu’ils fondèrent ont retenu ces idées juives.
Les nationalistes Blancs antiChrétiens assument que les églises modernes repré sentent le Christianisme. C’est une supposition fausse. Les dénominations et églises ont été depuis bien longtemps livrées à la volonté des marchands internationaux au lieu de l’être à la volonté du Dieu Chrétien. Nombre de leurs pratiques sont en complète contradiction avec la Bible Chrétienne, en dépit des mauvaises traduc tions dont la plupart des versions de la Bible ont souffert, partiellement à cause de ces mêmes influences juives. Une grande partie de ce phénomène est clairement évidente dans l’histoire même de l’Église.
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
W. R. Finck
Dès le premier siècle jusqu’au seizième, et en certains cas même après cela, les Juifs étaient dépeints par les Chrétiens, de façon correcte et consistante, comme e des diables. En Europe, au 18 siècle, les Juifs furent pratiquement ostracisés de la société Chrétienne. Il était interdit aux Juifs de posséder des esclaves Chrétiens ; ils leur était interdit de se marier avec des Chrétiens ; les Chrétiens ne pouvaient pas emprunter de l’argent à intérêt ; les Juifs ne pouvaient pas exercer une fonction publique et la plupart des occupations leur étaient interdites. Malheureusement, cependant, de nombreux rois et autres nobles cupides trouvaient très utile d’avoir des Juifs dans leur entourage, car en permettant aux Juifs d’assouvir leurs vices, ces dirigeants s’enrichissaient. C’est pour cette raison qu’ils protégeaient les Juifs, même de la colère de leur propre peuple.
Du fait qu’ils pouvaient exercer leur usure et leurs vices, souvent subrepticement, et parce qu’ils avaient la permission de se livrer à un commerce international sur lequel ils exerçaient un contrôle pratiquement total, les Juifs devinrent bien plus riches que la plupart des Blancs Européens, y compris ceux de la classe noble, et dès lors ils devinrent suffisamment influents en Europe pour subvertir celleci en utilisant des sociétés secrètes ainsi que le contrôle de la presse, ce qui leur permit de lancer une révolution par laquelle ils forcèrent leur propre émancipation. Avec l’arrivée de Napoléon Bonaparte, pour la première fois depuis plus d’un millénaire en Europe, les Juifs devinrent des citoyens égaux en droits aux Chrétiens.
Après la Révolution Française, l’humanisme séculaire deviendra le nouveau para digme philosophique de toutes les nations que les Juifs étaient parvenus à subver tir. Là où le Christianisme perdurait, et plus spécialement en Amérique, les églises furent subverties par l’argent juif et se conformèrent bientôt à des doctrines bé néfiques à la suprématie juive. La popularité grandissante des Bibles Scofield et Bullinger et la façon dont leurs influences en sont venues à dominer le Protestan tisme Américain constitue un des aspects du résultat d’une telle corruption juive.
Maintenant, ce court moins vrai. Bien que lement, en réalité ils jamais représenté ou littéraires corrects.
synopsis peut sembler plutôt simplifié, mais il n’en est pas les Blancs nationalistes méprisent le Christianisme nomina ne savent rien du Christianisme parce que les églises n’ont enseigné le Christianisme dans ses contextes historiques et
Aujourd’hui, la seule forme de Christianisme qui s’approche de la fidélité à ces contextes est l’Identité Chrétienne ; elle se développa parmi les premiers patriotes e e e Chrétiens à la lumière des découvertes archéologiques des 18 , 19 et 20 siècles qui nécessitèrent une vision révisionniste des dogmes traditionnels des églises ainsi qu’un rejet des développements ayant causé la relativement récente judaï sation du Christianisme. Nous affirmons dès lors que l’Identité Chrétienne est l’expression moderne de la pensée Chrétienne légitime, tandis que le pseudo Christianisme des églises est un Christianisme judaïsé et faux.
