Cette publication est accessible gratuitement
Lire

LITTRÉ émile (1801-1881)

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis LLIITTTTRRÉÉ éémmiillee ((11880011--11888811)) Après avoir commencé des études de médecine, Émile Littré se consacre à des travaux d'érudition, en particulier à une traduction des œuvres d'Hippocrate, puis s'intéresse à la philologie

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 11
Signaler un abus
LITTRÉ émile (1801-1881)

Après avoir commencé des études de médecine, Émile Littré se consacre à des travaux d'érudition, en particulier à une traduction des œuvres d'Hippocrate, puis s'intéresse à la philologie. C'est en 1841 qu'il discute pour la première fois avec la librairie Hachette de la rédaction d'un dictionnaire étymologique. Le projet va ensuite évoluer vers l'idée d'un dictionnaire étymologique, historique et grammatical (1846), projet qui aboutira à l'ouvrage que nous connaissons, le Dictionnaire de la langue française. Les premiers volumes sont achevés en 1859, mais l'ensemble de l'œuvre (quatre volumes dans l'édition originale) fut achevé en 1872 (Littré y ajoute en 1877 un Supplément).

Littré et ses collaborateurs ont innové sur plusieurs points. Souhaitant regrouper des mots représentant « l'usage contemporain », ils enregistrent aussi bien les termes figurant dans la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie (celle de 1835) que des termes techniques, populaires, dialectaux, des néologismes, recueillis dans un nombre important d'ouvrages techniques ou littéraires. Pour le classement des termes polysémiques, le dictionnaire de Littré présente en général d'abord le sens le plus courant à l'époque, qui n'est pas toujours le sens étymologique. L'état des connaissances en étymologie ne permit pas qu'une place importante lui soit faite, infléchissant le projet originel.

Ce qui fait la richesse de l'ouvrage, ce sont les nombreuses citations qui sont ajoutées aux articles à titre d'exemple. Destinés à illustrer le sens des termes, ces exemples sont cependant, au dire même de Littré, sélectionnés sur des critères également esthétiques. Tel quel, le dictionnaire représentait une somme, un travail gigantesque qui eut à la fin du xixe siècle un immense succès. Il est en effet le premier dictionnaire en langue française qui fonde sa description sur des textes soigneusement référencés, essentiellement d'origine littéraire et qui couvrent une période qui va du xviie au xixe siècle. Il constitue à ce titre un document précieux sur l'état de la langue, à une époque où l'écrit, via la presse et le livre, devient socialement plus visible qu’auparavant.

En tant que philosophe, Littré joua un rôle important dans la querelle qui opposa, à la mort d'Auguste Comte, les positivistes « orthodoxes » (Audiffrent, le baron de Constant, Lafitte, Magnin, ...) et Mme Comte qui prétendait que son mari avait été quasi dément pendant les dernières années de sa vie. Quoique hétérodoxe, Littré fonda en 1867 la Revue de philosophie positive (1867), et son dictionnaire lui-même se ressent des influences d'Auguste Comte. Mais il refusa toujours les conséquences politiques d'un système qu'il contribua cependant à diffuser.

Auteur: LOUIS-JEAN CALVET