Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les membres des cabinets ministériels socialistes en France (1981-1993) : recrutement et reconversion. 1) Caractéristiques sociales et filières de recrutement - article ; n°1 ; vol.49, pg 3-30

De
31 pages
Revue française de science politique - Année 1999 - Volume 49 - Numéro 1 - Pages 3-30
Les membres des cabinets ministériels socialistes en france (1981-1993) : recrutement et reconversion Première partie : Caractéristiques sociales et filières de recrutement Faut-il abandonner la sociologie quantitative des élites politico-administratives ? Telle est au fond la question sous-jacente à ce premier article consacré à la présentation des résultats d'une enquête portant sur les propriétés sociales et les filières de recrutement de 422 membres de cabinets ministériels en poste au cours de la période 1981-1986 et 1988-1993. En établissant la relative permanence des caractéristiques sociales et politiques de cette population tout au long de la période, l'enquête semble donner raison à ceux qui cherchent à analyser le rallie­ment par les gouvernements de gauche à un « référentiel néolibéral » à l'aide d'autres instru­ments d'analyse. Il reste que l'on ne peut exclure l'hypothèse que l'important ancrage des élites politico-administratives socialistes dans la bourgeoisie économique ait facilité cette conver­sion. En tout état de cause, un prochain article consacré aux carrières postérieures à la sortie The members of the french socialist ministers' cabinets (1981-1993). recruitment and reconversion First part : Social characteristics and recruitment paths Should the quantitative sociology of the political-administrative elite be abandoned ? That is the question underlying this first article, which deals with data from a survey of the social attri­butes and recruitment paths of 422 ministerial cabinet members serving during 1981-1986 and 1988-1993. By establishing the relative permanence of the social and political characteristics of this population throughout the period, the inquiry seems to support those who try to analyze the left governments ' rallying to a « neo-liberal referential » by means of other analytical tools. The hypothesis that the substantial rooting of the political-administrative socialist elite in the economic bourgeoisie helped this conversion cannot however be excluded. The second part, which deals with careers after ministerial cabinet positions, will show that this hypothesis is no less plausible than that positing that the left elite adapted in advance to new career prospects in the business sphere. The sociology of the political-administrative elite thus remains useful but not sufficient for understanding the leaders' training and their beliefs, analyzing the opera­tions of the networks between the senior civil service, political firms and those more or less controlled by the State, and building bridges between the sociology of political personnel and policy analysis. Les membres des cabinets ministériels socialistes des cabinets ministériels, montrera que cette hypothèse n'est pas moins plausible que celle qui voudrait que les élites de gauche se soient adaptées par anticipation à de nouvelles perspectives de carrière dans la sphère marchande. Au total, la sociologie des élites politico-administratives demeure donc une méthode utile, sinon suffisante à elle seule, pour comprendre la formation et les croyances des dirigeants, analyser le fonctionnement des réseaux qui se tissent entre la haute fonction publique, les entreprises politiques et les entreprises contrôlées plus ou moins par l'Etat et jeter des ponts entre la sociologie du personnel politique et l'étude des politiques publiques.
Les membres des cabinets ministériels socialistes en france (1981-1993) : recrutement et reconversion Première partie : Caractéristiques sociales et filières de recrutement Faut-il abandonner la sociologie quantitative des élites politico-administratives ? Telle est au fond la question sous-jacente à ce premier article consacré à la présentation des résultats d'une enquête portant sur les propriétés sociales et les filières de recrutement de 422 membres de cabinets ministériels en poste au cours de la période 1981-1986 et 1988-1993. En établissant la relative permanence des caractéristiques sociales et politiques de cette population tout au long de la période, l'enquête semble donner raison à ceux qui cherchent à analyser le rallie­ment par les gouvernements de gauche à un « référentiel néolibéral » à l'aide d'autres instru­ments d'analyse. Il reste que l'on ne peut exclure l'hypothèse que l'important ancrage des élites politico-administratives socialistes dans la bourgeoisie économique ait facilité cette conver­sion. En tout état de cause, un prochain article consacré aux carrières postérieures à la sortie The members of the french socialist ministers' cabinets (1981-1993). recruitment and reconversion First part : Social characteristics and recruitment paths Should the quantitative sociology of the political-administrative elite be abandoned ? That is the question underlying this first article, which deals with data from a survey of the social attri­butes and recruitment paths of 422 ministerial cabinet members serving during 1981-1986 and 1988-1993. By establishing the relative permanence of the social and political characteristics of this population throughout the period, the inquiry seems to support those who try to analyze the left governments ' rallying to a « neo-liberal referential » by means of other analytical tools. The hypothesis that the substantial rooting of the political-administrative socialist elite in the economic bourgeoisie helped this conversion cannot however be excluded. The second part, which deals with careers after ministerial cabinet positions, will show that this hypothesis is no less plausible than that positing that the left elite adapted in advance to new career prospects in the business sphere. The sociology of the political-administrative elite thus remains useful but not sufficient for understanding the leaders' training and their beliefs, analyzing the opera­tions of the networks between the senior civil service, political firms and those more or less controlled by the State, and building bridges between the sociology of political personnel and policy analysis. Les membres des cabinets ministériels socialistes des cabinets ministériels, montrera que cette hypothèse n'est pas moins plausible que celle qui voudrait que les élites de gauche se soient adaptées par anticipation à de nouvelles perspectives de carrière dans la sphère marchande. Au total, la sociologie des élites politico-administratives demeure donc une méthode utile, sinon suffisante à elle seule, pour comprendre la formation et les croyances des dirigeants, analyser le fonctionnement des réseaux qui se tissent entre la haute fonction publique, les entreprises politiques et les entreprises contrôlées plus ou moins par l'Etat et jeter des ponts entre la sociologie du personnel politique et l'étude des politiques publiques.