Cependant, avec l’émancipation des Juifs, la montée de l’humanisme séculaire
2
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
en Europe eut beaucoup plus qu’un simple impact sur la dissolution de la Chré tienté en tant qu’entité tangible, beaucoup plus que la plus lente infiltration et corruption des anciennes églises Chrétiennes. Et la devise de l’humanisme sécu laire qui épouse les faux idéaux deliberté,égalité,fraternitéparmi toutes les races du monde, alors qu’il est luimême antiChrétien, fut une philosophie fondamen tale du Nouvel Ordre Mondial Juif qui a été imposé aux églises partout où elles ne l’avaient pas déjà acceptée.
Ce qui conduit à la première dissonance cognitive évidente parmi les Blancs natio nalistes antiChrétiens que nous voudrions mentionner, et cela concerne les païens. Les païens pensent qu’ils retournent d’une certaine façon à la religion originelle de leurs ancêtres. Nous n’acceptons pas ce paradigme et nous pouvons démontrer historiquement que le Christianisme fut la religion originelle de leurs ancêtres qui se sont par la suite détournés de Dieu et qui ont adopté le paganisme. Mais ce n’est pas le sujet que nous voudrions adresser ici.
Les païens devraient commencer à comprendre et à admettre la simple vérité selon laquelle toute religion, Chrétienne, païenne ou autre, dominant et unifiant l’Eu rope à travers le MoyenÂge, aurait de toute façon été infiltrée et subvertie par les Juifs dès l’instant où ces Juifs furent autorisés à opérer en Europe, et le paganisme luimême n’a jamais possédé la moindre défense philosophique contre les Juifs. On ne peut donc pas imaginer que le paganisme aurait eu meilleure influence que le Christianisme.
Ce n’est donc pas le Christianisme luimême qui doit être blâmé pour cet échec, mais la cupidité des nobles et des classes ecclésiastiques d’Europe, qui permirent aux Juifs de se livrer à leur usure et à leurs autres vices à l’intérieur des nations européennes. Le Christianisme exige l’interdiction de ces crimes, et les Chrétiens ne peuvent en aucun cas tolérer ceux qui les pratiquent.
Ce qui nous conduit à la dissonance cognitive suivante dont nous voudrions discu ter, qui est partagée par tous les Blancs nationalistes antiChrétiens : ils acceptent tous les Juifs comme étant le peuple de la Bible et ils estiment tous que la Bible est un livre juif, alors que le fait est que les Juifs d’aujourd’hui ne sont pas le peuple de la Bible et qu’ils ne le furent jamais.
Le peuple aujourd’hui connu sous le nom de « Juifs » descendent des peuples Édo mites et Cananéens des textes de l’Ancien Testament. Mais les sécularistes, les païens et tous ceux qui rejettent les écrits bibliques ne peuvent percevoir cela car ils ne prennent pas le temps d’examiner honnêtement ces écrits bibliques à la lu mière de l’Histoire écrite.
Ces Cananéens ainsi que leurs cousins Édomites furent surreprésentés parmi les classes marchandes durant 3.000 ans avant l’époque du Christ, et ils avaient infil tré et subverti beaucoup de royaumes de l’antiquité. Dans les écritures hébreues,
3
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
W. R. Finck
le mot pourCananéenétait devenu un synonyme demarchandet également l’ap pellation générale désignant les races maudites de Canaan. Ces mêmes Cananéens étaient également présents en Grèce Hellénique païenne ainsi que dans la Rome impériale païenne, et ils étaient très présents parmi les usuriers et les marchands de ces sociétés. Cependant, bien plus tôt, l’ancienne Sumer, devenue connue sous le nom de « Babylone », était déjà totalement infiltrée par des tribus Cananéennes, ce qui est illustré dans les inscriptions archéologiques, et la raison pour laquelle le terme deMystère Babyloneest utilisé dans le Livre de la Révélation pour décrire les marchands internationaux devrait dès lors être claire.
