Cette publication est accessible gratuitement
Lire

MANNHEIM karl (1893-1947)

De
4 pages
Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis MMAANNNNHHEEIIMM kkaarrll ((11889933--11994477)) Né à Budapest, Mannheim enseigna à l'université de Francfort de 1930 à 1933, puis avec l'avènement du nazisme dut quitter l'Allemagne pour s'installer en Angleterre, où il enseigna à la London School of Economics. Fondateur de l'International Library of Sociology and Social Reconstruction, il fut aussi professeur de sociologie et de philosophie à l'université de Londres. Quelque temps avant sa mort, il se vit offrir la direction de la branche de l'U.N.E.S.C.O. pour l'Europe. Durant la période allemande de sa carrière, Mannheim se consacra essentiellement à la sociologie de la connaissance, dont il est l'un des fondateurs. Elle atteint chez lui à la dimension d'une théorie générale des relations entre culture et société. Largement influencé par la philosophie idéaliste allemande et par le marxisme, Mannheim pense que la culture est déterminée par la société. Mais alors que pour Marx la relation entre la culture et la société est causale, pour Mannheim, elle est fonctionnelle. Dans Idéologie et Utopie (1929-1931), Mannheim émet l'idée que les points de vue que les groupes ont sur le monde réel s'expliquent en fonction de leur position sociale (Stendart). Ainsi, les groupes dominants ont besoin d'idéologies légitimatrices de leur situation, alors que les groupes dominés produisent des utopies, contestatrices de l'ordre social existant.
Voir plus Voir moins
MANNHEIM karl (1893-1947)

Né à Budapest, Mannheim enseigna à l'université de Francfort de 1930 à 1933, puis avec l'avènement du nazisme dut quitter l'Allemagne pour s'installer en Angleterre, où il enseigna à la London School of Economics. Fondateur de l'International Library of Sociology and Social Reconstruction, il fut aussi professeur de sociologie et de philosophie à l'université de Londres. Quelque temps avant sa mort, il se vit offrir la direction de la branche de l'U.N.E.S.C.O. pour l'Europe.

Durant la période allemande de sa carrière, Mannheim se consacra essentiellement à la sociologie de la connaissance, dont il est l'un des fondateurs. Elle atteint chez lui à la dimension d'une théorie générale des relations entre culture et société. Largement influencé par la philosophie idéaliste allemande et par le marxisme, Mannheim pense que la culture est déterminée par la société. Mais alors que pour Marx la relation entre la culture et la société est causale, pour Mannheim, elle est fonctionnelle. Dans Idéologie et Utopie (1929-1931), Mannheim émet l'idée que les points de vue que les groupes ont sur le monde réel s'expliquent en fonction de leur position sociale (Stendart). Ainsi, les groupes dominants ont besoin d'idéologies légitimatrices de leur situation, alors que les groupes dominés produisent des utopies, contestatrices de l'ordre social existant. Il affirme, en opposition à Max Scheler, l'autonomie de l'objet de la connaissance, offrant au sociologue une double approche : extrinsèque, en tant que la connaissance est un pur produit de la réalité sociale, qui est seule « sphère absolue » (Absoluschicht) ; immanente, en tant qu'il existe un contenu intellectuel de la connaissance.

Dans sa conceptualisation de la relation entre culture et société, Mannheim introduit le concept de « style », c'est-à-dire l'identité de structure entre des œuvres particulières qui permet de remonter vers les causes premières (Contribution à la théorie sur l'interprétation de la « Weltanschauung », Beiträge zur Theorie des Weltanschauungsinterpretation, 1923).

Son rationalisme extrême, Mannheim le prolonge dans une sociologie des intellectuels. Pour lui les intellectuels, dont les racines sociales sont peu profondes (formant une « classe flottante », ils sont « pleins d'itinéraires mais sans origine », sont capables de comprendre l'« esprit du temps », et pourraient faire la synthèse des différentes idéologies — fascisme, communisme, libéralisme, conservatisme — pour construire un « monde total » où les forces sociales antagonistes seraient subsumées. Cette vision optimiste est nuancée après l'installation de Mannheim en Angleterre. Mettant l'accent sur les problèmes concrets de son époque, il se préoccupe des mêmes thèmes : les conflits de classes, les conflits d'idéologies, les conflits des groupes politiques, mais perd sa foi en la mission politique des intellectuels (L'homme et la société dans un âge de reconstruction, Mensch und Gesellschaft im Zeitalter des Umbaus, 1935 ; Diagnostic de notre temps, Diagnosis of Our Time : Wartime Essays of a Sociologist, 1950). Les élites peuvent selon lui se classer en deux catégories fonctionnelles : les élites qui visent à l'intégration d'un grand nombre d'individus dans un même corps social et celles qui visent à sublimer les forces psychiques que la société n'épuise pas totalement. Mais l'émergence d'une société de masse implique un certain nombre de bouleversements : accroissement en nombre des élites ; les élites n'ont plus le monopole de la création culturelle ; avec la « démocratisation », la sélection des élites n'est plus aussi rigoureuse, puisque ces dernières doivent s'ouvrir aux classes moyennes et petites-bourgeoises. Ces bouleversements mènent tout droit, selon Mannheim, à un désastre culturel.

On a parfois souligné la convergence des itinéraires intellectuels de Marx et de Mannheim. Mais l'œuvre très riche de celui-ci, bien qu'elle ait stimulé les recherches sociologiques sur le rôle social des intellectuels et sur l'idéologie, a suscité peu de reprises.

Auteur: FRANCOIS VIEILLESCAZES