28 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Monsieur Frédéric Sawicki
Monsieur Pierre Mathiot
Les membres des cabinets ministériels socialistes en France
(1981-1993) : recrutement et reconversion. 1) Caractéristiques
sociales et filières de recrutement
In: Revue française de science politique, 49e année, n°1, 1999. pp. 3-30.
Citer ce document / Cite this document :
Sawicki Frédéric, Mathiot Pierre. Les membres des cabinets ministériels socialistes en France (1981-1993) : recrutement et
reconversion. 1) Caractéristiques sociales et filières de recrutement. In: Revue française de science politique, 49e année, n°1,
1999. pp. 3-30.
doi : 10.3406/rfsp.1999.395352
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1999_num_49_1_395352Abstract
Les membres des cabinets ministériels socialistes en france (1981-1993) : recrutement et reconversion
Première partie : Caractéristiques sociales et filières de recrutement
Faut-il abandonner la sociologie quantitative des élites politico-administratives ? Telle est au fond la
question sous-jacente à ce premier article consacré à la présentation des résultats d'une enquête
portant sur les propriétés sociales et les filières de recrutement de 422 membres de cabinets
ministériels en poste au cours de la période 1981-1986 et 1988-1993. En établissant la relative
permanence des caractéristiques sociales et politiques de cette population tout au long de la période,
l'enquête semble donner raison à ceux qui cherchent à analyser le rallie-ment par les gouvernements
de gauche à un « référentiel néolibéral » à l'aide d'autres instru-ments d'analyse. Il reste que l'on ne
peut exclure l'hypothèse que l'important ancrage des élites politico-administratives socialistes dans la
bourgeoisie économique ait facilité cette conver-sion. En tout état de cause, un prochain article
consacré aux carrières postérieures à la sortie The members of the french socialist ministers' cabinets
(1981-1993). recruitment and reconversion
First part : Social characteristics and recruitment paths
Should the quantitative sociology of the political-administrative elite be abandoned ? That is the
question underlying this first article, which deals with data from a survey of the social attri-butes and
recruitment paths of 422 ministerial cabinet members serving during 1981-1986 and 1988-1993. By
establishing the relative permanence of the social and political characteristics of this population
throughout the period, the inquiry seems to support those who try to analyze the left governments '
rallying to a « neo-liberal referential » by means of other analytical tools. The hypothesis that the
substantial rooting of the political-administrative socialist elite in the economic bourgeoisie helped this
conversion cannot however be excluded. The second part, which deals with careers after ministerial
cabinet positions, will show that this hypothesis is no less plausible than that positing that the left elite
adapted in advance to new career prospects in the business sphere. The sociology of the political-
administrative elite thus remains useful but not sufficient for understanding the leaders' training and their
beliefs, analyzing the opera-tions of the networks between the senior civil service, political firms and
those more or less controlled by the State, and building bridges between the sociology of political
personnel and policy analysis. Les membres des cabinets ministériels socialistes
des cabinets ministériels, montrera que cette hypothèse n'est pas moins plausible que celle qui voudrait
que les élites de gauche se soient adaptées par anticipation à de nouvelles perspectives de carrière
dans la sphère marchande. Au total, la sociologie des élites politico-administratives demeure donc une
méthode utile, sinon suffisante à elle seule, pour comprendre la formation et les croyances des
dirigeants, analyser le fonctionnement des réseaux qui se tissent entre la haute fonction publique, les
entreprises politiques et les entreprises contrôlées plus ou moins par l'Etat et jeter des ponts entre la
sociologie du personnel politique et l'étude des politiques publiques.