Dans les écritures hébreues, ce sont ces mêmes Cananéens qui étaient respon sables de toutes les déviances et perversions sexuelles de Sodome et de Gomorrhe. Ce sont ces mêmes Cananéens qui étaient les promoteurs et pourvoyeurs de l’ho mosexualité et de la prostitution et de toutes sortes de déviances sexuelles, qu’ils avaient organisées à travers les cultes de leurs temples païens. Puis, au second siècle avant JC, certaines tribus de ces mêmes Cananéens et Édomites furent conquises et absorbées dans l’ancienne nation Blanche de Judée. Les Judéens, ayant été depuis un certain temps les alliés de Rome et jouissant d’un statut re ligieux spécial à l’intérieur de l’Empire Romain, les Édomites trouvèrent très pra tique pour leur propres objectifs de fomenter des discordes de manière à pouvoir subvertir la nation de Judée et pour l’utiliser à leurs propres fins. Ils fomentèrent une révolte contre Rome et, lorsque ce fut fait, les marchands Édomites avaient totalement pris le pouvoir et Hérode l’Édomite était en position de devenir roi.
À partir de cette époque, la Judée fut une pagaille multiculturelle, jusqu’en 70 après JC, quand Jérusalem fut détruite par les Romains et que les Juifs Édomites purent prétendre à leur légitimité hébreue. Les auteurs du Nouveau Testament, qui étaient tous des Judéens Blancs originels, ont exposé ces Édomites Cananéens comme les infiltrateurs et subversifs qu’ils étaient, et les premiers Chrétiens furent pour cette raison persécutés pendant trois cents ans. Les premiers auteurs Chré tiens, comme par exemple Tertullien et Minucius Felix, expliquent que les persé cutions des Chrétiens par la Rome païenne avaient été réalisées à l’instigation des Juifs. Après trois cents ans, les Juifs ne purent plus utiliser le pouvoir de Rome pour persécuter le Christianisme dans le but de le faire disparaître.
Une fois qu’il devint évident que le Christianisme allait vaincre les Juifs, il fut toléré par Rome. Mais presque immédiatement il se retrouva sous le pouvoir de l’ancienne classe des prêtres païens et se vit luimême transformé en une forme de paganisme. Les rites et rituels Catholiques Romains ainsi que le sacramenta lisme qu’ils représentent constituent une religion hybride, de langage Chrétien et de rituels païens. Ensuite, à partir de l’époque de Justinien, le Christianisme fut transformé en une religion impérialiste destinée à accomplir les désirs impériaux de Rome.
L’Église Catholique n’a jamais représenté le vrai Christianisme des apôtres. Le mes sage originel Chrétien fut persécuté pendant trois cents ans. En dépit de cela, il
4
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
continua à s’étendre partout où il fut apporté, par exemple en GrandeBretagne, en Macédoine et en Illyrie, dans le Pont et parmi les Goths et les Alains ; il était également répandu clandestinement dans l’Empire. Lorsque Rome finit par réaliser que le Christianisme ne pouvait pas être supprimé, elle le toléra. Durant la période de tolérance, le message Chrétien fut remodelé en un message impérialiste par les prêtres païens qui ne comprirent jamais le vrai message Chrétien. C’est de cette situation que provient l’hégémonie des évêques de Rome, hégémonie accordée par e Justinien au 6 siècle. L’Église Catholique Romaine a toujours été une organisation impérialiste qui doit être distinguée du vrai Christianisme. Il fut des époques où cette organisation impérialiste fit des choses favorables aux Blancs mais, en géné ral, depuis le MoyenÂge tardif, cette organisation a agi dans son propre intérêt, contre les Blancs.
L’Église Romaine n’a jamais été Chrétienne mais elle en vint à accepter de nom breux idéaux Chrétiens et la morale Chrétienne, et elle a défendu l’Europe contre les Juifs. Il y eut toujours au moins dans l’Église Catholique quelques hommes Chrétiens qui promurent le vrai Christianisme, mais en tant qu’église universa liste, cette organisation s’est déconnectée des racines historiques réelles de l’an cien Christianisme. L’Église Catholique Romaine devint un outil entre les mains des rois de l’empire, et par cet outil les églises originelles et indépendantes en Europe furent finalement toutes englobées et soumises à l’obéissance à un pape.
Mais sous le prétexte que les églises organisées ont été utilisées pour établir une tyrannie au nom du Christianisme ne signifie pas que le Christianisme est à blâmer. Les forces malfaisantes qui firent de telles choses auraient de tout façon perverti n’importe quelle religion dans le seul but de dominer le peuple d’Europe. Ceci ne signifie en rien que le Christianisme n’est pas vrai ni que les hommes doivent rejeter Dieu.
