Cette publication est accessible gratuitement
Lire

MARGUERITTE paul (1860-1918)

De
3 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis MMAARRGGUUEERRIITTTTEE ppaauull ((11886600--11991188)) Écrivain français.

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 8
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

QUINET edgar (1803-1875)

de Encyclopaedia-Universalis

Le Dernier Jour d’un condamné

de editions-flammarion

Le Dernier Jour d’un condamné

de editions-flammarion

MARGUERITTE paul (1860-1918)

Écrivain français. Fils d'un général tombé à Sedan en 1870, Paul Margueritte suit des études secondaires au Prytanée militaire de La Flèche, mais il renonce à la carrière militaire et travaille dans l'administration publique. Influencé par l'école naturaliste Paul Margueritte prétend, dans Mon Père (1884), donner une dimension sociale à son témoignage filial. Après La Confession posthume (1886) et Pascal Géfosse (1887), il rompt avec Zola, dont il était d'ailleurs moins proche que des Goncourt, et il signe le Manifeste des Cinq qui, à la suite de la publication du roman de Zola La Terre, clôt son expérience naturaliste. Jours d'épreuve (1889) et La Force des choses (1891) le rapprochent d'une certaine observation psychologique qui n'est pas sans rappeler le roman russe. Il substitue en effet à sa première rigueur dans les descriptions sociales l'analyse précise des drames individuels, vus de l'intérieur, qui eux aussi reflètent, dans une perspective différente, la dimension de l'histoire. La Tourmente (1893) est certainement le meilleur roman de cette période. De 1896 à 1908, il collabore avec son frère Victor ; ils entament ensemble un vaste roman sur la guerre de 1870, Une époque (1898-1904), en quatre parties (Le Désastre, Les Tronçons du glaive, Les Braves Gens, La Commune). L'idée d'une réplique au livre de Zola, La Débâcle, n'était certainement pas absente de leur projet. S'ils ne nient pas les souffrances de cette période, ils exaltent l'espoir et le sentiment national qui, selon eux, animaient tous les combattants. Opposant les individus aux foules, la foi des hommes à la conviction des groupes, ils dressent un tableau complet des débats passionnés que provoquaient encore la défaite et la Commune à la fin du siècle. Ensemble, ils écrivent encore Poum (1897) et Zette (1903), qui sont des livres pour enfants. Après 1908, Paul Margueritte publie L'Embusqué (1916) et Jouir (1918), mais le pathétique ne reçoit plus le même accueil qu'au moment de ses premières publications. Son humanisme triste et un peu désabusé ne correspond déjà plus à l'agitation sociale et morale de ces années de guerre.

Auteur: ANTOINE COMPAGNON