Résumé
Les membres des cabinets ministériels socialistes en france (1981-1993) : recrutement et reconversion
Première partie : Caractéristiques sociales et filières de recrutement
Faut-il abandonner la sociologie quantitative des élites politico-administratives ? Telle est au fond la
question sous-jacente à ce premier article consacré à la présentation des résultats d'une enquête
portant sur les propriétés sociales et les filières de recrutement de 422 membres de cabinets
ministériels en poste au cours de la période 1981-1986 et 1988-1993. En établissant la relative
permanence des caractéristiques sociales et politiques de cette population tout au long de la période,
l'enquête semble donner raison à ceux qui cherchent à analyser le rallie-ment par les gouvernements
de gauche à un « référentiel néolibéral » à l'aide d'autres instru-ments d'analyse. Il reste que l'on ne
peut exclure l'hypothèse que l'important ancrage des élites politico-administratives socialistes dans la
bourgeoisie économique ait facilité cette conver-sion. En tout état de cause, un prochain article
consacré aux carrières postérieures à la sortie The members of the french socialist ministers' cabinets
(1981-1993). recruitment and reconversion
First part : Social characteristics and recruitment paths
Should the quantitative sociology of the political-administrative elite be abandoned ? That is the
question underlying this first article, which deals with data from a survey of the social attri-butes andrecruitment paths of 422 ministerial cabinet members serving during 1981-1986 and 1988-1993. By
establishing the relative permanence of the social and political characteristics of this population
throughout the period, the inquiry seems to support those who try to analyze the left governments '
rallying to a « neo-liberal referential » by means of other analytical tools. The hypothesis that the
substantial rooting of the political-administrative socialist elite in the economic bourgeoisie helped this
conversion cannot however be excluded. The second part, which deals with careers after ministerial
cabinet positions, will show that this hypothesis is no less plausible than that positing that the left elite
adapted in advance to new career prospects in the business sphere. The sociology of the political-
administrative elite thus remains useful but not sufficient for understanding the leaders' training and their
beliefs, analyzing the opera-tions of the networks between the senior civil service, political firms and
those more or less controlled by the State, and building bridges between the sociology of political
personnel and policy analysis. Les membres des cabinets ministériels socialistes
des cabinets ministériels, montrera que cette hypothèse n'est pas moins plausible que celle qui voudrait
que les élites de gauche se soient adaptées par anticipation à de nouvelles perspectives de carrière
dans la sphère marchande. Au total, la sociologie des élites politico-administratives demeure donc une
méthode utile, sinon suffisante à elle seule, pour comprendre la formation et les croyances des
dirigeants, analyser le fonctionnement des réseaux qui se tissent entre la haute fonction publique, les
entreprises politiques et les entreprises contrôlées plus ou moins par l'Etat et jeter des ponts entre la
sociologie du personnel politique et l'étude des politiques publiques.LES MEMBRES DES CABINETS MINISTERIELS
SOCIALISTES EN FRANCE 1981-1993
RECRUTEMENT ET RECONVERSION
PREMI RE PARTIE
CARACT RISTIQUES SOCIALES ET FILI RES DE RECRUTEMENT
PIERRE MATHIOT FREDERIC SAWICKI
La
CNRS-Université deux ches et vaient sur sciences donné tant préhension de fran tion la fait prises raison sonnels Association tions près est membres des soixante-dix ciation abrégée aux Classer reconversion thèse prédilection un Italie conseillers état études consacrée de sur En aise une articles présentées La lieu publiques terrain avec fran les J.-Y méthode là aussi dans effet de des dizaine sociales les seconde sociologie de présentation étude nombreuses portant sociétés et celui recherches la aise Dormagen une hommes cabinets proposés science leurs la non laissé bien le aux administration des fran professionnalisation Offerlé de haute communication programme qui la et années de partie élites sur la statistique science représentants relation industrielles de privées) des aise largement et caractérise Lille politique quantitative table entourages politiques sont ministériels la problématique et fonctionnarisation particulièrement cette empiriques dir.) études gouvernementales de principaux France conjoncture Profession la II politique ronde cet tirés discussion entre science Il dernière Cette La semble de des est Aix-en-Provence article statistiques au en IFRESI-CNRS-LiUe un profession Les recherche contemporaine IRI animée politiques les des même congrès friche divers