Si les hommes acceptent qu’il y a un Dieu, alors les hommes réalisent qu’ils doivent se soumettre aux lois de Dieu. Ce faisant, la moralité de la société devient concrète, car l’homme ne peut pas changer les lois divines selon ses propres désirs. Une fois que les hommes de notre race reconnaissent que les lois de Dieu sont bonnes et choisissent de s’y conformer, des sociétés vivantes émergent parmi nous, parce que les hommes peuvent travailler dans une confiance mutuelle et en camaraderie. C’était le fondement des états germaniques médiévaux, de l’Angleterre en tant que pouvoir mondial et de la république Américaine. Le déclin de toutes ces grandes sociétés est attribuable à la traîtrise des Juifs, et en particulier à la manipulation des banquiers internationaux.
Du fait que les nationalistes Blancs ont rejeté Dieu et le Christ, ils ont également rejeté la moralité Chrétienne. Des hommes populaires, prétendûment nationalistes Blancs, sont régulièrement engagés dans des comportements immoraux, et ils le proclament ouvertement. L’introduction du relativisme moral pénétra en Europe à cause du Talmud Babylonien des Juifs, et il se dissémina partout par les écrits des
5
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
W. R. Finck
Juifs, des cryptoJuifs et des Juifs convertis durant le MoyenÂge tardif. Le résultat, c’est la montée de l’Humanisme Séculaire, et tout ceci est accompagné d’une autre idée talmudique, à savoir la croyance que l’homme peut être son propre dieu.
Quand l’homme croit qu’il peut être son propre dieu, il fabrique ses propres lois et son propre sens moral. Il ne peut jamais y avoir d’esprit de coopération, d’har monie ou de confiance mutuelle parmi les hommes avec ces préceptes, et il ne pourra jamais y avoir de société stable à moins que les plus forts maintiennent celleci par la force. Le résultat de l’Humanisme Séculaire est dès lors toujours la tyrannie. En rejetant Dieu, les humanistes séculaires ont appelé sur euxmêmes la tyrannie et l’inévitable suprématie juive sous lesquelles tous les hommes sont au jourd’hui forcés de vivre, une tyrannie qui ne peut que s’aggraver jusqu’à ce qu’elle devienne absolument insoutenable. Les ennemis du Christ le savent, et dès lors ils ont pris soin de tempérer la progression de l’imposition de cette tyrannie de ma nière qu’elle soit lente et imperceptible. Le prétendu « Nouvel Ordre Mondial » est donc le résultat inévitable du rejet de Dieu par les hommes, ainsi que l’acceptation de l’immoralité des autres.
De plus, sans Dieu, que vaut le racisme ? Sans Dieu, comme l’écrivait le prophète Ésaïe il y a 2.800 ans : « mangeons et buvons, car demain nous mourrons ». Sans Dieu, il n’existe aucune raison valable de se soucier de sa postérité, puisqu’il n’existe aucune responsabilité par rapport à ce que l’on laisse derrière soi, et il s’ensuit que le racisme n’a aucune importance. Sans Dieu, nous n’avons aucune responsabilité pour nos actions dans ce monde. Si seules les forces de la nature charnelle doivent prévaloir, ceux qui rejettent Dieu et Sa moralité doivent accep ter la prolifération des races nonBlanches et le mélange racial des Blancs comme un résultat inévitable, car ces choses reflètent la réalité présente.
Ce qui est encore plus étrange est que la plupart des nationalistes séculaires Blancs ont accepté comme évangile la religion humaniste juive de l’ « évolution ». Si nous avons tous évolué à partir de rien et si la propension naturelle de tout individu est de mélanger sa race, alors les hommes doivent accepter le mélange racial comme faisant partie du processus évolutionnaire ; le mélange racial ne devrait pas consti tuer un problème mais au contraire être vu comme possiblement bénéficiaire à la nature. Dans la religion de l’évolution, le dangereux et destructif évangile de la « vigueur de l’hybride » est un principe important. Mais sans Dieu, ce principe doit être perçu comme inévitable, ce qui fait que le racisme est immatériel et peut même être considéré comme mauvais et contreproductif.
