Cette publication est accessible gratuitement
Lire

NEGRI antonio (1933- )

De
5 pages
Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis NNEEGGRRII aannttoonniioo ((11993333-- )) Philosophe italien. Né en 1933 à Padoue, Antonio Negri est d'abord militant de l'Action catholique avant d'adhérer en 1956 au Parti socialiste italien, où il restera jusqu'en 1963. Par la suite, il occupe une place importante dans des organisations de la nouvelle gauche italienne telles que Potere operaio et Autonomia operaia, et collabore à de nombreuses publications liées à ces courants telles que Quaderni Rossi, Classa operaia, Contropiano et Rosso. Simultanément, il travaille comme professeur de théorie de l'État à l'université de Padoue, où il se fait le théoricien et l'activiste de « l'autre mouvement ouvrier », de « l'auto- valorisation prolétarienne », de « l'autonomie ouvrière » sans médiation syndicale ni partisane. Arrêté en 1979 à la suite de l'assassinat d'Aldo Moro par les Brigades rouges, il est accusé d'« association subversive » et d'« insurrection armée contre les pouvoirs de l'État ». Après quatre ans de prison préventive qui n'aboutissent à aucun procès, il est élu député dans le Parti radical de Mario Panella, ce qui lui permet de bénéficier de l'immunité parlementaire. À l'automne de 1983, alors que celle-ci va être révoquée, il s'enfuit à Paris où il vivra durant quatorze années, enseignant à l'université de Paris-VIII et au Collège international de philosophie.
Voir plus Voir moins
NEGRI antonio (1933- )

Philosophe italien. Né en 1933 à Padoue, Antonio Negri est d'abord militant de l'Action catholique avant d'adhérer en 1956 au Parti socialiste italien, où il restera jusqu'en 1963. Par la suite, il occupe une place importante dans des organisations de la nouvelle gauche italienne telles que Potere operaio et Autonomia operaia, et collabore à de nombreuses publications liées à ces courants telles que Quaderni Rossi, Classa operaia, Contropiano et Rosso. Simultanément, il travaille comme professeur de théorie de l'État à l'université de Padoue, où il se fait le théoricien et l'activiste de « l'autre mouvement ouvrier », de « l'auto-valorisation prolétarienne », de « l'autonomie ouvrière » sans médiation syndicale ni partisane. Arrêté en 1979 à la suite de l'assassinat d'Aldo Moro par les Brigades rouges, il est accusé d'« association subversive » et d'« insurrection armée contre les pouvoirs de l'État ». Après quatre ans de prison préventive qui n'aboutissent à aucun procès, il est élu député dans le Parti radical de Mario Panella, ce qui lui permet de bénéficier de l'immunité parlementaire. À l'automne de 1983, alors que celle-ci va être révoquée, il s'enfuit à Paris où il vivra durant quatorze années, enseignant à l'université de Paris-VIII et au Collège international de philosophie. À l'été de 1997, il décide de rentrer en Italie, où il est immédiatement arrêté et incarcéré à la prison de Rebibbia. Pour Negri, « on peut être aussi libre en prison qu'en dehors d'elle. La prison n'est pas un manque de liberté, de même que la vie n'est pas la liberté – tout au moins la vie des travailleurs ». Dans son esprit, cette seconde incarcération devait être une incitation à trouver une solution pour des centaines de personnes exilées ou en prison à cause des activités politiques conduites dans les années 1960 et 1970. Pourtant, la page ne fut pas tournée, et l'amnistie que quelques-uns attendaient n'eut pas lieu. Soumis par la suite aux arrêts domiciliaires Antonio Negri retrouva la liberté à la fin de l'année 2004.

Sa fréquentation du milieu intellectuel français – en particulier Michel Foucault, Gilles Deleuze et Félix Guattari, ou encore Étienne Balibar – lui a permis de trouver un espace de confrontation, notamment pour la réflexion conduite sur le refus du travail, compris comme résistance à la société disciplinaire ou comme ligne de fuite pour « retourner les choses vis-à-vis de la théorie postmoderne » et laisser la place à la biopolitique productive, où « la symbiose et la confusion entre les éléments vitaux et économiques, les éléments institutionnels et administratifs, la construction de la chose publique, peut être conçue seulement comme production de subjectivité ». De cette expérience témoignent ses études notamment Spinoza subversif (1994), Le Pouvoir constituant (1997) ou Les Nouveaux Espaces de liberté (en collaboration avec Félix Guattari, 1985), ou l'entreprise menée avec beaucoup d'autres dans la revue Futur antérieur, dont l'actuelle revue Multitudes est la fidèle héritière.

L'élaboration la plus accomplie de sa pensée théorique et politique sur l'ordre capitaliste contemporain dans toutes ses dimensions se trouve dans Empire (2000) et Multitude. Guerre et démocratie à l'époque de l'Empire (2004), écrits en collaboration avec Michael Hardt. Pour Antonio Negri, les luttes ouvrières internes provoquées par l'État-nation et les luttes anti-impérialistes et anticoloniales ont épuisé cette forme historique en tant que modalité qui garantissait jusqu’alors le développement capitaliste. De même que la souveraineté du « socialisme réel » a été mise en crise par la revendication de liberté, la capacité d'expansion du pouvoir de l'État-nation tend à s'effacer devant « une forme de souveraineté illimitée [...] qui ne connaît que des frontières flexibles et mobiles ».

Un tel épuisement d'une forme politique renvoie de plus aux transformations de l'organisation sociale productive imposée par le post-fordisme. Or l'exploitation ne renvoie plus à la théorie de la valeur-travail et à la relation salariale classique, dès lors qu'à la prévalence du travail matériel se substitue la domination du travail immatériel, en même temps qu'un transfert de souveraineté s'opère de plus en plus nettement des États vers des organismes supranationaux. On en arrive ainsi à une « période de la production biopolitique », où l'ancienne distinction entre État et marché n'a plus cours.

Dans ce contexte, Negri estime que la multitude réapparaît, complètement libérée de la signification qu'elle pouvait revêtir dans le monde présocial hobbesien (où c'est autant la plèbe ou le peuple que l'État domine). La multitude dans la société postmoderne « enlève au pouvoir toute transparence possible ». Elle doit parvenir à s'ériger en tant que sujet politique, et se faire diffusion sociale du travail. Elle doit réussir à être Posse – nom de la revue italienne animée par Negri –, soit le pouvoir de la multitude qui intègre l'être et le connaître.

Pour Antonio Negri, il s'agit de prendre acte que les catégories avec lesquelles on comprenait l'exploitation capitaliste sont désormais caduques. Le concept classique marxiste de plus-value ne rend plus compte de la réalité, pas plus que l'action politique, telle qu'elle est encore pensée dans son Marx au-delà de Marx (1979), n'offre un véritable appui. Selon son expression, il faut « reconnaître que le sujet du travail et la rébellion ont changé profondément ». Parallèlement à son œuvre de philosophe du politique, Antonio Negri a notamment publié Du retour (2002), une manière d'autobiographie sous forme d'abécédaire, Job, la force de l'esclave (2002), une méditation sur le Livre de Job, et Lent Genêt. Essai sur l'ontologie de Giacomo Leopardi (2006).

Auteur: VICTOR MANUEL MONCAYO