assistants nouvelles politique hauts usages cet rapport hui élus sera catégorie liée critique professionnels 1933-1990 professions égard de moment par socialistes publiée fonctionnaires processus de politique et des plus consacrées la et de Michel AFSP dirigeants des remarquable de été fois science parlementaires Communication Aix-en-Pro indicateurs politisation aux recherche ce ou force 1996 la dans financée quelque élites Cette propos moins sociologie membres programme la 1996 sociaux et Offerlé de Lille est le la Elle politique dynamique la Mathiot au gouvernementales table prochain situation la de réalisé par explicite dirigeants des peu cours IFRESI aucune profession Paris position vence partis une été lors exemple politique ronde Institut et de professions au épuisé2 membres Fr dans politiques dont publiée élite congrès exception des numéro fran Belin recherche du traduit propre en mai dans Sawicki précitée au sociale dernier des années le est si federatif avril aise congrès politique anglo-saxonne Si de 1998 dirigeante cadre 1999 on lequel sous en grandes de une du constater communica là depuis de près Association et pour 1996 Italie la ne cabinet...) soixante Fr champ congrès entend 83 Conversion un du réorienta une sa de revue en sélection fait que inscri Sawicki portant la compa CRAPS terrain Asso recher entre pour forme le per com ait plus tient peu des que par Les cas ont de et
Revue fran aise de science politique vol 49 février 1999 3-29
1999 Presses de la Fondation nationale des sciences politiques Mathiot Frédéric Sawicki Pierre
débat Des chercheurs inspirations aussi différentes que Pierre Birnbaum Ezra
Suleiman Jean-Louis Quermonne Pierre Bourdieu ou Dominique Chagnollaud
accordent ainsi considérer que la politique nationale reste essentiellement conduite
en France par la noblesse tat même si les interprétations ils en donnent et
les conclusions ils en tirent sont par ailleurs fortement contrastées
occupation durable du pouvoir par des gouvernements de gauche partir de
mai 1981 fortement contribué détourner attention des observateurs des méca
nismes de sélection des élites dirigeantes Ce brusque désintérêt est la mesure de
espoir de renouvellement que la victoire de Fran ois Mitterrand avait suscité Dans un
premier temps en effet nombreux furent les chercheurs scruter origine et les pro
priétés sociales des nouveaux gouvernants et de leurs équipes comme pour évaluer les
capacités de rupture des socialistes avec les logiques du recrutement politique progres
sivement mises en place sous la Cinquième République Monique Dagnaud et Domi
nique Mehl abord2 puis des chercheurs du Centre de sociologie politique de Pans 13
du Centre universitaire de recherches sur administration et les politiques publiques
Amiens et de cole des mines4 ont ainsi souligné dès la première moitié des années
quatre-vingt le caractère décisif du fonctionnement de la structure étatique qui limite
considérablement le poids de événement que constitue le changement de majorité
politique Si des infléchissements ont bel et bien été constatés notamment arrivée
dans les sphères gouvernantes anciens permanents politiques ou syndicaux et une
nette diminution de la présence de membres des grands corps administratifs et techni
ques ils sont apparus aux observateurs comme secondaires loin un changement en
profondeur est sur le constat du remplacement une fraction dominante de la
haute administration les membres des grands corps par une fraction dominée les
administrateurs civils et les contractuels que débouchaient les chercheurs Dès le
milieu des années quatre-vingt hypothèse selon laquelle une alternance politique de
gauche pouvait avoir des effets majeurs sur la nature de la population amenée diriger
tat se trouvait donc en grande partie invalidée élection de Fran ois Mitterrand ne
était pas véritablement accompagnée une entrée de la société civile dans tat
ou pour reprendre ici encore les termes utilisés par Pierre Birnbaum une dédif
férenciation des sphères étatique et sociétale
Cette déception politique explique sans doute pourquoi les chercheurs ont été
amenés assez vite se désintéresser des filières de recrutement de élite rosé et
concentrer leur attention sur les mécanismes décisionnels origine des politiques publi
ques lesquels leur semblaient mesure que les différents gouvernements socialistes
abandonnaient leurs ambitions réformatrices initiales de plus en plus indépendants des
propriétés sociales et politiques des décideurs La consolidation de étude des politiques
publiques comme sous-discipline de la science politique au cours de cette période en été
facilitée Centrée sur action des élites sur le repérage des conflits intérêt entre secteurs
Birnbaum Les sommets de tat Essai sur élite du pouvoir en France Paris Le
Seuil 1980 coll Points éd 1977 Suleiman Les élites en France Grands corps