On peut prouver sans problème que la doctrine de l’évolution est une religion. Les scientifiques n’ont jamais été capables de démontrer, par les fossiles ou autrement, qu’une espèce peut d’une façon ou d’une autre se transformer en une autre. Ils se réfèrent à des exemples bien connus de prétendue « microévolution » comme une preuve que de la « macroévolution » existe réellement. Mais aucune forme de « macroévolution » n’a jamais été observée. En fait, la « microévolution » n’est
6
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
qu’un joli nom donné à l’adaptation naturelle des espèces, dans le but de tromper les gens, en leur faisant croire que de la « macroévolution » peut exister, et lors qu’ils sont mis au défi de le prouver, ils insistent habituellement sur leur croyance selon laquelletoutpeut arriver pourvu qu’on laisse du temps au temps. Il est ab solument évident que la doctrine de l’évolution n’est qu’une religion parmi bien d’autres.
Bien que « microévolution » soit une expression souvent utilisée pour ce que l’on pourrait appeler plus correctement « adaptation des espèces », la macroévolution est le changement effectif d’une espèce identifiable, comme par exemple le chat, en une autre espèce identifiable, comme par exemple le chien ou la vache. Les évolutionnistes jonglent avec le mot « espèce », et lorsque l’on en vient à la macro évolution ils se retrouvent au pied du mur pour définir précisément ce concept d’espèce. Étant ainsi défiés, ils prétendent qu’en ajoutant des périodes de temps non spécifiées mais très longues, de la macroévolution apparaît d’une manière ou d’une autre. La macroévolution est donc une croyance religieuse, tout aussi fantastique que celles de n’importe quelle autre croyance. Un haut diplômé récem ment interviewé fut forcé d’admettre que l’évolution est à cet égard unecroyance, même s’il était très réticent à le reconnaître. D’autres experts restaient sans voix et mal à l’aise quand on les mettait au défi de prouver la macroévolution. Les manuels et les journaux, qui extrapolent la transformation de genres entiers à partir de fragments osseux de certains animaux morts depuis longtemps, ne font que promouvoir des conjectures qui n’ont rien à voir avec une quelconque science valide.
Bien que Darwin n’était pas un Juif, il a sans aucun doute aidé le Juif dans son entreprise pour détruire la société et la moralité Chrétiennes. La plupart des com munautés religieuses Juives ont depuis longtemps accepté la théorie darwinienne de l’évolution et elles ont également à dessein laissé ouverte la porte de la possibi lité de la macroévolution, certaines de ces communautés allant d’ailleurs jusqu’à intégrer l’évolution comme composante de leurs croyances dans leurs interpréta tions très libres des Écritures. L’Église Catholique Romaine a, bien entendu, suivi.
Cette doctrine a enlevé toute barrière morale que pouvaient encore avoir les scien tifiques Juifs pour leur permettre d’enseigner l’évolution comme un fait et pour attaquer ouvertement toute croyance Chrétienne en une dessein intelligent ou en la Création Biblique littérale. Elle a également embrouillé les frontières morales entre toute spécification de créatures comme espèces distinctes et a éliminé toute fondation scientifique ou morale qui permettait de percevoir des frontières abso lues entre des espèces et des races. Cette acceptation de l’évolution a à son tour fait disparaître tout obstacle moral au mélange racial, et aujourd’hui il est même considéré comme immoral, par la société en général, de s’opposer au mélange racial. Cette acceptation de la macroévolution sera ultimement utilisée par les en nemis de la Chrétienté afin d’ouvrir la route à l’acceptation de relations sexuelles entre animaux et humains.
7
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
W. R. Finck
Pour quiconque sait penser par luimême, il est incroyable de constater que les mêmes scientifiques évolutionnistes, qui prétendent que deux pinsons se trouvant sur la même petite île isolée et qui diffèrent l’un de l’autre uniquement par la forme de leur bec constituent deux espèces différentes, prétendent d’un autre côté que des Nègres, des Chinois et des Blancs, malgré toutes leurs différences inhérentes, sont de la même espèce !
Les Blancs qui acceptent l’idée d’une évolution, c’estàdire d’une macroévolution, et qui acceptent par conséquent l’idée que tous les « humains » ont évolué à partir de formes inférieures, ne sont dès lors que des pions entre les mains des Juifs qui ont toujours eu pour objectif de reléguer tous les Blancs au statut de forme de vie inférieure ! Ceci constitue la plus importante indication d’une dissonance cognitive absolue parmi les Blancs nationalistes dits « séculaires ». Ils ne sont pas « séculaires » du tout mais ils ont en réalité embrassé une foi différente, une foi en l’évolution qui permet aux ennemis du Christ de leur dicter des conditions pour leur propre existence que leurs ancêtres Européens n’auraient jamais cru ni accepté.
Nous allons citer un extrait d’un livre que nous identifierons par après :
8
« Maintenant, en ce qui concerne la première origine de l’homme, deux opinions existent parmi les meilleures autorités sur la nature et sur l’Histoire. Un groupe, dont la position est que l’univers n’est pas apparu et qu’il ne déclinera pas, a déclaré que la race des hommes a existé depuis l’éternité, qu’il n’a jamais existé une époque où l’homme a été créé ; l’autre groupe, cependant, qui soutient que l’univers est apparu et qu’il déclinera, a déclaré que, de même, les hommes ont connu une origine première en une époque définie.
« Quand au début, comme ils l’enseignent, l’univers fut formé, les cieux comme la terre étaient indistinguables en apparence, car leurs élé ments étaient confondus ; puis, quand leurs corps se séparèrent l’un de l’autre, l’univers prit dans toutes ses parties la forme ordonnée dans laquelle il peut aujourd’hui être observé ; l’air mis en œuvre un mou vement continu, et l’élément enflammé en lui se rassembla dans les régions les plus élevées, du fait que toute chose de telle nature se meut vers le haut en raison de sa légèreté (et c’est pour cette raison que le soleil et toute la multitude des autres étoiles devinrent impliqués dans le tourbillon universel) ; tandis que tout ce qui était de nature boueuse et épaisse et contenait un mélange d’humidité coula à cause de son poids en un endroit, et alors que ces choses tournèrent continûment sur ellesmêmes et devinrent comprimées, hors de l’humide la mer fut formée, et hors de ce qui était plus ferme, le sol, qui était comme la glaise du potier, entièrement mou. Mais alors que le feu du soleil chauffait le sol, celuici devint d’abord ferme puis, du fait que sa sur face était en fermentation à cause de la chaleur, des parties de l’humide
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
fondirent en masse en de nombreux endroits, et en ces parties des pus tules couvertes de délicates membranes firent leur apparition. Un tel phénomène peut encore s’observer de nos jours dans les marais et les endroits marécageux lorsque, le sol ayant refroidi, l’air, soudainement et sans aucun changement graduel, devient intensément chaud. Et tan dis que l’humide était imprégné de vie en raison de la chaleur de la manière décrite, pendant la nuit les choses vivantes recevaient immé diatement leur nourriture de la brume qui tombait de l’air enveloppant, et le jour ils étaient rendus solides par la chaleur intense. Et finalement, quand les embryons eurent atteint leur plein développement et que les membranes furent complètement chauffées et brisées par la chaleur, furent produites toutes les formes de vie animale. De ces formes, cer taines avaient participé aux plus fortes chaleurs des régions élevées et devinrent ailées, tandis que certaines, ayant gardé une consistance terrestre, furent comprises dans la classe des choses rampantes et des autres animaux terrestres. D’autres formes, dont la composition était surtout humide, se rassemblèrent en une région commune et reçurent le nom d’animaux marins. Et du fait que la terre devenait constam ment plus solide par l’action du feu solaire et des vents, elle ne fut fi nalement plus capable de générer aucun des animaux les plus grands, mais chaque espèce de créature vivante fut dès lors engendrée en se mélangeant l’une avec l’autre ».