et grandes écoles Paris Le Seuil 1979 de Baecque J.-L Quermonne dir.) Administra
tion et politique sous la Ve République Paris Presses de Sciences Pô 1981 Bourdieu La
noblesse Etat Grandes écoles et esprit de corps Paris Minuit 1989 Chagnollaud Le
premier des ordres Paris Fayard 1991
Dagnaud Mehl élite rose qui gouverne Pads Ramsay 1982
2e éd 1988)
Birnbaum dir.) Les élites socialistes au pouvoir Paris PUF 1985
CURAPP La haute administration et la politique PUF 1986 dir.) Les élites au op cit. 309 Les membres des cabinets ministériels socialistes
administratifs sur identification des liens collusifs tissés par chacun eux avec des
groupes intérêt spécifiques mais aussi sur le poids des routines institutionnelles et intel
lectuelles analyse des politiques publiques mis en évidence la complexité des réseaux
décisionnels et fait passer au second plan quand elle ne pas totalement ignorée
étude des propriétés sociales des acteurs politico-administratifs
hypothèse sous-j acente beaucoup de ces travaux est au fond que ces propriétés
ont une incidence marginale sur la production des décisions publiques par rapport
aux positions occupées par les acteurs dans le système politico-administratif Autrement
dit et pour prendre un exemple extrême un ministre des Finances de gauche origine
ouvrière et ancien syndicaliste ne se comportera fondamentalement pas différemment
un ministre des Finances de droite originaire de la grande bourgeoisie affaires un
et autre agiront avant tout comme les porte-parole de leur administration et en fonction
des contraintes imposées par la situation En schématisant on peut donc dire que on
est passé une sociologie des acteurs une sociologie de action et des interactions
Cette perspective déjà largement présente dans les travaux du Centre de sociologie des
organisations des années soixante-dix notamment chez Pierre Grémion et Jean-Claude
Thoenig est devenue dominante
Les progrès ainsi accomplis sont indéniables une part Etat et les institutions
politiques cessent être appréhendés comme des entités globales et notamment comme
des arènes de conflits entre classes ou fractions de classes autre part la question récur
rente de la politisation de la haute fonction publique apparaît de plus en plus comme une
vieille lune analyse du recrutement et des caractéristiques sociales des élites diri
geantes doit-elle pour autant être abandonnée Nous ne le croyons pas étude du recru
tement politique si elle ne saurait être une fin en soi demeure en effet un outil privilégié
pour appréhender au moins deux types de phénomènes une part origine des
croyances des décideurs travers la mise en évidence des mécanismes de leur socialisa
tion primaire et secondaire et partant les chances ils adoptent tel ou tel comporte
ment autre part la structuration des réseaux politico-administratifs centraux et notam les liens qui se tissent entre la haute administration le secteur public et parapublic
et la direction nationale des partis politiques Cette dernière perspective conduit notam
ment interroger la fa on dont un parti politique pénètre concrètement tat et inver
sement la fa on dont il est si on peut dire pénétré par lui Si le traitement quantitatif ne
saurait être unique méthode pour analyser les représentations du monde des dirigeants
politiques et leur insertion dans des réseaux partisans il demeure bel et bien un préalable
indispensable toute démarche plus qualitative en permettant notamment éviter les
généralisations abusives fondées sur un nombre restreint entretiens ou observations
CONTRIBUTION UNE ANALYSE DES CROYANCES DES
CIDEURS PUBLICS ET LA SOCIOLOGIE DES SEAUX
POLITICO-ADMINISTRATIFS SOCIALISTES
uya déjà plus de vingt ans David Warwick définissait comme suit la portée des
recherches sur le recrutement politique
étude du est un exercice creux et futile si on se borne
poser comme question qui gouverne au lieu de se demander comment la
on songe simplement la constitution des fameux noyaux durs des entreprises
publiques privatisées sous le gouvernement Chirac entre 1986 et 1988 Mathiot Frédéric Sawick Pierre
manière de gouverner est marquée par les qualités les contacts et les valeurs de
ceux qui participent Pour la même raison les recherches sur les politiques publi
ques sont irréelles si elles cherchent comprendre comment les décisions sont pro
duites les politiques modifiées les coalitions formées ou comment les institutions
fonctionnent sans une attention systématique aux aptitudes aux liens interdépen
dance et aux sensibilités de ceux qui en sont les participants En autres termes
étude du recrutement politique aborde la politique avec une attention particulière
ce que les participants tirent de leur participation ainsi qu aux idées compétences
et contacts qui découlent de leur provenance et de leur carrière antérieure Son
intérêt réside dans aide elle fournit observateur pour anticiper les points de
vue qui ont le plus de chances émerger dans un contexte politique donné compte
tenu de la présence acteurs partageant un type particulier de croyances
Le caractère fructueux de cette perspective été récemment confirmé par divers
travaux notamment historiques Ainsi Christophe Charle suggère-t-il que la prove
nance massive des hauts fonctionnaires du sein de la bourgeoise libérale et leurs liens
nombreux avec le monde des affaires dans la première moitié de la Troisième Répu
blique auraient freiné la promotion de intervention de tat dans économie et la
protection sociale inverse la fréquence de plus en plus grande partir des
années trente de leur recrutement parmi les familles de fonctionnaires supérieurs et
moyens que la création de ENA et la disqualification des hauts fonctionnaires
engagés dans le régime de Vichy vont encore amplifier après 1945 aurait facilitée
Il ne agit certes pas de trouver dans les habitus des décideurs la cause sui
generis des politiques mises en uvre sauf nier aussi bien le rôle des parle
mentaires que celui des forces politiques et sociales qui interagissent en perma
nence pour produire les décisions publiques Ce type investigation établit sim
plement que dans certains cas les élites administratives peuvent jouer un rôle
accélérateur ou de frein dans la mise sur agenda public de certains enjeux et
dans leur traduction ou non-traduction en solutions politiques Ainsi en a-t-il
été de la mise en place de procédures indemnisation du chômage au début du
siècle en Grande-Bretagne de la planification au sortir de la guerre de la poli-
Warwick dans Eulau Czudnowski eds) Elite Recruitment in Democratic
Politics Londres Sage 1976 29 souligné et traduit par nous
Charte Les hauts fonctionnaires en France au XIXe siècle Paris Gallimard/Julliard
1980 coll Archives et Les élites de la République 1880-1900) Fayard 1987 On
peut dire la même chose des ministres dont divers historiens ont mis en lumière les liens qui les
unissent avec les milieux affaires Cf notamment Estèbe Les ministres de la République
1871-1914) Paris Presses de Sciences Pô 1982 et Garrigues La République des hommes
affaires 1870-1900) Paris Aubier 1997
interroger sur la rencontre entre des dispositions sociales données et identification
un projet politique implique en outre adopter une approche fine de ces dispositions et notam
ment de les historiciser est-à-dire de les rapporter aux situations historiques dans lesquelles
elles se déploient est ce que montre très bien Gaïti dans son étude des technocrates key-
nésiens et européistes après guerre en soulignant les conditions très particulières de leur
entrée dans la haute fonction publique La Résistance épuration les modalités exception
nelles de recrutement des premières promotions de ENA leur permettent en effet occuper
de manière improbable des positions il peu réservées des membres de la bourgeoisie
conservatrice catholique et être en situation de subvertir les routines administratives La
cohérence de cette génération est pas tant rechercher dans une éducation commune que
dans son extériorité la haute fonction publique traditionnelle et dans son vécu similaire du
régime de Vichy Gaïti De Gaulle prophète de la Cinquième République 1946-1962)
Paris Presses de Sciences Pô 1998 chap
Topalov Naissance du chômeur 1880-1910) Paris Albin Michel 1994
Fourquet Les comptes de la puissance Paris Editions Encres 1980 Les membres des cabinets ministériels socialistes
tique agricole au début de la Cinquième République ou encore des politiques euro
péennes au cours des années cinquante2
Ces derniers travaux invitent certes scruter évolution du recrutement et des
propriétés des responsables ministres membres des cabinets experts divers et des
hauts fonctionnaires plutôt de manière sectorisée en repérant îlots innovation ou
de résistance et posent indirectement la question de la pertinence une approche
globale du personnel politico-administratif Dès lors que on cesse appréhender
tat comme une organisation homogène et strictement hiérarchisée ne faut-il pas
en effet construire autant espaces de décideurs il espaces de décision
est cette voie ont notamment choisie Pierre Bourdieu et Rosine Christin
propos de la réforme de la politique du logement au cours des années soixante-dix
en étudiant les propriétés de tous les agents qui interviennent dans ce champ
est-à-dire en incluant non seulement les hauts fonctionnaires mais les repré
sentants du monde économique et syndical les divers experts extérieurs admi
nistration
Ce type de démarche consistant prendre en compte ensemble des acteurs éta
tiques ou non interagissant dans la définition une politique publique spécifique au
niveau central inspiré quelque peu un entre nous dans le cadre de sa thèse consa
crée la politique de emploi4 La question qui guidait cette recherche consistait
savoir si le changement orientation politique qui marqué ce secteur partir de