Ce passage évoque des souvenirs sur les théories d’ « exsudation primordiale » de Carl Sagan, et il semble vraiment sortir d’un manuel scolaire contemporain. Mais en réalité il s’agit d’un extrait du Livre I de laBibliothèque Historiquede Diodore de Sicile, écrit il y a 2.000 ans. Dans ses premiers livres, cet auteur désire commencer son histoire en expliquant les mythes fondateurs des grandes civilisations païennes de son époque. La théorie contemporaine soidisant moderne et scientifique de l’évolution existe en réalité depuis des milliers d’années. Elle fut finalement rejetée par les anciens Grecs, et elle devrait de même être rejetée de nos jours.
L’évolution est la voie menant au nihilisme, c’estàdire à l’idée selon laquelle il n’existe rien d’autre dans cette vie que ce que nous pouvons voir et ressentir, la perception erronée selon laquelle quelque chose peut venir à l’existence à partir de rien. Le transcendantalisme, l’idée selon laquelle la Création et la vie signifient bien plus que ce que nous pouvons en voir et qu’ultimement l’homme transcendera son existence ici dans ce monde, a toujours constitué un composant naturel de l’esprit de l’homme Aryen. La lutte entre le nihilisme et le transcendantalisme se manifeste dans la destruction par les Juifs de la société Blanche aujourd’hui.
L’évolution n’est rien d’autre qu’une religion promue par les Juifs et elle ouvre la porte au rejet de Dieu et du concept concret de moralité. Il serait plus sage pour les Blancs de retourner à la religion antijuive et Chrétienne de leurs pères. Les Blancs ont abandonné leurs pères en abandonnant le vrai Christianisme, qui est
9
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
W. R. Finck
antiJuif. Les Blancs ont été de plus en plus dégoûtés par les églises organisées qui ont été corrompues par des influences juives. Mais le Christianisme originel est antiJuif. Vous n’allez pas brûler votre maison parce qu’elle est infestée par les rats. Vous allez plutôt exterminer les rats et nettoyer la maison.
Les symboles Chrétiens ont toujours résonné dans notre race, parce qu’ils repré sentent la vérité qui se trouve au cœur de nousmêmes. Ces vérités ont toujours été incluses dans nos mythes, et le message Chrétien est la seule incarnation de ces vérités ayant jamais eu de réelle et durable efficacité dans le monde.
Le Christianisme réel est dans la pratique et pas dans des églises. La plupart des traditions des églises modernes ne proviennent pas de la Bible. Le National So cialisme trouvait ses fondations dans la philosophie Chrétienne, mais pas dans un langage vide d’église. Adolf Hitler mit la philosophie Chrétienne en pratique, et les Juifs le détruisirent pour cette raison. D’autres grands NationauxSocialistes, tels que Codreanu en Roumanie, insistèrent sur l’importance pour leur parti d’accepter le Christianisme. D’un autre côté, les Juifs peuvent se réjouir à l’intérieur de toutes nos nations européennes apostates évolutionnistes.
La Bible est un livre Chrétien : les Blancs sont ses protagonistes et le peuple connu sous le nom de « Juifs » aujourd’hui sont ses antagonistes. Hitler disait dansMein Kampf:
« Et donc je crois aujourd’hui que ma conduite est en accord avec la volonté du Créateur Toutpuissant. En m’opposant au Juif, je défends l’ouvrage du Seigneur ».
Cependant, de nombreuses parties historiques de ce que nous appelons la Bible ont été enlevées et placées dans d’autres livres, ou même ont tout simplement été rejetées, et l’histoire qui révèle la vraie identité des Juifs en tant qu’infiltrateurs Édomites a été obscurcie. Les Juifs euxmêmes obscurcissent activement la plupart des informations disponibles, ce qui fait que les Chrétiens sont aveugles en ce qui concerne cellesci alors même que toutes ces choses apparaissent clairement dans le Nouveau Testament et dans lesHistoiresde Josèphe une fois que l’on est amené à les comprendre. Les Chrétiens les plus dévots euxmêmes, depuis des siècles, se sont trouvés dans la confusion quant à la question juive. En fait, l’obfuscation de l’histoire est la raison même pour laquelle il existe une question juive. Si les Chrétiens enquêtaient et trouvaient la vérité sur ces questions, il n’y aurait plus de question, et tous les Juifs seraient déjà transformés en cendres.