1982 travers notamment abandon de toute politique de réduction et de réaménage
ment du temps de travail avait correspondu un changement des hommes une
mutation idéologique un personnel aux traits globalement inchangés voire un
ajustement de la politique aux caractéristiques antérieures de ce personnel Ce sont
précisément les résultats obtenus par cette recherche qui ont appelé un élargissement
de la perspective et fait apparaître la nécessité compte tenu de orientation conver
gente des principales politiques économiques et sociales adopter une approche plus
globale étude des acteurs de la politique de emploi mise en uvre dans les années
quatre-vingt établi le caractère mythique de la référence influence croissante des
technocrates pour rendre compte de son évolution La reconquête hypothétique dès
1982 des positions de responsabilité dans ce secteur par des technocrates au détri
ment de militants ce afin imposer et de conduire une politique dite de rigueur
puis de modernisation est guère confirmée empiriquement
hypothèse une technocratisation de la gauche socialiste dont la figure emblé
matique est au cours de cette période Laurent Fabius pour expliquer le tournant
néo-libéral est pourtant généralement admise un gouvernement Mauroy appuyé
sur des militants et attaché une politique réformiste aurait ainsi succédé un gou
vernement Fabius animé et contrôlé par une nouvelle génération de technocrates de
gauche plus attachés bien gérer tat changer la société Cette idée est pro-
Muller Le technocrate et le paysan Essai sur la politique fran aise de modernisa
tion de agriculture de 1945 nos jours Paris Les Editions ouvrières 1984
Nous renvoyons ici la thèse de science politique Antonin Cohen Paris
Bourdieu Christin La construction du marché Le champ administratif et la
production de la politique du logement Actes de la recherche en sciences sociales 81-82
1990 p.65-85
Mathiot Acteurs et politiques de emploi dans la France des années quatre-vingt
Contribution analyse sociologique des processus de décision publique thèse de doctorat
de science politique Institut études politiques de Paris 1996 593
Fr Sawicki Laurent Fabius Du Giscard de gauche au socialisme moderne
le Sud 1994p.35-60 Pierre Mathiot Frédéric Saw cki
gressivement naturalisée au point que des acteurs de la période interrogés après coup
font souvent référence Les entretiens réalisés dans le cadre de la recherche sur les
acteurs des politiques de emploi illustrent cette croyance image de cet ancien
directeur général de qui avance Je crois que la gauche perdu son âme en
se re-technocratisant Un autre acteur directeur du cabinet du ministre du Travail
en 1981 explique pour sa part II eu je crois une défaite des politiques face aux
technocrates et un basculement vers la haute fonction publique qui lieu je pense
avec le gouvernement Fabius Vous avez deux légitimités politique et technocrate
et progressivement on vu les ministres issus du militantisme traditionnel
céder le pas des ministres issus eux-mêmes de la technocratie Deux anciens
ministres également interrogés partagent cette analyse Jean Auroux ministre du Tra
vail en 1981 parle de opposition entre deux écoles la gauche bistro et la gauche
techno et ajoute que la seconde pris le dessus quand Jean Le Garree pose
que la gauche militante alors cédé le pas une gauche plus technocrate
Les recherches menées sur les acteurs des politiques de emploi de la période
1981-1993 ont conduit remettre en cause cette sorte de complexe du militant dominé
affronté au technocrate dominateur Tout en constatant partir de 1982-1983 la
politique de emploi se technicisait du fait de la multiplication des dispositifs mis en
uvre pour traiter socialement le chômage nous avons été amenés mettre en
évidence que cette évolution résultait moins de arrivée aux positions de responsa
bilité sectorielle acteurs correspondant aux caractéristiques ordinaires du techno
crate que un processus de conversion un personnel déjà en place de nouveaux
objectifs et de nouveaux modes action Si on peut se permettre élargir cette
hypothèse ensemble des politiques publiques est parce que la politique de
emploi apparaît difficilement separable des autres choix effectués partir des années
1982-1983 au moins en matière économique et sociale Ces choix correspondent peu
ou prou abandon progressif du referentiel modernisateur au profit un
referentiel de marché cet égard analyser les causes et les conditions de ce
changement de referentiel suppose comme on se propose de le faire ici de dire quels
étaient les acteurs et évaluer en quoi leurs caractéristiques et/ou leurs ressources ont
pu changer une fois passée la vague des grandes réformes structurelles
Il nous semblait autant plus nécessaire avoir une vue ensemble aucune
étude approfondie été menée sur les élites socialistes partir du gouvernement
Fabius Restait définir empiriquement les frontières de ces dernières Fallait-il
englober hommes politiques ministres parlementaires et titulaires des postes clés dans
les ministères Fallait-il ne en tenir un ou autre de ces groupes option
prise été de se limiter aux membres des cabinets ministériels en surreprésentant les
cabinets de deux ministères particulièrement stratégiques dans adoption une nou
velle orientation politique le Premier ministre et le ministère de conomie et des
Finances Pourquoi choisir une population ce point préconstruite Dès lors que beau
coup de hauts fonctionnaires également amovibles participent élaboration et la
mise en uvre des politiques publiques tels que les directeurs administration centrale
les préfets ou encore les diplomates une sociologie des décideurs ne se devait-elle
Entretien janvier 1994 Se reporter plus généralement la mc partie de Mathiot
Acteurs et politiques de emploi dans la France des années quatre-vingt. cité juin 1994
Entretien janvier 1994 juin 1994
Jobert dir. Le tournant néo-libéral en Europe Paris Harmattan 1994 Les membres des cabinets ministériels socialistes
pas de construire sa population de manière plus raisonnée inverse il peut sembler
excessif de faire comme si tous les membres des cabinets ministériels participaient au
même titre et aussi directement au processus de mise en forme des politiques publiques
Pourquoi par ailleurs laisser de côté les ministres premiers responsables de la mise en
uvre des politiques publiques dont tout indique que le recrutement fortement
évolué au cours des deux septennats de Fran ois Mitterrand notamment du fait de la
montée en puissance après 1988 de ministres dotés de faibles ressources partisanes
mais caractérisés par de forts liens personnels avec le chef de tat
Plusieurs éléments justifient la restriction de la recherche aux membres des
cabinets abord leur importance croissante dans le fonctionnement gouverne
mental en France Jacques Ziller résume bien ce il considère comme une particu
larité hexagonale qui est accusée tout au long de la Cinquième République Selon
lui les cabinets ont pas simplement dans notre pays gérer les rapports du
ministre avec la presse le Parlement et avec sa circonscription électorale mais pos
sèdent une fonction de coordination générale des services et de la politique du
ministère ainsi qu une fonction qui pas son pareil ailleurs sauf en Italie et
en Belgique) savoir le suivi systématique des dossiers traités par les bureaux de
manière permettre au ministre avoir un avis indépendant de ses services sur
chacun de ces dossiers Guy Thuillier fin connaisseur de administration fran
aise va plus loin encore en écrivant que les cabinets ministériels sont devenus le
centre principal de décision dans les ministères et dans certains la source même de
action administrative toute décision un peu importante est approuvée ou préparée
par le cabinet
De ce point de vue le rôle des cabinets ne semble en rien avoir été modifié par
arrivée de la gauche au pouvoir Au contraire la perception avaient de nombreux
ministres de hostilité des directeurs de leur administration et leur volonté de mettre
en uvre rapidement de nombreuses réformes ont tôt fait disparaître les critiques
adressées aux cabinets ministériels par le Parti socialiste au cours des années soixante-
dix Comme le note Fran oise Dreyfus La comparaison entre le fonctionnement
des cabinets depuis 1981 et ceux du passé ne fait guère apparaître de différences sen
sibles ils continuent de refuser ce qui paraît avoir été le modèle de leurs prédéces
seurs la nécessité agir rapidement et de réaliser les réformes annoncées
contraint les cabinets du gouvernement de la gauche accomplir des tâches devant
normalement incomber Administration En conséquence on assisté un gon
flement sans précédent de leurs effectifs et une dénonciation de cette tendance par
les porte-parole du RPR et de UDF
Cette fonction stratégique des cabinets fortement contribué en faire des lieux
de passage privilégiés bien que non obligés pour occuper des positions stratégiques
dans la haute administration et dans une moindre mesure dans les grands établisse
ments publics Dès lors les membres des cabinets surtout saisis après leur passage
ne sont pas simplement si on peut dire représentatifs eux-mêmes mais foumis-
Sur les transformations du PS et sur évolution de ses relations avec la présidence de la
République cf Fr Sawicki Thé Parti Socialiste From Party of Activists to Party of
Government dans Ignazi Ysmal eds) The Organization of Political Parties in
Southern Europe Wesport Londres Praeger 1998 70-87
Ziller Administrations comparées Les systèmes politico-administratifs de Europe
des douze Paris Montchrestien 1993 325
Thuillier Les cabinets ministériels Paris PUF 1982 coll Que sais-je
Dreyfus Les du politique la gestion administrative dans
Birnbaum dir.) Les élites socialistes... op cit. 103