L’Ancien Testament estil un livre représentant l’esprit juif ou l’esprit Aryen ? En comparant l’Exode, qui fut à l’origine un poème épique, à l’Iliade, il faut recon naître que sous bien des aspects l’Exode représente l’esprit Aryen, tout autant que l’Iliade. Les dieux combattaient aux côtés des Grecs comme des Troyens. Des ser ments et des sacrifices étaient faits aux dieux pour obtenir leurs bénédictions. On
10
LA DISSONANCE COGNITIVE CHEZ LES NATIONALISTESBLANCS
dit même qu’Agamemnon sacrifia sa propre fille Iphigénie en échange d’une pro messe divine de vents favorables afin que ses armées puissent traverser la mer. Dans l’Exode, les enfants d’Israël quittent l’Égypte dans d’incroyables conditions défavorables. Ensuite, ils envahissent le pays de Canaan et font la guerre contre toutes les nations Cananéennes, qui sont bien plus importantes et mieux équipées qu’eux. Tout ceci est absolument contraire à l’esprit juif et aumodus operandides Juifs à travers toute l’Histoire.
Cependant, certaines additions ont été faites dans l’Ancien Testament, comme par exemple le Livre d’Esther, qui sont contraires à la Bible et à l’esprit Aryen. Notez que le Livre d’Esther est ignoré à la fois par les prophètes tardifs, qui étaient sup posément les contemporains de ce récit, et par les auteurs du Nouveau Testament. Même les caractères alphabétiques dans lesquels la littérature biblique originelle fut rédigée sont les mêmes caractères que les Grecs et les Romains utilisèrent bien des siècles plus tard, et ils ne ressemblent en rien aux caractères alphabétiques juifs ou arabes. En permettant aux Juifs de se faire passer pour le peuple d’Israël de l’Ancien Testament, que l’on aime le Christianisme ou non, on ne fait que lé gitimer le Juif et perpétuer la question juive de manière à ce que les générations futures puissent succomber elles aussi à leurs traîtrises.
Il existe encore bien plus de preuves que la Bible Chrétienne représente l’esprit et l’héritage Aryens. L’ancienne littérature Sumérienne et celle des Hébreux ont de nombreux parallèles : des géants créés par des « dieux », que la Bible appelle « anges déchus ». La très longue durée de la liste des rois Sumériens est encore plus fantastique que la longue durée des patriarches bibliques. Les croyances reli gieuses des Grecs, des Romains, des Germains, des Babyloniens, des Sumériens et des Hébreux partagent toutes des concepts similaires sur la vie après la mort, sur la possibilité d’une résurrection, sur un paradis et un enfer, etc. Les mythes Germa niques de Ragnarok, la bataille finale contre le serpent du monde et la vie sur une nouvelle terre après la bataille ressemblent à l’Armagédon hébreu, la destruction des serpents juifs et la résurrection des Chrétiens.
Si l’Ancien Testament était vraiment un livre juif, il serait un livre de tromperies plutôt qu’un livre d’héroïsme. Samson aurait été un banquier, ou peutêtre auraitil été propriétaire d’un casino. Les enfants d’Israël auraient envahi le pays de Canaan avec des valises plutôt qu’avec des épées. Le Deutéronome aurait été un manuel pour les banquiers et pour les agents d’assurance. Si l’Ancien Testament était réel lement un livre juif, il n’aurait pas interdit la prostitution, il n’aurait pas puni la sodomie par une peine de mort ni interdit absolument la pratique de l’usure. Les Juifs sont totalement contraires au Dieu de l’Ancien Testament, car en vérité ce Dieu est un Dieu Chrétien.
Si les nationalistes Blancs veulent jamais vaincre les Juifs et éviter d’être engloutis dans un océan de boue, ils doivent abandonner les religions juives qu’ils ont accep tées sans le savoir et retourner au Christ qui est leur seul et unique Roi légitime.
11
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin